Navigation – Plan du site
L'Autre Husserl

Essences et lois d’essence dans l’eidétique descriptive de Edmund Husserl

Wesen und Wesensgesetzte in der deskriptiven Eidetik Edmund Husserls
Rochus Sowa
Traduction de Véronique Decaix et Claudio Majolino

Résumés

L’une des tâches de la phénoménologie transcendantale, que Husserl lui-même définit comme une science éidétique des phénomènes transcendentalement réduits, est de découvrir des lois a priori matérielles d’un type spécial : des lois éidétiques descriptives établies sur la base de concepts descriptifs purs. Cet article s’attache d’abord à préciser la notion husserlienne d’essence au le sens large, définie comme une fonction d’état-de-choses (Sachverhaltsfunktion) ; une telle fonction noématique est le corrélat « objectif » de cette fonction propositionnelle que nous appelons « concept » et qui est une partie de la proposition, c’est-à-dire de la visée-d’état-de-choses (Sachverhaltsmeinung) par laquelle on projette un état-de-choses. En revanche, par essences au sens étroit ou strict on entend ces essences pures que Husserl appelle « Eide ». Le concept d’essence pure propre à l’éidétique descriptive phénoménologique est ainsi clarifié par une explication de la notion husserlienne de « concept descriptif pure », dans le but de montrer comment ces concepts, qui sont des pures concepts de types, se distinguent des concept descriptifs impures, et notamment des concepts dénotant des genres naturels. Fondées exclusivement sur des concepts descriptifs purs, les lois éidétiques descriptives (Wesensgesetze) possèdent des conditions de vérités particulières et nécessitent de modalités d’examen tout autant spécifiques. La place propre à la méthode appelée « variation éidétique » est justement celle de examiner, falsifier ou justifier des lois éidétiques descriptives présumées. A partir de cas exemplaires d’états-de-choses familiers confirmant les lois présumées, la variation libre, qui opère dans la pure imagination, a pour tâche de construire des contre-exemples possibles dont le but est de falsifier la loi éidétique présumée. La propriété d’être falsifiable par des contre-exemples construits dans la pure imagination permet de distinguer les lois empiriques des lois éidétiques descriptives de l’éidétique husserlienne. La possibilité de falsifier par des contre-exemples fictionnels ou factuels montre que la phénoménologie transcendantale est une entreprise scientifique ouverte à l’examen intersubjectif, et cela justement en raison de son caractère éidétique

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Véronique Decaix et Claudio Majolino.

Notes de l’auteur

Ce texte traduit l’article « Wesen und Wesensgesetzte in der deskriptiven Eidetik Edmund Husserls », paru dans Phänomenologische Forschungen, 2007, p. 5-37. Il s’agit de la version revue et augmentée d’une conférence tenue au IXème Oskar Becker-Kolloquium (Hagen, 15-17 février 2007) et reprise au congrès An International Conference to commemorate Jan Patočka 1907-1977 and the 37th Annual Meeting of the Husserl Circle (Prague, 22-28 avril 2007) [NdT].

Texte intégral

  • 1 Cf. également Edmund Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie p (...)

1Dans l’introduction aux Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique, parues en 1913, Husserl définit la phénoménologie transcendantale comme une « doctrine de l’essence (...) des phénomènes transcendantaux réduits1 ». Dans cette formule ramassée sont nommées les deux composantes qui déterminent entièrement le sens méthodologique de la phénoménologie husserlienne en tant que phénoménologie pure, faisant de celle-ci une discipline philosophique pure à un double égard.

2Doctrine de l’essence des phénomènes transcendantaux réduits, la phénoménologie de Husserl est une phénoménologie pure en tant qu’elle est une phénoménologie eidétique, science a priori qui se manifeste par des énoncés descriptifs non empiriques. Doctrine de l’essence des phénomènes transcendantaux réduits, elle est une phénoménologie pure en tant qu’elle dispose d’une thématique universelle purement subjective dégagée par la soi-disant « mise entre parenthèses de la thèse naturelle de l’être du monde » – à savoir, pour le dire brièvement : l’apparaître du monde avec ses deux moments non indépendants (le monde apparaissant comme tel et la subjectivité ou intersubjectivité à laquelle le monde apparaît et pour autant que le monde lui apparaît).

  • 2 Dans le § 34 des Méditations cartésiennes, parues en 1931, Husserl explique qu’ « à côté de la ré (...)

3De ces deux composantes de la phénoménologie husserlienne, l’eidétique et la transcendantale – qui, comme le souligne Husserl dans les Méditations cartésiennes, « déterminent ensemble le rôle et la valeur d’une phénoménologie transcendantale2 » – c’est la composante eidétique, la soi-disant « doctrine des essences » [Wesenslehre], qui représente le moment proprement scientifique et rationnel de la phénoménologie transcendantale, moment sur lequel celle-ci fonde sa prétention à être une science, et même une « science rigoureuse ».

4En présentant la méthode eidétique d’une manière imprécise et parfois trompeuse, et en reprenant de la tradition un terme très chargé comme celui d’« essence », Husserl n’a pas peu contribué à ce que ce moment rationnel de la phénoménologie soit entouré d’un soupçon d’irrationnel et d’ésotérique. Mais c’est notamment l’expression trompeuse d’« intuition d’essence » [Wesensschau] qui a été néfaste pour la réception de la doctrine des essences. Plutôt énigmatique, cette expression, que Husserl n’a employée que rarement, est pourtant très vite passée dans l’usage pour indiquer ce qu’il y a de véritablement nouveau et spécifique dans sa phénoménologie. Elle est d’ailleurs utilisée encore aujourd’hui pour caractériser la méthode eidétique husserlienne : elle continue d’évoquer des associations tout à fait fausses et d’empêcher tout regard impartial sur la doctrine des essences de Husserl ainsi que sur la méthode scientifique de recherche a priori qu’il a pratiquée.

5Dans ce qui suit, je voudrais insister, dans les limites qui me sont accordées, sur ce moment eidétique, en tant que celui-ci représente le moment proprement rationnel et scientifique de la phénoménologie de Husserl. Je me concentrerai notamment sur ce qui détermine le but de la recherche phénoménologie a priori, et qui permet à la sphère des phénomènes transcendantalement réduits, comme le dit Husserl, de « devenir logique », c’est-à-dire scientifique, à savoir : la découverte de lois a priori matérielles ou, plus précisément, de lois d’essence descriptives.

  • 3 Les concepts d’essence ou d’essence pure, que je ne pourrai traiter ici que d’une manière approxi (...)

6Pour expliquer le concept husserlien de « loi d’essence matérielle », que la doctrine phénoménologique descriptive des essences considère comme une loi d’essence descriptive, il faut d’abord étudier de près le concept d’« essence pure descriptive ». Dans la première partie de cet article, j’essaierai donc de dégager d’une manière relativement détaillée le concept d’essence purement descriptive au centre de l’eidétique descriptive de Husserl. Et je commencerai notamment par examiner les concepts d’acte catégoriel et d’intuition catégoriale3. Au cours de cette explication, je serai amené à préciser la relation entre concept et essence, une corrélation tout à fait singulière, établie grâce à un changement d’attitude qu’il nous est possible d’accomplir. Dans la deuxième partie, je m’occuperai des lois d’essence descriptives fondées sur des essences ou des concepts purement descriptifs, ainsi que de la méthode de validation exigée par leur forme générale. Je proposerai enfin un critère, issu de cette méthode, permettant de distinguer les lois empiriques des lois non empiriques propres de l’eidétique descriptive husserlienne.

I. Essences pures en tant que fonctions d’états-de-choses purs

  • 4 Dans ce qui suit, je vais me limiter aux jugements, qui sont les actes catégoriels les plus impor (...)
  • 5 « Comme l’objet sensible se comporte vis-à-vis de la perception sensible, l’état-de-chose se comp (...)

71. Les actes catégoriels sont des actes primaires, dans lesquels on configure des états-de-choses qui sont poséscomme subsistants, questionnables, désirables, etc. Parmi les actes catégoriels, accomplis linguistiquement à l’aide d’énoncés ou d’expressions énonciatives, les actes les plus importants pour la science sont les questions et les jugements4.Accomplis à l’aide d’énoncés déclaratifs, les jugements sont essentiellement des actes catégoriaux dans lesquels on « tient pour vrai » [Für-wahr-halten] et on asserte (ainsi que, évidemment, des actes dans lesquels on configure et on pose comme subsistants des états-de-choses). Or, ces actes du kategoreîn, peuvent être accomplis soit d’une manière signitive, c’est-à-dire vide de toute intuition, soit d’une manière intuitive, c’est-à-dire d’une manière non seulement verbale mais aussi intuitivement remplie. Prenons le cas très simple d’un jugement d’expérience singulier accompli d’une manière non simplement verbale : « Pierre dort ». Cet acte catégoriel est accompli d’une manière intuitive ou intuitivement, s’il est accompli en présence de Pierre lorsqu’il est endormi et si l’état-de-chose configuré prédicativement et posé comme subsistant dans le jugement est donné perceptivement d’une manière intuitive. Un tel acte judicatif intuitivement rempli, dans lequel ce qui est intuitivement donné est « catégorialement » articulé et engagé dans la forme catégoriale d’un état-de-choses, posé comme subsistant, Husserl l’appelle « intuition catégoriale », « intuition d’état-de-chose » ou plus précisément « perception d’état-de-chose5 ». 

  • 6 Le concept d’intuition catégoriale est pour Husserl un concept de « ressemblance de famille » au (...)

8Mais si les jugements intuitifs singuliers et empiriques posent des états-de-choses individuels (et, corrélativement, des objets individuels), il en va tout à fait autrement des jugements intuitifs non empiriques ou a priori, où aucun état-de-choses individuel (et, corrélativement, aucun objet individuel) n’est posé. Et cela est vrai aussi dans le cas de jugements universels a priori où on affirme quelque chose au sujet d’objets individuels d’un certain type. Selon Husserl, les jugements a priori – de l’arithmétique ou de la géométrie, par exemple – sont accomplis intuitivement s’ils sont accomplis non seulement d’une manière signitive, ou purement verbale,mais aussi assurée [einsichtig]. Tel est le cas de ces « actes d’assurance »[Akte der Einsicht] effectués au cours des démonstrations mathématiques, par exemple à la fin de la démonstration du théorème de Pythagore « le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux côtés ». Husserl appelle de tels actes « intuitions catégoriales » ou « intuitions d’états-de-choses ». En raison de ce qu’on vient de voir au sujet des jugements empiriques et non empiriques accomplis d’une manière intuitive, il est possible d’affirmer que selon Husserl, à la base de ces actes d’intuition catégoriale diversement apparentés il y a toujours des intuitions ou des perceptions d’états-de-choses ;ceux-ci constituent le foyer d’une famille bien plus large d’intuitions catégoriales, et délimitent aussi le cadre général pour d’autres intuitions catégoriales qui n’auraient pas d’elles-mêmes la forme d’intuitions d’état-de-choses6.

  • 7 En linguistique les énoncés qui portent sur les genres et les espèces se nomment énoncés génériqu (...)

92. Parmi les intuitions d’états-de-choses, il y a des actes appartenant à ce type particulier d’intuition catégoriale que Husserl appelle idéation, intuition du général ou intuition de l’essence. Il s’agit d’actes dans lesquelsdes objets non individuels, des soi-disant objetsgénéraux ou « espèces » (comme Husserl les appelle souvent dans les Recherches logiques) sont donnés d’une manière intuitive à titre de moments non indépendantsd’états-de-choses configurés par des jugements. Les jugements a priori qui portent sur des objets généraux ou espèces, posés comme des objets-sur-quoion juge [Gegenstände-worüber des Urteils], Husserl les appelle « jugements généraux7 ».

10Les exemples de jugements généraux sont ceux de la géométrie, tel « le triangle équilatéral a trois angles égaux », ou de la phénoménologie, tel « l’acte intentionnel a les moments qualité et matière ». Ces jugements peuvent être accomplis intuitivement, c’est-à-dire non d’une manière purement verbale ou signitive mais en sorte qu’ils soient assurés et rendus visibles à l’aide d’analogies ou d’exemples (dessins, modèles, exemples imaginaires, etc.). Dès lors, les objets nommés par les expressions « le triangle équilatéral » et « l’acte intentionnel », posés comme subsistants par le jugement en tant qu’objets-sur-quoi de déterminations générales, ces objets généraux seront, eux aussi, donnés intuitivement ou intuitionnés.

  • 8 A partir de 1908 environ, une conception s’impose à Husserl : un acte nominal qui vise et éventue (...)

11Or, cet acte par lequel on pose un objet général sur la base d’une intuition individuelle (Husserl l’appelle aussi « intuition du général ») n’est pas un acte indépendant et autonome, que l’on pourrait accomplir d’une manière isolée. En tant que visée intuitivement accomplie d’un objet-sur-quoi général, il s’agit plutôt d’un moment non indépendant au sein d’un acte catégoriel autonome de type « intuition d’état-de-choses » ou « perception d’état-de-choses ». D’une manière plus générale, selon Husserl la référence intentionnelle à un objet (peu importe le type) par des actes « nominaux » n’est possible qu’au sein d’actes catégoriels : actes dans lesquels des états-de-choses sont configurés et des objets visés se trouvent à la portée de la conscience [bewusstseinmässig], dès le départ, à titre d’objets-sur-quoi de déterminations générales8.

  • 9 Puisqu’il n’y a pas quelque chose comme la couleur « rouge » mais seulement des nuances particuli (...)

12Le type d’intuition du général, ou idéation, le plus simple est celui des actes d’idéation déictique. Il s’agit d’actes très communs et bien connus par tous, à l’image des idéations déictiques de couleurs. L’exemple préféré de Husserl, utilisé volontiers pour montrer la spécificité des actes de référence intuitive à un objet non individuel ou général, est celui de l’idéation de la couleur « rouge », ou, plus précisément, de l’idéation d’une nuance de rouge particulière. Et bien que Husserl ne le dise pas d’une manière explicite, il s’agit clairement d’un acte d’idéation déictique de couleur9. Dans cet acte d’idéation, on se réfère à une nuance particulière de rouge par une caractérisation occasionnelle comme « ce rouge », au sein d’un jugement comme « ce rouge-ci me plaît » ou « ce rouge-ci est le même que ce rouge-là ». Or cette nuance n’est pas un objet individuel au même titre que l’objet ou la partie d’objet qui apparaît ici ou là-bas : il s’agit bien d’un objet dit général ou idéal. Si la visée de la nuance de rouge est accomplie intuitivement, comme c’est le cas ici, cela se fait sur la base de l’intuition, soit d’un objet rouge (qui, quant à lui, apparaît sans être inséré dans la visée de la nuance de rouge), soit d’un moment de rouge individuel (mis en relief dans l’objet mais non visé en tant que tel). Dès lors, l’objet général, qui dans notre exemple est la nuance de rouge en question, n’est pas seulement visé, mais aussitôt donné en lui-même, un objet général des plus simples pouvant être donné d’une manière adéquate.

  • 10 De telles généralités, Husserl les appelle « différences spécifiques infimes » (cf. § 4 de la 3èm (...)

13Ces idéations déictiques d’objets généraux dont le niveau de généralité est le plus bas qui soit, et dont les cas particuliers sont tout à fait identiques les uns aux autres10, ne sont d’aucun intérêt pratique pour la phénoménologie et sa méthode eidétique. Le type d’intuition générale le plus important pour l’eidétique descriptive phénoménologique, intéressée aux énoncés des lois matérielles a priori, est en revanche celui de la référence, fondée sur une intuition exemplaire, aux objets généraux d’ordre supérieur ou d’ordre suprême. Ces intuitions générales interviennent à titre de parties d’actes dans les descriptions phénoménologiques où un jugement général intuitif est accompli sur la base de données de la perception, du souvenir ou d’intuitions imaginaires fonctionnant à titre d’exemples. Un cas exemplaire apparaît, et il fonctionne comme un exemple, c’est-à-dire il apparaît en tant que représentant d’une classe entière de cas semblables. Mais en lui-même, en tant qu’individu singulier ou quasi-individu imaginaire, celui-ci n’est jamais vraiment thématisé, et ce n’est sûrement pas sur lui que porte l’énoncé descriptif (qui est plutôt un énoncé général d’ordre supérieur ayant le caractère d’une loi). Si je me souviens ou me représente, disons, un cas particulier d’idéation déictique de rouge, ce rouge-ci n’est pas le véritable thème de ma visée alors qu’en l’apercevant, je formule le jugement général eidétique-descriptif suivant : « Lors d’une idéation déictique de couleur accomplie au sein d’un jugement, l’objet coloré apparaissant (ou le moment individuel de la couleur apparaissant en lui) n’est pas ce qui est visé, ni ce qui est posé comme objet-sur-quoi par une loi ». Ce qui est visé et posé par ce jugement générique est universel de part en part ; l’individu ou le quasi-individu aperçu dans l’acte de juger n’est judicativement ni visé ni posé.

14Il en va de même pour les énoncés géométriques accomplis intuitivement, auxquels Husserl compare volontiers les énoncés eidétiques-descriptifs. Ainsi, ce n’est pas le triangle équilatéral tracé à la craie sur le tableau qui est visé par le jugement général (accompli d’une manière assurée ou simplement assertive) : « le triangle équilatéral a des angles égaux ». Comme dans le cas des jugements eidétiques-descriptifs sur la structure générale de l’idéation déictique de la couleur, la seule choseque j’aperçois ici est l’objet général posé a priori dans l’état-de-choses à titre d’objet-sur-quoi d’un jugement.

  • 11 Le mot « conceptuel » ici employé doit simplement faire allusion au type de généralité que nous a (...)
  • 12 Il est bien connu que, peu après la parution de ses Recherches logiques, Husserl a abandonné cett (...)

153. Dans les analyses précédentes nous avons thématisé les soi-disant essences seulement à titre d’objets généraux. Il a été question de généralités « conceptuelles » posées et déterminées à titre d’objets-sur-quoi au sein d’états-de-choses génériques11. Cette généralité, qui devient thématique dans les jugements génériques, était donnée sous forme d’« objet » et, plus précisément, sous la forme catégorielle de l’« objet-sur-quoi ». Cette forme de donation objectale de l’universel – qui en tant que généralité conceptuelle possède un « domaine » de cas particuliers qui tombent sous son concept – est précisément la forme de donation catégorielle de l’universel considérée par le premier Husserl comme primaire, qui était prédominante dans les Recherches logiques. C’est justement à cette forme de donation objectale d’une universalité conceptuelle que fait allusion le terme « espèce ». Au fond, ce terme signifie simplement « objet non individuel, général » et c’est à tort que, dans les Recherches logiques, Husserll’utilise pour caractériser toute objectivité idéale, y compris les significations12.

16Le cas des formes de donation des universalités conceptuelles comme objets de jugement généraux n’est en revanche qu’une forme de donation secondaire. Dans les pages qui suivent, je vais devoir esquisser la forme de donation primaire de l’universel conceptuel, c’est-à-dire la forme de donation d’un universel de détermination d’objets, capable de fonctionner « prédicativement ». Cela nous permettra de préciser les traits primaires de ce que Husserl appelle « essence ».

  • 13 En tant que formations catégoriales configurées dans des visées d’états-de-choses du type « jugem (...)

17Revenons d’abord aux jugements, ainsi qu’aux états-de-choses qui y sont configurés et posés comme subsistants. Un état-de-chose visé et posé comme subsistant est, on l’a vu, le corrélat objectif d’un acte de jugement ou, plus précisément, le corrélat d’une visée d’état-de-chose exprimée judicativement par un énoncé déclaratif. Par « visée d’état-de-chose », j’entends ici cette unité de signification rattachée à un acte de jugement et à laquelle on attribue les prédicats du vrai et du faux, ce que les philosophes ont pris l’habitude d’appeler « proposition ». Les états-de-choses configurés dans les visées d’état-de-chose sont les objectités visées par l’acte de juger dont nous disons qu’elles sont ou ne sont pas (et qui, justement, « sont » ou « ne sont pas » selon que les visées d’état-de-chose correspondantes sont « vraies » ou « fausses »13).

18Or dans chaque état-de-chose judicativement visé, se trouvent deux types de composantes, deux parties non indépendantes du tout de l’état-de-chose visé.

19La première composante de l’état-de-chose est cette composante non indépendante qui nécessite un complément et que Husserl nomme, tout à fait à propos, « objet-sur-quoi », et que j’appellerai, en empruntant la terminologie de Frege, « argument de l’état-de-choses ». L’argument de l’état-de-choses est l’objet visé dans un acte nominal au moyen d’un nom propre ou d’une désignation situationnelle univoque. Au sein de l’état-de-choses judicativement configuré et posé comme subsistant, l’argument est l’objet à déterminer : il reçoit une détermination « prédicative », il est déterminé par un universel conceptuel. Dans un état-de-chose élémentaire comme celui exprimé par l’énoncé élémentaire « Pierre dort », il n’y a qu’un seul objet-sur-quoi, un seul argument d’état-de-chose. Il est clair cependant qu’un état-de-choses pourrait contenir plusieurs objets-sur-quoi – cela dépend de sa seconde composante nécessaire.

  • 14 La détermination de l’objet explicitement attribuée à l’objet-sur-quoi dans un jugement actuel n’ (...)
  • 15 Edmund Husserl, Introduction à la logique et à la théorie de la connaissance, tr. fr. par L. Joum (...)

20Le second type de composante d’un état-de-choses, complémentaire de la première, est la détermination de l’objet, que j’appellerai, en m’inspirant à nouveau de la terminologie de Frege, « fonction d’état-de-chose ». Cette deuxième partie de l’état-de-chose est tout aussi non-indépendante et en besoin de complément que la première (l’argument d’état-de-chose). C’est seulement lorsqu’elles sont ensemble qu’il peut y avoir un état-de-choses judicativement visé. Le cas le plus simple est représenté par un tout unitaire fondé sur une fonction d’état-de-choses et un argument d’état-de-chose (ou objet-sur-quoi). La fonction d’état-de-chose peut être définie comme la détermination générale explicitement attribuée dans un jugement actuel à son objet-sur-quoi, détermination par laquelle celui-ci apparaît à la conscience, au sein de l’état-de-choses visé judicativement, comme déterminé de telle ou telle manière14. Pour marquer la différence avec la généralité engagée dans un état-de-choses visé par un jugement générique en tant que généralité à déterminer (c’est-à-dire, un objet général sur-quoi qu’il faut déterminer), Husserl appelle la généralité opérant dans la fonction de détermination d’objet « généralité déterminant » [bestimmende Allgemeine15].Dans un état-de-chose élémentaire comme « Pierre dort », la fonction d’état-de-chose exprimée par le mot conceptuel « dormir » n’a qu’une place vide, à remplir par un argument d’état-de-chose ou objet-sur-quoi. Une fonction d’état-de-chose peut néanmoins avoir deux, trois, plusieurs (par exemple : « frapper » et « offrir ») ou autant de places vides qu’on voudra (c’est le cas de la fonction d’état-de-choses exprimée par le prédicat « être apparenté avec »).

214. A l’aide du concept de fonction d’état-de-chose que nous venons d’introduire, il nous est maintenant possible d’expliquer le concept d’essence que Husserl appelait primaire, à savoir l’essence comme généralité de détermination de l’objet [gegenstandsbestimmende Allgemeine]. Le dernier Husserl n’emploie plus le terme d’ « essence » pour indiquer les seuls objets généraux, mais aussi, voire surtout, pour les généralités engagées dans la détermination de l’objet. D’où la distinction entre « essence au sens large » et « essence au sens strict d’essence “pure” ».

  • 16 Edmund Husserl, Sur la théorie de la signification, tr. fr. par J. English, Paris, Vrin,  1995, p (...)
  • 17 Ideen I, op. cit. p. 25.
  • 18 Husserl distingue d’habitude parmi les déterminations d’objet entre « proprement essentielles » e (...)
  • 19 Afin de représenter les déterminations d’objets ayant une, deux ou plusieurs (relationnelles) pla (...)

22Husserl emploie le mot d’ « essence » au sens large de détermination générale d’un objet au sein d’un objet individuel (à l’image des déterminations d’objet « rond », « dormir » ou « table »), par exemple dans le texte suivant : « L’objet empirique est un ceci (...) qui est visé avec une essence quelconque16. » Il est aussi question d’essence au sens large de détermination d’objet au § 3 des Ideen I, où, peu avant d’introduire le concept d’essence au sens strict – le concept d’eidos ou essence pure –,  Husserl dit des objets individuels ou réels : « D’abord, le mot “essence” a désigné ce qui dans l’être le plus intime d’un individu se présente comme son “Quid”17. » Dans cette phrase, où il est facile de se méprendre, le terme « essence » indique une détermination d’objet non relationnelle propre à un individu : ce qu’on pourrait appeler une « quiddité à une place » [eine einstellige Washeit18]. Ces quiddités à une place ou déterminations d’objets apparaissent quand nous sommes tournés vers des individus et, plus précisément, quand des déterminations d’objets sont incorporées dans des états-de-choses individuels : elles sont constatées, prédicativement ou antéprédicativement, au sein d’objets individuels à l’intérieur de jugements ou perceptions d’états-de-choses. Parmi ces quiddités à une place, on ne trouve pas seulement des déterminations d’objets de type adjectival (« rouge », « rond », etc.) ou substantival (« table », « arbre », « boulanger », etc.), mais aussi des déterminations à une place exprimées par des verbes (« dormir », « marcher » etc.19).

23Les essences au sens large ne sont donc rien d’autre que des fonctions d’état-de-choses au sens précisé plus haut. Une essence est ce qui est envisagé lorsque, tourné en intentio recta vers les objets, j’attribue ou j’« assigne » à un objet une détermination générale en configurant judicativement un état-de-choses ; il s’agit de cette détermination qui reviendrait à cet objet si ma visée d’état-de-choses était vraie. C’est le cas pour les fonctions d’état-de-chose simples, mais il n’en va pas autrement pour les fonctions d’états-de-choses à deux ou à plusieurs places (par exemple, « Pierre frappe Paul »), où une même détermination est rattachée à plusieurs objets au sein d’un état-de-choses judicativement visé. Les essences en tant que fonctions d’états-de-choses ou déterminations d’objets ne sont pour l’instant rien d’autre que des moments non indépendants d’états-de-choses judicativement visés, et par le biais desquels les objets-sur-quoi posés par ceux-ci reçoivent des déterminations générales.

  • 20 Gottlob Frege, « Fonction et concept » (1891), in Ecrits de logique philosophique, tr. fr. par C. (...)
  • 21 Cf. Robert Sokolowski, Introduction to Phenomenology, Cambridge, Cambridge University Press, 2000 (...)
  • 22 Je distingue les concepts [Konzepte, Begriffe], universaux fonctionnant d’une manière prédicative (...)
  • 23 Le mot « corrélat » indique ici ce qui demeure identique dans la conscience d’une quelconque iden (...)

24Ceci paraîtra encore plus clair au vu de la relation entre essence et concept. En tant que fonction d’état-de-choses (à une ou à plusieurs places) l’essence est le « corrélat » ou le « pendant » objectif de ce qu’on appelle couramment un concept général ou, plus simplement, un concept, et que Frege décrit explicitement comme une fonction « dont la valeur est toujours une valeur de vérité20 ». C’est en tant que fonctions propositionnelles (à une ou plusieurs places) ayant une valeur de vérité que les concepts deviennent des moments constitutifs de visées d’état-de-choses, signitives ou intuitives, au sein desquelles se configurent des états-de-choses. Les visées d’état-de-choses et les concepts (ou fonctions de visées d’états-de-choses) inclus en celles-ci à titre de fonctions propositionnelles, sont pour ainsi dire « vécus » au sein des actes de jugement dirigés objectivement vers des configurations d’états-de-choses. Mais en tant que tels, en tant qu’ils sont implicitement vécus à titre d’intentions, ils ne sont pas du tout thématiques. Les visées d’états-de-choses nous sont données tout d’abord sous forme d’état-de-choses configurés et visés de telle et telle manière déterminée. C’est pourquoi nos premiers concepts nous viennent exclusivement « du côté » des états-de-choses visés qui, en tant que tels, sont conceptuellement investis. Nous avons donc d’abord les concepts en tant que déterminations générales d’objets, c’est-à-dire en tant que fonctions d’états-de-choses ou essences ; unités de signification ou unités de sens, les visées d’états-de-choses et leurs concepts constitutifs, ne deviennent thématiques que par ce type d’actes réflexifs que Robert Sokolowski appelle « actes de réflexion propositionnelle21». Avant le retournement de la réflexion sur les visées d’états-de-choses ou les propositions, les choses dont nous sommes originairement conscients dans des attitudes objectives non propositionnelles sont les états-de-choses judicativement visés et les essences qui y sont engagées (au sens formel et large de déterminations générales d’objets ou de fonctions d’état-de-chose). Par conséquent, de prime abord et le plus souvent, nous avons affaire à des essences, non à des concepts : ce sont les essences qui nous sont données en tant que proteron pros ēmas. Ce n’est qu’après coup, par un changement d’attitude, un retournement réflexif vers les visées d’états-de-choses linguistiquement articulées et leurs composantes, bref par la réflexion propositionnelle que l’on tombe enfin sur des concepts, voire des significations de mots conceptuels. En revanche, dans la réflexion sur les visées d’états-de-choses prélinguistiques, nous butons plutôt sur les formes antéprédicatives de fonctionnement de l’universel, à l’image des apercepts-type constitutifs du sens des objets de la perception sensible22. Dans l’attitude primaire et non-propositionnelle, tournée vers les objets et les états de chose, nous n’avons pas à faire à des concepts, mais à leurs corrélats : les essences, au sens de déterminations générales de l’objet. Ces essences nous sont données dans tout état-de-choses posé judicativement comme subsistant, ensemble avec les objets-sur-quoi qu’elles déterminent. Le cas échéant, elles font l’objet d’une intuition catégoriale au sein de la perception d’un état-de-chose23.

  • 24 Un tel changement d’attitude s’accomplit déjà en posant la question de la vérité d’une visée d’ét (...)

25Au vu de ce changement d’attitude, de l’attitude non-propositionnelle à la propositionnelle, il est maintenant possible de préciser la nature de la corrélation entre essence et concept. Les concepts nous sont d’abord donnés en tant qu’essences, en tant qu’universaux de détermination d’objets posés dans des états-de-choses particuliers visés en intentio recta. Cet universel, ou fonction d’état-de-chose, est saisi en tant que concept grâce au passage à l’intentio obliqua opéré par la réflexion propositionnelle : par le retournement réflexif sur la fonction de visée d’état-de-chose au sein de cette visée d’état-de-choses dans laquelle l’état-de-chose en question avait été configuré et visé24.

  • 25 Cf. Ideen I, op. cit. § 71, où Husserl qualifie sa « doctrine eidétique des vécus » de « nouvelle (...)

265. Mais les essences au sens large (en tant que fonctions d’état-de-chose ou déterminations de l’objet), que nous venons d’examiner, ne sont pas encore ces essences auxquelles Husserl se réfère par des expressions telles que « lois d’essence » ou « nécessités d’essence ». Ce n’est pas de ces essences que s’occupe la phénoménologie eidétique, cette discipline que Husserl qualifie de « nouvelle science descriptivea priori25 ». Les essences au sens strict, exigées par l’eidétique descriptive husserlienne, sont plutôt des essences pures – ce que Husserl appelle aussi des « eidē ».

27Or, les eidē, ou essences pures, ne sont pas les corrélats de n’importe quels concepts généraux. Elles sont les corrélats exclusifs de ces concepts généraux purs que l’on trouve notamment dans les lois matérielles pures ou lois d’essence matérielles et qui sont présupposés par celles-ci.

  • 26 Le moment de la pureté qui est constitutif du concept husserlien d’eidos est spécialement mis en (...)

28Mais afin de préciser le concept d’eidos ou essence pure, je vais d’abord devoir expliquer la notion husserlienne de concept pur, notamment en ce qui concerne le moment de la pureté – moment exigé par toute loi d’essence descriptive en tant que loi d’essence descriptive pure26.

29Husserl définit les lois matérielles ou matérielles a priori comme des lois pures qui différent des lois logico-formelles ou ontologico-formelles (qui sont eo ipso pures) dans la mesure où elles sont constituées par des concepts purs matériellement déterminés et assurées sur la base de seuls concepts (ex terminis) sans le moindre renvoi à l’expérience. Husserl introduit la notion de matérialité (Sachhaltigkeit), qui est tout à fait cruciale pour comprendre le concept de loi a priori matérielle, dans le § 11 de la 3e Recherche, où il oppose les concepts matériels aux concepts purement formels :

  • 27 Edmund Husserl, Recherches logiques, tr. fr. par H. Elie, R. Kelkel, R. Scherer, Paris, PUF, 2002 (...)

« Des concepts comme quelque chose, ou une chose quelconque, objet, qualité, relation, connexion, pluralité, nombre, ordre, nombre cardinal, tout, partie, grandeur, etc. ont un caractère fondamentalement différent de celui des concepts comme maison, arbre, couleur, son espace, sensation, sentiment, etc., qui eux expriment quelque chose de concret27. »

30Cette opposition permet de se faire une première idée de ce que Husserl entend par « concepts matériels ». La liste apparemment désordonnée qui est proposée pourrait faire croire, par exemple, que les concepts matériels sont des concepts empiriques. Il n’en est rien. Pour Husserl, même des concepts fondamentaux de la géométrie pure comme « droite », « cercle » ou « triangle » sont des concepts matériels. En s’appuyant sur ces concepts purs matériels mais non empiriques, la géométrie pure – science a priori de l’espace – produit des énoncés qui portent sur des figures de délimitations spatiales comme les cercles, les lignes droites ou les triangles idéaux. Les contenus de tels énoncés, à l’image du théorème de Pythagore, ont le caractère de lois matérielles a priori. Affranchies de toute détermination empirique et pourtant matériellement déterminées, les lois de la géométrie deviennent aussitôt un modèle de lois a priori matérielles, la géométrie pure étant pour Husserl le modèle même de toute science a priori matérielle.

  • 28 Un objet réel (individuel) tombe sous un concept matériel F si et seulement si l’on peut formuler (...)
  • 29 Notons cependant qu’au nombre des concepts descriptifs, empiriques en un sens large, il faut comp (...)

31Or les concepts purs matériels de la géométrie, en tant que concepts « exacts », sont fondés sur l’idéalisation et la construction, ce qui exclut par principe toute référence à des objets réels et mondains : seul des droites ou des cercles idéaux peuvent tomber sous ces concepts purs matériels. Il en va autrement pour les concepts purs matériels à la base des énoncés matériels a priori de l’eidétique descriptive de la phénoménologie husserlienne, qui sont des concepts « inexacts » ou concepts-type28. Sous un concept purement descriptif (ou pur concept matériel inexact) peuvent tomber, au sens propre, tous les objets qui se trouvent dans le monde de l’expérience externe ou de l’expérience dite interne, c’est-à-dire réflexive. Des exemples de concepts purement descriptifs sont « chose », « instrument », « personne », « perception », « esquisse », « rétention », etc. Ces concepts descriptifs peuvent être rapportés d’une manière directe aux données de l’expérience ou à la quasi-expérience d’un monde imaginaire. Ils peuvent ainsi être prédiqués dans des énoncés de forme « ceci est un F ». C’est seulement en ce sens très large qu’on peut dire de ces concepts purement descriptifs qu’ils sont « empiriques29 ».

32Mais comment peut-on distinguer les concepts descriptifs des concepts purement descriptifs ? Qu’est-ce qui permet d’établir la différence entre des concepts descriptifs purs et non purs ? La pureté spécifique des concepts purement descriptifs employés par la phénoménologie eidétique de Husserl n’a pas trait à l’idéalisation et à la construction, comme c’était le cas pour les concepts géométriques exacts, où tout élément empirique et occasionnel était foncièrement exclu. Elle dépend plutôt de la spécificité du domaine d’objets auxquels ces concepts se réfèrent.Ce domaine – voilà qui est décisif pour le concept de pureté eidétique – n’est pas un domaine d’objets concrets ou réellement possibles de ce monde, mais un domaine ouvertement infini d’objets concevables ou possibles, affranchi des limites de notre monde. Ce domaine inclut aussi les objets concevables par la libre imagination, des objets qui n’appartiennent pas à notre monde factuel, mais seulement à ce monde librement concevable qui est le leur. Cette absence de limites du domaine, constitutive du concept pur husserlien, n’est possible qu’à une condition : il faut traiter toutes les instances, réelles ou réellement possibles, d’un concept général, liées à notre monde comme de pures possibilités, en les mettant ainsi au même niveau que des instances fictionnelles possibles. Ce nivellement permet de dégager un univers de possibilités, où les objets concrets du monde réel et les possibilités réelles liées à ces objets concrets sont transformés en simples possibilités, perdant ainsi leur statut privilégié. Désormais, en tant que possibilités, ils valent autant que des pures possibilités imaginaires. Pour Husserl, le domaine d’un concept pur est donc un domaine d’objets qui sont tous possibles au même titre. On y accède grâce à une variation, libre et pleinement assumée comme infinie, qui se réfère à tous les cas particuliers concevables d’un concept comme à autant de variantes, peu importe si l’exemple de départ était un fait ou déjà une pure fiction. Par cette idée opératrice d’une variation libre et infinie, on admet un domaine infiniment ouvert d’instances possibles d’un concept qui, à l’image des points d’une circonférence qui se trouvent tous à la même distance du centre, se situent tous à la même distance modale [Möglichkeitsabstand] du concept qui en circonscrit le domaine. Un tel concept pourra donc être exemplifié tout aussi bien par des cas concrets, que par des cas réellement possibles ou même purement concevables.

  • 30 Médiations Cartésiennes,op. cit., § 3, p.121 (tr. modifiée).
  • 31 Dans le § 7 de la 3eRecherche, Husserl formule la condition à laquelle sont soumis les concepts s (...)

33Dans la mesure où il est rattaché à un tel domaine ouvertement infini et non délimité, le concept pur – ainsi que son corrélat, l’essence pure ou eidos – flotte « dans le royaume des choses absolument et purement concevables », et il est donc « privé de toute facticité30 » (ainsi que, comme Husserl aurait dû l’ajouter, de toute quasi-facticité imaginaire). Pour le dire autrement, un concept pur ne contient « aucune position d’existence empirique » et il n’a « aucun rapport à l’existence empirique ». Cela limiterait en effet son domaine aux données issues de l’expérience factuelle du monde empirique ou au domaine d’existence quasi-empirique d’un pur monde imaginaire31.

  • 32 Les concepts descriptifs impurs, peu importe s’ils sont manifestement impurs ou s’ils le sont d’u (...)

34« Chaussure italienne » et « chaussure de Cendrillon » sont évidemment des exemples de concepts entachés de facticité ou de quasi-facticité. Dans la mesure où ils gardent une quelconque relation à l’existence, soit empirique soit quasi-empirique, ces concepts sont limités à un domaine de données particulier, qu’il soit de ce monde-ci ou d’un monde imaginaire. Il s’agit ici de concepts impurs et même de concepts complexes qui sont manifestement impurs, où les composantes « italienne » ou « Cendrillon » renvoient manifestement à notre monde actuel ou à un monde purement imaginaire déterminé comme le monde de Cendrillon : ils ont un domaine empirique ou quasi-empirique délimité. Le concept « chaussure italienne » s’applique, d’une manière sensée, exclusivement à des chaussures de notre monde, alors que celui de « chaussure de Cendrillon » s’applique plutôt au seul monde de Cendrillon. Les domaines des deux concepts sont tout à fait séparés. Si des concepts idéaux de la géométrie pure comme « droite » ou « carré », par principe, n’ont besoin d’aucune purification eidétique, les concepts descriptifs manifestement impurs, par principe, sont incapables de purification eidétique. Les seuls concepts qui ont besoin d’une purification eidétique sont ces concepts descriptifs qui – « empiriques » au sens large – semblent impurs à première vue, alors que, à regarder de près, ils ne le sont pas (cf. la différence entre le concept purement descriptif « chaussure » et les concepts « chaussure italienne » et « chaussure de Cendrillon »). D’autre part, il y a aussi des concepts descriptifs apparemment simples, qui à regarder de près se révèlent être des concepts impurs dissimulés, car ils renferment un renvoi occasionnel insurmontable, un renvoi à notre monde empirique ; au nombre de ces concepts descriptifs on peut compter par exemple « lion », « or », et d’autres concepts d’espèces naturelles32. Dans ce qui suit, je vais devoir justifier la thèse selon laquelle de tels concepts doivent être exclus du domaine de l’eidétique descriptive. Cette exclusion permettra non seulement de déterminer d’une manière plus riche les concepts d’essence pure ou de concept pur, mais aussi de tracer avec plus de précision les contours de l’idée husserlienne d’eidétique descriptive.

II. Les lois d’essences descriptives et le lieu méthodologique de la dite « variation éidétique »

356. Comme nous l’avons vu plus haut, les rapports entre essence et concept s’expliquent à partir du changement de l’attitude non propositionnelle à l’attitude propositionnelle : à chaque concept pur (apparaissant par la réflexion propositionnelle comme une pure fonction propositionnelle au sein d’une visée d’état-de-choses) correspond « du côté objectif » une essence pure ou eidos. Une essence pure se donne toujours comme une pure fonction d’état-de-choses au sein d’un état-de-choses visé en intentio recta, peu importe qu’il soit empirique, quasi-empirique ou a priori. A tout concept purement descriptif correspond ainsi a parte obiecti une essence purement matérielle qui a la caractéristique d’être une détermination d’objet inexacte (typique).

  • 33 Nous verrons que l’énoncé d’une loi, qui contient des concepts empiriques en un sens étroit et do (...)

36Les concepts purement descriptifs, pris avec leurs domaines infiniment ouverts de singularités possibles, empiriques et quasi-empiriques, sont ainsi les seuls concepts qui interviennent à titre d’éléments porteurs dans les énoncés de lois matérielles a priori de l’eidétique descriptive de Husserl. Ils sont constamment présupposés par ses énoncés généraux en raison du caractère singulier de leur prétention de validité. Si un concept descriptif intervient comme élément constituant dans l’énoncé de celle qu’on croit être une loi matérielle a priori, celui-ci est admis à titre de concept purement descriptif. Mais cette admission peut s’avérer trompeuse, s’il se trouve que ce concept contient, inaperçus, des moments sémantiques occasionnels qui en restreignent le domaine33. Il nous faut donc une méthode ou un critère nous permettant de dévoiler de telles composantes sémantiques.

37L’idée d’une opération capable de constituer le domaine d’une libre variation infinie et la caractérisation d’un domaine de possibilités infiniment ouvert et non restreint à un monde déterminé (qu’il soit notre monde réel ou un monde imaginaire) nous ont permis d’atteindre une première caractérisation générale de ce que Husserl entend par « concept purement descriptif ». Mais nous n’avons pas encore fourni un critère capable d’évaluer la puretéd’un concept purement descriptif. Ce critère nous est cependant suggéré par l’idée d’une opération capable de produire un domaine de variation et par celle, connexe, de pureté d’un concept purement descriptif : il est immédiatement fourni avec la définition de l’essence pure du § 4 des Ideen I, qui, en raison de la corrélation entre essence et concept, est en même temps une définition du concept pur.

  • 34 Ideen I, op. cit. p. 24

« L’eidos, la pure essence peut être illustrée par des exemples de caractère intuitif empruntés aux données de l’expérience, à celles de la perception, du souvenir, etc., mais aussi bien aux simples données de l’imagination.34»

  • 35 Un monde imaginaire est un monde para-factuel ou un monde purement imaginaire, dans la mesure où (...)
  • 36 L’inventaire suivant devrait couvrir une grande partie de nos concepts descriptifs :

38Dans cet extrait, l’expression « tout aussi bien » [ebensogut]a un sens pleinement définitionnel. Une essence qui ne saurait être exemplifiée tout aussi bien par des données de la pure imagination n’est pas une essence pure. Il en va de même d’un concept pur. Je vais maintenant donner un nom au critère qui découle de cette définition, un critère qui doit nous permettre de distinguer un concept purement descriptif d’un concept descriptif impur ; et cela même dans les cas douteux de concepts qui ne sont purement descriptifs qu’en apparence. Je l’appellerai : « critère du Petit Chaperon Rouge ». En voici l’énoncé : un concept descriptif est pur (c’est-à-dire qu’il ne contient aucun élément sémantique occasionnel) si, et seulement si, il peut être exemplifié tout aussi bien par les données du monde réel que par celles d’un monde purement imaginaire, et cela sans perdre aucune de ses déterminations essentielles. Ce monde purement imaginaire, je l’appellerai dorénavant : monde para-factuel possible ou, simplement, monde para-factuel35. Il n’est pas donné à tous les types de concepts descriptifs de s’appliquer aussi bien à notre monde concret qu’à un monde pur et para-factuel sans changer ou perdre au passage leur sens originel ; c’est d’ailleurs par cela qu’ils se distinguent des concepts exacts non descriptifs de l’arithmétique ou de la géométrie pure et par lesquels des habitants d’un monde purement imaginaire peuvent se référer aux mêmes figures (aux même nombres premiers entre 12 et 20 ou au même cinq corps platoniciens) que nous, habitants du monde réel. Seul un nombre limité de concepts descriptifs peut être soumis à une purification eidétique qui puisse en révéler la pureté dissimulée, en dévoilant l’indépendance du concept par rapport à notre monde empirique ainsi qu’à tout monde imaginaire36.

  • 37 Il est clair que le concept heideggerien d’« outil » [Zeug] est manifestement un concept pur dans (...)
  • 38 Le concept de « Lied » est donc un concept purement descriptif, alors que le concept occasionnel (...)

39Traditionnellement les concepts de choses artificielles comme « table » ou « marteau », ou les concepts auxquels celles-ci sont subordonnées, comme « meubles » ou « outils », et même le concept générique d’« artefact », ont tous été compris comme des concepts « empiriques » – et d’ailleurs ils ont bien l’air d’être des concepts descriptifs impurs. Pourtant, si on applique le critère du Petit Chaperon Rouge, ceux-ci se révèlent être des concepts purs37. Ceci apparaît clairement si au sein d’un concept comme « marteau », on fait librement varier les composantes matérielles accidentelles (comme « fait de fer » ou « fait de bois ») qui se réfèrent à notre monde réel et en restreignent le domaine aux marteaux de notre monde, et si on les remplace par la caractéristique conceptuelle générale « fait de matériaux appropriés au but de donner des coups de marteau ». Nous voyons bien qu’il est possible d’employer ce concept de marteau tout aussi bien dans notre monde réel que dans un monde para-factuel. Dans le monde merveilleux du Petit Chaperon Rouge, nous pouvons imaginer des marteaux faits de matériaux complètement fictionnels, qui servent néanmoins aux mêmes buts que les marteaux terrestres faits de bois et de fer. Tout cela sans renoncer à aucune des composantes sémantiques essentielles du concept de « marteau ». Ce qui vaut pour les concepts d’artefacts physiques vaut également pour beaucoup de concepts d’artefacts idéaux tels que « chant », « triptyque » ou « table des matières » ; cela vaut aussi pour des concepts d’actions comme « courir », « écrire » ou « dire quelque chose », et bien sûr pour le concept descriptif général d’action38. En tant que concepts purement descriptifs, ceux-ci peuvent donner lieu à des énoncés descriptifs et, le cas échéant, à d’entières théories eidétiques, par exemple à une théorie a priori de l’action. Il en va de même pour le concept de personne ainsi que pour les nombreux concepts d’événements psychiques, à commencer par ceux de vécus intentionnels et non-intentionnels : des concepts tout à fait ordinaires comme « perception », « souffrance » ou « rêve » sont potentiellement des concepts purs descriptifs. Ceux-ci peuvent en effet être purifiés de toutes ces composantes sémantiques implicites qui les rattachent à des êtres humains ou à des êtres vivants de ce monde-ci : autant de composantes sémantiques qui sont caractéristiques de leur usage quotidien, préscientifique et habituel, mais qui en restreignent le domaine aux processus psychiques de certains êtres vivants appartenant à notre monde et soumis à ses lois causales naturelles.

  • 39 Husserl a toujours considéré la dite psychophysique (une science liée à la psychologie empirique (...)

40Cet usage préscientifique et foncièrement naturalisant des concepts « psychiques » finit par traiter d’emblée les phénomènes psychiques comme des phénomènes psychophysiques que l’on peut – ou plutôt : qu’il faut – expliquer d’une manière causale. La tâche scientifique de traiter les phénomènes psychiques d’un point de vue expérimental, à la recherche de régularités psychophysiques ou d’agencement causaux, est relevée par des disciplines comme la psychologie empirique et les sciences de la nature qui s’occupent du psychique, à l’image de la neurophysiologie39.

  • 40 Comme Husserl l’a montré à plusieurs reprises, une description non naturalisée des phénomènes psy (...)

41Mais tout usage préscientifique d’expressions psychologiques dans le discours ordinaire n’est pas forcément naturalisant. Et la présence d’un tel usage, non naturalisant et pourtant familier, suggère une autre manière de traiter scientifiquement les phénomènes psychiques – une manière qui n’est pas empirique mais eidétique a priori. Dans notre emploi ordinaire du langage, nous utilisons de nombreux concepts « psychologiques », et cela non seulement pour indiquer des réalités psychiques appartenant à notre monde empirique (quand par exemple je décris mes expériences vécues ou que je fais des conjectures sur les motivations des comportements d’autrui), mais aussi pour raconter des rêves, des contes de fées, des mythes et des légendes. Ici, les concepts psychologiques ont un emploi que l’on pourrait appeler « trans-mondain », un emploi qui dépasse les limites de notre monde et celles des genres naturels terrestres : ces mêmes concepts sont utilisés pour décrire la psyché de créatures de mondes purement imaginaires. On peut d’ailleurs s’en servir pour décrire les comportements et les expériences de dieux ou d’autres créatures surhumaines. Or la présence de ces descriptions suggère qu’il est possible de soumettre systématiquement à purification nos concepts psychologiques. Il est possible de purifier ces concepts de tous ces éléments si caractéristiques de leur usage ordinaire implicitement naturalisant, qui en limitent l’emploi à notre monde, à l’espèce terrestre des « êtres humains », à d’autres espèces naturelles terrestres, et même à d’hypothétiques espèces extra-terrestres. Purifiés de leurs éléments naturels et donc rattachés à un domaine qui est libre de toute contrainte, les concepts susceptibles d’être utilisés d’une manière trans-mondaine sont ainsi des concepts purement descriptifs au sens de l’eidétique descriptive. S’appuyant sur des concepts psychologiques purement descriptifs, et aboutissant à la formulation de lois matérielles eidétiques (exclusivement fondées dans les concepts purs), l’eidétique descriptive permet ainsi un traitement des phénomènes psychiques qui est scientifique sans être naturalisant ou anthropologisant. Une science qui, d’un côté, a la forme d’une psychologie pure rationnelle en tant que science a priori de l’attitude naturelle (pré-transcendantale), et d’un autre, prend les traits d’une phénoménologie transcendantale eidétiquement établie40.

  • 41 Cf. Expérience et jugement, op. cit., § 91, p. 434. Cf. également, Hans-Ulrich Hoche, Einführung (...)
  • 42 Cela vaut aussi pour des énoncés d’identité qui portent sur des quasi-individus appartenant à des (...)

427. D’après le critère du Petit Chaperon Rouge, le concept d’« espèce naturelle » est un concept purement descriptif, alors que les concepts d’espèces naturelles déterminées (comme les concepts matériels « or » ou « eau ») ou d’espèces biologiques déterminées (comme « lion » ou « homme », au sens d’homo sapiens sapiens) ne le sont pas. Les désignations spécifiques « or », « eau », « lion » et « homme » peuvent évidemment être utilisées pour indiquer de l’or, de l’eau, des lions (concrets ou réellement possibles) et des êtres humains de notre monde réel ; elles peuvent aussi être utilisées pour décrire des variantes contrefactuelles de notre monde – mais elles ne peuvent pas être employées dans un monde para-factuel sans perdre le sens originel et occasionnel (indexical) qui les connecte à ce monde-ci. En cela les noms d’espèces naturelles ne diffèrent pas de noms propres comme « Napoléon Bonaparte » ou « César ». Pour les individus spatio-temporels comme Napoléon ou César, ainsi que pour les genres naturels comme « lion » ou « être humain », vaut la règle suivante : ceux-ci ne sont ni identiques ni non identiques à leurs contreparties imaginaires qui portent les mêmes noms, qui leur ressemblent dans les moindres détails, mais qui appartiennent à un autre monde – un monde para-factuel possible. Dans les énoncés de forme « a est identique à b », où les lettres a et b sont des noms propres ou des désignateurs d’espèces naturelles, le prédicat de l’identité – comme l’ont montré Husserl et Hans-Ulrich Hoche à sa suite – ne peut être appliqué que d’une manière intramondaine, c’est-à-dire au sein d’un seul et même monde spatio-temporel41. Entre un individu de notre monde et un quasi-individu d’un monde purement imaginaire, on ne peut constater que cette forme spécifique de non-identité que Husserl dans Expérience et jugement appelle « non-identité privative42 ».

  • 43 Saul Kripke, La Logique des noms propres, tr. fr. par F. Récanati et P. Jacob, Paris, Minuit, 198 (...)

43Ce qui vaut pour les individus singuliers, auxquels on se réfère à l’aide de noms propres, vaut aussi pour les espèces naturelles, c’est-à-dire pour ces individus auxquels on se réfère à l’aide de noms d’espèces naturelles. Comme l’ont montré Kripke et Putnam (de même que, cinquante ans plus tôt, d’une manière esquissée, le phénoménologue Hermann Ritzel), les désignations d’espèces naturelles se comportent fondamentalement de la même manière que les noms propres d’individus, à savoir comme des « désignateurs rigides43 ». Un désignateur rigide comme le nom propre « Caius Julius César », employé dans des énoncés qui portent sur notre monde historique réel ou sur des variantes contrefactuelles possibles de notre monde historique, désigne toujours le même individu ; il perd sa référence aussitôt qu’on rentre dans le terrain des mondes imaginaires para-factuels – si on s’aventure par exemple dans le monde du Petit Chaperon Rouge.

  • 44 Le cas du merveilleux film d’animation numérique Shreck, où des personnages issus de contes de fé (...)
  • 45 Le concept de « personne » diffère de celui d’« être humain » en ceci qu’il est un concept pureme (...)

44Les mondes para-factuels sont, selon Husserl, complètement déconnectés de ce monde spatio-temporel factuel qui est le nôtre. Ils ne partagent aucune jonction spatio-temporelle qui pourrait permettre une identification entre individus dans l’espace et le temps. Certes, je peux toujours décrire un cours contrefactuel possible de l’histoire du monde dans lequel César n’aurait pas franchi le Rubicon, en utilisant néanmoins le nom « César » pour désigner le personnage historique de Caius Julius César. Mais, au sens strict, je ne peux pas raconter un conte où le Petit Chaperon Rouge rencontrerait le romain Caius Julius César à la place du loup. Et cela parce que le monde du Petit Chaperon Rouge et celui de César, qui est notre monde réel, ne font pas partie d’un seul et même monde spatio-temporel ; d’autant plus que le monde du Petit Chaperon Rouge n’est pas non plus une variante contrefactuelle de notre monde, monde dans lequel César a franchi le Rubicon en 49 avant J.C. Si nous croyons pouvoir nous représenter une rencontre entre le Petit Chaperon Rouge et César, nous sommes victimes de la même illusion qui nous fait croire voir des dessins d’objets impossibles, à l’image des bâtiments impossibles du graphiste néerlandais Escher. Ce qui semble possible à première vue – nous croyons bien voir un bâtiment – s’avère impossible si on regarde de près44. S’il n’y a pas d’identité intermondaine entre individus désignés par des noms propres, il n’y en a pas non plus entre individus d’espèces naturelles désignés par les mêmes noms spécifiques. Les désignations que nous utilisons pour les espèces naturelles ont en effet des éléments sémantiques occasionnels irrévocables, qui en limitent l’usage aux données de notre monde. Au sens strict, on peut considérer comme de l’or seulement ce matériau qu’on trouve sur terre, qui a certaines propriétés chimiques et physiques pouvant être constatées par les experts de notre monde. Il s’agit de ce métal noble baptisé « or » et ayant le nombre atomique 79, un matériau qui appartient au réseau de lois causales de notre monde et ayant en celui-ci une identité constante. La situation est la même pour des espèces naturelles biologiques comme celle que nous appelons « loup ». Cette désignation d’espèce biologique a des éléments sémantiques occasionnels qui en limitent l’emploi à notre monde réel. Nous utilisons ainsi l’expression « loup » pour indiquer des exemplaires de cette espèce biologique terrestre, qu’une fois des hommes ont baptisée « loup » dans le but d’indiquer des vrais loups, et dont les exemplaires partagent certaines propriétés physiologiques et biochimiques. Equipé de ces propriétés spécifiques, produites à un moment donné de l’évolution de la vie sur terre et demeurant constantes pour un certain temps, chaque loup particulier est un maillon dans la chaîne de l’évolution naturelle, qui à son tour est un moment du développement global de notre univers. Un loup dans le sens biologique ordinaire ne peut être qu’un individu, un maillon dans la chaîne évolutive de notre monde. Mais le loup que le Petit Chaperon Rouge rencontre dans la forêt n’est pas un vrai loup, il n’est pas un membre de cette espèce naturelle « loup » que nous connaissons tous. De même, l’or que la fille du meunier file à partir de la paille dans le conte Garouguilligouilla n’est pas de l’or au sens de notre concept d’or (le métal noble ayant le nombre atomique 79), pas plus que la paille qui, selon le conte, peut être changée en or n’est de la même espèce que celle que nous avons dans notre monde. Finalement, ce qui vaut pour l’espèce biologique « loup » vaut aussi pour celle « être humain ». Bien que le Petit Chaperon Rouge et Mère-Grand soient des personnes (et, soit dit en passant, même le loup du conte est une personne), ils ne sont pas des êtres humains au sens ordinaire et empiriquement restreint45. Il s’agit d’êtres imaginaires quasi-humains qui appartiennent à un monde ayant une quasi-nature librement imaginée avec ses propres lois naturelles, et peut-être aussi une quasi-évolution que nous pouvons librement imaginer au sein de celle-ci.

  • 46 Cf. supra la citation du § 4 des Ideen I qui précède celle-ci.

45Le fait que nos concepts d’espèces naturelles contiennent des éléments sémantiques occasionnels indépassables, interdisant toute identité spécifique intermondaine (ce qui rend l’usage intramondain de ces concepts impossible), est montré clairement par une autre circonstance, qui s’avère aussi d’une grande importance pour la méthodologie de l’eidétique descriptive. Les concepts descriptifs ou essences pures peuvent être exemplifiés intuitivement tout aussi bien par des données empiriques que par de simples données de l’imagination46 – ce qui en fait des concepts et des déterminations d’objets (essences) susceptibles d’être employés et attribués d’une manière transmondaine.

  • 47 Ideen I, op. cit., p. 24

« C’est pourquoi, pour saisir une essence en personne et de façon originaire, nous pouvons partir d’intuitions empiriques correspondantes, mais aussi d’intuitions sans rapport avec l’expérience et n’atteignant pas l’existence, d’intuitions purement fictives47. »

46Husserl insiste ici sur une possibilité fondée sur la propriété définitionnelle des purs concepts descriptifs ou des essences d’être exemplifiés à l’aide de simples données imaginaires. Cette possibilité d’atteindre une assurance eidétique par l’analyse exemplaire de cas de figures librement imaginés, susceptible d’être fixée dans des énoncés de lois eidétiques, est une marque distinctive de l’eidétique descriptive. Dans le cas des concepts d’espèces naturelles, une telle entreprise serait absurde. Je n’obtiens pas des énoncés universellement valides, sur la structure chimique ou physique de l’or ou sur les propriétés biologiques de l’espèce « loup », en analysant des échantillons d’or ou de loups imaginaires. Il me faut d’abord commencer par des intuitions empiriques et des saisies factuelles : je dois étudier des échantillons d’or ou des loups réels si je veux pouvoir produire des énoncés sérieux sur ce que c’est que de l’or ou sur ce que c’est qu’un loup. De tels énoncés sur l’ « essence » de l’or ou de l’espèce « loup » ne seraient pas eidétiques, mais empiriques.

  • 48 Cf. Expérience et jugement, § 40, où Husserl dit au sujet des différents mondes imaginaires : « N (...)
  • 49 Des énoncés expliquant des concepts, tel « tous les loups sont des corps réels », font partie de (...)

47Les exemples précédents devraient avoir suffisamment montré que les individus auxquels on se réfère par des noms propres, ainsi que les exemplaires d’espèces naturelles de notre monde, ont tous des contreparties dans des mondes para-factuels, contreparties qui leur sont, au mieux, analogues ou semblables48. Mais celles-ci ne sont ni identiques ni non identiques aux individus qui portent le même nom et qui se trouvent dans notre monde factuel ; elles n’appartiennent pas non plus aux espèces naturelles qui portent le même nom, que nous rencontrons dans notre monde et dont nous pouvons découvrir la structure par l’expérience. Dès lors qu’ils sont utilisés pour indiquer leurs contreparties, analogues ou semblables, les noms propres et les noms spécifiques d’espèces naturelles perdent leur référence originale ou, si l’on veut, changent leur signification originale. Et puisqu’on ne peut pas employer d’une manière intermondaine les noms propres et les désignations d’espèces naturelles, il est possible, et même nécessaire, de les exclure du domaine de l’eidétique descriptive. Il y a aussi peu de lois eidétiques pour les individus singuliers particuliers, que d’énoncés eidétiques non triviaux et véritablement instructifs pour les espèces naturelles particulières49.

488. Contrairement aux noms propres et aux désignations d’espèces naturelles, les concepts descriptifs satisfaisant le critère du Petit Chaperon Rouge (c’est-à-dire les concepts purement descriptifs ayant des domaines empiriquement illimités de possibilités) sont des concepts descriptifs que l’on peut employer de manière intermondaine. Ce sont de tels concepts – et parmi ceux-ci un rôle particulier revient aux concepts purs de phénomènes psychiques – qui rendent possible et qui sont présupposés par les énoncés de lois eidétiques de l’eidétique descriptive de Husserl et de sa phénoménologie.

49Les énoncés de lois eidétiques qui font de la phénoménologie de Husserl une science eidétique-descriptive ont surtout la forme d’énoncés généraux reliant des expressions telles que « tous » ou « chaque » à des exemples possibles (individuels ou quasi-individuels) de concepts ou d’essences purs.

  • 50 Une autre formulation équivalente que Husserl aimait utiliser est « Les moments “qualité” et “mat (...)
  • 51 Sur ce sujet, cf. notamment le § 5 de Ideen I, où, au sujet du renversement de domaine, Husserl a (...)

50Le premier Husserl préférait la forme de l’énoncé générique [generellen Aussage] qui porte sur des objets universels (« espèces » ou « idées ») en tant que pures déterminations d’objet nominalisées. Il s’exprimait ainsi par des énoncés du style : « L’acte a les moments “qualité” et “matière50.” » Le Husserl de la maturité utilise plutôt des énoncés de lois eidétiques ayant la forme d’énoncés universels [universellen Aussagen]. Il emploie ainsi des énoncés inconditionnellement universaux [unbedingt-allgemeine Aussagen]comme « Tout acte concevable a les moments “qualité” et “matière” », où figurent les exemples simplement concevables qui tombent sous des concepts matériels purement descriptifs. Ces énoncés universels sont au fond proches des énoncés génériques, ils peuvent d’ailleurs être obtenus à partir de ceux-ci par la soi-disant conversion de domaine51. Le cas le plus simple, où il n’y a que deux concepts matériels, disons F et G,a la forme suivante :

51Pour tout x imaginable, il est vrai que : si x est (un) F, alors x est (un) G.

52Les énoncés matériels a priori ayant cette forme simple ou une forme un peu moins complexe, sont :

  • 52 Cf. les §§ 4 et 10 de la 3e Recherche logique.

53(1) Toute couleur phénoménale concevable a une certaine étendue phénoménale52.

  • 53 Cette proposition matérielle a priori, qui d’ailleurs appartient à la dite phénoménologie génétiq (...)

54(2) Toute science concevable se bâtit à partir d’un monde de la vie53.

  • 54 Cf. par ex. les §§ 10-12 de la 3e Recherche logique ainsi que le § 6 des Ideen I.

55De tels énoncés matériels a priori – qui en règle générale sont le résultat d’un intense travail sur les phénomènes (qu’il s’agisse d’un phénomène singulier ou de tout un domaine phénoménal) et d’analyses exemplaires de cas particuliers (réels ou purement imaginaires) – ont tout l’air d’être des énoncés de lois qui sont évidentes « ex terminis »¸ c’est-à-dire assurées à partir de seuls concepts. Husserl nomme de tels énoncés « lois pures », « lois d’essence », ou encore « universalités essentielles54 ». Puisqu’ils expriment des lois eidétiques descriptives matérielles, les énoncés universels eidétiques descriptifs présupposent des concepts purement descriptifs avec leurs domaines empiriquement illimités d’individus et quasi-individus particuliers possibles.

  • 55 Contrairement aux énoncés eidétiques descriptifs ayant la forme d’énoncés universels, les énoncés (...)

56C’est justement en raison de leur forme logique, que les lois eidétiques descriptives formulées par des énoncés universels semblent suggérer une méthode capable de soumettre ces énoncés à un examen critique. Ce qui est tout à fait décisif pour la détermination du caractère scientifique de ces lois55.

  • 56 Husserl appelle les états-de-choses qui sont des cas singuliers de lois eidétiques valides « néce (...)
  • 57 C’est le cas, par exemple, de la thèse soutenue par Husserl dans les Recherches logiques selon la (...)
  • 58 Ceci a été le cas lors de l’abandon par Husserl de la thèse des significations-espèces défendue d (...)

57Une loi eidétique descriptive ayant la forme simple « Pour tout x imaginable il est vrai que : si x est (un) F, alors x est (un) G » exclut qu’on puisse concevoir un x qui soit (un) F sans être (un) G. Il est donc possible de tester la validité d’une loi eidétique ayant cette forme de la manière suivante. 1) On prend d’abord l’exemple d’un état-de-choses singulier validant la loi eidétique. Et si on prétend que la loi d’essence en question a une validité objective, il doit toujours être possible de trouver des états-de-choses ayant la forme « a est (un) F et est (un) G56 ». 2) En faisant varier librement un ou plusieurs états-de-choses exemplaires, on construit le contre-exemple d’un état-de-choses qui falsifie la prétendue loi eidétique, en prouvant qu’il est possible de concevoir quelque chose qui soit (un) F sans être (un) G, ce qui était exclu comme impossible par la prétendue loi eidétique. 3) Si on arrive à produire un tel contre-exemple, cette loi qu’on croyait eidétique sera falsifiée, et elle devra soit être abandonnée soit convenablement limitée57. Le cas échéant, l’examen critique peut même nous amener à admettre comme valide son contraire, et passer ainsi à la formulation de la loi eidétique « Aucun x concevable qui est (un) F, n’est (un) G58 ».

  • 59 A la lumière d’une conception de la variation eidétique orientée vers des lois eidétiques et des (...)
  • 60 Cf. notamment le § 87 d’Expérience et jugement. Une interprétation défendable de la méthode de la (...)
  • 61 « Ainsi peut-on dire véritablement, si on aime les paradoxes et, à condition de bien entendre le (...)
  • 62 Nous sommes ici dans une situation semblable à celle des conjectures mathématiques qui, à l’image (...)
  • 63 C’est le cas par exemple de la loi eidétique que nous avons évoquée plus haut sur la connexion en (...)

58La mise en place de concepts purement descriptifs ayant des domaines infiniment ouverts et empiriquement illimités d’exemples concevables [Erdenklichkeiten] a donc un sens méthodologique. Elle rend possible une méthode d’examen critique des lois eidétiques descriptives par des contre-exemples librement imaginés. Ayant un domaine ouvertement illimité, caractéristique constitutive des concepts descriptifs, le champ total des purs exemples concevables n’est limité par aucune contrainte réelle. Il est ainsi disponible pour la recherche d’états-de-choses potentiellement falsificateurs, prêt à fonctionner comme un réservoir d’où on peut tirer des contre-exemples purement concevables. C’est ici, dans la conception d’exemples possibles capables de falsifier des prétendues lois eidétiques grâce à l’altération, libre, extrême et sans contrainte, des états-de-choses susceptibles de valider la loi, qu’on trouve la véritable place méthodique de cette procédure appelée par Husserl « variation eidétique ». Libre variation engagée en vue d’une critique eidétique, la variation eidétique a une direction claire, établie par la tâche de construire l’exemple potentiellement falsifiant d’une loi eidétique qui se veut descriptive. La direction et la limite de la libre variation de l’exemple de départ sont, en effet, déterminées d’une manière univoque par la forme de l’état-de-choses en question, dans le but de trouver le meilleur candidat possible, capable de falsifier cette loi dont on veut s’assurer de la teneur eidétique59. Cela signifie que la variation libre ou eidétique ne sert pas à trouver les lois d’essence descriptives ou même – comme le suggèrent certains textes méthodologiques husserliens – à jeter un regard sur de prétendues essences (eidē), invariantes au sein d’une multiplicité de variantes qui à partir d’un exemple de départ se superposent les unes aux autres60. La variation sert plutôt à tester les prétentions d’une loi d’essence qui se veut descriptive, et cela par le biais d’une tentative de falsification, par l’effort de construire une possibilité effective qui semblait exclue par la loi d’essence à tester. Une loi qui se veut eidétique peut être falsifiée, soit si on réussit à construire par l’imagination de libres variantes une possibilité qu’elle semblait exclure, soit si on arrive à montrer une telle possibilité par le biais d’un fait empirique, scientifique ou préscientifique. Elle devra donc être abandonnée ou résolument modifiée. En revanche, si la tentative de falsification à l’aide d’un état-de-choses librement construit échoue – et ce qui, à un premier regard, avait l’air d’être un candidat sérieux, une possibilité falsificatrice, se révèle au fond une impossibilité – alors la loi eidétique en question peut être considérée comme validée jusqu’à preuve du contraire. Nous pourrons la considérer, épistémiquement en toute bonne conscience, comme une loi eidétique valide : une « vérité éternelle61 ». Il en va de même pour ce cas où on n’arrive pas à trouver de contre-exemples ou même de candidats sérieux (ce qui d’ailleurs était exclu par la loi eidétique valide). La recherche infructueuse de contre-exemple vaut comme une validation de la loi eidétique en question, et cela bien qu’elle soit, en principe, toujours susceptible d’être validée par des contre-exemples et confirmée dans sa validité62. Les cas de lois eidétiques pleinement validées dont on ne peut pourtant pas exclure la possibilité d’exemples falsificateurs doivent néanmoins être distingués de ceux dont on peut montrer avec assurance qu’ils excluent toute exception à même de les falsifier63.

599. A partir de la forme générale des lois eidétiques descriptives que nous venons de montrer et de la méthode de validation indiquée par celle-ci, on obtient ainsi un critère simple, nous permettant de distinguer les lois empiriques des sciences naturelles, humaines ou sociales, d’un côté, et les lois non empiriques de l’eidétique descriptive husserlienne de l’autre, et de déterminer ainsi la place de la phénoménologie husserlienne dans le champ des sciences.

  • 64 Il n’y a aucune différence de principe entre une loi empirique en tant qu’énoncé universel qui po (...)
  • 65  L’énoncé « contrairement aux lois descriptives, les lois naturelles ne peuvent pas être validées (...)

60Les lois d’essence de l’eidétique descriptive de Husserl différent foncièrement des lois empiriques en ceci qu’elles peuvent être validées ou éventuellement falsifiées à l’aide de contre-exemples purement imaginaires et parafactuellement possibles : elles sont conçues dès le départ comme des lois autorisant par principe une validation ou une falsification dans la pure imagination. Dans le cas des lois empiriques, une validation ou une falsification à l’aide de contre-exemples simplement concevables serait absurde. Par exemple, ce serait absurde si quelqu’un voulait falsifier l’hypothèse d’une loi physique relative à notre monde – disons, l’hypothèse, issue de la théorie de la relativité générale, selon laquelle les rayons de lumière sont déviés en proximité d’un corps massif – à l’aide de faits physiques purement inventés64. Cela est en revanche tout à fait possible pour d’hypothétiques lois d’essence descriptives qui, contrairement aux lois empiriques des sciences naturelles, humaines et sociales, peuvent être falsifiées par le simple recours à des contre-exemples fictifs65.

61L’eidétique descriptive partage cette propriété avec la géométrie pure, qui est aussi une science matérielle a priori. Or les lois matérielles a priori de l’eidétique descriptive peuvent être validées et, le cas échéant, falsifiées par le biais d’exemples empiriques issus de notre monde réel (et cela parce que, du point de vue critique-eidétique, les faits expérimentaux des sciences ou ceux de l’expérience préscientifique sont admis uniquement à titre de pures possibilités parmi d’autres). C’est pourquoi les lois d’essence descriptives de la phénoménologie eidétique différent essentiellement des conjectures de lois matérielles, bien établies mais non prouvées, de la géométrie pure. Certes, celles-ci se laissent falsifier par des contre-exemples purement imaginaires, mais elles se réfèrent néanmoins, d’une manière exclusive, à des figures qui, en tant que pures figures obtenues par idéalisation, ne sont localisées ni dans l’espace et dans le temps de ce monde réel, ni dans le quasi-espace et le quasi-temps d’un pur monde imaginaire. Contrairement à la géométrie pure, l’eidétique descriptive admet les faits empiriques, scientifiques et préscientifiques, à titre d’états-de-choses falsificateurs, dans la mesure où ceux-ci gardent seulement la forme de simples possibilités parmi d’autres possibilités concevables. Et cette transformation est possible pour tout fait empirique sans restriction, en raison du principe de logique modale selon lequel la réalité implique la possibilité. Les sphères de l’expérience scientifique et préscientifique ajoutent ainsi au royaume infiniment ouvert du purement concevable un nouveau réservoir de falsificateurs potentiels par lesquels tester les prétentions des lois eidétiques descriptives. La pureté toute particulière des lois eidétiques descriptives ne les immunise donc pas de toute critique venant de l’expérience. Au contraire, ces lois ne sont certainement pas à entendre comme des lois empiriques, et pourtant, en tant que lois eidétiques descriptives, elles sont soumises d’une manière indirecte au contrôle critique des données de l’expérience, qu’il s’agisse de celle de la perception dite externe ou de celle dite interne.

  • 66 Cf. Karl Popper, Conjectures et réfutations. La croissance du savoir scientifique, Paris, Payot, (...)

6210. La vérifiabilité / falsifiabilité de principe des lois d’essence descriptives permet non seulement de distinguer l’eidétique descriptive des sciences empiriques de celle de la géométrie (qui est aussi une science matérielle eidétique). Cela permet aussi de mesurer le caractère scientifique de la phénoménologie transcendantale de Husserl, dont l’eidétique descriptive est une composante nécessaire. En vertu de leur double vérifiabilité / falsifiabilité, par l’expérience scientifique ou préscientifique et par la libre imagination, les lois matérielles a priori de l’eidétique descriptive sont en mesure de satisfaire, d’une manière tout à fait exemplaire, au critère exigé par Popper pour établir la scientificité d’un énoncé66. D’un point de vue épistémologique, l’eidétique descriptive, avec ses lois d’essence descriptives, se révèle ainsi comme l’élément proprement scientifique de la phénoménologie transcendantale de Husserl, à même d’en légitimer la prétention à être une « science rigoureuse ».

Haut de page

Notes

1 Cf. également Edmund Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique, tr. fr. par P. Ricœur, Paris, Gallimard, 1950 (dorénavant : Ideen I), § 75 où Husserl caractérise sa phénoménologie en tant que « théorie descriptive de l’essence des vécus transcendentalement purs dans le cadre de l’attitude phénoménologique » (p. 238).

2 Dans le § 34 des Méditations cartésiennes, parues en 1931, Husserl explique qu’ « à côté de la réduction phénoménologique, l’intuition eidétique est la forme fondamentale de toutes les méthodes transcendantales particulières ». Cf. Edmund Husserl, Méditations cartésiennes,tr. fr. par G. Pfeiffer et E. Levinas, Paris, Vrin, 1992, p.124-125.

3 Les concepts d’essence ou d’essence pure, que je ne pourrai traiter ici que d’une manière approximative, font l’objet d’un examen détaillé dans les chapitres 5 et 6 de ma dissertation Ideation, freie Variation, materiales Apriori. Husserls Lehre von der Wesensanschauung und seine Methode der Aprioriforschung. Neu dargestellt unter der Primat des eidetisches Satzes und unter Zugrundelegung des als Sachverhaltsfunktion aufgefassten Wesens (Leuven, 2005).

4 Dans ce qui suit, je vais me limiter aux jugements, qui sont les actes catégoriels les plus importants pour ma problématique. De l’analyse des jugements je tire également le concept, tout à fait crucial, d’« état-de-choses » [Sachverhalte]. Mais déjà dans le cas des questions, il apparaît clairement que les états catégoriels configurés par celles-ci ne sont pas des états-de-choses, mais des états-de-questions [Fragverhalte] qui se différencient en plusieurs types selon les différentes typologies de questions auxquelles ils correspondent (questions oui/non ; questions du style : qui ? quoi ? quand ? etc.).

5 « Comme l’objet sensible se comporte vis-à-vis de la perception sensible, l’état-de-chose se comporte vis-à-vis de l’acte d’aperception qui le “donne” (plus ou moins adéquatement) ;(nous nous sentons contraints de dire tout simplement : ainsi se comporte l’état-de-choses vis-à-vis de la perception de l’état-de-choses. »Cf. Edmund Husserl, Recherches logiques, Tome 3, Eléments d’une élucidation phénoménologique de la connaissance, tr. fr. par H. Elie, L. Kelkel, R. Schérer, Paris, PUF, 1963, p. 173. Dans la page suivante, Husserl assimile les jugements intuitifs (« intuitions de jugement ») aux perceptions d’états-de-choses (p. 174).

6 Le concept d’intuition catégoriale est pour Husserl un concept de « ressemblance de famille » au sens de Wittgenstein ; il embrasse des types d’actes aussi disparates que la perception d’états-de-choses individuels, la saisie de structures grammaticales sur la base d’énoncés concrets ou la saisie de multiplicités infinies sur la base de l’assurance intuitive [Einsicht] dégagée par le principe de construction de ses éléments. Bien que différents, ces actes possèdent une caractéristique commune : ils ne sont pas de simples accomplissements signitifs d’actes catégoriels du type correspondant.

7 En linguistique les énoncés qui portent sur les genres et les espèces se nomment énoncés génériques et ils comprennent aussi des énoncés empiriques tels « le mammouth a disparu » ou « la baleine est un mammifère ». Le concept husserlien de « jugement général » est plus étroit que le concept de linguistique de « jugement générique ». Les jugements généraux sont des jugements génériques non empiriques. Non seulement ils doivent posséder la forme linguistique des énoncés génériques, mais ils doivent également remplir la condition gnoséologique de l’apriorité.

8 A partir de 1908 environ, une conception s’impose à Husserl : un acte nominal qui vise et éventuellement nomme un objet n’est pas un acte indépendant, mais toujours et seulement un acte partiel, ou, mieux, une partie d’acte au sein d’un acte visant un état-de-choses. Cette conception est exposée en détail dans le § 4b du Ch. 3 de ma dissertation.

9 Puisqu’il n’y a pas quelque chose comme la couleur « rouge » mais seulement des nuances particulières de rouge, le mot « rouge » désigne soit une nuance particulière de rouge soit une classe vaguement délimitée de nuances de rouge. Porter à la donation intuitive une classe de nuances de couleur (dont les limites changent souvent d’un individu à l’autre) nommée par un nom de couleur nécessite une opération tout à fait différente de la simple saisie intuitive d’une couleur particulière ou d’une nuance de couleur. Cette manière de saisir un objet général est traitée plus en détail dans mon article « Deiktische Ideationen. Über die mit den Wörtern “dies” und “so” vollziehbaren okkasionellen Bezugnahmen auf ideale Gegenständlichkeiten », in F. Mattens (ed.), Meaning and Language : Phenomenological Perspectives, Springer, 2008, p. 103-121.

10 De telles généralités, Husserl les appelle « différences spécifiques infimes » (cf. § 4 de la 3ème Recherche logique) ou « singularités eidétiques » (Ideen I¸ § 12, op. cit. p. 46) ou encore « généralités issues de la répétition ». Cf. Edmund Husserl, Expérience et jugement, trad. fr. par D. Souches-Dagues, Paris, PUF, 1970, § 84, p. 406.

11 Le mot « conceptuel » ici employé doit simplement faire allusion au type de généralité que nous attribuons ici aux soi-disant concepts ou universaux, pour les distinguer des généralités « propositionnelles » qu’on trouve dans les jugements universaux et généraux. Une généralité conceptuelle est donc une généralité au-dessous de laquelle tombent des objets qu’on exprime linguistiquement par un verbe, un adjectif ou un substantif.  

12 Il est bien connu que, peu après la parution de ses Recherches logiques, Husserl a abandonné cette conception selon laquelle les significations seraient des espèces et l’idéalité des significations ne serait qu’un cas de figure d’idéalité de l’espèce (cf. infra, note 54). L’abandon husserlien de la thèse des significations-espèces est exposé en détail dans les §§ 5 et 6 du Ch. III de ma dissertation.

13 En tant que formations catégoriales configurées dans des visées d’états-de-choses du type « jugement », les états-de-choses comme tels sont des objectités « subjectivées ». A la différence des objets (d’un certain type) et des événements (d’un certain type), les états-de-choses ne se trouvent pas dans le monde réel spatio-temporel. C’est un non-sens de demander, par exemple, combien d’états-de-choses se trouvent dans mon bureau. Néanmoins, ce n’est pas le sujet qui juge mais le monde (qu’il soit réel ou idéal) qui détermine si l’état-de-choses configuré par le sujet subsiste ou ne subsiste pas.

14 La détermination de l’objet explicitement attribuée à l’objet-sur-quoi dans un jugement actuel n’est pas à confondre avec l’être déterminé de l’objet [Gegenstandsbestimmtheit], ce qui peut être d’une grande complexité. Celui-ci est responsable du fait que l’objet-sur-quoi aperçu de telle et telle manière dans l’état-de-choses posé judicativement soit présent à la conscience et devienne à chaque fois le substrat d’une détermination de l’objet actuellement accomplie. Les déterminations d’être de l’objet [Gegenstandsbestimmtheiten]sont des déterminations d’objet devenues inactuelles,sédimentées, et qui, en tant qu’inactuelles, constituent corrélativement le sens (le comme-quoi) avec lequel l’objet-sur-quoi sera à chaque fois aperçu.

15 Edmund Husserl, Introduction à la logique et à la théorie de la connaissance, tr. fr. par L. Joumier, Paris, Vrin, 1998, p.342

16 Edmund Husserl, Sur la théorie de la signification, tr. fr. par J. English, Paris, Vrin,  1995, p.264.

17 Ideen I, op. cit. p. 25.

18 Husserl distingue d’habitude parmi les déterminations d’objet entre « proprement essentielles » et relationnelles, c’est-à-dire déterminations qui se référent à plusieurs objets individuels. Alors que celles-là sont à une place, celles-ci peuvent avoir deux ou plusieurs places. Les individus et les objets individuels ne sont qu’une sous-classe des objets en général, tout comme les déterminations d’objets individuels sont seulement une sous-classe des déterminations d’objet en général. Les nombres sont par exemple des objets non individuels et « divisible par 2 » est une détermination d’objet qui ne peut être attribuée qu’à des nombres ou des multiplicités.

19 Afin de représenter les déterminations d’objets ayant une, deux ou plusieurs (relationnelles) places, il est approprié d’utiliser la notation fonctionnelle introduite par Frege dans sa Begriffsschrift de 1879. On pourra donc indiquer les déterminations à une place par des fonctions telles que F(x), et celles à deux, trois ou plusieurs places par G(x, y), H(x, y, z), etc.  

20 Gottlob Frege, « Fonction et concept » (1891), in Ecrits de logique philosophique, tr. fr. par C. Imbert, Paris, Seuil, 1970, p. 32. Contrairement à Frege, qui distingue concepts et relations, je parlerai de concepts aussi dans le cas des fonctions à plusieurs places ayant une valeur de vérité (fonctions de visées d’états-de-choses). Je les traiterai ainsi comme des fonctions qui, complétées par des visées d’objets (arguments de visées d’états-de-choses), produisent des visées d’états-de-choses (propositions) qui sont soit vraies soit fausses, et dont la valeur de vérité – comme le dirait Frege – est soit le vrai soit le faux. Aux deux valeurs de vérité des visées d’états-de-choses correspondent dans les états-de-choses les deux « valeurs d’être » subsistance ou non-subsistance.

21 Cf. Robert Sokolowski, Introduction to Phenomenology, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 99-100, 187-194.

22 Je distingue les concepts [Konzepte, Begriffe], universaux fonctionnant d’une manière prédicative et linguistiquement articulée, des apercepts [Aperzepte], qui sont des universaux fonctionnant d’une manière déterminante ou aperceptive à un niveau pré-linguistique. Tout apercept est en principe susceptible d’être exprimé linguistiquement et donc – dans la mesure où il devient la signification d’un mot – de devenir un concept. Les apercepts-type, par lesquels des données du monde environnant sont typées (c’est-à-dire saisies comme cas particuliers d’universalités typiques), deviennent des concepts-type dès lors qu’ils sont exprimés dans une langue. Husserl appelle d’habitude les apercepts-type, tout simplement, « types ».

23 Le mot « corrélat » indique ici ce qui demeure identique dans la conscience d’une quelconque identité de « contenu » à travers le changement d’attitude mentionné. Cette identité de contenu a le caractère d’une fonction qui peut être soit une essence (fonction d’état-de-choses), soit un concept (fonction de visée d’état-de-choses).

24 Un tel changement d’attitude s’accomplit déjà en posant la question de la vérité d’une visée d’état-de-choses, comme lorsque l’on demande, par exemple, « Est-il vrai que Pierre dort ? ». Cette visée d’état-de-choses devient ainsi thématique dans le cadre d’un intérêt qui porte sur sa vérité factuelle ; cependant celle-ci n’est pas à confondre avec le cas d’une visée d’état-de-choses qui devient thématique en tant que telle, dans le cadre d’un intérêt théorique portant sa structure générale.

25 Cf. Ideen I, op. cit. § 71, où Husserl qualifie sa « doctrine eidétique des vécus » de « nouvelle eidétique » (p. 239). Dans les paragraphes suivants (§§ 72-75), il souligne le contraste entre cette nouvelle eidétique matérielle et la géométrie pure, science eidétique matérielle déjà pleinement établie.

26 Le moment de la pureté qui est constitutif du concept husserlien d’eidos est spécialement mis en relief dans la deuxième édition revue des Recherches logiques (cf. notamment les changements sur ce point dans le premier chapitre de la 3eRecherche, documentés dans le volume XIX/1 des Husserliana). Jusqu’à présent, et pour autant que je le sache, cela n’a que peu ou pas été traité dans la littérature consacrée à l’eidétique husserlienne. D’où le fait que la spécificité du concept husserlien d’eidos demeure incompréhensible et que le sens méthodologique global de l’eidétique phénoménologique en tant qu’eidétique descriptive, s’appuyant sur des concepts purement descriptifs et aboutissant à des lois d’essence descriptives, demeure indéterminé.

27 Edmund Husserl, Recherches logiques, tr. fr. par H. Elie, R. Kelkel, R. Scherer, Paris, PUF, 2002, tome II.1, p. 36.

28 Un objet réel (individuel) tombe sous un concept matériel F si et seulement si l’on peut formuler à son égard un énoncé vrai de la forme « ceci est un F ». Si F est un concept « exact », tel « cercle » (dans le sens de la géométrie pure), un énoncé d’une telle forme se référant à un objet réel (individuel), est, pris à la lettre, absurde. Des objets réels peuvent tomber uniquement sous des concepts matériels inexacts, c’est-à-dire sous des concepts-type. Sur l’idée husserlienne d’un concept-type et sa distinction entre concepts exacts et inexacts, cf. le § 9 de la 3e Recherche logique ainsi que les §§ 73-74 des Ideen I. Je me permets également de renvoyer à l’article « Type », in Helmuth Vetter (éd.), Wörterbuch der phänomenologischen Begriffe, Hambourg, Meiner, 2004, p. 558-561.

29 Notons cependant qu’au nombre des concepts descriptifs, empiriques en un sens large, il faut compter non seulement les concepts substantivaux, comme nous l’avons fait jusqu’ici, mais aussi les concepts adjectivaux (« rond », « plus grand que », etc.) ainsi que les concepts verbaux (« se trouver », « frapper », etc.).

30 Médiations Cartésiennes,op. cit., § 3, p.121 (tr. modifiée).

31 Dans le § 7 de la 3eRecherche, Husserl formule la condition à laquelle sont soumis les concepts susceptibles d’entrer dans des lois d’essence ou pures, et il nous donne ainsi un indice de ce qu’il entend par concepts descriptifs purs. « Aucune relation avec une existence empirique ne doit limiter l’extension des concepts exprimant une loi, aucune position d’existence empirique ne doit être impliquée dans la conscience de la loi, comme c’est le cas pour les règles et les lois empiriques en général. » (p. 22)

32 Les concepts descriptifs impurs, peu importe s’ils sont manifestement impurs ou s’ils le sont d’une manière dissimulée, sont des concepts empiriques au sens étroit. Le lien avec des données empiriques de notre monde ou d’un monde imaginaire est ici constitutif. Les jugements qui renferment des concepts descriptifs impurs sont des jugements empiriques ou quasi-empiriques.

33 Nous verrons que l’énoncé d’une loi, qui contient des concepts empiriques en un sens étroit et donc qui a une « relation avec une existence factuelle empirique » de notre monde, une fois testé, s’avère avoir des contraintes essentiellement différentes par rapport à l’énoncé d’une loi a priori matérielle.

34 Ideen I, op. cit. p. 24

35 Un monde imaginaire est un monde para-factuel ou un monde purement imaginaire, dans la mesure où il s’agit d’un monde fictionnel qui se trouve au-delà de toute connexion spatio-temporelle avec notre monde réel empirique : un monde avec son propre espace et son propre temps, par conséquent, un monde qui ne peut héberger aucun des individus qui font, feront ou ont fait partie de notre monde (cf. Expérience et jugement, §§ 40 et 91). Les soi-disant mondes fictionnels offrent des variantes contre-factuelles possibles de notre monde réel, ou, plus simplement, des mondescontre-factuels possibles. Un monde possible serait une variante contrefactuelle de notre monde où, par exemple, César n’aurait pas traversé le Rubicon en 49 av. J.C ou où il n’y aurait jamais eu de mammouth. De ces variantes contrefactuelles du monde, il faut distinguer les variantes para-factuelles. Les premières sont, pour ainsi dire, des bifurcations du cours de notre monde réel – qui s’étend du passé, à travers le présent, vers le futur – dans un espace possible, et partagent avec notre monde réel le même espace et le même temps ; les variantes para-factuelles (c’est-à-dire les mondes de contes de fées) non seulement ne partagent avec le monde réel ni le même espace ni le même temps, et par conséquent aucun individu, mais elles ne partagent non plus aucun espace, aucun temps et donc aucun individu entre elles. Si bien que des énoncés conditionnels qui dépassent les frontières entre mondes comme « si le Petit Chaperon Rouge avait rencontré dans la forêt Napoléon plutôt que le loup, alors celui-ci l’aurait accompagnée chez Mère-grand » sont absurdes.

36 L’inventaire suivant devrait couvrir une grande partie de nos concepts descriptifs :

(1) Concepts ou noms de genres naturels (par ex. « or », « lion », « être humain ») ;

(2) Concepts d’artefacts ou de genres culturels :

(2a) Concepts  d’artefacts de genres de choses (par ex. « chaussure », « table », « voiture »)

(2b) Concepts d’artefacts de choses idéales (par ex. « sonnet », « symphonie ») ;

(3) Concepts de processus naturels et événements (par ex. « nuages », « vent », « naissance ») ;

(4) Concepts d’actions au sens large (par ex. « marcher », « promettre de faire quelque chose ») ;

(5) Concepts de vécus, intentionnels et non intentionnels (par ex. « percevoir », « calculer », « avoir mal ») ;

(6) Concepts d’habitudes et de dispositions pragmatiques (par ex. « conviction », « savoir », « être assidu »).

La liste de concepts descriptifs (1) des concepts de genres naturels, compte aussi, comme je le montrerai plus tard, un certain nombre de concepts qui ne peuvent pas être eidétiquement purifiés, car ils contiennent des moments constitutifs qui sont indexicaux ou occasionnels, et qui en limitent le domaine aux réalités de notre monde concret. Dans son exemplaire des Recherches logiques,Husserl remarque « A regarder de près, il y a des moments occasionnels cachés dans tous les énoncés des sciences “concrètes”, d’abord dans les significations qui se référent à des objets naturels individuels, mais aussi dans toutes celles qui se réfèrent aux genres empiriques » (Husserliana XIX/2, Logische Untersuchungen.Zweiter Teil. Untersuchungen zur Phänomenologie und Theorie der Erkenntnis, édité par U. Panzer, Den Haag, Nijhoff, 1984, p. 817, je souligne).

37 Il est clair que le concept heideggerien d’« outil » [Zeug] est manifestement un concept pur dans le sens que nous venons de préciser, tout comme d’ailleurs le concept de « Dasein » et tous les concepts existentiaux par lesquels Etre et temps détermine l’être du Dasein. L’Analytique du Dasein que Heidegger propose dans cet ouvrage est donc une eidétique du Dasein et elle est essentiellement formée d’énoncés eidétiques descriptifs.

38 Le concept de « Lied » est donc un concept purement descriptif, alors que le concept occasionnel « Lied de Schubert », lié à cet individu terrestre appelé Schubert, ne l’est pas. Il en va de même pour toutes ces formations idéales que Husserl appelle « idéalités liées » (cf. Expérience et jugement, op. cit., § 65, p. 323).

39 Husserl a toujours considéré la dite psychophysique (une science liée à la psychologie empirique qui étudie les connexions réglées entre les phénomènes psychiques et les processus physiques ou physiologiques) comme une entreprise tout à fait légitime. Après tout, en tant que science naturelle, il s’agit juste d’une forme scientifique de naturalisation des phénomènes de conscience, dans le prolongement de ces aperceptions de nous-mêmes et des autres que nous avons au sein du monde de la vie. Mais nous opérons des naturalisations analogues tous les jours : en ramenant, par exemple, l’intoxication à l’usage d’alcool ou d’autres drogues, ou en saisissant une certaine douleur comme l’effet d’un événement physique comme une piqûre.

40 Comme Husserl l’a montré à plusieurs reprises, une description non naturalisée des phénomènes psychiques (c’est-à-dire une phénoménologie pure) est possible seulement sur la base d’une description réflexive accomplie au sein de la « mise entre parenthèses » du monde naturel. Ce type de description ne prend pas les phénomènes psychiques comme des processus naturels, car aucun fait ou objet naturel individuel n’est posé par un jugement en « intentio recta », aucun monde n’est co-donné à la conscience à titre d’horizon universel. Les faits et les objets naturels ainsi que le monde omni-englobant, tout cela devient thématique au sein de la description phénoménologique – démondanisante et donc dénaturalisante – seulement dans la forme réflexive de « visées intentionnelles en tant que telles », c’est-à-dire en tant que corrélats noématiques d’actes et d’habitudes.

Cependant, cette démondanisation (et donc dénaturalisation) des phénomènes psychiques réflexivement thématisés, obtenue par la dite réduction phénoménologique – ou plus précisément par la réduction transcendantale phénoménologique, n’est pas à confondre avec la dénaturalisation et la démondanisation de ces phénomènes dans l’eidétique descriptive, qui opère sur un plan tout à fait différent. Dans le cas d’une description eidétique d’un type de phénomènes psychiques, les phénomènes factuels et individuels fonctionnent comme des exemples possibles, et en tant que faits psychiques, en tant que réalités de ce monde et de sa nature, sont tout à fait sans importance. Dans leur fonction d’exemples, ils peuvent en effet être remplacés par des exemples purement imaginaires, de simples fictions pouvant en principe rendre le même service à la description eidétique. Cela vaut également, comme nous le verrons, pour la preuve de la validité des lois eidétiques descriptives par des cas particuliers. En tant que lois a priori (exclusivement fondées sur des concepts purement descriptifs dont la validité n’est pas limitée par la référence à ce monde et à sa nature), elles peuvent être validées tout aussi bien par le recours à des exemples imaginaires.

Bien que très différentes, ces deux dé-mondanisations et dénaturalisations vont de pair au sein de la phénoménologie transcendantale husserlienne établie sur base eidétique, lorsqu’il s’agit de décrire les lois d’universalités eidétiques des corrélations noético-noèmatiques transcendantalement réduites.

41 Cf. Expérience et jugement, op. cit., § 91, p. 434. Cf. également, Hans-Ulrich Hoche, Einführung in das sprachanalytische Philosophieren, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1990, p. 167-174.

42 Cela vaut aussi pour des énoncés d’identité qui portent sur des quasi-individus appartenant à des mondes purement  imaginaires différents (ainsi que pour les espèces naturelles de quasi-individus appartenant à des mondes imaginaires différents). La non-identité non privative ordinaire, c’est-à-dire la négation de l’identité intramondaine, présuppose que, dans un énoncé dont la forme est « a n’est pas identique à b », les objets désignés par a et b appartiennent à un seul et même monde.

43 Saul Kripke, La Logique des noms propres, tr. fr. par F. Récanati et P. Jacob, Paris, Minuit, 1982 ; cf. également Hilary Putnam, « The Meaning of “Meaning” » in Philosophical Papers, Vol. 2 : Mind, Language and Reality. Cambridge, Cambridge University Press, 1976. Hermann Ritzel, « Über analytische Urteile. Eine Studie zur Phänomenologie des Begriffs », in Jahrbuch für Philosophie und phänomenologische Forschung, 2, 1916, p. 253-344, cf. notamment p. 316 et 339 suiv. Pour le concept d’espèce naturelle, cf. l’introduction de Stephen P. Schwartz au recueil de textes qu’il a édité sous le titre Naming, Necessity and Natural Kinds, Ithaca and London, Cornell University Press, 1977, notamment p. 26-34.

44 Le cas du merveilleux film d’animation numérique Shreck, où des personnages issus de contes de fées différents vivent dans une même forêt, est stricto sensu impossible. Ce que nous voyons dans le film ne sont que des doubles para-factuels ayant une nouvelle quasi-identité dans le monde para-factuel de Shreck. Ces doubles ne sont ni identiques ni non identiques avec les personnages des contes de fées originaux.

45 Le concept de « personne » diffère de celui d’« être humain » en ceci qu’il est un concept purement descriptif et peut être le concept fondamental d’une science pure, non anthropologique de la personne : une « personnologie » eidétique.

46 Cf. supra la citation du § 4 des Ideen I qui précède celle-ci.

47 Ideen I, op. cit., p. 24

48 Cf. Expérience et jugement, § 40, où Husserl dit au sujet des différents mondes imaginaires : « Nous pouvons parler ici de la similitude et de l’analogie de ces mondes, mais jamais de leur identité, ce qui n’aurait absolument aucun sens. » (p. 206)

49 Des énoncés expliquant des concepts, tel « tous les loups sont des corps réels », font partie de ces énoncés triviaux qui ont valeur de « lois d’essence», et qui expriment des nécessités eidétiques au sens des Ideen I (cf. infra, note 52).

50 Une autre formulation équivalente que Husserl aimait utiliser est « Les moments “qualité” et “matière” appartiennent à l’essence de l’acte ».

51 Sur ce sujet, cf. notamment le § 5 de Ideen I, où, au sujet du renversement de domaine, Husserl affirme que : « Tout jugement qui porte sur des essences peut être, de façon équivalente, converti en un jugement de généralité inconditionnée qui porte sur des cas particuliers de ces essences pris en tant que tels. De cette façon, les jugements purs relatifs aux essences (les jugements purement eidétiques) sont solidaires les uns des autres quelle que soit leur forme logique. Ils ont pour point commun de ne pas poser d’être individuel, lors même qu’ils portent, – mais précisément selon la pure généralité eidétique  – sur ce qui est individuel » (p. 28).

52 Cf. les §§ 4 et 10 de la 3e Recherche logique.

53 Cette proposition matérielle a priori, qui d’ailleurs appartient à la dite phénoménologie génétique de Husserl, renvoie à une phrase de Husserl issue d’un manuscrit de 1929, dans laquelle on peut lire : « Nous n’avons pas d’autre monde que celui qui est préalablement donné dans la forme du monde de la vie (…), toute science concevable commence avec celui-ci. » (ms. A V 7 16a-b).

54 Cf. par ex. les §§ 10-12 de la 3e Recherche logique ainsi que le § 6 des Ideen I.

55 Contrairement aux énoncés eidétiques descriptifs ayant la forme d’énoncés universels, les énoncés eidétiques descriptifs ayant la forme de jugements génériques (tel « l’acte intentionnel a une qualité et une matière ») ne permettent pas d’indiquer de prime abord une méthode capable de les tester et d’en valider intersubjectivement la prétention de vérité. Tout se passe comme s’il ne restait qu’un vague appel à l’évidence, dans la possibilité d’une impasse constante entre évidence et contre-évidence.

56 Husserl appelle les états-de-choses qui sont des cas singuliers de lois eidétiques valides « nécessités eidétiques » (cf. § 7 des Recherches logiques et le § 6 des Ideen I).

57 C’est le cas, par exemple, de la thèse soutenue par Husserl dans les Recherches logiques selon laquelle pour les actes, qui en tant que tels sont déterminés par les moments « qualité » et « matière », vaut la loi : toute qualité concevable peut être combinée avec toute matière concevable (cf. 5e Recherche logique, § 20). Cette loi prétendument eidétique n’est pas une loi eidétique valide, et il est facile de s’en apercevoir par le contre-exemple du type d’acte du « promettre » dont la qualité d’acte ne peut être unie qu’à une matière d’acte qui a comme contenu une action future (de celui qui promet), et non une action passée.

58 Ceci a été le cas lors de l’abandon par Husserl de la thèse des significations-espèces défendue dans les Recherches logiques, formulée d’une manière ramassée dans la phrase : « l’idéalité des significations est un cas particulier de l’idéalité du spécifique en général » (1èreRecherche logique, § 32, op. cit., t. II.1, p. 117). Husserl dut admettre un peu plus tard que non seulement les significations empiriques (notamment les significations propositionnelles empiriques ayant des éléments indexicaux) ne sont pas des species au sens des Recherches logiques, mais aussi que les significations n’ont pas du tout le caractère de species ou d’objets universaux. Dans son exemplaire personnel, Husserl a barré plus tard l’expression « de ce qui est spécifique » dans la phrase citée (cf. Husserliana, XIX/2, cit. p. 818).

59 A la lumière d’une conception de la variation eidétique orientée vers des lois eidétiques et des états-de-choses, le problème méthodologique des limites de la variation libre – qui s’impose dans le cadre de l’interprétation dominante de la méthode husserlienne de la variation, orientée vers les concepts, les types ou les objets (cf. par ex. Dieter Lohmar, « Die phänomenologische Methode der Wesensschau and ihre Präzisierung als eidetische Variation », in Phänomenologische Forschungen, 2005, p. 69-91) – s’avère être un pseudo-problème.

60 Cf. notamment le § 87 d’Expérience et jugement. Une interprétation défendable de la méthode de la variation décrite dans ce paragraphe est la suivante : il s’agit ici d’une méthode pour explorer des domaines conceptuels en vue d’une explication et d’une fixation terminologique des concepts. En produisant des variations d’un concept thématique à partir d’un exemple de départ et en examinant notamment les cas limites subsumés sous ce concept, j’obtiens une compréhension claire (ou plus claire) du concept qui détermine l’exemple de départ de la variation. Je deviens donc capable de donner au concept du langage ordinaire, qui au départ était plutôt vague, une forme plus précise, conforme à des buts de type scientifique et descriptif. Il est clair que de telles explications de concepts sont accomplies toujours d’une manière prédicative, en ayant en vue des états-de-choses, et toujours dans le but d’atteindre un groupe d’énoncés ayant la forme de loi – énoncés dans lesquels on redéfinit la signification du vieux mot conceptuel, ou on attribue une signification à un nouveau terme. Mais au sein d’une science, les clarifications et les explicitations des concepts ne sont jamais la fin ultime : énoncés « analytiques » (dans le sens kantien original du terme), les explications conceptuelles ne sont que les moyens pour former des énoncés ou des théories « synthétiques » scientifiques et intersubjectivement compréhensibles. Il en va de même pour la phénoménologie de Husserl, qui, en tant que science eidétique descriptive, est formée par des descriptions eidétiques et dont le noyau est constitué par des lois eidétiques descriptives intersubjectivement vérifiables. Ces lois a priori matérielles ont un caractère différent en fonction des différentes relations que nouent entre eux les concepts purs dont elles se composent : en tant que lois purement matérielles, elles ont soit un caractère plutôt « analytique » (ou mieux : explicatif) soit plutôt synthétique (ou mieux : implicatif) ; dans le dernier cas, des concepts purs sans aucun lien de contenu sont rattachés les uns aux autres dans des énoncés ayant la forme d’une loi, alors que dans le premier, les lois matérielles déploient les concepts partiels qui forment un concept pur. Après un certain temps, lorsque les relations conceptuelles finissent par être incluses dans la teneur sémantique d’un mot conceptuel pour être enfin sédimentées à titre de connaissances linguistiques, les lois de l’eidétique matérielle conceptuellement implicatives peuvent devenir à leur tour des lois eidétiques conceptuellement explicatives. La différence entre lois eidétiques matérielles explicatives et implicatives n’est donc pas absolue, mais relative et changeante. Eu égard à cette différence, il faut néanmoins souligner que les lois eidétiques – surtout celles qui sont synthétiques ou implicatives – sont des lois qui concernent les choses [Sachgesetzte] ou des lois d’objets, tout comme les essences qui sont des déterminations générales de choses ou d’objets. Il est sensé de dire d’un concept F qu’il est « mon concept F », alors que c’est un contresens de dire d’une essence F qu’il s’agit de « mon essence F ». « Essence » est justement un concept ontologico-formel, alors que « concept » est un terme issu de la logique et de la sémantique formelle. Il faut absolument se tenir à cette distinction, et cela même si essence et concept, comme nous l’avons vu plus haut, se trouvent dans une corrélation tout à fait spéciale et pointent vers « le même » universel.

61 « Ainsi peut-on dire véritablement, si on aime les paradoxes et, à condition de bien entendre le sens ambigu, en respectant la stricte vérité : la fiction est la source où s’alimente la connaissance des “vérités éternelles” » (Ideen I, § 70, op. cit., p. 227). Conscient du fait que son eidétique descriptive s’oppose à tout naturalisme, Husserl ajoute ainsi, dans la note en bas de page qui suit cette phrase : « cette proposition montée en épingle a tout ce qu’il faut pour tourner en ridicule dans le camp naturaliste le type eidétique de connaissance. »

62 Nous sommes ici dans une situation semblable à celle des conjectures mathématiques qui, à l’image de la conjecture de Goldbach, ont été validées par d’innombrables exemples positifs, mais pour lesquelles manque encore une preuve. De telles lois présomptives sont en principe toujours falsifiables par des contre-exemples.

63 C’est le cas par exemple de la loi eidétique que nous avons évoquée plus haut sur la connexion entre le phénomène de la couleur et celui de l’étendue, ou encore la loi eidétique selon laquelle la perception des processus et des états contient ces moments que Husserl appelle « protention » et « rétention ». Ici nous pouvons exclure d’une manière apodictique toute possibilité de contre-exemples falsificateurs.

64 Il n’y a aucune différence de principe entre une loi empirique en tant qu’énoncé universel qui porte sur un domaine numériquement illimité d’objets de ce monde (tel l’énoncé d’une loi sur les gaz et leur conduite sous pression) et un énoncé universel qui porte sur un domaine numériquement limité d’objets (par ex. l’énoncé « tous les livres qui se trouvent en ce moment sur mon bureau pèsent moins d’un kilo »). Dans un cas comme dans l’autre, il est absurde de faire appel à des cas fictifs pour tester la validité de l’énoncé universel. Il est vrai cependant que dans les sciences naturelles on considère les données générées par les ordinateurs sur la base de valeurs mesurées à partir de faits, de lois naturelles valides et de modèles mathématiques reconstruisant certaines régions du monde naturel, comme des faits que l’on peut utiliser pour falsifier des lois hypothétiques (je dois cette remarque à Thomas Nenon). Il est clair néanmoins que de tels faits computationnels ne sauraient être de simples fictions ; il s’agit – selon la terminologie de Husserl –  moins de possibilités pures ou librement imaginées que de possibilités réelles, c’est-à-dire de possibilités largement motivées par une situation concrète et actuelle et liées à celle-ci.

65  L’énoncé « contrairement aux lois descriptives, les lois naturelles ne peuvent pas être validées et éventuellement falsifiées à l’aide de contre-exemples purement concevables » est manifestement à son tour un énoncé matériel a priori et même une loi eidétique valide. Un contre-exemple est plutôt difficile, voire impossible, à trouver (la fameuse réfutation galiléenne de la loi de gravité d’Aristote à l’aide d’une expérience de pensée n’a été possible qu’en raison d’une contradiction qu’on peut produire entre cette loi de la gravité et l’exemple construit par Galilée. De telles falsifications peuvent affecter aussi bien des lois empiriques que des lois a priori ; leur succès ne permet pas de conclure si la loi présumée a été entendue comme empirique ou a priori). Une exception apparente est constituée par les lois empiriques des sciences du langage où les contre-exemples d’expressions linguistiques particulières librement produites sur la base de la compétence linguistique ne sont pas de simples possibilités. Il s’agit plutôt d’expressions qui sont possibles au sein d’une langue donnée, des expressions bien formées qui sont déjà des réalités linguistiques.

66 Cf. Karl Popper, Conjectures et réfutations. La croissance du savoir scientifique, Paris, Payot, 2007, p. 65, où Popper résume : « le critère de la scientificité d’une théorie réside dans la possibilité de l’invalider, de la réfuter, ou encore de la tester ». Ce qui vaut pour les théories a fortiori vaut également pour toute hypothèse de loi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rochus Sowa, « Essences et lois d’essence dans l’eidétique descriptive de Edmund Husserl », Methodos [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 25 février 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://methodos.revues.org/2214 ; DOI : 10.4000/methodos.2214

Haut de page

Auteur

Rochus Sowa

Archives Husserl, Leuven

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org