Navigation – Plan du site
Analyses et interprétations

Hobbes, la coopération et la théorie des jeux

Marc Parmentier

Résumés

L'objectif de cet article est d'établir dans quelle mesure la théorie des jeux permet de formaliser et d'éclairer trois problématiques-clés de la philosophie politique de Hobbes : la guerre de tous contre tous dans l'état de nature ; le pacte instaurant un souverain absolu ; le mode d'action de ce dernier pour faire respecter les contrats au sein de l'état civil. L'analyse révèle qu'à certains égards le « problème de confiance » formulé par Amartya Sen apparaît plus pertinent que le célèbre « dilemme du prisonnier » évoqué par de nombreux commentateurs. Elle révèle également les ambiguïtés d'une œuvre susceptible de plusieurs modélisations et de plusieurs jugements possibles quant à la place de son auteur dans l'histoire du libéralisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Outre les auteurs étudiés dans cet article, on pourrait également mentionner les travaux de K. Bai (...)
  • 2 « On admet généralement que le dilemme du prisonnier formalise la structure de l'état de nature te (...)

1La philosophie politique de Hobbes décrit l'émergence de diverses formes de coopération à partir d'un état de guerre généralisé. La théorie des jeux et en particulier le « dilemme du prisonnier » ont renouvelé la réflexion sur de telles coopérations. Mis à contribution par de nombreux commentateurs anglo-saxons pour éclairer les principaux concepts de la philosophie politique de Hobbes, ils ont donné lieu à des débats à la fois techniques et passionnés1, à situer dans celui plus général relatif à la place de Hobbes dans l'histoire du libéralisme. L'objectif de cet article est d'examiner les fondements du rapprochement (parfois présenté comme évident2) entre le dilemme du prisonnier et trois problématiques centrales dans la philosophie politique de Hobbes : la guerre de tous contre tous dans l'état de nature, le pacte instaurant un souverain absolu, le mode d'action de ce dernier pour faire respecter les contrats au sein de l'état civil.

1. Le dilemme du prisonnier est-il un bon modèle de l'état de nature ?

A. Conditions formelles du dilemme

  • 3 Imaginé en 1950 par Merrill Flood et Melvin Dresher puis rebaptisé « dilemme du prisonnier » par l (...)
  • 4 Dans le tableau la première lettre correspond au gain du joueur 1.

2Considéré d'un point de vue formel le jeu du prisonnier3 se caractérise par un certain ordre entre les « gains » (ou « paiements ») associés aux combinaisons des deux stratégies dont disposent deux joueurs (trahir le partenaire ou coopérer avec lui)4.

Joueur 1                   Joueur 2

trahison

coopération

trahison

P, P

T, D

coopération

D, T

C, C

  • 5 Une autre condition peut être introduite 2P (D+T) pour éviter que, dans le cas où le jeu est répé (...)
  • 6 Au sens où dans ces situations (nommées « équilibres de Nash ») aucun des joueurs n'a intérêt à mo (...)

3Il y a dilemme si T>C>P>D, c'est-à-dire si le gain associé à la trahison unilatérale est supérieur au gain associé à la coopération mutuelle, lui-même supérieur au gain de la double trahison dans laquelle les joueurs se piègent mutuellement, lui-même supérieur au gain dans le cas le plus défavorable, celui d'un joueur dupé par un partenaire auquel il est fidèle et qui le trahit5. Le jeu se caractérise par l'existence de deux situations d'équilibre (P,P) et (C,C)6 mais aussi par la faible probabilité d'atteindre la situation collectivement optimale (C,C). À chaque joueur s'impose en effet une « stratégie dominante » : quelle que soit la stratégie adoptée par son partenaire, il est toujours avantageux de le trahir (si le partenaire trahit :  P>D; s'il coopère :  T>C).

B. L'utilisation du modèle chez les auteurs anglo-saxons

  • 7 « ...il est très généralement admis que le type de situation auquel ont à faire face des agents c (...)

4Si la pertinence du dilemme du prisonnier dans l'analyse des problèmes de coopération fait débat7, très nombreux sont les commentateurs ayant jugé qu'il était susceptible d'éclairer la philosophie politique de Hobbes.

  • 8 De la justice, trad. C. Audard, Paris, Seuil, 1997, p. 310.
  • 9 « Nous pouvons remarquer que si les deux prisonniers savaient que l'un et l'autre sont des utilita (...)

5John Rawls admet que l'état de nature décrit dans le chapitre 13 du Léviathan est « l'exemple classique » du dilemme du prisonnier8, mais il ne mentionne pas l'existence d'une stratégie dominante et réduit le problème à un problème de communication9.

  • 10 « Each has the choice of invading in order to seize the goods or refraining to do so... no matter (...)

6Pour Jean Hampton, dont l'ouvrage Hobbes and the Social Contract Tradition mène une analyse très approfondie de la question, la première cause de conflit mentionnée par Hobbes, à savoir la rivalité, incite à penser que les choix à la disposition des hommes dans l'état de nature sont de s'emparer ou non des biens d'autrui. Formulée en ces termes leur interaction fait surgir une stratégie dominante qui correspond bien à celle d'un jeu du prisonnier10.

  • 11 Il devient alors plus rationnel pour chacun des deux joueurs de violer la convention (The logic of (...)

7L'ouvrage de David Gauthier The Logic of  Leviathan distingue quant à lui les motifs poussant les hommes à passer des conventions et les motifs les poussant à respecter ces mêmes conventions. S'ils envisagent de s'engager dans un contrat, deux hommes trouveront plus raisonnable le respect mutuel plutôt que le non-respect mutuel, situation jugée elle-même plus raisonnable que celle dans laquelle un seul respecte le contrat et est trahi par l'autre. Cet ordre est bien l'ordre des préférences dans un jeu du prisonnier, mais il ne correspond plus aux préférences des protagonistes lorsqu'il s'agit de respecter le contrat11.

C. Le problème de confiance

  • 12 Cf. T. Tazdaït, J. C. Pereau, A. Caparros, op. cit., p. 40.

8Ces divergences d'interprétation révèlent que la modélisation de l'état de nature par le dilemme du prisonnier ne va pas de soi. Ceci semble dû au fait que les issues des interactions entre deux hommes dans l'état de nature ne peuvent guère être fixées ni a fortiori connues par avance, à l'inverse des gains attendus par des joueurs. Mais cette différence n'invalide pas le principe de la modélisation dans la mesure où le jeu du prisonnier repose seulement sur un ordre entre les gains des protagonistes et non sur la détermination précise de ces derniers12. La question est donc de savoir si l'anthropologie et la psychologie de Hobbes permettent de classer les gains attachés aux issues possibles des confrontations dans l'état de nature.

  • 13 « En effet, la question n'est pas celle des promesses mutuelles, quand la certitude de l'exécution (...)
  • 14 « In this case, assurance is sufficient and enforcement is unnecessary, and we shall refer to thi (...)
  • 15 « What is, however, quite significant is the fact that even if the people involved continued to ha (...)
  • 16 D'autres auteurs mettant en avant la difficulté d'obtenir une assurance sur le comportement des au (...)

9Après avoir étudié les causes rationnelles de la guerre de tous contre tous, Jean Hampton envisage les passions susceptibles de la faire naître. Un argument opposé par Hobbes à l'insensé qui nie l'existence de la justice laisse penser qu'à ses yeux, lorsqu'une convention est passée, il est rationnel de la respecter, y compris dans l'état de nature13. Si les hommes ne respectent pas leurs engagements, c'est donc parce qu'ils en sont détournés par leurs passions. Mais si les passions sont facteurs de conflits, elles en modifient également les enjeux. La gloire, l'honneur, le soin de sa réputation (ou de sa crédibilité en vue d'alliances futures) dévaluent le gain associé au non respect de sa parole face à un partenaire qui la respecte et rendent cette éventualité moins attrayante que le respect mutuel des contrats. Les causes passionnelles des conflits font donc émerger une matrice des gains différente de celle du jeu du prisonnier. L'ordre (en reprenant les notations introduites plus haut) n'est plus T>C>P>D mais C>T>P>D. J. Hampton montre que cette situation coïncide avec le « problème de confiance » sur lequel Amartya Sen a attiré l'attention pour le différencier du problème du prisonnier. À la différence de ce dernier, le problème de confiance ne comporte pas de stratégie dominante, ce qui oblige chaque protagoniste à prendre en compte le comportement de son partenaire et à y être attentif. Selon Amartya Sen, il suffit dès lors qu'un joueur ait l'assurance que les autres vont choisir la meilleure solution pour la choisir à son tour ; aucune contrainte n'est donc nécessaire pour parvenir à la solution collectivement avantageuse14. Dans son ouvrage On Economic Inequality il applique le modèle à la question de la motivation dans le travail et évoque l'hypothèse d'un double jeu des acteurs, passant alternativement d'un modèle à l'autre : à supposer même que l'ordre entre leurs préférences soit initialement celui d'un jeu du prisonnier, il est possible que, pour des motifs sociaux, moraux ou culturels, ils agissent comme si leurs préférences étaient conformes à un problème de confiance. En ce cas leur situation réelle s'améliorera, y compris du point de vue de leurs préférences initiales (conformes au jeu du prisonnier)15. Dans ce schéma le problème de confiance fait office de voie de contournement propre à éviter tout dilemme16.

  • 17 Ceci apparaît à plusieurs reprises dans le récit que Hobbes fait de la guerre civile anglaise dans (...)

10Mais l'interprétation la plus élémentaire des deux stratégies à disposition des hommes dans l'état de nature n'est pas l'alternative : respect/non respect d'un contrat mais plutôt, si l'on tient compte de la passion dominante que constitue la volonté de rester en vie : agression/non agression. Ce qui rend l'état de nature particulièrement inconfortable est que cette confrontation peut aller jusqu'au meurtre en légitime défense préventive. Même s'il n'y a pas de « gain » assignable à l'issue d'une telle confrontation en grande partie le fruit du hasard17, on peut néanmoins représenter les risques maximaux encourus dans le tableau suivant :

  

B agressif

B pacifique

A agressif

blessure ou mort  (P) – blessure ou mort (P)

intégrité physique ou blessure légère (T) – mort (D)

A pacifique

mort (D) – intégrité physique ou blessure légère (T)

Intégrité physique sans risque (C)/intégrité physique sans risque (C)

11On vérifie que l'ordre des gains (C>T>P>D) est celui d'un problème de confiance et non d'un jeu du prisonnier. Ceci tient au fait que l'issue d'une coopération mutuelle apparaît plus avantageuse pour un agresseur potentiel qu'une confrontation avec un homme qui aurait commencé par être pacifique mais qui peut changer d'attitude. En effet il serait contraire à l'anthropologie hobbienne qu'un homme agressé ne cherche pas à se défendre, personne ne pouvant renoncer à ce droit inaliénable. Ceci exclut toute stratégie dominante : si mon adversaire est agressif, j'ai intérêt à être agressif ; s'il est pacifique, mon intérêt est d'être pacifique également, l'absence de risque valant mieux que l'aléa d'une altercation. Or la seule combinaison non aléatoire est, précisément, la rencontre de deux pacifistes. C'est bien ce que traduit l'aspiration à la sécurité, laquelle réside moins dans la possibilité de sauver sa vie que dans le fait de ne pas devoir la risquer et dans la tranquillité d'esprit qui en résulte.

D. Le facteur temps

12On pourrait néanmoins restaurer les conditions formelles du jeu du prisonnier en introduisant dans le résultat de la confrontation les bénéfices à long terme : le fait d'être agressif avec un adversaire qui ne l'est pas libère du risque qu'il représente dans l'avenir. On aboutit alors une nouvelle matrice dans laquelle l'ordre des gains est bien T>C>P>D :

  

B agressif

B pacifique

A agressif

blessure ou mort (P) – blessure ou mort (P)

intégrité physique ou blessure légère + élimination d'un adversaire (T) – mort (D)

A pacifique

Mort (D) – intégrité physique ou blessure légère + élimination d'un adversaire (T)

intégrité sans risque (C)/intégrité sans risque (C).

13Mais des hommes dans l'état de nature sont-ils en mesure d'envisager des bénéfices à long terme ? Ne sont-ils pas bornés par une « courte vue » qui les rive au moment présent ?

  • 18 « Hobbes has virtually nothing explicit to say about any sort of dynamics. Time plays no explicit (...)
  • 19 « Car la nature a pourvu les hommes de remarquables verres grossissants, qui sont leurs passions e (...)
  • 20 « Son âme, que rien n’agite, se livre au seul sentiment de son existence actuelle, sans aucune idé (...)
  • 21 Ce mécanisme d'anticipation est exposé dans la préface du De Cive, dans laquelle Hobbes se défend (...)

14Contrairement à la thèse de Michael Taylor, pour qui Hobbes ne prend pas en compte le facteur temps18, les paramètres temporels jouent un rôle central dans ses analyses. Hobbes évoque la myopie poussant les hommes à attacher trop d'importance à ce qui leur est proche19. Par ailleurs il confère un rôle majeur à la précarité caractérisant la condition des hommes dans l'état de nature. Enfin, si l'on peut admettre que des hommes dans l'état de nature ne sont guère en situation de se projeter dans un avenir lointain, ils voient tout de même plus loin que le « bon sauvage » de Rousseau (dont la vie est tout entière « enfermée dans le présent »20). C'est la raison pour laquelle  leur vie est taraudée par « l'anxiété » et que leur guerre peut résulter de calculs parfaitement rationnels engageant l'avenir à court terme21. Pour autant, quelle que soit la capacité des hommes dans l'état de nature à prendre en compte leurs bénéfices futurs, l'élimination d'adversaires potentiels ne semble guère devoir être retenue. Elle ne serait en effet un bénéfice à prendre en compte que si le nombre d'agresseurs potentiels était restreint et connu, ce qui n'est pas le cas.

2. Comment commencer à coopérer ?

  • 22 « Hobbes's Leviathan was the first full expression of this way of justifying the state. The public (...)
  • 23 « A demonstration that mutual cooperation could emerge among rational egoists playing the iterated (...)

15La formalisation des interactions au sein de l'état de nature par le jeu du prisonnier est donc compromise par les multiples aléas qui caractérisent la condition naturelle des hommes. Mais il semble que les commentateurs se réfèrent à ce modèle pour une raison qui dépasse la compréhension technique de la philosophie politique de Hobbes. La thèse centrale de ce dernier réside dans une l'implication: coopération → pouvoir fort22. Pour réfuter cette implication il est commode de montrer qu' a fortiori, même chez Hobbes, la coopération peut émerger en l'absence de coercition. C'est le sens d'une remarque de Robert Axelrod, lequel a mis en évidence la capacité du « jeu du prisonnier itéré » à faire émerger des stratégies de coopération23.

A. L'émergence de la coopération dans le dilemme du prisonnier itéré

  • 24 Cette stratégie consiste à coopérer si l'adversaire a coopéré au coup précédent, et à trahir s'il (...)

16Les travaux de R. Axelrod révèlent que, sous certaines conditions, des stratégies de coopération l'emportent sur les stratégies agressives. C'est le cas en particulier de la stratégie « donnant-donnant » (tit for tat) qui, dans plusieurs tournois informatiques, s'est avérée globalement supérieure à toutes les autres24.

  • 25 Cf. L. Cordonnier, Coopération et réciprocité, Paris, PUF, 1997, p. 79.
  • 26 Art. cit., p. 65-66.
  • 27 « En partant d'une situation de coopération relative, la population ne parvient pas à soutenir ce (...)

17La portée et l'applicabilité de ces résultats ne vont pourtant pas de soi. En particulier la caractéristique de la stratégie « donnant-donnant » est de commencer par coopérer, ce qui, d'une certaine manière, suppose le problème résolu. En second lieu l'équilibre obtenu n'instaure qu'une coopération fragile ; il suffit qu'un joueur se trompe en faisant défection pour l'altérer durablement25. Jean-Paul Delahaye montre qu'il ne faut pas tirer de conclusions hâtives de l'émergence spontanée de la coopération dans les confrontations entre programmes informatiques dans la mesure où elles peuvent conduire à des résultats instables et imprévisibles26. La même méthode pousse d'ailleurs d'autres mathématiciens à conclure à la domination des stratégies agressives27. Enfin le dilemme du prisonnier itéré constitue-t-il une bonne description des formes de coopération repérées par Hobbes au sein même de l'état de nature ?

B. Les coalitions dans l'état de nature

  • 28 « ... dans l'état de guerre, où chacun, faute d'un pouvoir commun qui tienne tout le monde en resp (...)
  • 29 « The first interpretation is the static one, that Hobbes treats a Prisonners' Dilemma game played (...)
  • 30 M. Taylor commente la seconde loi de nature de la manière suivante : « Hobbes seems to be saying h (...)

18En plusieurs occurrences Hobbes affirme en effet que des coalitions sont nécessaires face à un ennemi commun28. S'appuyant sur ces dernières, Michael Taylor considère que l'état de nature peut être interprété comme un jeu itéré laissant place à la coopération et à une loi de réciprocité29 : si autrui coopère, mon intérêt est de coopérer ; s'il est agressif, mon intérêt est d'être agressif. Bien qu'il analyse l'émergence de cette coopération sur des bases différentes de celles de R. Axelrod, M. Taylor commente son propre résultat en disant qu'il « sonne comme le tit for tat »30.

  • 31 Cf. supra, note 13.
  • 32 « But in this passage Hobbes is also maintaining that it is rational to keep contracts in the stat (...)

19De même, pour Jean Hampton, l'état de nature correspond à un dilemme du prisonnier itéré dans lequel il est parfois rationnel de coopérer. Non seulement il est raisonnable de respecter les conventions lorsqu'elles ont commencé d'être exécutées31 (ce qui bat en brèche le raisonnement de l'insensé qui nie l'existence de la justice), mais il est même raisonnable de prendre l'initiative de respecter le premier ses obligations : par induction rétrograde, on peut alors faire l'hypothèse que le partenaire va lui-même respecter sa part du contrat32. Mais ceci semble contraire à l'affirmation de Hobbes selon laquelle, dans l'état de nature, les conventions sont sans valeur.

  • 33 « Covenants of mutual trust are, then, precariously valid in the state of nature... And so men are (...)
  • 34 « Since adherence to covenants must always be expected to conduce to preservation, a man who reas (...)
  • 35 « Car celui qui s'exécute le premier n'a aucune assurance de voir l'autre s'exécuter à son tour : (...)
  • 36 « What I do with reason, I do with right. If reason dictates the breaking of covenant, showing it (...)

20Selon Daniel Gauthier, les conventions instaurant des coalitions sont valides mais précaires et ne résolvent pas le problème de la sécurité33. Les passions, qui peuvent conduire un homme à se tromper sur son propre intérêt34, font de tels engagements des liens trop fragiles pour qu'il soit raisonnable de s'engager le premier dans leur exécution35. Au terme d'une analyse très subtile, il apparaît qu'un engagement constitue bien une obligation au sens strict, non pas parce qu'il serait imposé par la loi de nature (laquelle commande de respecter les conventions), mais parce qu'il constitue un renoncement à son droit naturel (d'agir selon son intérêt). À l'inverse la loi de nature ne constitue pas par elle-même une obligation mais nous incite à en contracter, parce que tel est notre intérêt. Mais si nous contractions une obligation parce qu'elle est conforme à notre intérêt, cette obligation n'est pas levée lorsque son application devient contraire à cet intérêt. D'où une aporie : si je passe une convention, il serait injuste et contraire à mes obligations de la rompre. Mais s'il est dans mon intérêt de rompre une convention, j'ai le droit de le faire, et je me retrouve en possession d'un droit auquel j'avais renoncé36.

  • 37 « ...he refers to certains passions which lead the second performer to violate his covenant. He s (...)
  • 38 Outre la défiance (cf. supra, note 21), Hobbes mentionne d'autres causes à la guerre de tous contr (...)

21D. Gauthier note pourtant que Hobbes se refuse à admettre explicitement qu'il soit rationnel de ne pas respecter ses engagements. Sur ce point Hobbes fait diversion en mentionnant les passions (l'ambition, la cupidité, la colère) qui incitent les hommes à trahir leur parole37. De la même manière, pour montrer la transformation inéluctable de l'état de nature en état de guerre, Hobbes invoque non seulement l'anticipation et la défiance rationnelles mais aussi d'autres causes annexes d'ordre passionnel comme l'appétit de gloire ou de conquête38. Dans les deux cas les passions servent d'alibi. Elles permettent à Hobbes de ne pas reconnaître que ce qui correspond à la stratégie dominante dans un jeu du prisonnier est une conduite rationnelle. Tout se passe donc comme si Hobbes refusait d'enfermer les interactions de l'état de nature dans ce cadre mais cherchait au contraire à faire apparaître la coopération mutuelle comme préférable à la violation unilatérale.

  • 39 Dès que l'ennemi a disparu, la coalition se délite : « En effet, leurs opinions étant divisées au (...)

22Il n'en demeure pas moins que les formes de coopération s'esquissant dans l'état de nature ne sont pas suffisantes pour mettre un terme à l'état de guerre. Le respect durable et sécurisé des conventions suppose l'instauration d'un souverain qui les garantisse39. Mais, dans la logique de Hobbes ce pouvoir souverain semble résulter d'un degré de coopération plus élevé et plus exigeant que les conventions de coalition souscrites dans l'état de nature. Si celles-ci sont précaires et instables, comment les hommes peuvent-ils pousser leur coopération assez loin pour choisir un souverain et lui confier tout leur pouvoir ?

C. La coopération dans le pacte social

Comment Hobbes rend-il crédible la fin de l'état de nature ?

  • 40 « Cela va plus loin que le consensus, ou concorde : il s'agit d'une unité réelle de tous en une se (...)
  • 41 « Car si l'on pouvait imaginer un grand nombre d'hommes unanimes dans l'observation de la justice (...)

23Le pacte social fait franchir un nouveau seuil dans la coopération en exigeant au moins une fois et à titre exceptionnel celle de tous40. Si une telle coopération était possible spontanément de manière durable, le pacte serait superflu41. Inversement, même si les hommes étaient convaincus in foro interno de la nécessité du contrat social pour assurer leur sécurité intérieure et extérieure, cela ne résoudrait pas la question de sa réalisation. L'un des enseignements de la théorie des jeux est, précisément, qu'il ne suffit pas qu'une situation soit profitable à deux partis pour que ces derniers soient en mesure de l'atteindre. La difficulté ne tient pas au caractère conditionnel du pacte social mais à la nature de la condition (l'engagement des autres), qui est elle-même conditionnelle : l'engagement de chacun est conditionné par l'engagement des autres, or cet engagement est lui-même conditionnel.

  • 42 « La transmission mutuelle de droit est ce qu'on nomme CONTRAT. Il y a une différence entre la tra (...)
  • 43 Ce que Kant reprochera à Hobbes, voir Du rapport de la théorie et de la pratique dans le droit pol (...)
  • 44 « C'est un précepte, une règle générale de la raison, que tout homme doit s'efforcer à la paix, au (...)

24C'est un cercle logique de même nature qui résulte de la typologie des contrats dressée dans le chapitre 14 du Léviathan. Cette classification précède l'exposé sur le pacte social de sorte que ce dernier semble entrer dans le même cadre que les contrats d'affaires ordinaires. Comme eux il constitue une convention (covenant) engageant l'avenir42 ; mais, dans le même temps, c'est lui qui confère aux contrats engageant l'avenir leur validité et leur efficacité43. Hobbes tâche néanmoins de rendre crédible l'émergence du pacte social en introduisant une continuité entre état de nature et état civil. Les lois naturelles sont présentes dans l'état de nature mais elles sont inopérantes, et c'est le droit naturel qui est au contraire tout-puissant. Leur champ d'application n'excède pas l'intention, la conscience et le « for intérieur». Elles ne deviennent effectives que dans l'état politique où le droit naturel devient sans objet dans la mesure où les hommes y ont renoncé. Il existe cependant entre les deux une continuité dans la mesure où droit de nature et loi de nature ne sont que des applications différentes d'une seule et même « règle générale de la raison »44.

Le modèle de la coordination

  • 45 « Indeed, one might say that every coordination game poses a kind of assurance problem to the pla (...)

25Jean Hampton insiste sur le fait que, face à la nécessité d'entrer dans un contrat social et d'instaurer un souverain absolu, les hommes ne sont pas dans une situation de dilemme et que, s'ils l'étaient, ils n'auraient aucune chance d'en sortir. Selon elle, le contrat social relève seulement d'un jeu de coordination, plus précisément d'un problème de confiance45. Le problème consiste à faire émerger une solution saillante, un individu autour duquel un agreement puisse intervenir. Une fois le souverain choisi, reste à lui construire son pouvoir. Or cette étape d'empowerment ne réclame pas un contrat social global entre tous les citoyens mais seulement un contrat d'affaires avec un nombre limité de miliciens.  

26Il faut reconnaître que cette décomposition du problème en deux temps évite le cercle logique lié au contrat social. Néanmoins l'analyse de Jean Hampton demeure une reconstruction. En cherchant à sauver la crédibilité de la thèse de Hobbes elle doit supposer que ce dernier se trompe en faisant entrer la constitution du corps politique dans la classe des contrats. Le « pacte social » ne serait qu'une métaphore et il faudrait entendre ce terme non pas au sens où Hobbes le définit lui-même mais au sens d'une convention au sens contemporain du terme.

Le contrat virtuel

  • 46 Trad. cit., p. 177.

27Une autre manière de sauver la cohérence du texte de Hobbes consiste à reconnaître pleinement le caractère virtuel d'un engagement formulé à l'irréel du présent : « c'est comme si chacun disait à chacun : j'autorise cet homme ou cette assemblée... »46. Ce caractère écarte les difficultés liées à un contrat qui a toutes les chances de ne jamais avoir été souscrit formellement. Hobbes est en effet moins préoccupé par la création ex nihilo d'un pouvoir souverain que par la légitimité de son exercice. Le pacte social apparaît comme une justification imputée a posteriori aux membres du corps socio-politique. Dans les faits, le corps social existe toujours déjà, même si Hobbes, contrairement à Locke, ne donne qu'un critère négatif permettant d'inférer qu'un homme donne son adhésion au contrat (le fait qu'il ne se rebelle pas). Le contrat social est donc une expérience de pensée, une idée régulatrice, révélant la véritable fonction d'un état de nature originel purement théorique : rendre aussi désirable que possible l'état civil.

3. La coopération en régime politique

  • 47 Que J. Hampton décrit comme une coopération paradoxale et exceptionnelle émergeant d'une prise de (...)

28À supposer franchie l'étape du contrat social47, dans quel jeu se retrouvent les hommes face au deus ex machina souverain ? Le modèle du jeu du prisonnier est-il encore pertinent pour caractériser leurs relations au sein de l'état civil ?

  • 48 Pour L. Cordonnier « l'interrogation qui se trouve au cour de cette parabole (dite de « l'âpreté a (...)

29Oui, si l'on voit dans le jeu du prisonnier le paradigme général des interactions économiques48. Le modèle semble même plus pertinent dans l'état civil que dans l'état de nature dans la mesure où les stratégies à disposition des parties prenantes s'expriment cette fois sans ambiguïté par l'alternative respect/non respect d'un contrat et que les gains associés à chaque combinaison de stratégies sont bien définis. Mais si chaque contrat passé dans l'état civil constituait un jeu du prisonnier, le fait de croire que l'autre partie prenante va respecter le contrat ne constituerait pas une raison suffisante pour le respecter soi-même en raison de la stratégie dominante de trahison. La sécurisation opérée par le souverain, la pacification des conflits, augmenteraient-elles paradoxalement le risque de non respect des contrats ? De quels moyens le souverain dispose-t-il pour éviter ce risque ?

30Deux interprétations sont possibles. Si l'on juge que les interactions dans l'état civil sont virtuellement régies par le jeu du prisonnier, il faut admettre que le souverain modifie sensiblement la matrice des gains de façon à ce que la sanction attachée à la violation d'un contrat excède le bénéfice attendu. Mais on peut au contraire penser que le pouvoir confié au souverain lui permet de sortir les échanges de ce cadre et ainsi de supprimer la stratégie dominante de non respect du contrat. Dans ce cas, la dynamique des interactions humaines reste fondamentalement la même dans l'état de nature et dans l'état civil, dynamique de coordination proche du jeu de confiance. La fonction du souverain consiste dès lors à opérer une inversion des représentations et à faire apparaître l'attitude de coopération comme la plus probable.

A. Le souverain dissuasif

31Selon la première interprétation le souverain modifie la distribution des peines et des récompenses associées aux différentes stratégies. Trahir devient moins avantageux dans la mesure où une sanction s'ajoute au gain résultant du non respect d'une convention. En notant G le gain attendu pour les deux partenaires dans un contrat.

  

B enfreint le contrat

B respecte le contrat

A enfreint le contrat

0, 0 (P, P)

2G - S(sanction) (=T), -2G (D)

A respecte le contrat

-2G (D), 2G - S (sanction) (=T)

G,G (C, C)

  • 49 Léviathan, trad. cit., p. 144, je souligne.
  • 50 Qui est celle de Jean Hampton.

32Pour qu'il n'y ait pas de stratégie dominante, il faut que T soit inférieur au gain associé au respect mutuel du contrat G, soit : 2G - S < G, soit encore G < S.  Le risque doit être plus grand que le gain espéré. Telle est précisément la situation que décrit Hobbes : « avant que les appellations de juste et d'injuste puissent trouver place, il faut qu'il existe quelque pouvoir coercitif, pour contraindre également tous les hommes à l'exécution de leurs conventions, par la terreur de quelque châtiment plus grand que l'avantage qu'ils attendent de leur infraction à la convention »49. Mais cette interprétation50 suppose des individus capables de calculer une « espérance mathématique ». En effet l'élément à prendre dans le calcul (S) est bien le risque de sanction et non la sanction elle-même. Mathématiquement parlant, ce risque est le produit de la sanction par la probabilité qu'elle soit appliquée.

33Le texte de Hobbes incline cependant à penser que la puissance illimitée du souverain rend terrible non seulement la sanction elle-même mais aussi le risque d'être sanctionné, représenté, à tort ou à raison, comme proche de la certitude. À cette condition l'espérance de la sanction équivaut à la sanction et il suffit, comme le précise Hobbes, que le châtiment soit supérieur à l'avantage. Mais, dans ce cas, l'action du souverain ne se borne pas à une modification des gains ; elle entre dans une autre logique, celle de la dissuasion rendue possible par son pouvoir illimité.  

  • 51 L'analyse constructiviste de Jean Hampton déploie toute la difficulté pour le souverain de constit (...)
  • 52 P. Manent ramène ce caractère à une représentation : « Si les individus sont des quanta de pouvoir (...)
  • 53 A. Rapazinski met en évidence le caractère auto-réalisateur de la puissance illimitée du souverai (...)

34Outre les difficultés liées à la constitution d'un pouvoir illimité à partir des quantités finies de pouvoir que possèdent les sujets51, un tel pouvoir soulève une question d'ordre politique. Si pour jouer pleinement son rôle de garant des contrats, le souverain doit inspirer la terreur, n'y a-t-il pas une antinomie définitive entre les aspects libéraux et absolutistes de la politique de Hobbes ? On peut répondre, comme le fait Pierre Manent, que le pouvoir du souverain est illimité au sens où il est irrésistible, supérieur au pouvoir de tout particulier et de toute coalition, ce qui ne signifie pas qu'il soit omniprésent ou omni-agissant52. On peut également observer que l'efficacité du souverain et son pouvoir de dissuasion reposent moins sur la réalité de ce pouvoir que sur l'idée que les sujets s'en font. La logique de la dissuasion exigerait seulement que la représentation du pouvoir soit illimitée53. Mais si les hommes se représentent comme infini un pouvoir qui ne l'est pas et ne saurait l'être, ils sont irrationnels et la formalisation de leurs interactions dans le cadre d'une théorie des jeux fondée sur la rationalité des joueurs n'est plus pertinente.

B. La mission de confiance

  • 54 B croit qu'il est probable que A respectera le contrat, il va donc faire comme s'il le croyait. A (...)
  • 55 « the Sovereign would provide the conditions in which it was rational for a man to cooperate condi (...)
  • 56 Dans le chapitre 6 du Léviathan, Hobbes définit la crainte comme une « aversion jointe à l'opinion (...)

35Une autre interprétation du rôle du souverain est possible, fondée non plus sur la représentation hyperbolique de sa puissance mais sur la représentation rationnelle, par chacun des acteurs, de la conduite probable des partenaires. Si l'on considère que la logique des interactions, tant dans l'état civil que dans l'état de nature, n'est pas celle du jeu du prisonnier mais d'un jeu de confiance incitant au « donnant-donnant », la mission de sécurité confiée au souverain peut se borner à inverser la polarité des représentations que chaque partenaire se fait de la conduite de l'autre, à substituer la confiance au climat de défiance caractérisant l'état de guerre. Dans un climat de guerre, chaque protagoniste considère que son partenaire ne respectera probablement pas son engagement. Au contraire l'état civil fait apparaître comme plus probable la conduite opposée54. Cette inversion  suffit à déminer la « stratégie de sécurité » consistant à anticiper le pire. La stratégie raisonnable consiste, cette fois, à parier que l'autre remplira sa part du contrat. Ainsi, pour M. Taylor, le souverain ne fait rien d'autre qu'ôter toute raison de ne pas appliquer la loi naturelle, sans qu'il lui soit nécessaire d'user de coercition55. On ne peut pas ne pas penser ici à l'infléchissement du jeu du prisonnier en jeu de confiance par le biais de pressions sociales, morales ou culturelles qu'évoquait Amartya Sen. La justification paradoxale d'un pouvoir représenté comme illimité et de la crainte qu'il inspire (et que Hobbes définit lui-même comme une représentation56) tiendrait dès lors au fait qu'il n'inspire pas la défiance mais la confiance.

36Cette interprétation présente l'avantage de renforcer la continuité entre l'état de nature et l'état civil dans la mesure où la rationalité des acteurs y demeure la même. Entre l'état de nature et l'état civil les règles du jeu et les stratégies à la disposition des joueurs sont les mêmes, seules les représentations des stratégies adoptées par les autres joueurs sont inversées. Cette continuité s'étend même, dans une certaine mesure, au pacte social. Même si les conditions en sont purement idéales, si un homme pense que tous les autres sont suffisamment rationnels pour vouloir renoncer à leur droit individuel au profit du souverain, alors il est théoriquement possible qu'il choisisse lui-même de s'en départir.

Conclusion

  • 57 Ainsi, au début du chapitre 17, Hobbes juxtapose une série impressionnante de raisons d'établir l (...)

37La théorie des jeux se révèle un outil efficace pour mettre en évidence les difficultés et les ambiguïtés contenues dans le texte de Hobbes, non pour les résoudre. Les différentes interprétations de l'action du souverain cherchant à imposer le respect des contrats ne s'excluent pas les unes des autres. En n'en spécifiant pas le détail, Hobbes recourt à une rhétorique de l'accumulation des arguments qui est bien dans son style57.

38L'intérêt du jeu du prisonnier est d'offrir une version a fortiori de son argumentation. Dans l'état de nature, même en faisant abstraction des passions, un conflit préventif et sans bellicisme peut naître parmi des hommes rationnels et pacifiques : ce phénomène peut apparaître comme la conséquence de la stratégie dominante caractéristique du jeu.

39Mais nous avons vu que seul l'infléchissement des situations potentiellement dilemmatiques en jeux de confiance fait entrevoir la possibilité d'une coopération à travers des stratégies de donnant-donnant auxquelles les hommes peuvent se résoudre et sur lesquelles le souverain peut influer. Cet infléchissement d'un modèle à l'autre est conforme au texte de Hobbes, lequel, comme nous l'avons vu, se refuse à expliciter l'idée que la guerre et le non respect des contrats puissent constituer des conduites rationnelles ; elle est également conforme au champ d'action propre au souverain, dont le pouvoir consiste à faire peser sur ses sujets des incitations sociales, morales et culturelles.

40Les tensions lisibles dans le texte de Hobbes interdisent de lui associer une place assignable dans l'histoire intellectuelle du libéralisme. La reconnaissance d'un droit individuel inaliénable de l'individu à agir en fonction du calcul de son intérêt, la tâche impartie au souverain d'inspirer la confiance pour sécuriser les contrats privés inclinent à le faire. A contrario, le fait que Hobbes cherche à contourner l'impasse d'un dilemme du prisonnier auquel conduit le calcul rationnel de l'intérêt individuel et le fait que son souverain ne puisse agir que par la menace d'un pouvoir absolu, illimité et dissuasif, éloignent sa philosophie des slogans les plus couramment associés au libéralisme.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

R. Axelrod, « The Emergence of Cooperation among Egoists », The American Political Science Review, Vol. 75, No. 2, (Jun 1981), p. 306-318.
DOI : 10.2307/1961366

K. Baier, The Rational and the Moral Order: The Social Roots of Reason and Morality, 1995.

N. Boulting, « Ought Hobbes's Natural Condition of Mankind Be Represented As A Prisoner's Dilemma ? »Hobbes Studies, vol. 18, Number 1, 2005, p. 27-49.

R. Bourdon, Effets pervers et ordre social, Paris, 2ème édition, 1993.

J. M. Buchanan, Les limites de la liberté, entre l'anarchie et le Léviathan, trad. G. Millière et P. Lemieux, Paris, 1992.

L. Cordonnier, Coopération et réciprocité, Paris, PUF, 1997.

L. H. Davis, « Prisoners, paradox, and rationality », American Philosophical Quarterly, 14, 4, 1977.

J. P. Delahaye, P. Mathieu, « Des surprises dans le monde de la coopération », in Les mathématiques sociales, Paris, Belin, 1999.

J. P. Dupuy, Rationalité et irrationalité des choix individuels, in Les mathématiques sociales, Paris, Belin, 1999.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

D. Gauthier, The Logic of Leviathan, Oxford, Clarendon Press, 1969.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780198246169.001.0001

S. Goyard Fabre, Le droit et la loi dans la philosophie de Thomas Hobbes, Paris, Vrin, 1975.

J. Hampton, Hobbes and the Social Contract Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

R. Hardin, « Hobbesian Political Order », Political Theory, Vol. 19, No. 2, 1991, p. 156-180.
DOI : 10.1177/0090591791019002002

T. Hobbes, De Cive, trad. S. Sorbière, Paris, Flammarion.

T. Hobbes, Léviathan, traité de la matière, de la forme et du pouvoir de la république écclésiastique et civile, trad. F. Tricaud, Paris, Sirey, 1971.

T. Hobbes, Béhémoth ou le long parlement, introduction, traduction, notes, glossaires et index par Luc Borot, Paris, Vrin, 1990.

H. Ishtiyaque, « Hampton on Hobbes on State-of-Nature Cooperation », Philosophy and Phenomenological Research, Vol. 51, No. 3, 1991, p. 589-601

R. D. Luce, H. Raiffa, Games and decisions : introduction and critical survey, New York, Wiley, 1957.

P. Manent, Histoire intellectuelle du libéralisme, Paris, Hachette, 1997.

J. Rawls, De la justice, trad. C. Audard, Paris, Seuil, 1997.

A. Rapaczynski, Nature and politics, Liberalism in the Philosophies of Hobbes, Locke, Rousseau, New York, Cornell University Press, 1987.

J. D. Reynaud, Les règles du jeu, l'action collective et la régulation sociale, Paris, A. Colin, 1997.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

A. Sen, « Isolation, Assurance and the Social rate of Discount », Quarterly Journal of Economics, 80, 1967, p. 112-124.
DOI : 10.2307/1879675

A. Sen, On Economic Inequality, Expanded edition with a substantial annexe, Oxford, Clarendon Press, 1997.

M. Taylor, The Possibility of Cooperation, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

T. Tazdaït, J. C. Pereau, A. Caparros, Coopération et jeux non coopératifs, Paris, CNRS, 2005.

Haut de page

Notes

1 Outre les auteurs étudiés dans cet article, on pourrait également mentionner les travaux de K. Baier, N.Boulting, L. H. Davis, R. Hardin, H. Ishtiyaque cités dans la bibliographie.

2 « On admet généralement que le dilemme du prisonnier formalise la structure de l'état de nature tel que le représente Thomas Hobbes dans le Léviathan », J. P. Dupuy, « Rationalité et irrationalité des choix individuels » in Les mathématiques sociales, Paris, Belin, 1999, p. 70. Jean-Daniel Reynaud précise les raisons de ce rapprochement : « Les règles qui sont à la base de tout système social... comportent bien une contrainte, extérieure aux décisions individuelles et qui pèse sur elles. Thomas Hobbes a démontré la nécessité d'une telle contrainte comme condition de la vie en commun et fondement de l'autorité politique. Deux individus peuvent-ils cohabiter en paix sans souverain ? Le droit naturel autorise chacun à chercher son bien. Il est donc juste et naturel que je souhaite posséder non seulement mon champ, ma maison et mon bétail, mais aussi ceux de mon voisin. La réciproque est évidemment vraie. Il est naturel qu'il s'oppose à mes prétentions et que je m'oppose aux siennes; nous voilà donc tous deux sur le pied de guerre, l'arme à la main, pour conquérir le bien d'autrui et pour défendre le nôtre. Certes, nous sommes raisonnables, capables de limiter nos désirs et de comprendre qu'une possession limitée mais sûre vaut mieux que la lutte perpétuelle pour tout avoir. Nous serons donc tentés de conclure un contrat par lequel chacun reconnaîtra la propriété de l'autre et limitera ses ambitions en jurant la paix. Mais à peine l'aurais-je conclu et serais-je retourné chez moi pour jouir paisiblement de mon bien que le doute m'assaillerait. Puisque mon voisin a déposé les armes, n'est-ce pas le meilleur moment pour l'attaquer et en finir ? L'évidence me pénètre aussitôt : ce projet que je fais, mon voisin, sûrement, le fait aussi. Je pourrais trouver bon de rester fidèle à la parole donnée. Mais qui me prouve qu'il fera de même ? Et n'a-t-il pas les mêmes doutes ? N'a-t-il pas déjà saisi une arme pour prévenir mon agression ? Je dois donc en saisir une moi-même, et la bataille recommence aussitôt. Le droit naturel a donc pour conséquence la guerre de tous contre tous. Seule l'intervention d'un tiers, à qui l'un et l'autre cèdent le pouvoir absolu, peut ramener la paix. » L'auteur ajoute en note : « La formulation que nous avons donnée fait ressortir que le paradoxe de Hobbes est une forme, peut-être la plus intéressante, du dilemme des prisonniers. », J.-D. Reynaud, Les règles du jeu, l'action collective et la régulation sociale, Paris, A. Colin, 1997,p. 17.

3 Imaginé en 1950 par Merrill Flood et Melvin Dresher puis rebaptisé « dilemme du prisonnier » par le mathématicien Albert Tucker. L'historiette traditionnellement attachée à la situation est celle de deux truands interrogés séparément par la police. Si aucun d'eux ne dénonce son complice, ils subissent une peine légère (C) ; si l'un dénonce l'autre unilatéralement? il est libéré (T) mais son complice subit une lourde peine (D) ; si tous deux se dénoncent mutuellement, ils subissent une peine modérée (P). Les notations adoptées sont celles de J. P. Delahaye et P. Mathieu dans leur article « Des surprises dans le monde de la coopération », in Les mathématiques sociales, Paris, Belin, 1999.

4 Dans le tableau la première lettre correspond au gain du joueur 1.

5 Une autre condition peut être introduite 2P > (D+T) pour éviter que, dans le cas où le jeu est répété, les joueurs ne s'entendent pour trahir à tour de rôle. Il faut enfin supposer que les joueurs ne peuvent pas éviter de jouer, cf. T. Tazdaït, J. C. Pereau, A. Caparros, Coopération et jeux non coopératifs, Paris, CNRS, 2005, p. 41.

6 Au sens où dans ces situations (nommées « équilibres de Nash ») aucun des joueurs n'a intérêt à modifier sa stratégie si son adversaire ne modifie pas la sienne.

7 « ...il est très généralement admis que le type de situation auquel ont à faire face des agents confrontés au besoin de coopérer peut être représenté par des jeux de la famille du dilemme du prisonnier », T. Tazdaït, J. C. Pereau, A. Caparros, op. cit., p. 40.

8 De la justice, trad. C. Audard, Paris, Seuil, 1997, p. 310.

9 « Nous pouvons remarquer que si les deux prisonniers savaient que l'un et l'autre sont des utilitaristes ou respectent les principes de la justice (avec les restrictions s'appliquant à des prisonniers), leur problème serait résolu. Les deux conceptions, en effet, conduisent à la décision la plus sensée » (trad. cit., p. 371).

10 « Each has the choice of invading in order to seize the goods or refraining to do so... no matter what the other person does, it is rational for each person in this situation to be uncooperative » (Hobbes and the Social Contract Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 62).

11 Il devient alors plus rationnel pour chacun des deux joueurs de violer la convention (The logic of Leviathan, Oxford, Clarendon Press, 1969, p. 80). Nous verrons que le dilemme du prisonnier intervient également dans l'interprétation de Michael Taylor The possibility of cooperation, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

12 Cf. T. Tazdaït, J. C. Pereau, A. Caparros, op. cit., p. 40.

13 « En effet, la question n'est pas celle des promesses mutuelles, quand la certitude de l'exécution fait défaut chez l'une ou l'autre partie, ce qui est le cas lorsqu'il n'y a pas de pouvoir civil érigé au-dessus des parties promettantes ; de telles promesses en effet ne sont pas des conventions. Mais lorsqu'une des parties s'est déjà exécutée, ou lorsqu'il y a un pouvoir pour la faire s'exécuter, alors la question est de savoir s'il est contraire ou non à la raison, c'est-à-dire à l'intérêt de l'autre, de s'acquitter. Et je dis, moi, que ce n'est point contraire à la raison » (Léviathan, trad. F. Tricaud, Paris, Sirey, 1971, p. 146).

14 « In this case, assurance is sufficient and enforcement is unnecessary, and we shall refer to this case as that of the 'assurance problem' » (A. Sen, « Isolation, Assurance and the Social Rate of Discount », Quarterly Journal of economics, 80, 1967, p. 114-115).

15 « What is, however, quite significant is the fact that even if the people involved continued to have the same Prisoners' Dilemma type preferences, but behaved as if their preferences were as in the Assurance Game (or better still as if they had the 'socially conscious' preferences discussed above), they could be better off even in terms of their true preferences. This is precisely where the question of cultural orientation comes in, and it may provide a social case for encouraging values that reorient a person's choices and actions even if his personal welfare functions remain unaltered », A. Sen, On Economic Inequality, Expanded edition, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 98.

16 D'autres auteurs mettant en avant la difficulté d'obtenir une assurance sur le comportement des autres joueurs développent une version moins optimiste de l'application du jeu au problème de l'action collective et de la constitution d'un bien public. Selon J. Rawls, dans le problème de confiance, « La bonne volonté de chaque individu vis-à-vis de la coopération dépend de la coopération des autres. C'est pourquoi il faut établir un processus de pénalisations et d'amendes afin de maintenir la confiance publique dans le système supérieur du point de vue de chacun... C'est ici que la simple existence d'un souverain efficace, ou même la croyance générale en son efficacité, joue un rôle crucial » (De la justice, trad. cit., p. 310). M. Taylor illustre le problème par l'exemple d'un carré de légumes que deux jardiniers doivent désherber ensemble (M. Taylor, op. cit., p. 38).

17 Ceci apparaît à plusieurs reprises dans le récit que Hobbes fait de la guerre civile anglaise dans son Behemoth.

18 « Hobbes has virtually nothing explicit to say about any sort of dynamics. Time plays no explicit role in his political theory » (M. Taylor, op. cit., p. 137). Plus précisément Hobbes n'expliciterait pas la relation entre les biens futurs et les biens présents et ignorerait « l'escompte du futur » dévalorisant les biens à venir en regard des biens présents. On peut penser que M. Taylor est particulièrement sensible à cet aspect dans la mesure où la possibilité de mettre sur le même plan des biens présents et des biens futurs joue un rôle décisif dans son explication de l'émergence de la coopération dans la philosophie politique de Hobbes.

19 « Car la nature a pourvu les hommes de remarquables verres grossissants, qui sont leurs passions et leur amour d'eux-mêmes, et à travers lesquels toutes les petites contributions semblent de grands préjudices; mais il leur manque les lunettes d'approche que sont les sciences morales et politiques qui leur permettraient de voir de loin les misères qui sont suspendues au-dessus de leur tête, et qui ne sauraient être évitées sans de telles contributions » (Léviathan, trad. cit., p. 191).

20 « Son âme, que rien n’agite, se livre au seul sentiment de son existence actuelle, sans aucune idée de l’avenir, quelque prochain qu’il puisse être, et ses projets, bornés comme ses vues, s’étendent à peine jusqu’à la fin de la journée. Tel est encore aujourd’hui le degré de prévoyance du Caraïbe : il vend le matin son lit de coton, et vient pleurer le soir pour le racheter, faute d’avoir prévu qu’il en aurait besoin pour la nuit prochaine » (Discours sur l'origine de l'inégalité, Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, La Pléiade, III, p. 144).

21 Ce mécanisme d'anticipation est exposé dans la préface du De Cive, dans laquelle Hobbes se défend d'avoir supposé les hommes méchants (Le Citoyen, trad. Sorbière, Paris, Flammarion, 1982, p. 71) ainsi que dans le chapitre 13 du Léviathan : « Du fait de cette défiance de l'un à l'égard de l'autre, il n'existe pour nul homme aucun moyen de se garantir qui soit aussi raisonnable que le fait de prendre les devants autrement dit de se rendre maître, par la violence ou par la ruse, de la personne de tous les hommes pour lesquels cela est possible, jusqu'à ce qu'il n'aperçoive plus d'autre puissance assez forte pour le mettre en danger. Il n'y a rien là de plus que n'en exige la conservation de soi-même, et en général on estime cela permis » (Léviathan, trad. cit. p. 122-123).

22 « Hobbes's Leviathan was the first full expression of this way of justifying the state. The public goods with which he was principally concerned were social order - domestic peace and security - and defence against foreign aggression. Without these, very little else that was worth having could be had. Without internal and external security, there would be not only actual violence but such pervasive uncertainty as to undermine the incentive to invest resources in any projects with delayed returns. But although everyone would prefer the condition of peace and security that mutual restraint ensures to the « war of all against all » that is the result of everyone pursuing his own interests without restraint, no individual has the incentive, in the absence of the state, to restrain himself. It is therefore rational, says Hobbes, for everyone to institute a government with sufficient power to ensure that everybody keeps the peace » (M. Taylor, op. cit., p.1-2).

23 « A demonstration that mutual cooperation could emerge among rational egoists playing the iterated Prisoner's Dilemma would provide a powerful argument that the role of the state should not be as universal as some have argued » (R. Axelrod, « The Emergence of Cooperation among Egoists », The American Political Science Review, Vol. 75, No. 2, 1981, p. 307).

24 Cette stratégie consiste à coopérer si l'adversaire a coopéré au coup précédent, et à trahir s'il a trahi.

25 Cf. L. Cordonnier, Coopération et réciprocité, Paris, PUF, 1997, p. 79.

26 Art. cit., p. 65-66.

27 « En partant d'une situation de coopération relative, la population ne parvient pas à soutenir ce mode de comportement. Elle se fait envahir par un nombre croissant de ses membres au comportement de défection. Cela signifie qu'il est nécessaire de recourir à un certain type de comportement afin de se protéger des attitudes non coopératives. Les sanctions sociales semblent pouvoir jouer ce rôle et constituer par là même un moyen de préservation déterminant pour la société », T. Tazdaït, J. C. Pereau, A. Caparros, Coopération et jeux non coopératifs, Paris, CNRS, 2005, p. 120.

28 « ... dans l'état de guerre, où chacun, faute d'un pouvoir commun qui tienne tout le monde en respect, est l'ennemi de chacun, il n'est pas d'homme qui puisse espérer par sa propre force ou son propre esprit, se protéger de la destruction sans l'aide de confédérés, situation où chacun attend de la confédération qu'elle le défende de la même façon que n'importe quel autre » (Léviathan, trad. cit., p. 146). Cf. également : « Ce n'est pas davantage la réunion d'un petit nombre d'hommes qui peut donner cette sécurité ; en effet, lorsqu'il s'agit de petits nombres, une légère augmentation du nombre de l'un ou de l'autre camp rend la supériorité des forces assez grande pour emporter la victoire, constituant ainsi un encouragement à l'agression. La taille du groupe qui serait assez important pour que nous nous reposions sur lui du soin de notre sécurité n'est pas fixée par un nombre déterminé, mais par comparaison avec l'ennemi que nous craignons : elle est suffisante, lorsque l'avantage numérique de l'ennemi n'a pas une influence assez visible, assez manifeste, sur la détermination de l'issue de la guerre, pour le pousser à attaquer » (Léviathan, trad. cit., p. 174).

29 « The first interpretation is the static one, that Hobbes treats a Prisonners' Dilemma game played only once. The second interpretation is more dynamic, at least to the extent that it admits sequences of choices and the possibility of using conditionnal strategies... if the second, dynamic interpretation is the correct one, it may be rational for an individual to cooperate when the other individuals cooperate » (M. Taylor, op. cit., p. 134). Taylor a précisé les conditions formelles de cette coopération, à savoir que la représentation des gains futurs ne soit pas trop dévalorisée par rapport à la représentation des biens présents. Cette condition est à mettre en rapport avec son jugement selon lequel Hobbes sous-estime l'escompte du futur.

30 M. Taylor commente la seconde loi de nature de la manière suivante : « Hobbes seems to be saying here, and in the passages quoted earlier, that every man ought always to do what is conducive to peace just as long as he can do so safely and this means that, in the state of nature, he should cooperate if others do, but otherwise he should non cooperate. This sounds like the « tit-for-tat » strategy» (M. Taylor, op. cit., p. 136).

31 Cf. supra, note 13.

32 « But in this passage Hobbes is also maintaining that it is rational to keep contracts in the state of nature if one party has already performed, and it follows from this position that it is rational for any party to a contract to keep his part of the bargain in the state of nature... it is also rational for the first party to perform, even if the second party has not yet done so », J. Hampton, Hobbes and the Social Contrat Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, p. 65.

33 « Covenants of mutual trust are, then, precariously valid in the state of nature... And so men are not prevented , in the state of nature, from making that covenant which terminate the state of nature, and begins political society » (D. Gauthier, op. cit., p. 59). Ils ne sont pas suffisants pour faire sortir de l'état de nature : « Covenants of mutual trust are, then, precariously valid in the state of nature. Either party, acting in good faith, may void such a covenant by indicating some fact, posterior to the making of covenant, as ground for suspecting the other party of non-fulfilment. But we need not suppose this always and inevitably to happen. And so men are not prevented, in the state of nature, from making that covenant which terminates the state of nature, and begins political society... We may have obligations in the state of nature, although they hold only precariously. And so the obligations we undertake in the state of nature are non sufficient to end the war of all against all, and bring about a state of security for all men » (ibid.).

34 « Since adherence to covenants must always be expected to conduce to preservation, a man who reasons correctly, and who is not overwhelmed by occurrent passions, will find himself with a sufficient motive to keep his covenants. But errors in reasoning and the force of particular passions, both lead men astray. A man may not, then, be actually motivated to fulfil his covenants. Thus Hobbes has not yet solved the problem of security » (D. Gauthier, op. cit., p. 86).

35 « Car celui qui s'exécute le premier n'a aucune assurance de voir l'autre s'exécuter à son tour : les liens constitués par les paroles sont en effet trop fragiles pour tenir en lisière l'ambition, la cupidité et la colère des hommes, s'ils n'ont pas la crainte de quelque pouvoir coercitif, et une telle crainte, dans l'état de simple nature, où tous les hommes sont égaux et juges du bien-fondé de leurs craintes personnelles, ne peut être supposée avec quelque vraisemblance. Par suite, celui qui s'exécute le premier ne fait que se livrer à son ennemi, contrairement au droit, qu'il ne peut jamais abandonner de défendre sa vie et ce qui est nécessaire à cette vie. Mais dans une condition civile, où il existe un pouvoir établi pour contraindre ceux qui, autrement, violeraient leur foi, une telle crainte n'est plus raisonnable : pour cette cause celui qui doit, selon la convention, s'exécuter le premier, est obligé de le faire » (Léviathan, trad. cit. p.136-137).

36 « What I do with reason, I do with right. If reason dictates the breaking of covenant, showing it to be to my benefit, then I must have the right to do what is contrary to the covenant. But in making the covenant I renounced that right. Therefore I have the right to do what I have renounced the right to do – I have the right to do what I have an obligation not to do » (D. Gauthier, op. cit., p. 62).

37 « ...he refers to certains passions which lead the second performer to violate his covenant. He says nothing about the reasonableness of the violation...  in Leviathan, though not in Hobbes's earlier political writings, he proceeds to deny that men judge correctly in supposing that they will benefit from breach of covenant » (D. Gauthier, op. cit., p. 83).

38 Outre la défiance (cf. supra, note 21), Hobbes mentionne d'autres causes à la guerre de tous contre tous : « Également, du fait qu'il existe quelques hommes qui, prenant plaisir à contempler leur propre puissance à l'œuvre dans les conquêtes, poursuivent celles-ci plus loin que leur sécurité ne le requiert, les autres, qui autrement se fussent contentés de vivre tranquilles à l'intérieur de limites modestes, ne pourraient pas subsister longtemps s'ils n'accroissaient leur puissance par l'agression et s'ils restaient simplement sur la défensive » (Léviathan, trad. cit., p. 122-123, je souligne).

39 Dès que l'ennemi a disparu, la coalition se délite : « En effet, leurs opinions étant divisées au sujet du meilleur usage et de la meilleure application de leur force, loin de s'aider l'un l'autre, ils se font l'un à l'autre obstacle, et, par leur opposition mutuelle, ils annulent leur force ; partant, non seulement un très petit nombre d'hommes qui s'accordent en viendront aisément à bout : mais aussi, lorsqu'il n'y a pas d'ennemi commun, ils se font la guerre l'un à l'autre, à propos de leurs intérêts particuliers. [...] Car, même s'ils obtiennent la victoire par leur effort unanime contre un ennemi extérieur, quand par la suite il n'existera plus d'ennemi commun, ou que celui qu'une partie d'entre eux tiendra pour un ennemi sera tenu pour un ami par les autres, ils devront nécessairement se diviser sous l'effet de la différence de leurs intérêts et tomber à nouveau dans une guerre intestine » (Léviathan, trad. cit., p. 175). M. Taylor commente ce passage de la manière suivante : « ...it is reasonable to conclude... that conditional cooperation is sometimes rational (even though not all the other players cooperate) but rather precarious, since the cooperation of each of the conditional cooperators must be contingent upon the cooperation of all the other cooperators and the discount rates of every one of the cooperators must be too high. It can be argued that it is the precariousness which in Hobbes's view makes coercion necessary if peace is to be achieved » (op. cit., p. 145).

40 « Cela va plus loin que le consensus, ou concorde : il s'agit d'une unité réelle de tous en une seule et même personne, unité réalisée par une convention de chacun avec chacun passée de telle sorte que c'est comme si chacun disait à chacun : j'autorise cet homme ou cette assemblée, et je lui abandonne mon droit de me gouverner moi-même, à cette condition que tu lui abandonnes ton droit et que tu autorises toutes ses actions de la même manière » (Léviathan, trad. cit., p. 177).

41 « Car si l'on pouvait imaginer un grand nombre d'hommes unanimes dans l'observation de la justice et des autres lois de nature, en l'absence d'un pouvoir commun qui les tienne tous en respect, on pourrait aussi bien imaginer toute l'humanité en faisant autant : aucun gouvernement civil, aucune espèce de République, n'existerait alors, et n'aurait besoin d'exister ; il y aurait en effet la paix, sans la sujétion » (Léviathan, trad. cit., p. 175).

42 « La transmission mutuelle de droit est ce qu'on nomme CONTRAT. Il y a une différence entre la transmission du droit qu'on a sur une chose, et la transmission ou cession, autrement dit remise, de la chose elle-même. La chose peut en effet être remise au moment du transfert du droit, comme lorsqu'on achète et qu'on vend comptant ou que l'on échange des biens ou des terres, mais elle peut aussi être remise un peu plus tard. De plus, un des contractants peut remettre la chose pour laquelle il s'engage par contrat, et accepter que l'autre partie s'exécute pour son compte en un moment ultérieur déterminé, cependant que dans l'intervalle on lui fera confiance. Le contrat, pour ce qui regarde le second, est alors appelé PACTE ou CONVENTION. Ou encore, les deux parties peuvent stipuler maintenant, par contrat, qu'elles s'exécuteront plus tard. Dans ces cas où il faut faire confiance à celui qui doit s'exécuter dans le futur, on dit quand il s'exécute qu'il tient sa promesse, qu'il garde sa foi ; et s'il manque à s'exécuter, on dit (si c'est volontaire) qu'il viole sa foi » (Léviathan, trad. cit., p. 132-133).

43 Ce que Kant reprochera à Hobbes, voir Du rapport de la théorie et de la pratique dans le droit politique (contre Hobbes), trad. L. Guillermit, Paris, Vrin, 1980, p. 30.

44 « C'est un précepte, une règle générale de la raison, que tout homme doit s'efforcer à la paix, aussi longtemps qu'il a un espoir de l'obtenir; et quand il ne peut pas l'obtenir, qu'il lui est loisible de rechercher et d'utiliser tous les secours et tous les avantages de la guerre. La première partie de cette règle contient la première et fondamentale loi de nature, qui est de rechercher et de poursuivre la paix. La seconde récapitule l'ensemble du droit de nature, qui est le droit de se défendre par tous les moyens dont on dispose » (Léviathan, trad. cit., p. 129). Pour désigner cette règle Hobbes emploie le même terme que pour définir les lois naturelles (rule).

45 « Indeed, one might say that every coordination game poses a kind of assurance problem to the players involved in it » (J. Hampton, op. cit., p. 143).

46 Trad. cit., p. 177.

47 Que J. Hampton décrit comme une coopération paradoxale et exceptionnelle émergeant d'une prise de conscience par les hommes de leur incapacité à coopérer : « ...both shortsighted and farsighted people will come to realize that the rational way to deal with this deep-seated irrationality precipitating warfare is to institute an absolute sovereign who will make it in one's short-term best interest to cooperate. Finally, Hobbes has to be able to say that people are just rational enough to be able to institute such a sovereign. That is, although they are not able to live peacefully and cooperatively on their own, they are just rational enough to be able to cooperate 'once', as it were, in the institution of the sovereign » (J. Hampton, op. cit., p. 85).

48 Pour L. Cordonnier « l'interrogation qui se trouve au cour de cette parabole (dite de « l'âpreté au gain ») illustre en modèle réduit, et saisit avec une netteté remarquable, la question centrale de la théorie économique contemporaine, à savoir : comment la coopération émerge-t-elle entre des individus égoïstes ? Cette question sous-tend l'étude des grands objets sur lesquels se penche l'économiste : le marché, l'état, les organisations », Coopération et réciprocité, Paris, PUF, 1997, p. 61.

49 Léviathan, trad. cit., p. 144, je souligne.

50 Qui est celle de Jean Hampton.

51 L'analyse constructiviste de Jean Hampton déploie toute la difficulté pour le souverain de constituer concrètement et progressivement son pouvoir, en commençant par la constitution d'une milice grâce à un deal conclu avec quelques hommes de main.

52 P. Manent ramène ce caractère à une représentation : « Si les individus sont des quanta de pouvoir... il faut et il suffit qu'ils construisent au-dessus d'eux le plus grand pouvoir qu'ils puissent imaginer, ou encore un pouvoir tel qu'on n'en puisse imaginer de plus grand. C'est la définition d'un pouvoir illimité ou absolu » (Histoire intellectuelle du libéralisme, Paris, Hachette, 1997, p. 71). Il en résulte que ce pouvoir n'est pas contraire à la liberté des sujets ni aux valeurs libérales.

53 A. Rapazinski met en évidence le caractère auto-réalisateur de la puissance illimitée du souverain : si je crois qu'un homme a un pouvoir illimité, alors il m'est impossible de lui résister. Cette personne aura le pouvoir en question, cf. Andrzej Rapaczynski, Nature and Politics, Liberalism in the Philosophies of Hobbes, Locke, Rousseau, New York, Cornell University press, 1987, p. 69.

54 B croit qu'il est probable que A respectera le contrat, il va donc faire comme s'il le croyait. A sait que B va faire ce raisonnement et donc il respectera le contrat.

55 « the Sovereign would provide the conditions in which it was rational for a man to cooperate conditionally, by ensuring that he could rely on an sufficient number of other to cooperate », M.Taylor, op. cit., p. 137.

56 Dans le chapitre 6 du Léviathan, Hobbes définit la crainte comme une « aversion jointe à l'opinion d'un dommage causé par l'objet » (Léviathan, trad. cit., p. 51).

57 Ainsi, au début du chapitre 17, Hobbes juxtapose une série impressionnante de raisons d'établir la souveraineté, cf. Léviathan, trad. cit., p. 173-177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Parmentier, « Hobbes, la coopération et la théorie des jeux », Methodos [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 19 mars 2010, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://methodos.revues.org/2380 ; DOI : 10.4000/methodos.2380

Haut de page

Auteur

Marc Parmentier

Univ. Lille-Nord-de-France, UdL3 STL, CNRS UMR 8163

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org