Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Une balistique de l’intentionnalité

Compte rendu de Arkadiusz Chrudzimski, Gegenstandstheorie und Theorie der Intentionalität bei Alexius Meinong, Dordrecht, Springer, 2007, 386 pages
Giuliano Bacigalupo
Référence(s) :

Dordrecht, Springer, 2007, 386 p.

Texte intégral

1Comme le titre l’indique (« Théorie de l’objet et intentionnalité chez Alexius Meining »), ce volume d’Arkadiusz Chrudzimski récemment publié chez Springer a pour but d´étudier les multiples connexions entre la théorie de l’intentionnalité et la théorie de l’objet au sein du développement de la pensée d’Alexius Meinong (1853-1920). Plus précisément, selon l’auteur, la théorie de l’objet formulée par Meinong en 1904 – dans ses traits fondamentaux mais pas définitifs – serait l’aboutissement inévitable d’une réflexion plus vaste sur l’intentionnalité commencée bien plus tôt, à l’époque de son apprentissage brentanien.

  • 1  Arkadiusz Chrudzimski, Intentionalitatstheorie beim frühen Brentano, Dordrecht, Kluwer Academic Pu (...)
  • 2  Arkadiusz Chrudzimski, « Abstraktion und Relationen beim jungen Meinong », Meinong Studies / Meino (...)

2Le livre est composé de huit chapitres, dont trois ont déjà été publiés ailleurs. Le premier chapitre est repris tel quel de la première section du livre Théorie de l´intentionnalité chez le premier Brentano1, avec l’ajout d’une courte introduction. Le deuxième, « Abstraction et relations chez le jeune Meinong », et le huitième « La logique de l’Aussersein », avaient déjà été publiés auparavant sous forme d’articles2 Le livre est pourvu d´une table des matières et d’un index des auteurs cités mais ne comporte pas d’Index rerum.

  • 3  « Inhalt und Gegenstand, Meinongs Lehre um 1900 » (3), « Die Lehre von den Objektiven » (4), « Geg (...)

3Le choix de réunir dans ce livre des matériels si hétérogènes ne constitue pas en soi une faiblesse. Cela permet en effet de couvrir un domaine qui va bien au-delà de l’ensemble de la production philosophique de Meinong : le premier chapitre est entièrement consacré à Franz Brentano, le dernier est une contribution personnelle de l’auteur aux débats contemporains sur la logique meinongienne. Cependant, il aurait fallu un travail d’harmonisation plus soigné pour intégrer de tels chapitres dans l’économie globale d’une étude qui se veut systématique. Le choix d’utiliser des chapitres venant d’ailleurs se fait finalement au détriment de la cohérence du projet général de l’auteur : seulement les cinq chapitres centraux poursuivent en fait le but, que nous avons rappelé ci-dessus, d’articuler théorie de l’objet et intentionnalité. Ils portent les titres de : «  Contenu et objet, la théorie de Meinong aux alentours de 1900 » (3), « La théorie des objectifs » (4), « La théorie de l’objet » (5), « Les objets de Meinong et la relation intentionnelle » (6), « Systèmes de constitution de Meinong » (7)3.  Ils constituent le véritable noyau du livre.

4Rappelons, en passant, que les publications précédentes de l’auteur portent presque exclusivement sur le thème de l’intentionnalité, tel qu’il avait été (re-) découvert par Franz Brentano à la fin du XIXe siècle et développé par la suite par Kasimir Twardoski, Edmund Husserl, Roman Ingarden et bien d’autres représentants de ce courant de pensée que l’on a pris l’habitude d’appeler, non sans quelques hésitations, « philosophie autrichienne ». Cela fait de notre auteur l’un des experts majeurs, internationalement reconnus, sur ce sujet.

5Pour en venir au contenu du livre, l´approche de l’auteur gravite autour de la distinction entre deux théories possibles de l’intentionnalité : les théories-médiateur (Mediator-Theorien, dorénavant MT) et les théories-objet (Objekt-Theorien, dorénavant OT). Ces dernières introduisent des entités dans la position de l’objet, des entités qui diffèrent sensiblement de ce que l’ontologie naïve du sentiment commun (en dehors de et avant toute spéculation philosophique) considère comme l’objet de nos pensées et de nos expériences. Alors qu’un non-philosophe, lorsqu’il perçoit une table ou une chaise ou en parle, croit se référer aux tables et aux chaises du monde extérieur, le philosophe partisan d’une OT le corrigerait en disant qu’il se réfère plutôt à des objets immanents, qui se trouvent dans une relation de similitude, ou, mieux, d’analogie structurelle avec les objets transcendants. En outre, si le non philosophe croit qu’il ne se réfère à rien lorsqu’il pense ou parle de « Pégase », un partisan d’une autre variante de OT rétorquerait que, en réalité, il se réfère toujours à un objet, à savoir l´objet non existant « Pégase ».

6En revanche, le partisan d’une MT partage la thèse du sens commun selon laquelle on vise des objets qui existent indépendamment de notre perception, à ceci près qu’une telle référence n’est possible que par le biais d’entités médiatrices immanentes ou contenus de pensée. Et cela vaut autant pour les tables et les chaises que pour des représentations telles que « Pégase », où la présence d’une entité médiatrice est nécessaire pour que l’on puisse pointer l’objet dont on nie l´existence.

7Par le moyen de ce schème interprétatif, l’auteur analyse et donne une évaluation critique non seulement des différentes phases de la philosophie de Meinong, mais aussi des positions de Franz Brentano, Kasimir Twardowski et, bien que marginalement, de celle d’Edmund Husserl.

8En appliquant ce schème au maître de Meinong, Brentano, l’auteur défend la thèse selon laquelle celui-ci aurait développé autant dans Psychologie d´un point de vue psychologique (1874) que dans les cours des années 1887-91 sur la psychologie descriptive une doctrine de l’intentionnalité du type OT: nous croyons avoir affaire à des objets transcendants, alors qu’en réalité nous n’avons accès qu’à des objets immanents. C´est précisément grâce à ces objets immanents que nous pouvons formuler des jugements existentiels négatifs comme « Pégase n’existe pas » : la négation porterait ainsi sur l’objet immanent Pégase, représenté mais pas existant. En outre, cette forme de OT permettrait à Brentano de donner une réponse au problème de la non-extensionalité des contextes intentionnels : si Pierre pense au vainqueur de Iéna, ceci n’implique nullement qu’il pense au vaincu de Waterloo, étant donné que les deux objets immanents ou contenus de pensée « le vainqueur de Iéna » et « le vaincu de Waterloo » sont différents, ce qui ne vaudrait pas pour l´objet transcendant « Napoléon ».

9La souplesse ainsi que l’intérêt d’une telle distinction entre MT et OT apparaissent dès lors que l’auteur montre la possibilité des théories de l´intentionnalité hybrides qui présentent à la fois certains traits d´une MT et d'autres d´une OT. C’est le cas de la théorie de l’intentionnalité défendue par Brentano dans ses cours de logique des années 80, où nous avons affaire non pas à une pure OT mais à une variante de celle-ci, que l’auteur appelle : OT avec double objet. Si notre pensée atteint sa cible transcendante, c’est par le moyen d’un objet immanent ; dans le cas contraire il ne reste que la référence au seul objet immanent.

10Husserl, dont le traitement de l’intentionnalité n’est pas étudié en détail par l’auteur, proposerait dans le deuxième tome des Recherches Logiques (1901) une pure MT : que nous nous représentions Jupiter ou Bismark – dit Husserl dans l’un des passages le plus connus de l’œuvre – nous visons toujours un objet transcendant. Selon l’auteur, une telle affirmation se justifie uniquement dans la mesure où Husserl aurait préalablement introduit des entités médiatrices, à savoir les contenus de pensée.

11Qu’en est-il de Meinong ? Aux yeux de l’auteur, dans ses premiers travaux (notamment dans les deux Etudes sur Hume) Meinong soutient une théorie de l’intentionnalité empruntée aux cours de logique de Brentano. C’est la publication en 1894 du livre de Twardowski Sur la théorie du contenu et de l'objet des représentations, quipousse Meinong à une remise en cause générale des fondements de cette théorie.

12Twardowski apporte en effet une modification décisive au schème de l’intentionnalité : l’objet et le contenu sont nettement à distinguer, si bien que celui-ci ne peut plus être identifié avec celui-là, autant dans les pensées fausses que dans les pensées vraies. Du point de vue de Chrudzimski, cette théorie serait une autre variante de théorie hybride. Étant donné que Twardowski s’écarte de la réponse brentanienne au problème classique des jugements existentiels négatifs, il doit introduire des entités nouvelles dans la position de l’objet : « Pégase n’existe pas » serait ainsi un jugement sur l’objet non existant « Pégase ». On aurait donc affaire à une OT. D’autre part, afin de rendre compte du caractère non extensionnel des contextes intentionnels, Twardowski ne peut pas renoncer aux entités médiatrices : « Salzburg » et « la ville natale de Mozart » sont des représentations qui possèdent des contenus différents et qui se réfèrent pourtant à un seul et même objet. De ce point de vue, on aurait donc affaire à une MT.

13Selon la reconstruction de l’auteur, entre 1899 et 1904, Meinong aurait défendu une MT de l’intentionnalité très proche de celle de Husserl. Cependant, au tournant du siècle, l’invention de la théorie de l’objet aurait été liée à la nécessité d’introduire des objets non existants, ce qui aurait rapproché Meinong de la position de Twardowski. Seulement ainsi, nous dit Chrudzimski, la théorie de Meinong devient irrécusable (« einwandfrei », p. 183). Un tel tournant lui permet à la fois de rendre compte de la vérité des jugements existentiels négatifs tels « Pégase n’existe pas » ainsi que des jugements vrais portant sur des objets fictifs, tel « Pégase a des ailes ». Dans les deux cas, selon la formule célèbre, il y a des objets qui n’existent pas.

14Mais une fois le problème des jugements existentiels négatifs résolu, Meinong doit encore apporter une solution au problème du caractère non extensionnel des contextes intentionnels. Selon Chrudzimski, dans la mesure où Meinong ne partage pas la position de Twardowski – selon laquelle à des contenus différents peuvent correspondre un même objet – il finit par introduire l’idée d'« objets incomplets ». On sait, cependant, qu’une telle idée ne va pas de soi, mais, ici comme ailleurs, l’auteur prend une posture qui peut être qualifiée de généreuse voire d'œcuménique : conscient des difficultés de la position de Meinong, il passe en revue les possibles solutions alternatives et cherche des connexions avec d’autres philosophes, ce qui aboutit, par exemple, à des comparaisons élaborées – et parfois risquées – notamment avec le Tractatus de Wittgenstein. Le suivre sur cette voie serait ici impossible.

15L’approche de l’auteur a le mérite indiscutable de permettre une synthèse efficace des différentes formes sous lesquelles une théorie de l’intentionnalité peut se présenter et facilite la comparaison et l'étude des rapports de filiations. De plus, les diagrammes sophistiqués, qui sont désormais un caractère distinctif des travaux de l’auteur, constituent une aide supplémentaire dans cette direction. Rappelons enfin la particularité de l’approche analytique de l’auteur qui lui permet de garder une attitude critique vis-à-vis de textes qui ne sont plus contemporains : il les questionne à partir deproblèmes précis et de paradoxes qui jouent – ainsi que le voulait Russell – un rôle analogue à celui de l’expérimentation dans les sciences naturelles.

  • 4  Dale Jaquette, « Review of Arkadiusz Chrudzimski, Intentionalitätstheorie beim frühen Brentano », (...)

16D’autre part, une telle approche finit parfois par montrer ses limites. L’on pourrait en effet se demander si nous avons des preuves textuelles suffisantes pour affirmer que les problèmes de la non-extensionalité des contextes intentionnels et de la généralisation de l’existence – problèmes appartenant à la tradition analytique – ont vraiment constitué les « expériences » centrales à partir desquelles se sont façonnés les concepts et les théories de Brentano, Twardowski et Meinong. Dale Jacquette, qui avait soulevé cette question dans son compte rendu d’un autre livre de Chrudzimski a cru devoir donner une réponse négative4. Et pourtant, à nos yeux, bien que justifiée, la critique de Jacquette n’est qu’à moitié pertinente : elle ne l’est qu’à l’égard du problème des contextes intentionnels alors que le problème de la généralisation de l’existence a effectivement été central pour Brentano et ses élèves, bien que ceux-ci l’aient posé dans des termes bien différents des nôtres. Pour les brentaniens, il ne s’agit pas de se demander si l’axiome russellien « Fx →  x » est toujours valable. On se demande plutôt si chaque jugement prédicatif est reformulable et identique au jugement existentiel correspondant. En prenant l’exemple de Brentano, est-ce que d’un point de vue strictement intentionnel le jugement « l’homme est malade » est identique au jugement « il y a un homme malade » ? De ce point de vue, tout en gardant certaines des réserves de Jacquette, il nous paraît toujours possible de défendre, du moins en partie, la démarche de Chrudzimski.

  • 5  Kasimir Twardowski, Zur Lehre vom Inhalt und Gegenstand der Vorstellung, Wien, Hölder, 1894,p. 9.

17Cependant, bien que l’on puisse affirmer que l’analyse du jugement existentiel joue un rôle central pour Brentano et ses élèves, l’interprétation que Chrudzimski en donne paraît discutable. Il est difficile d’admettre que Twardowski ait poussé par son « expérimentation » à postuler des objets existants et non existants. Il fait plutôt usage de l’entité du contenu de la pensée pour expliquer ce qui se passe lorsqu’on juge sur l’existence de quelque chose, d’où le fait qu’il parvient à identifier l’existence et le contenu de la pensée5.

  • 6  Alexius Meinong, Gesamtausgabe, Bd. IV, Über Annahme, ed. R. Haller, Akademischer Druck- und Verla (...)

18Une critique similaire pourrait être adressée à l’analyse de Meinong par l’auteur. Dans le deuxième chapitre de son livre sur les assomptions6, Meinong réfute en effet l’explication psychologique du jugement et, par conséquent, le recours au contenu de la pensée twardowskienne. Néanmoins, un tel refus ne le conduit pas à introduire des objets non existants, mais à élargir le classement brentanien en introduisant une nouvelle classe d’objets, à savoir les « objectives » (Objektiva) : si Twardowski identifie l’existence de l’objet avec le contenu, Meinong l’identifie avec l’objective. L’attribution à l’objet d’une propriété d’être existant ou non existant est ainsi esquivée.

19Cette ligne d’interprétation est celle suivie par John Findlay et Roderick Chisholm. Elle nous semble avoir le mérite d’une plus grande fidélité aux textes. Chrudzimski suit une autre voie, celle de la redécouverte de Meinong qui passe par des néo-meinongiens tels Richard Routley ou Terence Parsons. Mais force est de noter que ces auteurs tendent à sous-estimer la théorie de l’objectif en insistant plutôt sur la distinction entre propriétés nucléaires et extra-nucléaires, distinction plus tardive – suggérée d’ailleurs pas Mally – et que l’on trouve plutôt dans le dernier texte de Meinong sur la probabilité(Über Möglichkeit und Wahrscheinlichkeit, 1915). C’est justement cette distinction qui permettrait de traiter l’existence comme une propriété (quasi) normale de l’objet et donc de parler d’objets existants et non existants.

20Cela nous amène enfin au fameux paradoxe que Meinong voulait résoudre, en sous-estimant peut-être la fascination qui en découle : « il y a des objets à propos desquels on peut affirmer qu’il n’y en a pas ». À cet égard la lecture de cet ouvrage de Chrudzimski – bien argumenté, historiquement soigné et d’une grande clarté –est finalement une expérience enrichissante : elle est source de questionnements et de réflexions autant pour ceux qui aiment le paradoxe de Meinong, que ceux qui ne l’aiment pas.

Haut de page

Notes

1  Arkadiusz Chrudzimski, Intentionalitatstheorie beim frühen Brentano, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2001.

2  Arkadiusz Chrudzimski, « Abstraktion und Relationen beim jungen Meinong », Meinong Studies / Meinong Studien 1, 2005, p. 7-62 ; Ibid., « Drei Versionen der Meinongschen Logik » Zeitschrift für Philosophische Forschung 59, 2005, p. 49-70.

3  « Inhalt und Gegenstand, Meinongs Lehre um 1900 » (3), « Die Lehre von den Objektiven » (4), « Gegenstandstheorie » (5), « Meinongs Gegenstände und die Intentionale Beziehung » (6) e « Meinong´sche Konstitutionssysteme » (7).

4  Dale Jaquette, « Review of Arkadiusz Chrudzimski, Intentionalitätstheorie beim frühen Brentano », The Review of Metaphysics, 46, 2002, p. 163-167.

5  Kasimir Twardowski, Zur Lehre vom Inhalt und Gegenstand der Vorstellung, Wien, Hölder, 1894,p. 9.

6  Alexius Meinong, Gesamtausgabe, Bd. IV, Über Annahme, ed. R. Haller, Akademischer Druck- und Verlaganstalt Graz, 1977 (1902-10), p. 42-7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giuliano Bacigalupo, « Une balistique de l’intentionnalité », Methodos [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 07 avril 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://methodos.revues.org/2363

Haut de page

Auteur

Giuliano Bacigalupo

Seattle University

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org