Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fragments de radicalité

Compte rendu de : Ronald Bruzina, Edmund Husserl and Eugen Fink. Beginnings and ends in phenomenology (1928-1938), New Haven, London, Yale University Press, 2004, XXVII + 627 pages
Andrea Staiti
Traduction de Hélène Leblanc
Référence(s) :

New Haven, London, Yale University Press, 2004, XXVII + 627 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Fink Eugen, Husserl

Keywords :

Fink Eugen, Husserl
Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien par Hélène Leblanc

Texte intégral

  • 1 Les chapitres IV et V, consacrés respectivement au monde et au temps, constituent une version lég (...)
  • 2 Eugen Fink, Sixth Cartesian Meditation : The Idea of a Transcendental Theory of Method ; with Tex (...)
  • 3 Eugen Fink, Die letzte phänomenologische Werkstatt Freiburg : Eugen Finks Mitarbeit bei Edmund Hu (...)

1L’ample volume de Bruzina (dorénavant BE) constitue le point de confluence d’un long travail théorique et philologique de l’auteur relatif à l’œuvre d’Eugen Fink. Ce labeur, d’une part, raccorde et approfondit les thématiques affrontées dans de nombreux articles1. Il ajoute d’autre part de nouveaux éléments à la mosaïque extraordinairement complexe et intriquée constituée durant les dix années de collaboration entre Husserl et Fink à Fribourg. Les caractéristiques qui sautent aux yeux, dès la première lecture, sont le soin philologique avec lequel l’exposé théorique est constamment et minutieusement consolidé (Bruzina a dirigé l’édition anglaise de la 6e Méditation Cartésienne2et l’édition en quatre volumes des notes et projets du jeune Fink dans les années de collaboration avec Husserl3) et l’effort continu pour situer les diverses phases de la pensée de Fink dans le contexte historique et personnel tourmenté où elle prend place. L’exposé des réflexions de Fink, à dire vrai, parfois obscures et télégraphiques, s’en trouve allégé et aussi plus aisément accessible. Le lecteur peut en effet compter, tout au long du texte, sur des points d’appui biographiques et historiques qui permettent de comprendre et d’entrer au coeur du « laboratoire phénoménologique fribourgeois ».

  • 4 Guy van Kerckhoven, Mondanizzazione e Individuazione. La posta in gioco nella Sesta Meditazione C (...)

2L’attention au contexte, la précision philologique et le très large spectre de citations, qui facilitent la compréhension, est également un des aspects qui caractérisent le texte de Bruzina, au regard de l’autre monographie consacrée à la pensée de Fink, tout aussi récente mais déjà devenue « standard », celle de l’éditeur allemand de la 6e Méditation Cartésienne, Guy van Kerckhoven, parue en italien six ans auparavant4. Si le texte de van Kerckhoven se présente comme une véritable « lecture » et interprétation de la seule 6e Méditation, Bruzina conduit le lecteur à travers l’immense quantité de textes, notes et dialogues qui bordent et dépassent la rédaction de cette dernière qui, même si elle permet d’entrevoir les apports originaux et critiques de Fink, laisse à couvert les aspects plus difficiles et personnels de sa réflexion ; et ceci non seulement en raison d’une précaution « diplomatique », par laquelle le jeune assistant entendait ne pas laisser affleurer de façon trop prononcée ses critiques à l’égard de Husserl, mais aussi par le caractère du texte, tenu tout au contraire d’intégrer, redessinée, l’œuvre du Maître, que Fink ne cessera jamais de considérer comme tel, au détriment même de sa propre fortune académique.

3La présence constante et détaillée de références à Husserl est, justement, la seconde caractéristique qui distingue Edmund Husserl & Eugen Fink. La raison, éminemment structurelle, et non seulement historico-philologique de ces références, est peut-être le point central du texte et nous voudrions y consacrer les réflexions qui vont suivre.

4Au début du second chapitre, « Phenomenology Beyond the Preliminary », après avoir fourni dans le premier une reconstruction de la situation historique, Bruzina rapporte deux questions que le jeune Fink soumet à Husserl, et destinées à rester pour de nombreuses années la clef de tout son effort théorique :

  • 5 BE, op. cit., p. 81.

« The first question Fink asked Husserl concerned the methodological status of the noema-noesis correlation : whether there were limits to its appropriateness in phenomenological analysis ; and the second question asked directly about temporality. Actually Fink’s concern was the same in both questions, namely, the manner in which ultimate constituing process ought to be approached for analysis ; for this was the level of inquiry that would reveal to the fullest how all hitherto positive descriptive findings had to be qualified as preliminary, and would therefore provide the basis for determining the final meaning of what those same findings had yielded5. »

5La seconde question est en revanche :

  • 6 Ibid. p. 82.

« Does the pure stream of lived experience have a beginning, an end ? Does worldly talk of death and birth coincide with the problem of the beginning and end of transcendental time-consciousness6 ? »

  • 7 Ibid. p. 376.

6Ces deux questions, qui en réalité n’en font qu’une, relative à la validité et au statut des structures mises en lumière dans l’analyse phénoménologique husserlienne, constituent le thème fondamental dont chaque fragment singulier, chaque note et chaque ébauche produits par Fink au cours de la décennie suivante, ne sont que les variations.Le travail de Fink des années 1928-1938, pour reprendre la comparaison musicale proposée par Bruzina7, n’est pas une symphonie écrite de façon autonome, mais une constante variation sur thème, une interrogation, toujours la même, qui se repropose au gré des divers contextes problématiques affrontés par le dernier Husserl : clarification du sens de la réduction, conscience d’horizon, temporalité, monde de la vie, intersubjectivité. Dans toutes ces situations, Husserl aussi bien que Fink ressentent le besoin d’une radicalité croissante liée pour tous deux à une systématisation des résultats du travail phénoménologique.

7Et toutefois Bruzina souligne la distance qui les sépare quant à la manière de comprendre ce besoin de radicalité :

  • 8 Ibid. p. 317.

« For Husserl the dimension of investigation needs continuing ; for Fink the dimension of critique is now in the forefront, and this of necessity means opening up ways of determining matters for inquiry that do not fall neatly into the established patterns of Husserl’s work8. »

  • 9 Que ceci ait été au contraire la position de Husserl se vérifie dans différents textes, mais le l (...)
  • 10 Fink écrit : « La réinsertion de la recherche phénoménologique en philosophie (voilà mon exigence (...)
  • 11 C’est en ce sens que Bruzina peut écrire que : « Fink does for Husserl what Heidegger failed to (...)

8Donner une forme systématique à la phénoménologie ne signifie pas d’abord pour Fink produire une articulation «  ascendante » des thématiques singulières qui, partant d’un début correct et apodictiquement fondé de la philosophie, avance jusqu’à considérer des problèmes de degré plus élevé9. Il s’agit plutôt d’introduire une perspective substantiellement neuve, une intégration spéculative, strictement « philosophique »10, qui d’une part met à découvert les présuppositions à l’œuvre dans la phénoménologie de Husserl, et qui d’autre part interprète la différence entre subjectivité transcendantale et subjectivité mondaine et, de façon plus générale, entre dimension constituante et dimension constituée en termes purement ontologiques11.

9Le reste de naïveté que Fink dénonce à l’intérieur de la phénoménologie de Husserl, reprenant en partie des motifs heideggeriens, dérive selon lui d’un transfert des validités intramondaines à la dimension transcendantale, non soumis à la critique, et qui ne prend pas garde à s’interroger sur la spécificité de cette dernière dimension. Le thème permettant au contraire la production de l’accès conforme à la dimension transcendantale est pour Fink celui de la pré-donation du monde :

  • 12 Ibid. p. 106

« Rather than beginning with egoic self-certainty, phenomenology in its mature restatement must take, as the phenomenon with which to begin, the pregiveness of the world12»

« […] The theme of the world was to be the Ariane thread that could take the reader through the vast maze of Husserl’s analyses of details in critical reconsideration, systematic coherence, and integrating reinterpretation. » (p. 181)

10En effet, si le monde est ce qui est toujours pré-donné, toujours déjà constitué et présent comme horizon dans chaque acte, il faut soulever la question du venir-à-l’être de cette pré-donation et déterminer les concepts permettant d’en percer l’origine, non pas en projetant  naïvement sur celle-ci les formes relevant des structures d’acte (encore calquées sur la position réciproque intramondaine de sujet et d’objet) mais par la mise en question des dynamiques purement cosmogoniques qui les transcendent, en ouvrant les dimensions originaires pré-ontologiques dans lesquelles s’effectue la constitution :

  • 13 Ibid. p. 204

« If the final meaning of the world has to do with the explication of its origin, the origin of the whole structured realm of experience, compromising both experiencing and the experienced, then the ultimate move to origins is the move beyond the realm of beings13. »

  • 14 Une synthèse particulièrement efficace du sens du terme « méontique » est en revanche proposée pa (...)
  • 15 Ibid. « Critical-Systematic Core : The Meontic – in Methodology and the Recasting of Metaphysics », (...)
  • 16 « In meontic reinterpretation origin  and origination designate a way of taking what we see a (...)

11Ce mouvement de la pensée, cette tentative pour penser la constitution en termes ontologiques comme un venir-à-l’être de ce qui est mondain, est appelé par Fink « méontique ». Bruzina préfère ne pas fournir une définition explicite et synthétique de la perspective méontique14 : il propose continuellement le terme tout au long du texte, mais attend jusqu’au septième chapitre15 pour consacrer un exposé spécifique à son sujet. C’est pourquoi « méontique » est moins le titre d’une doctrine particulière que celui d’un questionnement constant, d’un point de fuite qui s’annonce dans des analyses déterminées, une façon de lire en filigrane ce qui, en soi, semblerait au premier abord subsister sans problèmes, même en demeurant dans le cercle du résidu mondain propre16.

  • 17 Ibid. chap. V, « Fundamental thematics II : Time », p. 224-225.

12L’un des lieux décisifs de l’interrogation méontique devient celui de la temporalité17, lorsque Husserl demande à son assistant de revoir et préparer la publication des manuscrits de Bernau, composés après la rédaction et la publication des premières études phénoménologiques sur la temporalité que sont les Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps. C’est justement là que la corrélation noético-noématique, paradigme du résidu mondain contenu dans les structures mises en lumière dans la première phase de la phénoménologie, se trouve radicalement mise en question. En effet :

« What we thematically know and analyze may necessarily be set into this schema by our reflection upon it ; but the question is whether the elements as themselves, in their integral native flow as ultimate temporality, function and relate structurally according to that schema. The question is whether the way temporal structures appear in reflection is ultimate. » (p.90)

  • 18 Ibid. p. 230.
  • 19 Ibid. p. 114.
  • 20 Van Kerckhoven écrit à cet égard : « La subjectivité transcendentale comme champ des origines abs (...)

13Il fallait pour Fink introduire une distinction de plans : « (1) la temporalité comme temps vécu (c’est-à-dire comme une “ conscience du temps” interne ), et (2) la “temporalité”, comme “action” primordiale constituante18. » Ainsi, la constitution du flux temporel originaire n’est pas à mettre au compte d’une subjectivité intramondaine, bien qu’elle ait pu être purifiée de ses composants empiriques grâce à l’effectuation des premières étapes de la réduction. Il ne s’agit pas simplement de dé-empiriser ou de dé-naturaliser la subjectivité mais plutôt de la dé-humaniser19 radicalement, de réduire progressivement tous les résidus intramondains de l’analyse afin d’accéder négativement à la dimension pré-ontologique de l’Absolu constituant20, d’où l’on pourra reconstruire la genèse cosmogonique qui coïncide avec la temporalité même, conçue en termes productifs et créatifs. Il faut au fond saisir spéculativement la nature du véritable protagoniste de la constitution : non un sujet mondain, non une conscience phénoménologique maintenue dans son parallélisme avec la conscience psychologique, mais un Absolu. Chez Fink, au bout du compte,

  • 21 Ibidem.

« C’est le retournement de l’idéalisme phénoménologique formel, en un idéalisme philosophique concret qui est en jeu ; ou, si l’on veut, le passage de l’idéalisme de la théorie de la connaissance à un idéalisme ontologique soutenu apparemment, bien que de manière implicite, par une nouvelle “ théologie négative ”. »21

  • 22 « The status of the world as (a) the overarching horizonal structure for human experience and (b) (...)
  • 23 Le champ phénoménal est lui-même intégré dans des appréhensions de totalité – qui ne corresponden (...)

14C’est de l’Absolu méontique – c’est-à-dire, à nouveau, pensé pré-ontologiquement comme Ur-Dimension au-delà de l’être et du néant – que procède dialectiquement l’auto-ontification progressive, l’auto-émanation qui se configure originairement comme auto-temporalisation et genèse des horizons mondains, entre lesquels seulement quelque chose comme un sujet humain et un objet étant peuvent assumer la position frontale réciproque qui les caractérise22. Fink précise à plusieurs reprises que cette voie négative ne constitue pas une superstructure théorique imposée aux analyses phénoménologiques « classiques », mais la radicalisation des éléments qu’elles contiennent est pour la première fois rendue thématique de façon adéquate, suivant une organisation méthodique particulière23.

15Bruzina écrit, à propos du nœud qui lie en double fil les analyses phénoménologiques husserliennes et les ajouts de Fink :

  • 24 BE, op. cit. p. 467.

« Internal analysis has to be reworked as essentially open to what cannot be encompassed or dealt with in terms of constative, descriptive analytic procedures, oriented as they are toward evident intuitional presentation. Conversely, speculative explication of the results of analytic procedures must draw its explicative sense from their evident intuitional presentation24. »

16Et toutefois, malgré cette précision continue, cette attention constante à se présenter comme un ajout – critique certainement mais jamais en tant que solution de remplacement –, il est intéressant de se demander dans quelle mesure la proposition théorique de Fink peut constituer encore aujourd’hui une orientation de recherche praticable et convaincante. Un des nombreux atouts du texte de Bruzina est précisément de mettre le lecteur attentif dans les conditions requises pour se construire un jugement vraiment solide sur le sujet. De fait, le mouvement de Fink peut être considéré comme une sorte de génial raccourci, une façon de résoudre des problèmes profonds simplement effleurés par l’analyse phénoménologique husserlienne, en reproposant un schéma fondatif des plus anciens, celui du néo-platonisme, ainsi que Bruzina le met en lumière à la fin du chapitre VII :

  • 25 Ibid. p. 447-448.

« […] Fink is aware of, and profits from, the lesson lying in the long, fractious tradition in Western philosophy of the idea of the radical transcendency of the intelligibility of ultimate causes, one prominent methodology for which is the so called via negativa25. »

  • 26 Ceci est signalé entre autres par Marc Richir, qui parle d’ « abstraction et même d’hypostase(...)
  • 27 Voir par exemple Husserliana VIII, op. cit., pp. 132-139.

17D’un point de vue interne à la perspective husserlienne, l’opération proposée par Fink peut se lire de manière relativement simple : comme hypostatisation26de certaines dimensions, qui chez Husserl ont un sens et une validité seulement au regard d’une intentionnalité impliquée et intriquée dans chaque expérience27, c’est-à-dire seulement dans le cadre d’une implication intentionnelle, qui peut par principe toujours être pratiquée et démêlée. Il est en revanche par principe impossible pour Husserl de produire une description totale qui restituerait entièrement, d’un seul coup, les multiples nœuds et dénouements de l’implication intentionnelle. Ainsi, chaque conscience présuppose toujours un horizon de conscience agissant toujours d’une manière implicite etnon thématique, tant sur le plan « horizontal » – c’est-à-dire des actes qui prennent effet en même temps mais en marge du point central thématique – que sur le plan « vertical » – c’est-à-dire des dimensions de constitution passive et d’habitus qui soutiennent les prises de position actives à chaque fois thématiques. Mais voir ici l’indice d’une différence ontologique entre conscience thématique (intentionnalité d’acte) et conscience d’horizon (Fink parle d’intentionnalité de champ et d’extentionnalité) est une option qui crée peut-être plus de problèmes qu’elle n’en résout. En effet, la conscience d’horizon, la subjectivité agissant de manière latente sont telles grâce à leur convertibilité de principe en actes thématiques. Elles ne sont pas pour autant quelque chose en soi. Si nous introduisons une discontinuité ou, mieux, si nous considérons la convertibilité  comme limitée et partielle, posant ainsi un résidu qui résiste à la conversion, – comme Fink le fait et comme divers auteurs après lui ont tenté de le faire avec plus au moins de finesse – nous devons être conscients d’au moins trois points :

  • 28 Husserliana VIII, op. cit. p. 318.

18(1) Il s’agit d’une option et non d’une nécessité enracinée à l’intérieur de la chose même. En effet, si l’on part d’un vécu quelconque que l’on soumet à l’analyse phénoménologique, l’on parvient seulement au bout de cette analyse à la trame de l’implication intentionnelle et aux horizons qui y sont impliqués.Selon les propres termes de Husserl : « chaque vécu singulier “reflète” la connexion totale des vécus »28. Si ceci est vrai, et il y a de fortes raisons de l’admettre, si l’on suit avec attention les analyses proposées par Husserl dans le texte d’où est extraite la citation, alors force est d’admettre également que tout parle ici en faveur de la convertibilité de la connexion totale dans les vécus actuels et nullement en faveur du résidu non convertible. Que la conversion, c’est-à-dire la thématisation, ne soit pas possible d’un seul coup, qu’il n’existe pas un vécu qui restitue instantanément la totalité de la trame sous forme thématique, tout ceci n’implique pas nécessairement une opposition ontologique entre tout (connexion totale) et partie (le vécu singulier progressivement thématique). On peut naturellement proposer une opposition semblable, mais dans ce cas :

19(2) On renonce complètement à l’instance intuitive propre à la phénoménologie, et avec elle à la possibilité d’une pleine fondation de tout ce qui sera dit et pensé de ce résidu. En principe, pourrait-on dire, nous sommes libres de penser le résidu comme nous voulons, libres de l’articuler de façon plus ou moins complexe, de poser au-delà du résidu, comme à son origine, tout un pan de notions arbitrairement choisies (entité, non-entité, pré-entité etc.) ainsi que d’autres notions issues de traditions interprétatives diverses, bien ancrées dans notre manière de penser, et qui nous suggèrent tour à tour de le penser de telle ou telle manière.

20(3) Si on fait l'économie de l'instance intuitive, à la recherche d'un instrument pour penser cet Absolu qui "se mondanise", on finit par s'appuyer entièrement sur du pur langage ; mais le langage a le pouvoir tout à fait singulier de dire plus que ce qu'on peut réellement saisir, dans une liberté qui n'est pas (et ne peut pas être) soumise à la critique.Par exemple : je peux évidemment dire « saveur verte ». La grammaire pure de la langue y consent. Ceci n’enlève rien au fait que l’intention liée à l’expression « saveur verte » soit seulement un indiquer vide, qui certainement renvoie à quelque chose (ce n’est pas pour rien qu’avec des expressions de ce genre on peut produire, par exemple, de la poésie) mais à quelque chose qui ne s’offrira jamais en remplissant l’intuition correspondante de façon adéquate. On peut certainement se laisser séduire par l’indication vide liée à l’intention « saveur verte » et éventuellement faire l’hypothèse qu’au-delà des régions ontologiques « saveur » et « couleur », s’étend une dimension d’être plus originaire dans laquelle les saveurs sont vertes et le vert savoureux. Cette dimension échapperait à l’intuition, mais elle pourrait cependant faire office de support des régions « mondaines » et « ontiques » de la saveur et de la couleur. Or, il n’en est rien. Même si je me tirais d’affaire en appelant cette dimension « pré-ontologique », « non-ontique » ou quelque chose de semblable, je ne donnerais là qu’une solution verbale, qui offrirait seulement l’apparence d’une véritable solution. Même si un raisonnement analogue se réfère aux dimensions de la réalité non régionales mais omni-compréhensives comme la temporalité, la structure d’horizon, l’intersubjectivité, cette omni-compréhensivité, au moins à première vue, ne semble pas constituer un motif suffisant pour faire exception.

21Ces dernières considérations, qui évidemment ne visent pas à remettre en question l’intérêt du texte de Bruzina, renvoient à une question très générale et décisive qui représente un problème ouvert pour la phénoménologie, en partie même au-delà de Husserl. Nous voulons en guise de conclusion attirer l’attention sur ceci : les questions ontologiques sont-elles, en général, intégrables dans la phénoménologie ? En d’autres termes, une intégration des problématiques ontologiques dans la phénoménologie est-elle souhaitable ? Et dans ce cas, comment doit-elle être menée ?

22Si nous demandons, à l’image de Fink (qui a son tour a appris un tel questionnement de Heidegger), « quel est l’être des horizons » ou bien « quel est l’être de la connaissance », comme Fink le fait, ne sommes-nous pas simplement en train de nous fourvoyer ? Le fait que nous soyons ensuite obligés de répondre en suscitant des directions spéculatives « négatives » par un usage créatif du langage, somme toute, va de soi.

  • 29 Bien entendu, Husserl lui-même n’a pas renoncé à pousser le questionnement phénoménologique au-de (...)

23A ce genre de questions, bien que légitimes et profondes29, nous serions tentés de substituer une autre interrogation, interrogation qui nous reporterait cependant entièrement sur le terrain de la phénoménologie pure : « D’où puisons-nous exactement la notion d’être que nous faisons valoir dans ce questionnement ? » Répondre de manière exhaustive signifierait entreprendre un travail complètement différent de celui de Fink.

24Néanmoins, son audacieuse tentative – si brillamment reconstruite par Bruzina – nous indique sans aucun doute les domaines de recherche à étudier pour mettre à profit les extraordinaires ressources de la science phénoménologique. Il est en effet entièrement justifié de localiser le problème central qui met en jeu la force de la prétention fondatrice de la phénoménologie dans la différence entre subjectivité mondaine et subjectivité transcendantale. Fink a perçu l’urgence de ce problème dans toute sa portée. Et cependant, en pensant la différence en termes ontologiques, il a déplacé le sens de cette prétention dans une direction totalement différente de celle que Husserl avait empruntée. Pour qui veut s’occuper de phénoménologie aujourd’hui – en prenant au sérieux la prétention qui est la sienne et ne se contentant pas de ses réductions naturalisantes d’une part et théologisantes d’autre part –, la question se pose à nouveau dans toute son urgence : comment penserons-nous ou mieux, comment nous réapproprierons-nous sur un mode rigoureux la différence entre subjectivité empirique et subjectivité transcendantale ?

Haut de page

Notes

1 Les chapitres IV et V, consacrés respectivement au monde et au temps, constituent une version légèrement remaniée et augmentée de Ronald Bruzina, « Redoing the Phenomenolgy of World in the Freiburger Workshop (1930-1934) »,in Alter,6,1998, p. 39-118, et de « The revision of the Bernau time-consciousness manuscripts : New Ideas – Freiburg, 1930-1933 (II) », Alter, 2,1994, p. 367-395.

2 Eugen Fink, Sixth Cartesian Meditation : The Idea of a Transcendental Theory of Method ; with Textual Notations by Edmund Husserl, tr. angl. par R. Bruzina, Bloomington/Indianapolis, Studies in Continental Thought, 1995.

3 Eugen Fink, Die letzte phänomenologische Werkstatt Freiburg : Eugen Finks Mitarbeit bei Edmund Husserl. Manuskripte und Dokumente. Teil I : 1927-1938 – Band I : Doktorarbeit und erste Assistenzjahre bei Husserl ; Band II : Bernauer Zeitmanuskripte, Cartesianische Meditationen und System der phänomenologischen Philosophie ; Band III : Letzte phänomenologische Darstellung : die « Krisis »- Problematik. Teil II : 1939-1946 - Band 4 : Finks phänomenologisches Philosophieren nach den Tod Husserls. Hrsg. Von Ronald Bruzina. Eugen Fink, Gesamtausgabe, Abteilung III, Freiburg/München, Alber, 2005.

4 Guy van Kerckhoven, Mondanizzazione e Individuazione. La posta in gioco nella Sesta Meditazione Cartesiana di Husserl e Fink, tr. it. par M. Mezzanzanica, Genova, Il Melangolo, 1998. Il existe également une édition allemande du texte (Guy van Kerckhoven, Mundanisierung und Individuation bei E. Husserl e Fink. Die VI. Cartesianische Meditation und ihr « Einsatz », Übersetzung von G. Hammerschmied und A.R. Boelderl, Würzburg, Könighausen & Neumann, 2003), mais, étrangement, aucune édition française n’est disponible, et cela bien que le texte ait été à l’origine rédigé en français.

5 BE, op. cit., p. 81.

6 Ibid. p. 82.

7 Ibid. p. 376.

8 Ibid. p. 317.

9 Que ceci ait été au contraire la position de Husserl se vérifie dans différents textes, mais le lieu dans lequel cette tentative est poussée à son maximum est peut-être le fameux cycle de leçons au titre de Erste Philosophie, tenu par Husserl pendant le semestre d’hiver 1923/1924, un an avant que Fink n’arrive à Fribourg. Cf. Husserliana VIII, Erste Philosophie. Zweiter Teil. Hrsg. von R. Boehm, Den Haag, Nijhoff, 1959. C’est en particulier le texte intitulé Versuch zu einer Scheidung der Stadien auf dem Wege zu einer Wissenschaft von der transzendentalen Subjektivität (p. 251-258) qui constitue à notre avis le document le plus détaillé dans lequel Husserl fournit le schéma d’une éventuelle exposition systématique globale de la phénoménologie. Il est utile de noter une nuance décisive, en rapport avec les leçons de Erste Philosophie : la radicalisation et la systématisation de la phénoménologie sont liées chez Husserl à la production d’une phénoménologie de la réduction phénoménologique  et non d’une phénoménologie de la phénoménologie (comme l’a compris Fink et comme le présente le titre d’un étude récente, par ailleurs très instructive de Sebastian Luft, Phänomenologie der Phänomenologie. Systematik und Methodologie der Phänomenologie in der Auseinandersetzung zwischen Husserl und Fink, Dordercht, Kluwer, 2002). Ceci signifie qu’il ne s’agit pas d’effectuer une sorte d’hyper-réduction sur les actes phénoménologiques produisant phénoménologie au carré plus réflexions spéculatives de second degré, mais de démêler toujours plus précisément les implications contenues dans les résultats, en les raccordant de manière organique. Il faut pour cela développer une méthode adéquate qui investirait a priori non seulement les résultats mais aussi la totalité des implications et les formes fondamentales de raccord.

10 Fink écrit : « La réinsertion de la recherche phénoménologique en philosophie (voilà mon exigence !). » (texte cité par Van Kerckhoven, Mondanizzazione, op. cit., p. 50, note.

11 C’est en ce sens que Bruzina peut écrire que : « Fink does for Husserl what Heidegger failed to accomplish, namely, introduce the question of being integrally into Husserl’s transcendental phenomenological program. » (BE, op. cit. p.112)

12 Ibid. p. 106

13 Ibid. p. 204

14 Une synthèse particulièrement efficace du sens du terme « méontique » est en revanche proposée par Hans-Rainer Sepp dans un article récent sur Fink où peut lire :  « Le terme “Méontique” se réfère à la subjectivité transcendantale dans la mesure où : 1) son “être” ne peut être atteint ni du point de vue intramondain ni à partir de ces déterminations qui sont elles-mêmes produites par l’activité constituante de la subjectivité transcendantale ; 2) l’affirmation selon laquelle elle n’est pas soumise à l’ordre de l’être implique la négation de son statut “ontologique”, c’est pourquoi elle est mé-ontique » (H.R. Sepp, Totalhorizont – Zeitspielraum. Übergänge in Husserls und Finks Bestimmung von Welt, inA. Böhmer (éd.), Eugen Fink. Sozialphilosophie, Anthropologie, Kosmologie, Pädagogik, Methodik, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2006, p.167).

15 Ibid. « Critical-Systematic Core : The Meontic – in Methodology and the Recasting of Metaphysics », p. 375-451.

16 « In meontic reinterpretation origin  and origination designate a way of taking what we see around us and in ourselves as intrisically non-necessary in its being. That is, the being of anything that is experienced and experienceable in the world-horizonalities of appearing is not self-explicable being. Rather than having self-sufficiency in this sense, being has its negation as intrinsic to its holding good as actuality and reality. That which is being, the ontical itself – das Seiende – when thought about radically, elicts out of its very being-sense to the question of its negation, of non-being. » (BE, op. cit.p. 381)

17 Ibid. chap. V, « Fundamental thematics II : Time », p. 224-225.

18 Ibid. p. 230.

19 Ibid. p. 114.

20 Van Kerckhoven écrit à cet égard : « La subjectivité transcendentale comme champ des origines absolues, n’a rien à voir avec la reconduction à une mauvaise subjectivité intramondaine, telle que celle de l’homme. Il faut par conséquent libérer la subjectivité transcendentale “absolue”  de toute connotation mondaine de sens, afin de déchiffrer le sens de “précéder constitutif”  de la subjectivité transcendentale absolue. » (Mondanizzazione, op. cit. p. 67).

21 Ibidem.

22 « The status of the world as (a) the overarching horizonal structure for human experience and (b) an essential  product of the constitutive dynamic of prototemporality is exhibited within the world by the way nature is independent from human power both in its role (a) as the all-comprehensive, all-persuasive element in the milieu of human life and action, and (b) as a basic internal constituent in human life and existence. » (BE, cit.p. 509)

23 Le champ phénoménal est lui-même intégré dans des appréhensions de totalité – qui ne correspondent pas à une auto-donation possible, mais à une absence de principe d’auto-donation –, cette absence n’est pas un rien mais le propre de toute individuation.

24 BE, op. cit. p. 467.

25 Ibid. p. 447-448.

26 Ceci est signalé entre autres par Marc Richir, qui parle d’ « abstraction et même d’hypostase des horizons » dans son étude Temps, espace et monde chez le jeune Fink, in M. Richir, N. Depraz (éds.), Eugen Fink. Actes du Colloque de Cerisy-la-Salle, 23-30 juillet 1994, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1997, p. 40. Ceci, du reste, est également le modèle explicatif de Plotin et de toute la tradition néo-platonicienne, qui comprend l’auto-émanation de l’Un comme la production descendante des dimensions d’être correspondant aux dimensions d’intelligibilité, que le philosophe est appelé à remonter dans la spéculation.

27 Voir par exemple Husserliana VIII, op. cit., pp. 132-139.

28 Husserliana VIII, op. cit. p. 318.

29 Bien entendu, Husserl lui-même n’a pas renoncé à pousser le questionnement phénoménologique au-delà de l’intuition directe, en soumettant à l’étude les dimensions phénoménales qui ne se donnent pas sur un mode analogue aux “choses” et soulevant des horizons problématiques d’ordre métaphysique. Mais l’enquête doit pouvoir se rattacher de manière évidente à l’intuition directe, et les passages qui conduisent de celle-ci à celle-là doivent être contrôlables, sans « sauts » (y compris les “sauts ontologiques”). Husserl par exemple a toujours soutenu un théisme plutôt traditionnel posé sur la base d’un argument téléologique qui rappelle par certains aspects Thomas d’Aquin. L’analyse, synthétisée à l’extrême, pourrait donner ceci : la forme “téléologique” (celle par laquelle il y a des éléments hétérogènes ordonnés à une fin qui leur est extrinsèque) est puisée originairement dans la dimension de la volonté pratique et personnelle. En bref, c’est nous, en tant que personnes, qui disposons des éléments en vue des fins, et la forme téléologique appartient par conséquent au cadre phénoménal “réalité personnelle”. Si l’on retrouve dans la réalité phénoménale extra-personnelle une structure téléologique à tous les niveaux (ce que Husserl met en lumière dans ses analyses les plus tardives), cette structure ne procédant pas directement de ma volonté personnelle, on doit poser tout d’abord une totalité de volontés personnelles liées ensemble au niveau transcendantal (intersubjectivité) et en second lieu une volonté personnelle infinie et parfaite dont la synthèse des volontés personnelles interconnectées procède. Evidemment, cette analyse peut être soumise à la critique, on peut se demander par exemple si le second passage est réellement nécessaire, ou si l’intersubjectivité transcendantale peut être considérée de par soi comme la source de la téléologie, ou encore, en suivant la critique kantienne, se demander si la constitution doit en général être comprise en termes téléologiques, et dans quelle mesure. Quoi qu’il en soit, force est de le reconnaître, la proposition de Husserl donne à penser beaucoup plus que ne le feraient de simples suggestions verbales. Il propose au contraire une hypothèse analytique de lecture des éléments intuitivement reconstructibles, bien que non donnés dans l’intuition directe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Staiti, « Fragments de radicalité », Methodos [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 10 février 2009, consulté le 22 août 2014. URL : http://methodos.revues.org/2249

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org