Navigation – Plan du site
Un siècle de chimie à l'Académie royale des sciences

Etienne-François Geoffroy, entre la Royal Society et l’Académie royale des sciences : ni Newton, ni Descartes

Bernard Joly

Résumés

Etienne-François Geoffroy, l’un des chimistes français les plus importants du début du XVIIIe siècle, entretenait des relations régulières avec l’Angleterre. Il était chargé de développer les échanges entre l’Académie royale des sciences et la Royal Society de Londres. Quand il publia sa « Table des rapports entre les substances chimiques » en 1718, Fontenelle et quelques autres lui reprochèrent d’avoir introduit en chimie le système des attractions newtoniennes. Mais en fait, Geoffroy s’est toujours tenu à l’écart aussi bien du mécanisme cartésien que du newtonianisme, le recours aux expériences et à la littérature alchimique constituant ses seules sources d’inspiration. Geoffroy apparaît ainsi comme le représentant d’une chimie empirique, soucieuse de conserver l’autonomie de sa discipline.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Michelle Goupil, Du flou au clair ? Histoire de l’affinité chimique de Cardan à Prigogine, Paris, (...)
  • 2  Mi Gyung Kim, Affinity, That Elusive Dream. A Genealogy of the Chemical Revolution, Cambridge (Ma) (...)

1C’est la publication de la « Table des différents rapports observés entre différentes substances » en 1718 qui a donné à Etienne-François Geoffroy (1672-1731) une certaine notoriété dans l’histoire de la chimie. Corrigée et complétée par ses successeurs, la table de Geoffroy occupe une place importante dans les laboratoires de chimie jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Les travaux de Michelle Goupil1 et de Mi Gyung Kim2 ont retracé les développements de la doctrine des affinités chimiques et les tentatives d’amélioration et de mathématisation auxquelles se livrèrent des chimistes comme Torbern Bergman ou Guyton de Morveau.

2Pour beaucoup de ces chimistes, les rapports mis en tableau par Geoffroy ne constituaient qu’un cas particulier des attractions et relevaient donc de la doctrine newtonienne. C’est ce que remarquait, parmi bien d’autres, Maupertuis dans sa Vénus physique de 1745, ouvrage dans lequel il voulait étendre au domaine du vivant la doctrine des affinités. Après avoir cité le mémoire de Geoffroy, il ajoutait :

  • 3  Maupertuis, Vénus physique, Paris, 1745 ; rééd. Paris, Aubier, 1980, p. 121.

Je ne puis m’empêcher d’avertir ici que ces forces et ces rapports ne sont autre chose que ce que d’autres philosophes plus hardis appellent attraction. Cet ancien terme reproduit de nos jours, effaroucha d’abord les physiciens qui croyaient pouvoir expliquer sans lui tous les phénomènes de la nature. Les astronomes furent ceux qui sentirent les premiers le besoin d’un nouveau principe pour les mouvements des corps célestes, et qui crurent l’avoir découvert dans ces mouvements mêmes. La chymie en a depuis reconnu la nécessité ; et les chymistes les plus fameux aujourd’hui, admettent l’attraction et l’étendent plus loin que ne l’ont fait les astronomes3.

  • 4  Fontenelle, qui exprimait ses réticences dès le compte-rendu des travaux de Geoffroy dans l’Histoi (...)
  • 5  Par exemple, Buffon, Histoire naturelle, tome XIII, Paris, 1765, « De la nature, seconde vue », p. (...)
  • 6  Introduite comme « Question 23 » dans l’édition latine de 1706, elle devint la « Question 31 » dan (...)

3Les physiciens effarouchés sont bien sûr ceux qui, à la suite de Fontenelle, craignaient que les affinités ne soient que des « attractions déguisées » ou des « sympathies », bref de ces forces occultes dont le cartésianisme avait montré la vanité4. On doit pourtant remarquer que le mouvement d’extension de la théorie de l’attraction depuis l’astronomie jusqu’à la chimie que proposaient Maupertuis aussi bien que Buffon5 correspond à la progression que suggérait Newton dès les premières lignes de la célèbre « Question XXXI » de son Optique6. On peut même dire que l’idée selon laquelle il pourrait exister une extension de l’attraction depuis les relations entre les corps célestes jusqu’aux corpuscules constitutifs des corps mixtes, et donc de l’astronomie à la chimie constitue le ressort de cette « Question XXXI ».

  • 7  William Smeaton, « E.F. Geoffroy was not a Newtonian chemist », Ambix XVIII (1971), p. 212-214.
  • 8  Ursula Klein, « E.F. Geoffroy Table of different ‘Rapports’ observed between different chemical su (...)
  • 9  Ursula Klein, « The chemical workshop tradition and the experimental practice: discontinuities wit (...)

4Faut-il pour autant supposer que c’est sous l’influence d’idées newtoniennes que Geoffroy élabora sa « Table des différents rapports », ce qui constituerait une manifestation éclatante de la fécondité de ces idées et de leur supériorité sur la physique cartésienne ? On sait que cette thèse, qui s’était d’abord imposée aux historiens des sciences en raison des prises de position des chimistes du XVIIIe siècle, a été critiquée par William Smeaton7 et plus récemment par Ursula Klein8 et qu’à leur suite la plupart des commentateurs admettent aujourd’hui que Geoffroy ne s’est pas inspiré des travaux de Newton, n’ayant rien fait d’autre que de présenter de manière ordonnée les résultats de nombreuses expériences et observations faites dans les laboratoires de chimie. La question serait alors de savoir s’il avait simplement repris l’héritage d’une longue tradition ou s’il faut voir dans l’élaboration de la table le résultat des travaux spécifiques menés à l’Académie royale des sciences par Homberg, Geoffroy lui-même et un certain nombre de leurs collègues. C’est l’un des aspects de la querelle qui a opposé voici quelques années Frederic Holmes et Ursula Klein9.

5Je voudrais monter que les choses ne sont peut-être pas aussi tranchées et que l’on ne peut rejeter, à côté du rôle important joué par les expériences de laboratoire, l’influence des idées newtoniennes, mais aussi stahliennes sur la pensée de Geoffroy. On verra alors que les réticences de Geoffroy à se rallier à des schémas mécanistes inspirés du cartésianisme que chérissaient certains de ses collègues relèvent de son attachement à la tradition alchimique, toujours vivante dans les travaux de son maître Wilhelm Homberg et dont il trouvait des formes renouvelées dans l’œuvre de Stahl, tout autant qu’à l’intérêt qu’il pouvait porter à l’œuvre de Newton. Geoffroy n’était pas plus newtonien que cartésien pour la bonne raison qu’il était simplement chimiste.

Le séjour de Geoffroy en Angleterre

  • 10  Fontenelle, « Eloge de M. Geoffroy », Histoire de l’Académie royale des sciences pour 1731, Paris, (...)
  • 11  Idem.
  • 12  Id., p. 95. La nomination du comte de Ballard fait suite à la paix de Ryswick (1697), qui mit prov (...)
  • 13  Voir Bernard Joly, « Le médecin, philosophe mécanico-chimiste selon Etienne-François Geoffroy (167 (...)

6Geoffroy avait reçu de son père ce que Fontenelle appela dans son éloge une « éducation d’un fils de ministre, destiné pour le moins aux grandes dignités de l’Eglise »10. Matthieu-François Geoffroy, en organisant chez lui des conférences scientifiques auxquelles il invitait « Cassini [qui] apportait ses planisphères, le P. Sébastien ses machines, M. Joblot ses pierres d’aimant, où M. du Verney faisait des dissections et M. Homberg des opérations de chymie »11, n’avait sans doute pas d’autre souci que de former son fils au métier d’apothicaire pour qu’il puisse prendre sa succession. Etienne-François n’entra pourtant pas dans la carrière qui lui était ainsi destinée, l’éducation qu’il avait reçue lui ouvrant, semble-t-il, de plus larges horizons. Après un déplacement à Montpellier en 1692 pour parfaire sa formation d’apothicaire, suivi en 1693 d’un périple le long des côtes françaises de l’Océan, Geoffroy prit le goût des voyages et dans les premiers jours de 1698 il accepta l’offre du comte de Ballard de l’accompagner à Londres où il venait d’être nommé ambassadeur de France, « pour avoir soin de sa santé », comme l’écrit Fontenelle12. Geoffroy n’avait alors que 26 ans et n’était pas encore médecin. Il ne soutint en effet sa thèse que le 3 mai 1703, sous la présidence de Fagon, premier médecin du roi, sous le titre An medicus, philosophus mechanico-physicus ?13.

  • 14  Sur les relations entre Sloane et Tournefort, voir Jean Jacquot, Le naturaliste Sir Hans Sloane (1 (...)
  • 15  Cité par Jean Jacquot, « Sir Hans Sloane and french men of science », Notes and Records of the Roy (...)
  • 16  Lettre de Tournefort à Sloane du 14 janvier 1701, citée par Jacquot (op. cit. in note 15) p. 90.

7Sur les recommandations du célèbre botaniste Joseph Piton de Tournefort (1656-1708), Geoffroy rencontra Hans Sloane (1660-1753), qui était alors secrétaire de la Royal Society et éditeur des Philosophical transactions, et qui avait suivi les cours de Tournefort au Jardin royal des plantes de Paris dès la nomination de ce dernier à ce poste au printemps 168314. Dans une lettre du 12 février 1698, Tournefort présentait Geoffroy à Sloane comme « un parfait honnête homme très curieux, habile dans l’histoire naturelle et avec qui je vis depuis fort longtemps en parfaite amitié. »15. Deux mois plus tard, le 10 avril, il lui demandait de faciliter l’obtention par Geoffroy de tous les livres sur la botanique parus en Angleterre pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg qui opposa la France et l’Angleterre de 1686 à 1697. Du fait de la courtoise polémique qui l’opposait au botaniste anglais John Ray depuis 1694 sur la méthode de classification des plantes, Tournefort voulait en effet rassembler la documentation la plus complète en vue de la publication d’une traduction latine augmentée de ses Elements de botanique de 1694, qui parut en 1700 sous le titre de Institutiones rei herbariae, ouvrage qu’il demanda à Geoffroy de transmettre à Sloane avant son départ pour un long voyage d’herborisation au Proche-Orient16.

  • 17  Philosophical transactions, vol. 21 (1699), n° 249, p. 43-44.

8De toute évidence, Geoffroy ne se contenta pas de ce rôle d’intermédiaire, mais il sut faire valoir ses talents de botaniste et de chimiste puisqu’il fut élu « Fellow of the Royal Society » le 6 juillet 1698. Geoffroy ne resta à Londres que quelques mois, mais il eut le temps de présenter à la Société londonienne quelques-unes de ses découvertes sur les changements de couleur d’une liqueur préparée avec de l’esprit de vin et de l’esprit de vitriol, lorsqu’on verse sur elle quelques gouttes d’alcali volatil. Cette intervention fut rapportée dans les Philosophical transactions de février 1699 sous le titre « A way to make two clear spirituous inflammable liquors, which differ very little in taste and smell, and being mixted together, do give a fine carnation colour, without either sensible fermentation or alteration. Communicated by Monsieur Geoffroy F.R.S. »17.

9Ce bref séjour londonien eut deux conséquences importantes : l’établissement d’une correspondance régulière entre Geoffroy et Sloane, ainsi que la nomination de Geoffroy comme intermédiaire entre l’Académie Royale des Sciences et la Royal Society.

La correspondance Geoffroy-Sloane

  • 18  I. Bernard Cohen, « Isaac Newton, Hans Sloane and the Académie royale des sciences », in L’aventur (...)
  • 19  Bernard Cohen, op. cit. in note 18 ; Jean Jacquot, op. cit. in notes 14 et 15 ; Gavin R. De Beer, (...)

10Cette correspondance, qui est conservée au British Museum et dans les archives de la Royal Society, et dont des extraits ont été publiés par I. Bernard Cohen en 196418, a souvent été utilisée pour étudier les relations entre savants français et anglais à cette époque et la pénétration des idées de Newton en France, Geoffroy n’étant alors considéré que comme un vecteur d’informations19. Je voudrais ici utiliser ces lettres pour éclairer la situation de Geoffroy lui-même.

  • 20  Dans un post-scriptum d’une lettre à Sloane de 1699, Geoffroy écrit : «  Pray, Sir be you pleased (...)

11Dans sa première lettre, du 21 décembre 1698, Geoffroy dans son anglais approximatif20, remercie Sloane de lui avoir permis de devenir Fellow de la Royal Society :

  • 21  British Museum, Sloane MSS 4025, f. 132. Cohen p. 83.

That is a honour that I esteeme above all things in the world. I shall never omit any thing for deserving more and more in succeeding times this so great advantage. And for that, I shall not fail to impart to the Royal society of all will be here the most considerable Physick and natural Knowledges21.

  • 22 Philosophical transactions, vol. 20 (1698), n° 247, p. 430-432.

12Mettant immédiatement à exécution sa promesse, il communique à son correspondant ses observations sur les eaux minérales de Saint-Amand, lui livrant le résultat des analyses qu’il a effectuées et ses conclusions sur l’utilisation thérapeutique de ces eaux. Cette partie de la lettre sera immédiatement publiée dans les Philosophical transactions22.

13Quelques mois plus tard, le 7 mars 1699, Geoffroy renouvelle ses remerciements pour sa nomination à la Royal Society, puis il annonce qu’il vient d’être élu membre de l’Académie royale des sciences (il fut en effet admis comme élève de Homberg le 28 janvier 1699) et renouvelle son souhait d’apporter à la Royal Society « all curious things that will be found here ». En effet, poursuit-il :

  • 23  British Museum, Sloane MSS 4037, f. 222. Cohen p. 83-84.

In that purpose, Our Academy desiring to intertain correspondance with the Royall society, I have offered my self for imparting the society, by your means, with it that [which] will be here new, curious, and worthy to be communicated to it. And also I have given hopes that mutually you will communicate to the Academy that [which] will be there new and curious. I hope you nor the society will not disapprouve that mutuall correspondence, by which both society and Academy can be informed of all that will become more curious in the world, and can increase mutually his knowledge23.

14En effet, le procès-verbal de la séance du 28 février 1699 de l’Académie royale des sciences concernant la répartition des tâches entre ses membres précise en ce qui concerne Geoffroy :

  • 24  Procès-verbaux de l’Académie royale des sciences, tome XVIII (1699), f°143v-144r.

Il travaillera sur les sels essentiels et il a même déjà commencé. De plus, comme il est de la Société Royale de Londres et que le commerce des lettres qu’il entretient avec monsieur Sloane qui en est secrétaire lui donne moyen d’être instruit de plusieurs choses particulières et curieuses qui se traitent dans cette société, et qui ne sont pas toujours dans les transactions ou Journaux qu’elle ordonne, il vérifiera et rapportera à la Compagnie les expériences les plus considérables qui viendront à sa connaissance24.

15Il est clair qu’en réalité Geoffroy était chargé de faire passer l’information dans les deux sens, puisqu’il présente alors à son correspondant

An Account of the great Splendour that the Academie des Sciences has Received by the regulations, Incouragement, and Orders, Mons. L’abbé Bignon has obtained to it from the King.

  • 25 Philosophical transactions, vol. 21 (1699), n° 251, p. 144-145.

16Suit la liste des soixante-dix membres de l’Académie dont les huit associés étrangers au dernier rang desquels figure Newton. Tout ce passage fut reproduit dans les Philosophical transactions25. Geoffroy termine sa lettre en précisant que les membres étrangers ont été disposés par ordre de réception, ajoutant alors : « You will see Mr Newton whom the academy as associated. » En post-scriptum, il demandait la liste des membres de la Royal Society.

17Un mois plus tard, le 25 avril 1699, Geoffroy écrivit à Sloane que :

The Royal Academy, (to whom the King has just now given a new form, and put it in a greater splendour than it was before,) desiring to answer to the heroickal Intentions that his Majesty has conceived to make flourishing in his Kingdom, with the Peace, the natural and mechanical Knowledges : amongst all things that the Academy has intended for that purpose, it has thought one of the more necessary, to raise many correspondences not only in his Kingdom, but in many parts of the world.

18Après avoir indiqué que chaque membre étant chargé de prendre contact avec l’un de ses confrères étrangers, il poursuivait ainsi :

  • 26  British Museum, Sloane MSS 4037, f. 258. Cohen p. 86.

Monsr. Cassini and I understanding how great advantage should be to the Royal Academy the mutual commerce of Letters with you, we have proposed it to the Academy, and promised to intertain it for our part, imparting you with all things worthy of notice in our meetings, viz. Mr. Cassini concerning the mathematical and I the Physical Knowledges. We hope you will do the favour of requiting us, as we have bond it to the Academy26.

19Les relations entre Sloane et Geoffroy ainsi officialisées allaient se poursuivre de nombreuses années, avec les envois croisés des Mémoires de l’Académie royale des sciences et des Philosophical transactions, mais aussi de nombreux ouvrages de savants français et anglais, et ce malgré les difficultés de communication en ces périodes de guerre. Ces relations seront renforcées en 1709 par la nomination de Sloane comme associé étranger.

Geoffroy s’exprime sur Newton et le newtonianisme

  • 27  British Museum, Sloane MSS 4040, f. 114. Cohen p. 87 et 89. Henry Guerlac a signalé que l’exemplai (...)

20On sait que Geoffroy joua un rôle important dans la diffusion de l’Optique de Newton. Dans une lettre du 20 janvier 1706, il remercie Sloane de lui avoir envoyé « le volume des transactions philosophiques des années 1702 et 1703 avec l’excellent traitté d’Optique de Mr Newton que le père de Fontenay me remit entre les mains de votre part. », ajoutant un peu plus loin que « nos mathématiciens attendent avec empressement la seconde édition du traitté de Mr Newton De philosophiae naturalis principiis mathematicis. »27.

  • 28  C’est ce que signale le Père Sébastien Truchet, membre honoraire de l’Académie royale des sciences (...)
  • 29  Procès-verbaux de l’Académie royale des sciences, tome XXIII (1706), f° 321.
  • 30  Dans « Isaac Newton, Hans Sloane and the Académie royale des sciences » (op. cit. note 18), Bernar (...)

21Geoffroy avait finalement acquis la réputation de bien connaître la langue anglaise28. Aussi n’est-il pas étonnant qu’il lui soit revenu de présenter devant l’Académie royale des sciences une « traduction qu’il a faite en forme d’extraits d’un traité anglais de Mr Neuton sur l’Optique »29 lors de dix séances qui se déroulèrent du 7 août 1706 au 1er juin 1707. Il s’agissait bien sûr de la première édition anglaise de 1704, qui ne contenait pas la célèbre « Question XVI » de l’édition latine de 1706, devenue la « Question XXXI » de la seconde édition anglaise de 1717, dans laquelle Newton tentait d’interpréter les compositions et les précipitations chimiques en termes d’attraction30.

22Pour autant, Geoffroy était-il devenu newtonien ? Cela n’est pas certain. Il lui arrivera par la suite d’exprimer à l’égard de Newton des propos plutôt réservés, d’abord en ce qui concerne son absence de participation aux travaux de l’académie parisienne, puis sur le fond même de sa doctrine. Au printemps 1709, l’Académie royale des sciences avait décidé de proposer à Sloane le poste d’associé étranger laissé vacant par la mort de Tschirnhaus. C’est bien sûr Geoffroy qui fut chargé par Jean-Paul Bignon, président de l’Académie, de lui annoncer cette nouvelle dans une lettre du 4 janvier 1709. On ne peut qu’être frappé par les termes dans lesquels cette proposition est présentée au secrétaire de la Royal Society. Il ne s’agit pas en effet d’un honneur, mais d’une obligation qui est ainsi faite à Sloane, bientôt prié de s’engager à ne point s’y dérober :

  • 31  British Museum, Sloane MSS 4041, f. 273. Cohen p. 90.

Comme il [l’abbé Bignon] souhaiteroit bien exciter chacun des membres de l’academie a travailler, il m’a demandé si vous voudriés bien vous assujettir aux regles que s’imposent les academiciens tant de ce pays cy que les etrangers, qui sont de contribuer de tout leur pouvoir par leur travaux a l’avancement des sciences et a illustrer l’academie, et de faire part de temps en temps a la compagnie de ce qu’ils apprendront de nouveau dans les sciences31.

23Sloane ayant accepté ces conditions, auxquelles il se soumettait d’ailleurs depuis longtemps, il fut nommé associé étranger le 23 mars 1709, avec approbation royale le 13 avril. Geoffroy annonça à Sloane sa nomination dans une lettre du 18 avril, mais c’est par une lettre du 2 juin que nous comprenons les raisons de l’insistance de l’abbé Bignon sur le respect des obligations du poste. Geoffroy est cette fois-ci chargé d’une mission plus délicate : il s’agit de demander à son correspondant s’il estime que Thomas Herbert, comte de Pembrocke, qui avait présidé la Royal Society en 1689 et 1690, serait prêt à accepter, lui aussi, de devenir associé étranger. Il justifie sa démarche en ces termes :

  • 32  British Museum, Sloane MSS 4042, f. 291. Cohen p. 94.

Elle [l’Académie] aurait bien pu à la vérité nommer Mylord et puis luy marquer qu’elle l’a nommé. Mais comme il nous a paru que Mr Newton par exemple que l’on a nommé de cette manière meprisoit cette marque de Distinction, la compagnie ne veut plus se hazarder de nommer dans ces sortes de places des personnes a qui cela soit indifferent, pendant que beaucoup d’autres les souhaitent et les recherchent avec empressement32.

24Newton en effet ne semble pas avoir envoyé la moindre communication à l’Académie royale des sciences. On parle beaucoup de lui, Geoffroy rapporte à Sloane les discussions qui ont lieu à propos de certaines de ses expériences, mais le grand savant anglais semble bouder l’Académie royale des sciences qui est blessée par ce silence qu’elle juge méprisant. On aimerait qu’il vienne s’expliquer, puisqu’il critique la thèse cartésienne des tourbillons à laquelle adhèrent encore de nombreux savants français. On peut supposer que plus d’un regrettait alors d’avoir, dix ans plus tôt, fait à Newton l’honneur de le mettre d’autorité dans la liste des premiers associés étrangers.

Geoffroy et le refus des systèmes

  • 33  British Museum, Sloane MSS 4068, f. 51 et 4069, f. 157. Cohen p. 96-97. Voir également Jean Jacquo (...)

25Ce sont des réticences d’un autre genre dont Geoffroy se fait l’écho dans une lettre à Sloane du 10 avril 1715. Il vient d’évoquer les « belles expériences » faites par Francis Hawksbee avec sa machine pneumatique, et notamment celles sur « la réfraction de la lumière en passant de l’air plein dans l’air vide ». Il s’y intéressait en effet depuis que Sloane, après lui avoir décrit ces expériences faites en présence de Newton dans une lettre du 30 mai 1709, lui avait fait parvenir les Physico-Mechanical Experiments de Hawksbee33. Il poursuit alors en ces termes :

  • 34  British Museum, Sloane MSS 4044, f. 51. Cohen p. 100.

J’ai vu ce qu’il y a dans les Transactions Philosophiques touchant l’Attraction, le magnétisme ou l’Electricité des corps et les forces centripetes et centrifuges. Vous me parlés d’un account of several experiments relating to It Before the Royall society. Est-ce un simple Index de ces experiences, ou bien un recueil? Quelque chose que ce soit vous me ferés plaisir de me l’envoyer. Ces experiences nous ont paru fort curieuses, mais on a bien de la peine a s’accoutumer au terme d’attraction qui semble nous ramener aux qualités occultes. Le terme de magnetisme donne une Idée plus sensible de la maniere dont se peut faire cette approximation ou ecartement des corps. A la verité il peut porter avec luy un préjugé qu’on évite en se servant du mot d’attraction qui marque simplement un effect dont la cause selon Mr Neuton nous est encore inconnuë34.

  • 35  « Défense de thèses chimiques dans lesquelles les objections présentées dans les Actes de Leipzig (...)
  • 36  Cohen, op. cit. in note 14, p. 101.

26Bernard Cohen estime que Geoffroy fait ici référence à une communication de John Freind parue dans le volume XXVII des Philosophical transactions (1710-1712) sous le titre « Praelectionum Chymicum Vindiciae, in quibus objectiones, in Actis Lipsiensibus Anno 1710 mense Septembri, contra vim materiae attracticem allatae, diluuntur »35. Il observe aussi que la remarque finale de Geoffroy correspond assez bien à ce que Newton déclare dans l’avant-dernier paragraphe du Scholium generale qui n’apparaît que dans la seconde édition des Principia mathematica, qui venait d’être publié en 171336.

  • 37  C’est moi qui souligne.

27Cela suffit-il, comme le pensait Cohen, à faire de Geoffroy un chimiste newtonien ? Cette interprétation semble un peu trop rapide, surtout si l’on examine attentivement les termes dans lesquels il rapporte l’exaspération de l’Académie royale des sciences devant les silences de Newton ou lorsqu’il fait part à Sloane des réticences parisiennes à employer le terme d’attraction. Dans la lettre de 1709, il écrit « comme il nous a paru que Newton méprisait cette marque de distinction »37 ; dans celle de 1715, il mêle le « nous » et le « on ». Dans les deux cas il rapporte bien sûr l’opinion de ses collègues de l’Académie, mais rien n’indique qu’il ne la partage pas ; bien au contraire, il semble vouloir la reprendre à son compte. Quant à ses remarques finales sur l’usage des termes d’attraction et de magnétisme, elles peuvent même faire l’objet d’une interprétation opposée à celle de Cohen.

  • 38  Philosophical Transactions, vol XXVII (1710-1712), p. 330-342.
  • 39  Œuvres de Descartes, AT VIII, p. 275-315 pour l’édition latine ; AT IX-2, p. 271-309 pour la versi (...)

28Pour cela, examinons d’abord le contenu de la communication latine de John Freind dans les Philosophical transactions, puisque c’est à cette dernière que Geoffroy réagit dans sa lettre à Sloane38. Le texte est polémique : Freind s’en prend à ceux qui critiquent l’attraction newtonienne en y voyant l’expression de qualités occultes. Il met en évidence le caractère expérimental de la méthode de Newton, qui refuse de forger des hypothèses, ce que ne cessent de faire les cartésiens avec leurs théories des tourbillons et leur matière subtile. Si l’on en croit Freind, ce sont les adversaires de Newton qui avancent l’hypothèse d’une explication des phénomènes de la nature par le magnétisme. Peut-être songe-t-il alors aux importants développements consacrés au magnétisme dans la quatrième partie des Principes de la philosophie (articles 133 à 187), où Descartes développait une interprétation mécaniste du magnétisme39. Si, comme on peut le supposer, Geoffroy a lu la contribution de Freind, on ne peut qu’être frappé par sa manière de rester en deçà de la polémique, en évoquant alternativement les arguments des uns et des autres sans vraiment se prononcer. Freind affirmait avoir établi les fondements de sa théorie chimique en s’appuyant sur les principes de la philosophie de Newton. Geoffroy se gardera bien de prendre de telles positions.

  • 40  Voir Bernard Joly, « Was early eighteenth century’s chemistry an empirical science ?», communicati (...)

29On ne peut réduire la position réservée qu’adopte Geoffroy à l’attitude d’un homme que Fontenelle décrit dans son éloge comme « doux, circonspect, modéré, et peut-être même un peu timide ». Car ce trait de caractère renvoie plus fondamentalement à une position épistémologique : sa réticence à entrer dans les polémiques de son temps correspond en fait à un refus de donner le premier rang aux théories, qui se manifeste ici par sa préférence pour l’emploi du terme de magnétisme parce que ce dernier véhicule « une idée plus sensible » que le terme d’attraction. Cet attachement à ce qui est sensible, c’est à dire aux données observables de l’expérience, est un trait majeur de l’attitude scientifique de Geoffroy. Dans ses communications des années 1704-1708 sur la composition des métaux aussi bien que dans celles de 1718-1720 sur la table des rapports, Geoffroy refuse toujours de construire des théories et prend grand soin de s’en tenir au rapport de ce qu’il a pu observer. Pour lui, la chimie est une science empirique40. Sa préférence pour le terme de magnétisme vient donc du fait qu’un tel mot désigne d’abord des phénomènes directement observables et qu’il est tentant de rendre compte des relations entre les diverses substances dans les opérations de la chimie en les rapprochant des déplacements que l’on observe en présence d’un aimant : dans les deux cas, on observe des rapprochements et des répulsions, sans qu’il soit nécessaire d’émettre des hypothèses ou de construire une théorie pour rendre compte de ces opérations. Certes sous le nom de magnétisme, on ne s’est pas contenté de rassembler une multiplicité de données d’expérience ; Geoffroy sait bien que le terme a permis la construction de nombreuses élaborations théoriques, qui constituent autant de « préjugés ». Mais il n’est pas sûr que Newton, en voulant les éviter, n’en ait pas introduit d’autres avec le terme d’attraction, puisque ce dernier renvoie à l’idée de forces occultes.

De la chimie, avant toute chose…

30A la lumière de ces diverses observations, il devient possible de déterminer plus précisément le positionnement de Geoffroy par rapport aux théories scientifiques de son temps et de réviser l’image un peu sommaire d’un newtonien isolé dans une académie des sciences cartésienne. Bien sûr, Geoffroy était parfaitement informé de tous les développements de la science anglaise de son temps, et en particulier des travaux de Newton, dont il a contribué à faire connaître les travaux, au moins dans le domaine de l’optique. Il est alors difficile d’imaginer qu’il n’ait pas eu rapidement connaissance des nouvelles éditions, latine (1706) et anglaise (1717), de l’Optique, et en particulier de la « Question XVI » devenue XXXI, dans laquelle les questions que pose Newton concernent plusieurs des opérations chimiques que la Table des rapports de 1718 mettra en relief, notamment en ce qui concerne les précipitations métalliques provoquées par l’introduction d’un alcali dans la solution d’un métal dans un acide.

  • 41  J’ai récemment montré que si Boyle est cartésien, ce n’est certainement pas parce qu’il aurait int (...)

31Cet intérêt pour les travaux de Newton est d’autant plus marqué que Geoffroy ne se préoccupait pas seulement de chimie. Outre le fait qu’il était médecin, il s’intéressait aussi aux expériences sur le vide effectuées avec l’appareil  de Hawksbee et aux travaux de Newton sur les couleurs. Mais il ne semble jamais s’intéresser aux questions de mathématiques, qui ne sont pas de son ressort. C’est ainsi que, lorsqu’il accuse réception de l’Optique en janvier 1706, il ajoute que la réédition des Principia Mathematica était attendue de « nos mathématiciens », et non pas de lui-même. Geoffroy semble ainsi consacrer une nette séparation entre les mathématiques, dont le correspondant français était Cassini, et les sciences de la nature qui sont de sa compétence, ces deux parties de la science semblant correspondre à ses yeux aux deux ouvrages principaux de Newton. Seuls intéressent Geoffroy les savoirs parmi lesquels il situera ses travaux chimiques et qu’il désigne, dans les lettres de 1698 et 1699, par des expressions comme « physical knowledge », « natural knowledge », « mechanical knowledge », sans que l’on puisse d’ailleurs affirmer que cette dernière appellation, qui fait songer à la conception de la science défendue par Boyle, signifie un ralliement explicite à des thèses cartésiennes41. Vidé de ses références mathématiques, l’éventuel newtonianisme de Geoffroy ne pourrait donc pas correspondre à ce que nous avons l’habitude de nommer ainsi.

  • 42  Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1742 (1700), p. 110-121.

32Mais en ce qui concerne la chimie, Geoffroy ne semble rien attendre des Anglais, c’est plutôt lui qui fournit des informations, comme le montrent trois communications dans lesquelles Geoffroy livre au public anglais des aspects essentiels de ses recherches chimiques. Ainsi envoie-t-il à Sloane le texte de la première communication qu’il fit devant l’Académie le 12 mai 1700, « Observations sur les dissolutions et sur les fermentations que l’on peut appeler froides parce qu’elles sont accompagnées du refroidissement des liqueurs dans lesquelles elles se passent »42, texte bientôt publié dans les Philosophical transactions de septembre 1701, sous le titre :

  • 43  Philosophical transactions, vol. 22 (1701), n° 274, p. 951-962. La date est erronée, même en tenan (...)

Observations upon the dissolutions and fermentations which we may call cold, because they are accompagnied with a coolness of the liquors into which they pass. And of a new thermometer. Extracted out of a discourse, which Mr Geoffroy, FRS, made in the public meeting of the Royal Academy of Sciences the 21st of April43

  • 44  British Museum, Sloane MSS 4040, f. 114 ; Cohen p. 88-89, note 55.
  • 45   Mémoire du 12 novembre 1704 : « Manière de recomposer le souffre commun par la réunion de ses pri (...)
  • 46  Louis Lémery, « Diverses expériences et observations chimiques et physiques sur le Fer et sur l’Ai (...)
  • 47  Geoffroy se réfère à un texte qui se trouve dans le premier supplément de la Physica subterranea, (...)
  • 48  J’ai développé les moments de cette querelle dans trois contributions : « Quarrels between E.F. Ge (...)

33Six ans plus tard, dans une lettre à Sloane du 20 janvier 170644, il résume les mémoires qu’il avait présentés à l’Académie royale des sciences en 1704 et 1705 sur la production artificielle du fer lors de la combustion des végétaux45. Il est d’ailleurs intéressant de constater que, dans la même lettre, il confie également à son correspondant les objections qui lui ont été présentées, alors que la première communication de son adversaire, Louis Lémery fils de Nicolas, ne sera présentée devant l’Académie que le 14 avril 170646, quatre mois après cette lettre par laquelle Geoffroy donne à son correspondant anglais la primeur des débats entre les chimistes de l’Académie royale des sciences. C’est en s’appuyant sur le témoignage d’une recette de l’alchimiste allemand Johann Joachim Becher que Geoffroy croyait alors pouvoir établir la composition du fer révélée par sa production lors de la calcination des végétaux : la combustion permettait au soufre principe, au sel vitriolique et à la terre vitrifiable dont était composé le végétal de se rassembler pour former le métal47. Lémery, qui ne voyait là qu’une recette de transmutation, opposait à Geoffroy une explication purement mécanique : les particules de fer contenues dans la terre pouvaient remonter des racines aux tiges du végétal dans les petits canaux que constituaient ses fibres et se retrouver ainsi dans ses cendres. Geoffroy, pour qui le poids du fer empêchait qu’il remonte avec la sève, considérait avec Becher que la calcination du métal était une opération chimique au cours de laquelle les parties constituantes du métal étaient réunies. L’ampleur de la querelle, à laquelle Homberg et Nicolas Lémery apportèrent leur contribution, montre bien son enjeu : il s’agissait pour Geoffroy de défendre le caractère heuristique et fécond de la tradition alchimique contre les prétentions réductrices de l’interprétation mécaniste48. Il considérait d’ailleurs cette tradition bien davantage comme un répertoire de recettes que comme un corpus doctrinal.

  • 49  British Museum, Sloane MSS 4042, f. 5. Cohen p. 93.
  • 50  Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1742 (1709), 162-176. Il est ici question des expérien (...)
  • 51  Philosophical transactions, vol. 26 (1709), n° 322, p. 378-386.
  • 52  Johann Joachim Becher, Experimentum chymicum novum quo artificialis et instantanea metallorum gene (...)
  • 53  Wilhelm Homberg, « Sur l’analyse du soufre commun », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1 (...)

34Enfin, dans une autre lettre, datée du 8 juillet 170949, Geoffroy envoie à Sloane sa communication présentée devant l’Académie des sciences deux mois auparavant (2 mai 1709) sous le titre « Expériences sur les métaux faites avec le verre ardent du palais Royal »50. Là encore, la traduction de ce texte fut immédiatement publié dans les Philosophical transactions sous le titre « Experiments upon metals, made with the burning-glass of the Duke of Orleans »51. Dans le prolongement de ses travaux sur la production artificielle du fer où il se référait à la fois à des travaux de Becher sur la constitution des métaux publiés en 167152 et aux toutes récentes publications de Homberg sur le Soufre principe53, Geoffroy explique à nouveau que la calcination des métaux consiste à en ôter leur soufre ou huile, les cendres ainsi obtenues pouvant être à nouveau transformées en métal lorsqu’elles sont chauffées sur du charbon qui restitue leur principe huileux.

  • 54  Etienne-François Geoffroy, « Eclaircissements sur la table insérée dans les mémoires de 1718 conce (...)

35On ne sera pas surpris que, quelques années plus tard, lorsqu’il doit défendre sa table en 1720 en entrant de manière plus détaillée dans la description des opérations, Geoffroy identifie le soufre des métaux au phlogistique de Stahl, marquant ainsi à nouveau son attachement à une chimie allemande toujours très liée à son passé alchimique54. Il s’agit sans doute là de la première introduction explicite de la doctrine du phlogistique dans la chimie française. Que ce soit alors Stahl qu’il présente publiquement comme référence est d’ailleurs particulièrement intéressant, puisque nous savons, et les contemporains de Geoffroy ne l’ignoraient certainement pas, que Stahl était un farouche adversaire du cartésianisme en général et de l’interprétation mécaniste des opérations de la chimie en particulier. Que Geoffroy se réfère à Stahl après s’être réclamé de Becher dix ans auparavant est encore plus significatif, dans la mesure où le premier revendiquait l’héritage becherien en se faisant le ré-éditeur de la Physica subterranea en 1703. C’est une tradition alchimique modernisée, mais porteuse d’innombrables expériences de laboratoire, qui est ainsi mobilisée par Geoffroy au service de la constitution de sa « Table des rapports ».

  • 55  Louis Lémery, 24 mars 1711 : « Sur les précipitations chymiques ; où l’on examine par occasion la (...)
  • 56  Louis Lémery, 26 mai 1734, « Sur le sublime corrosif ».

36Nous avons vu que Geoffroy était bien informé des problèmes posés par l’utilisation de la notion d’attraction, mais que, pour des raisons épistémologiques, il ne voulait pas s’engager dans des polémiques à ce sujet. C’est donc bien davantage par souci de rester fidèle à sa position empiriste plutôt que par prudence ou par ignorance qu’il n’emploie pas le terme dans sa communication de 1718, lui préférant celui de « rapport » dont l’impact métaphysique est beaucoup plus faible. De ce point de vue, la position de Geoffroy se distingue de manière tout à fait frappante de celle de Louis Lémery. Ce dernier avait abordé la question des précipitations chimiques dans plusieurs communications à partir de 171155. Pour expliquer les dissolutions et les précipités métalliques, il invoquait les pores et les pointes des alcalis et des acides, ainsi que les « torrents de matière subtile », comme disait Fontenelle, qui provoquaient leur entrechoquement. Lémery revendiquait ainsi l’élaboration d’un « système mécanique », là où Geoffroy se contentait de mettre en tableau la diversité des phénomènes concernés, en se gardant précisément de toute hypothèse pour en expliquer la « mécanique ». Quelques années plus tard, Lemery affirmera d’ailleurs que l’introduction en chimie de ce qu’il appelle par dérision « le système des attractions » n’était que l’aveu des difficultés que l’on rencontre quand on veut expliquer mécaniquement les phénomènes chimiques. Il reconnaissait ainsi que « l’idée d’affinité, de rapports plus ou moins grands entre différences substances » ne peut pas être à la source d’un véritable système chimique qui viendrait concurrencer le sien56. Tandis que Lémery revendique son adhésion au système cartésien, Geoffroy se garde bien de toute référence à quelque système que ce soit : pour lui, la chimie n’est pas affaire de système

37Pour autant, peut-on être certain que la lecture de la « Question XXXI » n’ait eu sur Geoffroy aucune influence ? Certes, il n’est guère vraisemblable qu’il ait pu y trouver la présentation d’opérations chimiques qu’il ne connaissait pas, puisque Newton ne fait rien d’autre que d’évoquer des opérations dont les résultats sont connus depuis longtemps par les chimistes. Il convient cependant de distinguer deux aspects dans le travail que Geoffroy présenta à l’Académie royale des sciences en 1718 : d’une part le contenu chimique, constitué du rassemblement de multiples expériences de laboratoire, anciennes et nouvelles, connues de tous, d’autre part ce qui constitue véritablement l’originalité et l’importance de l’apport de Geoffroy à la chimie de son temps, c'est-à-dire l’idée de mettre en tableau le résultat de ces expériences, en prenant comme critère de rangement les « rapports », c'est-à-dire la capacité d’une substance à s’associer constamment à une autre de préférence à une troisième.

38Le contenu chimique de la Table, d’origine purement empirique, rassemble tout ce que Geoffroy a pu apprendre aussi bien de la lecture des recettes anciennes que de ses propres pratiques et de celles de ses collègues, qu’il s’agisse des travaux de Homberg sur les « principes » de la chimie, qui ne sont finalement que des substances sur lesquelles on opère en laboratoire, ou des expériences de Louis Lémery sur les précipitations. Mais on peut se demander d’où il tira l’idée même de construire un tableau qui schématise les diverses opérations de la chimie du point de vue des rapports que les substances entretiennent les unes avec les autres et des précipitations que cela entraîne. C’est chez Francis Bacon que l’on trouve l’affirmation selon laquelle les progrès du savoir exigent que les diverses observations soient mises en tables. Ainsi, écrit-il dans le Novum organum :

  • 57  Francis Bacon, Novum organum, Londres, 1620, livre II, aphorisme 10 ; trad. fr. Michel Malherbe et (...)

Mais l’histoire naturelle et expérimentale est si variée et si disséminée qu’elle confondrait et disperserait l’esprit, si elle n’était présentée et offerte dans un ordre convenable. C’est pourquoi il faut constituer des tables et des arrangements d’instances, selon un mode et une disposition telle que l’entendement puisse s’y appliquer57.

39On ne sait si Geoffroy avait lu Bacon, mais il serait bien surprenant que ses amis de la Royal Society ne lui en aient pas parlé. Les tables baconiennes avaient pour fonction de fournir à l’entendement le matériau organisé permettant d’atteindre des axiomes par le travail de l’induction. Peut-être est-ce en ce sens que Geoffroy présente comme des lois les conclusions générales qu’il tire de l’observation de son tableau.

40Mais que l’arrangement dans une table se fasse en fonction de « rapports », voilà qui ne semble pas pouvoir se tirer de Bacon, chez qui les tables ne sont jamais que des listes d’instances qui n’ont en commun que d’être rassemblées dans une même rubrique. C’est cette idée de rapport qui pourrait venir de lectures newtoniennes. Par la rhétorique même du texte de la « Question XXXI », dont les phrases interro-négatives se succèdent dans une formulation identique, Newton suggère en effet que, dans les diverses opérations entre des substances différentes les unes des autres, il se produit quelque chose de constant, que le même processus est toujours à l’œuvre. N’est-ce pas l’une des fonctions du terme de « rapport » que de mettre en évidence la constance d’une relation entre des termes différents ? Quoiqu’il en soit du rôle d’une telle lecture, cela ne ferait pas pour autant de Geoffroy un chimiste newtonien, puisqu’en employant le terme de rapport plutôt que celui d’attraction, il se tient à distance de l’hypothèse du savant anglais. Les rapports, n’étant que des relations constantes observées, n’exigent pour être expliqués aucune référence à une quelconque attraction : ils sont directement justifiés par l’expérience, et non pas par l’hypothèse théorique sous laquelle sont subsumées les observations.

  • 58  Newton, Opticks (New-York, Dover publications, 1952/1979), p. 394.
  • 59  Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1720 (1718), p. 203.

41Geoffroy se serait alors montré, sur le plan de la méthode, plus « newtonien » que Newton lui-même, si l’on entend par là le refus de toute hypothèse. En effet, alors que le savant anglais voulait construire une théorie et affirmait dans la « Question XXXI » que « There are therefore Agents in nature able to make the Particles of Bodies stick together by very strong Attractions »58, Geoffroy, au contraire, se contente d’établir ce qu’il appelle une « proposition d’une très grande étendue dans la chimie », sans jamais évoquer un agent qui serait responsable de ces « dispositions à se joindre l’une avec l’autre » qui caractérisent certaines substances59. Newton utilise la chimie pour conforter la thèse générale qu’il esquisse, et c’est ce que voudront faire aussi beaucoup de successeurs de Geoffroy ; mais ce dernier s’en tient strictement au domaine de la chimie, qu’il veut mettre à l’abri de toutes les récupérations hasardeuses, qu’il s’agisse de celles de ses collègues cartésiens ou de ses amis newtoniens.

  • 60  Voir à ce sujet Bernard Joly, Descartes et la chimie, Paris, Vrin, 2011.

42Si des chimistes comme Nicolas ou Louis Lémery qui se réclamaient du cartésianisme, s’opposaient à Geoffroy, c’est qu’ils croyaient déceler chez lui la présence d’idées qu’ils jugeaient périmées. C’est alors dans un même mouvement qu’ils critiquaient ses références à Stahl, à Becher ou à certains aspects de la tradition alchimique et qu’ils le soupçonnaient de newtonianisme : à leurs yeux, toutes ces doctrines avaient en effet en commun de ne pas s’accommoder de la réduction mécaniste des objets de la chimie à laquelle s’était livré Descartes, en particulier dans la quatrième partie des Principes de la philosophie60, de préférer les « causes cachées » aux explications mécaniques par la figure, la taille et le mouvement, bref de tourner le dos à la modernité. Geoffroy eut le bon goût de ne pas répondre à ces attaques de manière dogmatique, ne cherchant pas à adopter la posture d’un newtonien ou d’un cartésien, mais préférant s’en tenir à ce que sa formation de chimiste lui permettait de démontrer. Sans doute est-ce là ce qui fit la fécondité et le succès de sa table des rapports.

Haut de page

Notes

1  Michelle Goupil, Du flou au clair ? Histoire de l’affinité chimique de Cardan à Prigogine, Paris, Editions du comité des travaux historiques et scientifiques, 1991.

2  Mi Gyung Kim, Affinity, That Elusive Dream. A Genealogy of the Chemical Revolution, Cambridge (Ma), The MIT Press, 2003.

3  Maupertuis, Vénus physique, Paris, 1745 ; rééd. Paris, Aubier, 1980, p. 121.

4  Fontenelle, qui exprimait ses réticences dès le compte-rendu des travaux de Geoffroy dans l’Histoire de l’Académie royale des sciences pour 1718, les exprima à nouveau dans son « Eloge de Geoffroy » en 1731. Sur l’attitude complexe de Fontenelle concernant la chimie, voir dans ce numéro les contributions de François Pépin et Luc Peterschmitt.

5  Par exemple, Buffon, Histoire naturelle, tome XIII, Paris, 1765, « De la nature, seconde vue », p. XII-XIII, Œuvres, Paris, Gallimard, La Pleiade, p. 1000-1001.

6  Introduite comme « Question 23 » dans l’édition latine de 1706, elle devint la « Question 31 » dans la seconde édition anglaise de l’Optique en 1717.

7  William Smeaton, « E.F. Geoffroy was not a Newtonian chemist », Ambix XVIII (1971), p. 212-214.

8  Ursula Klein, « E.F. Geoffroy Table of different ‘Rapports’ observed between different chemical substances. A reinterpretation », Ambix XLII/2 (1995), p. 79-100.

9  Ursula Klein, « The chemical workshop tradition and the experimental practice: discontinuities within continuities », Science in context 9/3 (1996), p. 251-287 ; Frederic Holmes, « The communal context for Etienne-François Geoffroy “Table des rapports” », Science in context 9/3 (1996), p. 289-311.

10  Fontenelle, « Eloge de M. Geoffroy », Histoire de l’Académie royale des sciences pour 1731, Paris, 1734, p. 93.

11  Idem.

12  Id., p. 95. La nomination du comte de Ballard fait suite à la paix de Ryswick (1697), qui mit provisoirement fin à la guerre qui avait opposé la France à la Ligue d’Augsbourg de 1686 à 1697

13  Voir Bernard Joly, « Le médecin, philosophe mécanico-chimiste selon Etienne-François Geoffroy (1672-1731) », in Nunzio Alloca (éd.), Macchina et vita. Modelli epistemologici e implicazioni morali (sec. XVII-XIX), à paraître.

14  Sur les relations entre Sloane et Tournefort, voir Jean Jacquot, Le naturaliste Sir Hans Sloane (1660-1753) et les échanges scientifiques entre la France et l’Angleterre, fascicule n° 25 des Conférences du Palais de la Découverte, Paris, Palais de la Découverte, 1954.

15  Cité par Jean Jacquot, « Sir Hans Sloane and french men of science », Notes and Records of the Royal Society of London, volume 10, 1953, p. 87.

16  Lettre de Tournefort à Sloane du 14 janvier 1701, citée par Jacquot (op. cit. in note 15) p. 90.

17  Philosophical transactions, vol. 21 (1699), n° 249, p. 43-44.

18  I. Bernard Cohen, « Isaac Newton, Hans Sloane and the Académie royale des sciences », in L’aventure de la sciences. Mélanges Alexandre Koyré, Paris, 1964, tome I, p. 60-116.

19  Bernard Cohen, op. cit. in note 18 ; Jean Jacquot, op. cit. in notes 14 et 15 ; Gavin R. De Beer, « The relations between fellows of the Royal Society and French men of science when France and Britain were at war », Notes and Records of the Royal Society of London, 1952, n° 9, p. 244-299.

20  Dans un post-scriptum d’une lettre à Sloane de 1699, Geoffroy écrit : «  Pray, Sir be you pleased to excuse the faults against the purity of the language, for the zeal that I have to learne the English tongue. » (British Museum, Sloane MSS 4059, f. 54. Cohen p. 80).

21  British Museum, Sloane MSS 4025, f. 132. Cohen p. 83.

22 Philosophical transactions, vol. 20 (1698), n° 247, p. 430-432.

23  British Museum, Sloane MSS 4037, f. 222. Cohen p. 83-84.

24  Procès-verbaux de l’Académie royale des sciences, tome XVIII (1699), f°143v-144r.

25 Philosophical transactions, vol. 21 (1699), n° 251, p. 144-145.

26  British Museum, Sloane MSS 4037, f. 258. Cohen p. 86.

27  British Museum, Sloane MSS 4040, f. 114. Cohen p. 87 et 89. Henry Guerlac a signalé que l’exemplaire destiné à Geoffroy, qui portait la mention manuscrite « Pour Mr Geoffroy de l’académie des sciences » ainsi que la signature de Geoffroy, a été conservé et se trouve maintenant à la bibliothèque de Cornell University : Henry Guerlac, Newton on the Continent, Ithaca and London, Cornell University Press, 1981, p. 76.

28  C’est ce que signale le Père Sébastien Truchet, membre honoraire de l’Académie royale des sciences de 1699 à 1722, qui avait fait partie de ces savants invités par son père à la formation du jeune Geoffroy. Dans une lettre à Newton de 1722 ou 1723, Truchet déclare avoir eu recours à l’assistance de Geoffroy en raison de sa bonne connaissance de la langue, pour se livrer aux expériences citées par l’auteur dans l’Optique. Voir Henry Guerlac, op. cit. in note 27, p. 139-140.

29  Procès-verbaux de l’Académie royale des sciences, tome XXIII (1706), f° 321.

30  Dans « Isaac Newton, Hans Sloane and the Académie royale des sciences » (op. cit. note 18), Bernard Cohen annonçait avoir retrouvé le texte de Geoffroy à la bibliothèque de l’Arsenal à Paris. En effet, un manuscrit anonyme intitulé Optique ou traité des réflexions, réfractions, inflexions et couleurs de la lumière par Mr Neuton 1704 lui semblait, par ses dimensions et son contenu, correspondre parfaitement au travail de Geoffroy. Il pouvait alors constater que le résumé était fidèle au texte de Newton et offrait au lecteur une bonne compréhension de l’ouvrage. On peut cependant se demander si un tel résumé correspond bien à ce qui est présenté dans l’Histoire de l ’Académie comme une traduction en forme d’extraits.

31  British Museum, Sloane MSS 4041, f. 273. Cohen p. 90.

32  British Museum, Sloane MSS 4042, f. 291. Cohen p. 94.

33  British Museum, Sloane MSS 4068, f. 51 et 4069, f. 157. Cohen p. 96-97. Voir également Jean Jacquot, Le naturaliste Sir Hans Sloane, op. cit. in note 10, p. 21-22.

34  British Museum, Sloane MSS 4044, f. 51. Cohen p. 100.

35  « Défense de thèses chimiques dans lesquelles les objections présentées dans les Actes de Leipzig de septembre 1710 contre la force d’attraction de la matière sont réfutées. »

36  Cohen, op. cit. in note 14, p. 101.

37  C’est moi qui souligne.

38  Philosophical Transactions, vol XXVII (1710-1712), p. 330-342.

39  Œuvres de Descartes, AT VIII, p. 275-315 pour l’édition latine ; AT IX-2, p. 271-309 pour la version française.

40  Voir Bernard Joly, « Was early eighteenth century’s chemistry an empirical science ?», communication au symposium  « What does it mean to be an 18th century empiricist? Construction and circulation of a pluralistic concept » organisé par Anne-Lise Rey et Siegfried Bodenmann à la 4th International Conference de l'European Society for the History of Science, Barcelone, 20 novembre 2010, à paraître dans les actes.

41  J’ai récemment montré que si Boyle est cartésien, ce n’est certainement pas parce qu’il aurait introduit dans la chimie le mécanisme du philosophe français : Bernard Joly, « Le cartésianisme de Boyle du point de vue de la chimie », in Myriam Dennehy et Charles Ramond, La philosophie naturelle de Robert Boyle, Paris, Vrin, 2009, p. 139-155.

42  Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1742 (1700), p. 110-121.

43  Philosophical transactions, vol. 22 (1701), n° 274, p. 951-962. La date est erronée, même en tenant compte du décalage de 11 jours par rapport au calendrier grégorien que l’Angleterre n’adoptera qu’en 1751.

44  British Museum, Sloane MSS 4040, f. 114 ; Cohen p. 88-89, note 55.

45   Mémoire du 12 novembre 1704 : « Manière de recomposer le souffre commun par la réunion de ses principes, et d’en composer de nouveau par le mélange de semblables substances, avec quelques conjectures sur la composition des métaux ». Mémoire du 5 décembre 1705 : « Problème de chimie. Trouver des cendres qui ne contiennent aucune parcelle de fer ». Il faut rappeler qu’à l’époque on considérait encore les métaux comme des corps mixtes.

46  Louis Lémery, « Diverses expériences et observations chimiques et physiques sur le Fer et sur l’Aimant ». Lémery revient sur le sujet le 13 novembre 1706 : « Que les plantes contiennent réellement du fer, et que le métal entre nécessairement dans leur composition naturelle ».

47  Geoffroy se réfère à un texte qui se trouve dans le premier supplément de la Physica subterranea, d’abord publié séparément en 1671, deux ans après la sortie de cet ouvrage, sous le titre Experimentum chymicum novum quo artificialis et instantanea metallorum generatio et transmutatio ad oculum demonstratur, puis intégré à l’ouvrage principal dès la seconde édition en 1681.

48  J’ai développé les moments de cette querelle dans trois contributions : « Quarrels between E.F. Geoffroy and Louis Lémery at the Académie royale des sciences in the early seventeenth century. Mecanism and alchemy », in Lawrence Principe (ed.) Chymists and chymistry. Studies in the history of alchemy and early modern chemistry, Philadelphie, Philadelphie/Sagamore Beach (USA), Chemical Heritage Foundation/ Science History Publications, 2007 ; « Etienne-François Geoffroy, un chimiste français entre l’Angleterre et l’Allemagne », in José Ramón Bertomeu-Sánchez, Duncan Thorburn Burns, Brigitte Van Tiggelen (éd.), Neighbours and Territories. The Evolving Identity of Chemistry, Louvain-la-neuve, Mémosciences asbl, 2008, p. 105-114,  http://www.euchems.eu/fileadmin/user_upload/binaries/10_Joly_tcm23-139352.pdf  ; « Le mécanisme et la chimie dans la nouvelle Académie royale des sciences : les débats entre Louis Lémery et Etienne-François Geoffroy », in Methodos n 8 (2008), Chimie et mécanisme au tournant XVIIe-XVIIIe siècle (http://methodos.revues.org/document1403.html).

49  British Museum, Sloane MSS 4042, f. 5. Cohen p. 93.

50  Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1742 (1709), 162-176. Il est ici question des expériences de combustion effectuées dans les jardins du Palais Royal avec la lentille de Tschirnhaus achetée par le duc d’Orléans pour Homberg. Voir à ce sujet Lawrence Principe, « Wilhelm Homberg et la chimie de la lumière », Methodos, n° 8, 2008, § 15, http://methodos.revues.org/1223.

51  Philosophical transactions, vol. 26 (1709), n° 322, p. 378-386.

52  Johann Joachim Becher, Experimentum chymicum novum quo artificialis et instantanea metallorum generatio et transmutatio ad oculum demonstratur, 1671. Il s’agit d’un supplément à la Physica subterranea de 1669.

53  Wilhelm Homberg, « Sur l’analyse du soufre commun », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1703.

54  Etienne-François Geoffroy, « Eclaircissements sur la table insérée dans les mémoires de 1718 concernant les rapports observés entre différentes substances », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1722 (1720), p. 20-34.

55  Louis Lémery, 24 mars 1711 : « Sur les précipitations chymiques ; où l’on examine par occasion la dissolution de l’or et de l’argent, la nature particulière des esprits acides, et la manière dont l’esprit de nitre agit sur celuy de sel dans la formation de l’eau régale ordinaire » ; 6 avril 1712 : « Conjectures sur les couleurs différentes des précipités de mercure » ; 27 juin 1716 : « Explication mécanique de quelques différences assez curieuses qui résultent de la dissolution de différents sels dans l’eau commune ».

56  Louis Lémery, 26 mai 1734, « Sur le sublime corrosif ».

57  Francis Bacon, Novum organum, Londres, 1620, livre II, aphorisme 10 ; trad. fr. Michel Malherbe et Jean-Marie Pousseur, Paris, PUF, 1986, p. 195.

58  Newton, Opticks (New-York, Dover publications, 1952/1979), p. 394.

59  Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1720 (1718), p. 203.

60  Voir à ce sujet Bernard Joly, Descartes et la chimie, Paris, Vrin, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Joly, « Etienne-François Geoffroy, entre la Royal Society et l’Académie royale des sciences : ni Newton, ni Descartes », Methodos [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://methodos.revues.org/2855 ; DOI : 10.4000/methodos.2855

Haut de page

Auteur

Bernard Joly

Université de Lille 3, UMR 8163 « Savoirs, textes, langage »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org