Navigation – Plan du site
L'Autre Husserl

La passivité de la logique

The passivity of logic
James Dodd
Traduction de Virginie Fiutek, Sébastien Magnier et Coline Pauwels

Résumés

Quel est le chemin qui, chez Husserl, nous mène de la logique formelle à celle transcendantale? S’agit-il de la voie kantienne qui va de la “logique générale” à celle “transcendantale” ou le caractère mathématique de la logique moderne interdit que celle-ci puisse jouer le rôle de “fil conducteur transcendantal”? Dans cet article, à la lumière de ce que l’on pourrait appeler la réciprocité entre passivité et logique, on avance la thèse selon laquelle c’est justement la logique mathématique qui pour Husserl peut jouer un tel rôle. Chez Husserl, il y a en effet aussi bien une logique de la passivité qu’une passivité de la logique : non seulement ce qui est passif est synthétique et, en tant que tel,  formellement déterminé, mais la logique, en tant que corpus de connaissances, est à son tour saturée par une passivité qui en assure le sens et la validité en tant que logique. C’est au point de croisement entre les deux, où l’une gouverne la force constitutive de l’autre et vice-versa, que l’on peut trouver le fil conducteur d’une enquête sur la possibilité d’une logique transcendantale à partir d’une réflexion sur la logique mathématique formelle.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’américain par Virginie Fiutek, Sébastien Magnier, Coline Pauwels.

Notes de l’auteur

Ce texte a été présenté à la conférence « Problemi attuali della fenomenologia : mondo della vita e sintesi passiva », organisée à l’Université de Pise en mai 2006. Mes remerciements vont à l’organisateur Alfredo Ferrarin, ainsi qu’aux participants pour leurs commentaires. Une autre version a été présentée au congrès annuel du Husserl Circle auWellesley College, en juin 2006. Je remercie également les participants pour leurs remarques, en particulier Burt Hopkins et Nicolas De Warren. La version originale anglaise de ce texte a été publiée dans le collectif Alfredo Ferrarin (ed.), Passive Synthesis and Life-World, Pisa, Ets, 2006, p. 241-284, [NDLA].

Texte intégral

Introduction

  • 1 Edmund Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, tr. fr. par S. Bachelard, Paris, PUF (...)
  • 2 Sur l’histoire de l’appropriation de Kant par Husserl, notamment par le biais de Natorp, cf. Iso (...)

1Par quel chemin Husserl nous conduit-t-il de la logique formelle à la logique transcendantale ? Suit-il le parcours kantien, qui va de la « logique générale » à la « logique transcendantale » ? Cette question n’est pas une question aisée. D’une part, il est clair que dans ses derniers écrits de logique, notamment dans Logique formelle et logique transcendantale et dans Expérience et jugement1, Husserl, inspiré par Natorp, s’engage, dans la tentative la plus sérieuse de sa carrière, à s’approprier de manière critique l’approche kantienne de la philosophie transcendantale2. D’autre part, il est tout aussi clair qu’il y a de grandes différences entre ce que Husserl entend par « logique formelle » et ce que Kant comprend sous le titre de « logique générale ».

  • 3 Immanuel Kant, Critique de la raison pure, tr. fr. par A. Tremesaygues et B. Pacaud, Paris, PUF, (...)

2Dans les §§ 9 et 10 de La Critique de la raison pure3, le chemin vers la logique transcendantale est marqué par la possibilité de considérer la logique générale comme un « fil conducteur » (Leitfaden). L’argument kantien est en partie structurel et en partie génétique. Les formes de la logique générale représentent un ensemble de régularités structurelles de l’esprit grâce auxquelles quelque chose est jugé de quelque chose. Cet ensemble de structures, résumé et, d’une certaine manière, modifié dans la table des jugements, forme selon Kant le noyau de la logique traditionnelle ; il peut être considéré comme « complet » dans la mesure où aucune caractéristique structurelle significative des jugements – du moins tels qu’ils apparaissent à l’esprit dans la connaissance de soi – ne lui fait défaut. L’argument structurel permettant de considérer une telle table, convenablement présentée, comme fil conducteur est le suivant : il est possible de reconnaître de tels modèles de formes dans la connaissance en général, étant donné sa discursivité. La logique générale est donc « générale » en ce qu’elle capture d’une manière exemplaire la discursivité du processus de compréhension grâce à l’abstraction de tout contenu de connaissance.

  • 4 Cf. A79/B104-105. Cf. également Michael Wolff, Die Vollständingkeit der kantischen Urteilstafel. (...)

3Ce parallélisme des formes structurelles est étayé par un argument génétique : les fonctions reflétées dans les formes, elles-mêmes représentées dans la table des jugements, sont en réalité les mêmes fonctions synthétiques qui sont constitutives de la connaissance d’objets4. Plus qu’une similarité de forme, le fil conducteur reflète une identité de fonction : la discursivité représentée dans les formes de jugements est la même faculté représentée par les catégories de la connaissance objective, ce qui implique que la structure de celle-là puisse fournir des indications fiables pour explorer les dimensions de celle-ci sans pour autant s’y réduire.

  • 5 Cf. en particulier la section d’ouverture de la Logique de Jäsche, in Kants Gesammelte Schriften. (...)

4Husserl a pour point de départ une conception très différente de la logique formelle. La logique comme discipline formelle n’est plus une étude isolée des formes du jugement et des règles d’inférence ; ce n’est plus une science de la « pensée » correcte ; elle est plutôt quelque chose de plus vaste et cela grâce à un nouveau point de vue sur les formes structurelles en général, désormais considérées comme objets mathématiques de plein droit. Ceci donne lieu à des conséquences multiples, mais l’une d’entre elles particulièrement évidente, notamment si on revient à l’exemple de Kant : en tant que discipline mathématique formelle, la logique n’est plus immédiatement susceptible d’être considérée comme l’expression d’un esprit réflexif qui revient sur ses propres lois internes5 ; il s’agit plutôt du résultat d’un processus de mathématisation grâce auquel la logique accède à un niveau de généralité résolument objectif. Cela signifie que toute tentative de mise en relief du thème de la synthèse subjective dans le contexte de la logique – qui pour Husserl, comme pour Kant, reste décisif pour le passage de la logique formelle à la logique transcendantale – est rendue considérablement plus problématique et ambiguë. Car désormais ce mouvement ne peut s’étendre ni d’une représentation de fonctionnalité ou de synthèse ordonnée à une autre, ni d’une « forme » exprimée à une analytique de la fonction qui trouve son expression dans cette forme. Si Husserl veut parvenir à la thématique transcendantale à partir de la logique contemporaine, il doit procéder de l’objectivité mathématique aux synthèses subjectives implicites dans le sens de l’objectivité mathématique. La proximité entre logique et subjectivité, qui pour Kant allait de soi – étant établie dans la table des jugements en tant que telle, c’est-à-dire la table des modèles de l’activité de juger – doit maintenant être explicitement assurée.

5Ceci soulève la question que je voudrais explorer ici : si, à l’instar de Kant, Husserl dans LFT cherche à nous conduire à la logique transcendantale à partir de la logique formelle, et si au sein de la « logique formelle » il n’y a plus aucun chemin d’accès privilégié à un terrain subjectif commun, à même de nous amener des formes de l’une aux fonctions de l’autre, y a-t-il néanmoins quelque chose qui joue le rôle de fil conducteur ?

6Je voudrais suggérer que, pour Husserl, un tel fil conducteur existe et qu’il découle d’une réflexion qui inverserait le lien entre passivité et logique. Il y a pour Husserl à la fois une logique de la passivité et une passivité de la logique. L’argument husserlien est donc double, comme l’était celui de Kant, sauf que chez Husserl les deux arguments sont génétiques. Le premier argument est le suivant : la passivité est elle-même synthétique, et, en tant que telle, elle peut être fixée conformément à des principes fonctionnels déterminés (par le biais d’une eidétique descriptive). Le second argument est que la signification de la logique elle-même, en tant que corpus de connaissances, est saturée par une passivité qui garantit son sens et sa validité véritable comme logique, et cela même dans sa forme moderne mathématisée (et peut-être notammentdans cette forme). Quand les deux formes de la logique se croisent, lorsque l’une éclaire la force constitutive de la seconde et inversement, il est possible de trouver le fil conducteur qui mène à la possibilité d’une logique transcendantale.

7Dans ce texte, je voudrais explorer seulement l’un de ces aspects – la passivité de la logique, la saturation de la logique comme corpus de connaissances par la passivité. Je vais essayer d’expliquer ce que j’entends par cela en me concentrant sur deux aspects limités de la discussion de Husserl à propos de la logique mathématique moderne dans LFT et EU. Le premier aspect concerne l’approche élaborée par Husserl dans le but de clarifier l’importance de ce que je voudrais appeler le caractère rétrospectif de la catégorialité. Le second point concerne la résistance de la part de Husserl à investir davantage d’efforts dans la tentative de distinguer d’une manière drastique l’approche syntaxique de la validité logique (dans le sens du calcul symbolique) et l’approche sémantique (ou de théorie des modèles). Je terminerai ensuite par une brève suggestion concernant la manière dont ces deux aspects des écrits logiques de Husserl constituent le noyau d’une conception de la passivité de la logique qui, couplée avec le thème de la logique de la passivité, mène à la possibilité d’établir un point de départ pour la thématique transcendantale.

L’aspect rétrospectif de la catégorialité

  • 6 Edmund Husserl, Recherches logiques, t. III, Recherches sur la phénoménologie et la théorie de la (...)
  • 7 Cf. LFT, op. cit. §§ 27, p. 82-91. Je m’appuierai notamment sur le traitement de la constitution (...)

8Dans les Recherches logiques, le concept d’intuition catégoriale était le résultat final d’une longue et complexe réflexion sur le sens, la signification et la conscience6. Dans les derniers écrits logiques de Husserl, ce résultat est acquis et développé dans un certain nombre de directions intéressantes. Peut-être que la seule véritable conséquence importante de cette conception de la catégorialité dans LFT est l’idée que la donation n’est pas unidirectionnelle, que l’émergence et la manifestation ne sont pas figées le long d’un axe allant du non-donné au donné7.

9Je vais essayer de clarifier mon propos. Chaque objet pour Husserl peut être décrit à partir de son « objectivité » (Gegenständlichkeit), c’est-à-dire dans sa manière de se donner. Car pour un objet, être donné, c’est être donné de « telle ou telle manière », sans que cela implique nécessairement une thématisation explicite de cette « manière » ou « mode » de donation comme quelque chose de plus par rapport à l’objet donné. Il suffit pour la manifestation ou l’objectivité (dans ce sens large) d’être simplement « vécue » (erlebt) pour que la conscience soit conscience d’objets ; l’objectivité n’a pas besoin d’être elle-même un objet. La conscience, pour emprunter une image de Lévinas, se réveille toujours en aval de ses propres réalisations.

10Il est néanmoins possible que ce flux de la manifestation qui s’écoule puisse devenir à son tour un thème explicite pour la conscience : l’objet peut céder sa place centrale au profit de la thématisation de sa propre manifestation, et ce qui se situe en amont peut de nouveau être porté à la vue. De cette manière, l’orientation vers un objet « dans » sa manière de se donner est la première ouverture vers l’objectivité catégorielle, c’est-à-dire vers l’objectivité de la combinaison et de la présentation d’une objectivité comme unité intentionnelle à part entière (où une objectivité est explicitement prise en compte et reçoit la forme requise pour son expression). C’est en ce sens que la donation n’est pas unidirectionnelle : l’axe du mouvement intentionnel du non-donné au donné se situe dans un espace variable d’orientation, où la donation (et non pas seulement ce qui est donné) possède son propre premier plan et arrière-plan. Cet espace n’est pas remis en cause par la direction “en avant” d’une conscience qui est toujours d’abord immergée dans l’intentionnalité des objets, mais reste comme un horizon de thématisation potentielle. Cela constitue la possibilité ou la base pour la « répétition » de l’arc de la manifestation objective [arc of objective manifestation], mais dans une forme différente, en partie déterminée par le calibrage [calibration] relatif de la donation à partir de ce qui est mis en avant et ce qui est repoussé vers le fond.

  • 8 Et ce rôle est particulièrement significatif dans la révision de la 6eRecherche logique, qui repr (...)

11Cette manière d’accéder à la catégorialité permet de souligner un élément rétrospectif essentiel de la catégorialité qui a toujours joué un rôle plus ou moins visible dans toutes les discussions de Husserl sur cette question depuis les Recherches logiques8. L’idée est que la profondeur potentielle du sens, ou le contenu implicite global dans une expérience vécue donnée, peut devenir évidente uniquement en retraçant un espace déjà parcouru au moins en partie, un arc de manifestation déjà en place.

12Pour en faire ressortir quelques-unes des implications, je voudrais considérer trois questions. Premièrement, que signifie réellement cette expression : « objectivité de l’objet » ? Deuxièmement, qu’est-ce qu’une « catégorie » pour Husserl et dans quelle mesure faut-il la considérer comme une sorte d’ « objet » ? Et finalement, quel rôle joue ici le thème de la « forme » ?

13Considérons tout d’abord la question de l’objectivité de l’objet. J’ai dit que tout objet possède son propre mode de donation – qu’est-ce que cela signifie précisement ? Cela renvoie à l’ensemble des manières pour l’objet de se manifester au sein de l’espace de l’expérience vécue, qui inclut tout le potentiel d’évidences et de visées possibles. Il ne s’agit pas seulement de certaines caractéristiques et qualités qui nous donnent accès à un objet, mais aussi de ce qui est nécessaire pour que ces caractéristiques et qualités soient elles-mêmes accessibles. Il ne s’agit pas non plus seulement des marques distinctives qui nous permettent d’identifier « ce que » quelque chose est, mais aussi des modèles et structures dans lesquels l’être caractérisé par des marques distinctives et l’être-identifiable de quelque chose sont ancrés. C’est là toute la portée de la thèse husserlienne selon laquelle une expérience vécue est « constituante de sens » : cela recouvre à la fois l’émergence d’un être à la manifestation (grâce au déploiement d’une expérience vécue) et sa détermination progressive au sein d’une unité de sens (grâce à l’intentionnalité effectuée dans l’expérience vécue comme rencontre avec le donné).

14Cette « détermination progressive au sein d’une unité de sens » représente elle-même un genre d’émergence d’objet : la détermination jaillit du lieu de sa donation originaire indéterminée. Ceci nous mène à la deuxième question : celle des objets catégoriaux. Prenons un exemple : après avoir parlé quelque temps avec une amie dans un café, vous remarquez qu’elle a la voix cassée, la voix rauque – peut-être à cause du froid, peut-être parce qu’elle a trop parlé. Il ne faut pas oublier que le fait de remarquer sa voix rauque se joue à un niveau où la portée intuitive est plus limitée que celle de la perception de la voix rauque qui la précède. Ce fait s’élève, pour ainsi dire, à une “hauteur” différente par rapport au simple fait d’écouter sa voix dans le but de comprendre ce qu’elle dit, ou d’entendre cette amie parler sans vraiment faire attention à ce qu’elle dit (par exemple si vous êtes en train de regarder par la fenêtre). Mais surtout le fait de remarquer que sa voix est rauque est différent du cas limite de toutes ces modalités de l’attention, c’est-à-dire la « simple perception » d’une voix flottante dans la conscience sans aucune activité modifiante qui spécifierait l’expérience à partir de la structure de base perception-perçu. Or, pour Husserl, ce nouveau point de vue où on remarque que la voix est rauque est tout à fait spécifique, comme le sont toutes les modalités de l’attention ; mais il dépend aussi du cas limite de la simple perception donnée, car il peut être compris comme modification de « l’apparence originaire » du donné (la voix) qui est maintenant qualifié comme étant tel ou tel (rauque, cassée).

  • 9 Cf. LFT,op. cit. §§ 3-4.

15Cette dépendance, cependant, exprime moins le besoin d’être en présence d’un objet dépouillé de toute détermination qu’il faudra ensuite concevoir ou interpréter, que la nécessité d’avoir un objet déjà façonné, qui se manifeste dans une forme déterminée (dans notre exemple : la présence perceptive d’une voix sur la base de laquelle j’écoute l’histoire racontée par mon amie dans le café). En tant que manifestation déjà configurée, l’unité de l’expérience perceptive dans laquelle on constate l’aspect rauque de la voix est toujours une « pensée », dans le sens très large d’intuition d’objets apparaissant dans leur « comment » : ce qui se donne est donné comme une voix, comme une voix reconnaissable comme celle de mon amie, comme étant à son tour rauque – et tout cela grâce à la façon dont les déterminations se déploient dans l’expérience vécue de la perception elle-même9. Même le cas limite de la simple perception est foncièrement articulé : la manifestation du donné perceptif est une émergence constituée en accord avec la « manière » ou le « comment » de la modification qui lui est propre.

16Ceci nous conduit au troisième problème, celui du rôle de la forme. Comme je l’ai déjà indiqué, le fait de remarquer « que » la voix de mon amie est rauque a une portée plus limitée par rapport à la richesse de la pensée qui émerge de l’expérience vécue de cette perception, et, en ce sens, elle a quelque chose de moins. Quand je me tourne vers cette expérience d’une manière thématique, tout le reste recule vers l’arrière-plan et cède sa place à cette expérience particulière. Mais elle a aussi quelque chose de plus, car elle est nécessairement accomplie en accord avec une autre forme de visée intentionnelle. Le penser-comme-percevoir [Thinking as perceiving] peut jouer le rôle du soubassement de l’acte de remarquer seulement dans la mesure où il se livre à son tour à une autre « forme » de pensée : la forme de l’écoute de la voix cassée se modifie en saisie d’un fait.Lorsque je remarque « que » elle possède une voix rauque, la pensée est plus qu’une perception, c’est une décision, un jugement explicite (à condition que quelque chose se soit déjà montré comme étant dans le sillage de cette autre forme de pensée représentée par la perception). La perception « persiste », bien que d’une manière modifiée. Et comme pour toute modification, l’interdépendance de la modification et de ce qui est modifié indique un mouvement essentiellement rétrospectif au sein de la formation de ce que Husserl nomme une perception catégoriale. La perception initiale de la voix rauque, l’émergence originaire du donné qualifié fonctionne comme un type de prise de conscience préalable de ce qui, bien que dans une forme différente, se destine à être asserté en accord avec la forme catégorielle dans le jugement explicite « S est p » – « sa voix est rauque ».

17En outre, la forme du jugement ou de la perception n’est pas la seule chose sujette à modification, la donation du donné s’en trouve elle-même modifiée. L’aspect rauque initialement perçu de la voix n’est pas strictement le même que « l’être rauque de la voix », qui n’était pas vu ni manifesté avant d’être pointé dans la forme du jugement. Le jugé en tant que jugé, l’ « être » de ce qui est jugé dans le jugement, est au mieux anticipé ou indiqué comme une possibilité latente dans la perception, mais il n’est pas accompli ou réalisé. Ceci signifie que l’être rauque de la voix, ce fait, ou cet état-de-choses (Sachverhalt) « que la voix soit rauque », n’est pas simplement un ré-enveloppement de la perception dans la réflexion, mais est, précisément, un « nouvel » objet qui est en continuité avec l’objectivité perceptive qui la précède. Et ce nouvel objet n’est possible que grâce à la manifestation initiée uniquement par la pensée, qui à son tour se montre être moins un simple modèle de manifestation que le déploiement actif d’une multiplicité de formes. Ces formes ne sont pas les formes d’une activité réflexive dirigée sur l’expérience vécue, mais appartiennent à l’horizon de la phénoménalité elle-même : la phénoménalité est donc quelque chose qui prend forme en réponse à la réalisation de différents performances de la pensée. La question de leur « origine » est le problème phénoménologique de la genèse des formes.

  • 10 Les états-de-choses (Sachverhalte) ont, cependant, un analogue passif dans ce que Husserl appelle (...)

18Ceci soulève la question suivante : qu’est-ce qui permet à la perception, ou à l’expérience anté-prédicative vécue, de se livrer elle-même à une telle modification ? Cette question peut être posée directement à propos du jugement puisque dans un sens strict les états-de-choses, pour Husserl, ne surgissent pas immédiatement des perceptions, mais seulement des jugements perceptifs appropriés10. Leur objectivité est constituée seulement dans une expérience vécue qui s’est frayée un chemin judicatif à travers les choses, en tant que double modification/accomplissement de la pensée comme acte de juger et de ce qui est pensé comme jugement.

  • 11 EU, op. cit. § 47.

19Ce qui est essentiel à la forme d’un jugement – et qui la distingue des modalités propres aux unités de sens perceptivement accomplies mais non judicatives – est précisément le fait de pouvoir être re-formée d’une manière tout à fait spécifique. Cette possibilité est fondée dans la fonction de la forme du jugement en tant que préservation du sens, une forme grâce à laquelle on peut dire d’un jugement qu’il est « établi » ou « assuré », sans qu’il soit nécessaire de reproduire ou de retracer le parcours qui a vu émerger la pensée ou l’acte de juger qui en est à l’origine11. Lorsque le jugement surgit, le « mode de donation » de la catégorialité qui lui revient a justement la forme d’un mode de l’avoir été établi [the form of a manner of having been established]. Cela indique le rôle essentiel joué par la passivité dans la dernière théorie du jugement de Husserl. Il ne s’agit pas simplement d’affirmer que les structures d’ordre supérieur peuvent être « remplies » ou « traduites » par des instances particulières issues soit de la perception soit d’un « langage-objet » d’ordre inférieur. Il s’agit plutôt de montrer que la solidité ou, pour ainsi dire, la densité cognitive des expressions logiques elles-mêmes, puise son origine dans la forme phénoménologique de l’objectivité du jugement en tant que « sens établi ». En d’autres termes, pour Husserl, la notion de « forme » n’indique pas simplement un thème structurel qui s’inspire de la manière dont il est traité dans les sciences formelles – et donc limité par celle-ci. Il s’agit plutôt d’un problème d’ordre génético-phénoménologique, portant sur l’origine de la densité cognitive des objectivités catégorielles (kategoriale Gegenständlichkeiten) ou des objectivités de l’entendement (Verstandesgegenständlichkeiten) en général.

20En tant qu’unité assurée, établie grâce à un acte originel du jugement, « ce qui est jugé » émerge comme une objectivité qui peut à son tour être jugée, conduisant à des re-thématisations ultérieures dans le cadre d’une pré-donation qui est maintenant, à proprement parler, sujet ou matière (Sache) pour une pensée explicite. Le fait que la voix de mon amie soit rauque peut, par exemple, devenir la base de spéculations quant à ses causes (a-t-elle trop parlé ?, a-t-elle froid ?), ou bien me renvoyer au fait que je sois attiré de façon obsessionnelle par les femmes à la voix rauque, etc.

  • 12 Cf. Edmund Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie, tr. fr. par P. Ricœur, Paris, Gallim (...)

21Cette initiative constante de pensée visant à réaliser les possibilités objectivantes latentes dans les accomplissements des initiatives de pensée [initiatives of thoughts]précédentes, peut aussi s’orienter dans une direction très différente. L’une des plus importantes est la généralisation, comprise comme la poursuite thématique des généralités, dans laquelle la pensée se tourne vers ce qui est partagé dans la donation d’une multiplicité de donnés dans le but de l’isoler12. Ainsi, par exemple, « dans » le mode de donation de la voix de mon amie, nous pouvons emprunter le chemin vers la thématisation du mode de donation qui est propre à une voix en général (ou d’un son en général, d’une chose spatio-temporelle en général, etc.). L’émergence de généralité peut rester liée à ce qui est commun à des particuliers identiques ou semblables ; ou alors, en neutralisant ce qui est particulier à cette voix en tant que telle, la pensée peut envisager l’intuition de la « forme eidétique » du donné comme essence ou espèce. Ainsi la généralisation empirique peut être comprise comme un détournement du regard du particulier, comme un mouvement vers ce qui est commun, tandis que la neutralisation peut être comprise comme un acte qui vide tout contenu, le modifiant pour lui donner la forme de l’exemple strictement « arbitraire » en contraste avec le moment « essentiel » de l’eidos.

22Ce que je tiens à souligner ici est l’argument de Husserl selon lequel un tel détournement, ainsi que la distinction entre l’arbitraire et le nécessaire, ne sont possibles qu’en raison du genre de fixité du contenu qui s’établit grâce à l’activité initiale du jugement. Un mode plus radical de « suppression de contenu » rendu possible par cette fixité est ce que l’on pourrait appeler « formalisation apophantique », un mode qui établit non pas les généralités ou les eidē, mais les formes pures du jugement. De telles formalisations reposent sur le fait que la fixité de contenu accomplie dans le jugement « fixe » à son tour un aspect de l’accomplissement du jugement lui-même. Cela signifie qu’une pensée qui revient sur ses accomplissements peut les appréhender in abstracto à partir de son contenu, ou de « ce qui » découle de l’accomplissement et qui peut être identifié dans une telle réflexion comme le sens du contenu en général. À partir de la bonne orientation, le « comment » du jugé ouvre la voie vers le thème du « comment » de l’acte de juger comme ce qui postule et articule le sens. Ceci représente plus une « suppression » [emptying out] d’un type différent qu’une généralisation ou idéation qui vide [empty] les spécificités en faveur des universalités. La formalisation vide le contenu ou « ce qui » est jugé en général en faveur des formes vides du « jugement » qui constituent l’objet d’une analytique apophantique pure.

  • 13 LFT, op. cit., §§ 6-11. C’est le cas quand la logique parvient à échapper à ses tendances « prati (...)

23Et pourtant nous sommes ici en présence d’une ambiguïté. Le « jugement » dont il est question ici est une unité de sens donnée, fixée, une unité produite par l’acte de juger sur quelque chose qui est jugé. Mais dans sa formalisation, cette unité est-elle l’unité de sens pensée par l’acte de pensée ou s’agit-il de l’unité de la pensée du sens lui-même ? La notion même de forme apophantique semblerait favoriser la deuxième hypothèse, mais elle n’exclut pas pour autant la première. D’ailleurs, ainsi que Husserl l’affirme dans LFT, dans son développement historique, la logique finit par privilégier la « tendance objective » : l’apophantique est au fond plus concernée par cet espace dans lequel la pensée opère (et donc par l’objectivité du sens qu’elle pense) que par l’essence subjective de la pensée elle-même13.

  • 14 LFT,op. cit. §§ 23-27; cf. Ideen I, op. cit. §§ 10-13.

24Et d’une certaine manière Husserl considère cette ambiguïté comme nécessaire, car l’apophantique formelle va génétiquement de pair avec la possibilité d’une formalisation susceptible de prendre un tout autre chemin par rapport à ceux empruntés par l’analytique apophantique ou la généralisation. Plutôt que de supprimer tout contenu en faveur des formes apophantiques (ou catégories de signification), la formalisation peut rester sous l’emprise de la pure objectivité, et supprimer toute essence matérielle, quelle qu’elle soit, pour aboutir à la pure forme-objet, au « quelque chose en général » (Etwas überhaupt). Une telle forme-objet n’est pas comparable à la « forme » d’un genre ou d’une essence régionale puisqu’elle est obtenue par un processus où toute essence, toute catégorialité comme telle, est rendue neutre, un processus qui amène seulement à concevoir (d’une manière vide) un objet « relié » à une détermination essentielle en général. Cette « chose vide » est à l’origine d’une conception tout à fait particulière de l’objectivité de l’objet de la pure mathesis, que Husserl appelle « ontologie formelle » : une ontologie articulée à une dimension de l’unité de sens qui n’est définie par aucun sens déterminé, et qui se distingue de toute relation structurelle « propres » aux essences14.

25Je soutiendrai que, pour Husserl, cette double possibilité de formalisation –apophantique ou ontologique – est fondée sur le caractère rétrospectif de la catégorialité elle-même, et c’est justement ce fait qui est à l’origine de la nature ambiguë de la signification formalisée (ce qui est très important pour la ligne de réflexion dans LFT). Historiquement, il s’agit d’une ambiguïté qui ne fait que s’accentuer avec la maturation de ces disciplines qui reconnaissent, bien que de façon désordonnée, les possibilités respectives de l’ontologie formelle et de l’apophantique formelle. Car le caractère omni-compréhensif de l’objectivité formelle, dans le sens le plus large de la mathesis formelle, ne met pas l’ontologie formelle à l’abri de toute ambiguïté. Bien que purifiées par la rigueur d’un calcul formalisé, au bout du compte, les « catégories » ontologiques (objets, états-de-choses, catégories, relations, etc.) s’expriment uniquement « dans » les jugements. Elles dépendent, en tant que thèmes intentionnels, du type de fixité du sens qui s’accomplit à l’aide des seuls jugements – ce qui, à son tour, ne semble être gouverné que par ces régularités qui sont capturées par l’apophantique formelle, en sorte que ce que l’on avait cru transcender semble se ré-affirmer à un niveau plus fondamental. Mais cela n’interdit nullement que les formes apophantiques puissent à leur tour être rattachées au domaine de l’analytique ontologico-formelle (ainsi que le simple cas de l’algèbre booléenne le suggère, bien que cela soit d’une manière plutôt implicite). D’où l’ambiguïté en question prise dans sa forme avancée : l’ontologie formelle est-elle dépendante de l’apophantique formelle, en ce qu’elle peut seulement être une unité de sens, ou bien l’apophantique est-elle simplement une sous-division de l’ontologie formelle ? La « fixité » des significations catégoriales n’est-elle rien de plus que celle des régularités structurelles des dérivations du « quelque chose en général » ?

  • 15 LFT,op. cit. § 52.

26Husserl propose une première « clarification phénoménologique » de cette ambiguïté à la fin de la première partie de LFT, clarification qui joue un rôle tout à fait intéressant si l’on songe à tracer le chemin qui mène de la logique formelle à la logique transcendantale. En un sens, cette « clarification » ne fait pas grand-chose : elle se limite à établir qu’il est possible de résister à la tentation qu’un mathématicien pourrait avoir d’affirmer que, d’un point de vue mathématique, il n’y aurait aucune différencesignificative entre l’apophantique formelle et l’ontologie formelle (et que l’indépassable enracinement des théories logiques dans les expressions ne produit aucune ambiguïté véritablement mathématique que l’on ne pourrait pas lever à l’aide d’une simple clarification des procédures). Husserl cherche ici simplement à accorder à l’apophantique formelle une indépendance limitée et relative : elle est issue d’un intérêt critique fondamental, logé au cœur même de la logique et impossible à capturer avec les seuls concepts mathématiques, mais cela n’implique d’aucune manière une remise en cause de la primauté de la forme mathématique. Dans le meilleur des cas l’apophantique peut revendiquer le droit philosophique à être plus qu’une simple sous-discipline de l’ontologie formelle, mais elle n’a certainement pas l’ambition de remettre en cause l’idée selon laquelle la logique mathématique moderne a finalement réalisé le projet d’une logique en tant que discipline purement théorique. Elle se limite donc à reconnaître l’intérêt de poursuivre une idée de la logique en tant que théorie des « lois de la pensée ». Au bout du compte, on peut laisser le mathématicien confortablement installé dans le sentiment que tout ce verbiage à propos de « jugements » et « critiques » est, au fond, mathématiquement sans intérêt15.

27La première clarification phénoménologique de l’ambiguïté de la logique (en tant qu’apophantique formelle et ontologie formelle) finit par mener à l’impasse. L’apophantique n’est pas complètement absorbée dans l’ontologie formelle, mais son domaine n’est pas non plus réellement garanti comme relevant d’une discipline théorique indépendante. Cette impasse permet néanmoins de réfléchir à nouveaux frais à une autre question, une question qui porte moins sur l’objectivité logique que sur la vérité logique. Car l’intérêt critique que nous avons vu être à la source de l’ambiguïté propre à la clarification phénoménologique indiquait un autre type d’intérêt : l’intérêt pour la vérité. C’est ce dernier qui justifie le retournement vers la question de l’expression et de la structure, à l’origine aussi bien de l’apophantique formelle que de l’ontologie formelle. Qui plus est, la redécouverte de la question de la vérité à la lumière de cette impasse toute particulière va à son tour amener à la redécouverte de la question de la subjectivité.

28Husserl commence d’abord par affirmer, dans le § 60 de la deuxième partie de LFT, que l’évidence est un corrélat de l’intentionnalité comme telle, et qu’elle peut par conséquent être considérée comme une fonction universelle propre à toute expérience intentionnelle vécue. La notion à l’œuvre ici s’appuie toujours sur la caractéristique phénoménologique de la fixité du jugement, vue maintenant sous un angle différent. J’ai insisté plus haut sur le fait que la formalisation, qu’elle soit apophantique ou ontologique, prend comme point de départ le donné tel qu’il est rendu manifeste lorsqu’on assure le sens au sein de la modification du jugement. Mais « évidence » veut dire quelque chose de plus : d’une part celle-ci est au plus près de la manifestation assurée au sein de la catégorialité, mais, d’autre part, elle ne peut être réduite aux formations catégorielles en tant que telles. Le point de départ d’une réflexion sur la vérité ne peut être le même que celui qui mène à la formalisation, bien que le second puisse en effet servir de fil conducteur. Pourquoi cela ? Parce que la synthèse qui ouvre l’horizon d’une réflexion formalisante est cette même synthèse qui ouvre l’horizon d’une réflexion sur la vérité.

29Une autre manière de souligner cela est d’insister sur une différence importante, ainsi que sur un certain parallélisme, entre les formes de la pensée et les conditions de la clarté intuitive [insight]. Que toute vie intentionnelle soit le corrélat de l’évidence [evidence]signifie ceci : toute formation de pensée, quel que soit son niveau, implique des conditions qui doivent être remplies afin qu’elle puisse devenir l’intuition claire et vivante [livinginsights] de « quelque chose qui est », au sens d’un individu concret donné. Dans la clarté intuitive le donné est placé – conformément à une modalité spécifique – au sein du cadre de ce qui est fixé et rendu manifeste par la catégorialité ; mais il s’agit également de quelque chose « de plus » que la simple unité intentionnelle de son sens objectif. Le thème de l’évidence, ou de la donation évidente, constitue ainsi un élargissement important du thème du caractère rétrospectif de la catégorialité : tout comme ce dernier avait son origine dans le retour à l’émergence du donné, afin d’en fixer le sens comme thème, il n’en va pas autrement de l’évidence qui, à son tour, constitue un retour sur cette émergence, dans le but de fixer cette fois-ci le sens de sa vérité à titre d’individu rencontré.

  • 16 Ibid., § 64.

30Cela permet également d’ouvrir un nouvel horizon pour l’ontologie, un horizon qui prend comme point de départ les universalités thématiques des ontologies formelles et régionales, afin de se livrer à une étude des modalités corrélatives de l’évidence qui leur appartiennent universellement16. Pour Husserl une telle investigation est nécessairement « subjective », bien que, initialement, ce le soit uniquement dans le sens où elle ne peut pas suivre la direction des formes de l’objectivité. Une telle investigation doit plutôt poser la question fondamentale de l’origine de l’évidence dans une expérience qui se déploie, pas simplement conformément à son articulation propre, mais aussi selon les termes d’un monde donné.

31L’introduction des thèmes de l’évidence et du monde, dans la deuxième partie de LFT, est donc cruciale pour établir le chemin qui mène de la logique formelle à la logique transcendantale et leur développement complet appelle à un examen de cet ensemble supplémentaire de considérations auquel j’ai déjà fait allusion sous le titre de la logique de la passivité. Au fond, la logique transcendantale est pour Husserl une « logique du monde » élaborée à partir d’une explication phénoménologique à la fois de la passivité de la logique et de la logique de la passivité. Je ne pourrai me consacrer ici qu’à quelques remarques au sujet d’un certain nombre de conséquences étonnantes de l’introduction du concept de logique transcendantale dans LFT du point de vue de la passivité de la logique, et notamment dans le cadre d’une réflexion sur les structures syntaxiques et sémantiques.

Le problème de l’opposition syntaxe/sémantique

  • 17 Ibid., p.100.

32Ces réflexions amènent Husserl à adopter une position dans une certaine mesure conservatrice et même réactionnaire vis-à-vis de ce qui peut être considéré comme une description de la légitimité eidétique des structures de sens formelles ou d’ordre supérieur, et par extension, de la validité formelle. C’est justement ce fait que je voudrais analyser ici. Prenons par exemple le passage suivant extrait de LFT, § 34, dans lequel Husserl semble s’en prendre à une approche purement syntaxique de la définition de l’anneau commutatif : « Dans la définition d’une multiplicité nous n’avons pas seulement à définir au moyen de signes et de calculs comme par exemple en disant : “II sera permis de manier les signes auxquels on a affaire de telle sorte que toujours pour le signe a + b puisse être posé b + a ; mais au contraire on doit dire : il existera pour les objets de la multiplicité (pensés tout d’abord uniquement comme un quelque chose vide, comme des “objets de pensée”) une certaine forme de liaison qui obéit à la loi ayant pour forme : a + b = b + a, égalité ayant ici justement le même sens que l’égalité telle qu’on la rencontre parmi les formes logiques catégoriales. Quelles sont les catégories logiques qui doivent être introduites par le moyen de la définition, c’est affaire de définition arbitraire bien qu’en liaison avec l’exigence de non-contradiction ; mais ces catégories logiques doivent en tout cas être pensées et désignées comme catégories totalement déterminées17 ».

  • 18 Ou même quelque chose de plus fort, si on prend en considération le § 11 des Ideen I : ici il ne (...)
  • 19 Cf. André de Muralt, L’Idée de phénoménologie. L’exemplarisme husserlien, Paris, PUF, 1958, §§ 33 (...)

33Ce passage, et bien d’autres issus de LFT, pourraient laisser croire que Husserl préfère plutôt une approche de la compréhension des principes fondamentaux qui règlent la production des structures mathématiques de type purement sémantique et, par conséquent, qu’il est plus proche de la théorie des modèles (et de ses méthodes pour capturer la validité)18. Mais sa position s’avère être, à mon sens, bien plus subtile. On peut s’en rendre compte par une courte analyse des §§ 71-73 de LFT19, consacrés à ce que Husserl appelle « les présupposés idéalisants » de la logique formelle. L’analyse de ces paragraphes nous mènera en outre à voir sous un angle différent le rôle du caractère rétrospectif de la catégorialité : sous l’angle du potentiel propre à la logique formelle de servir de « fil conducteur » conduisant à la logique transcendantale.

34La discussion husserlienne sur l’évidence des objectivités logiques dans ces paragraphes suit la division de la logique en trois niveaux. Le premier est celui d’une doctrine des formes ou grammaire pure logique ; le deuxième celui d’une logique de la conséquence, c’est-à-dire l’étude de la validité au sein de la logique déductive ; le troisième ce que Husserl appelle une « logique de la vérité » complète, qui aboutit à la réalisation d’une théorie de la science véritable ou Wissenschaftslehre. Le premier présupposé de la logique formelle traité par Husserl est celui de l’identité idéale des formations logiques, qui est à l’œuvre au niveau de l’analytique pure (ou théorie de la validité formelle), et forme la base du type d’« évidence » qui est caractéristique de l’analytique : l’évidence de la distinction comme telle, en tant qu’opposée à la clarté, cette dernière n’étant à l’œuvre qu’au niveau propre à la logique de la vérité. Un autre présupposé de l’analytique formelle est que tout jugement, une fois formé, peut être amené à l’évidence de la distinction ; Husserl comprend cela comme un présupposé subjectivement orienté, sous-jacent au principe de non contradiction et du tiers exclu.

35Mais ce qui est sans doute le plus frappant dans ces paragraphes est l’idée selon laquelle le premier niveau, celui de la grammaire pure logique, est en effet indifférent à l’évidence en général. Par conséquent, la grammaire logique peut être vue comme l’un des extrêmes du spectre du sens constitué ou « objectivité » : elle est ce pôle d’objectivation dans lequel rien n’est encore établi, manifeste, unifié – rien hormis l’unité fondamentale de ce qui est intentionnellement cohérent, dans le sens le plus général. A l’autre extrême on trouve la vérité comme évidence à soi pleinement réalisée : cette rencontre du donné individuel qui le retraverse et fixe en son sein les accomplissements de la pensée émergente, et qui a son télos dans une intuition claire ; cette possibilité de la pensée d’aboutir à une auto-donation d’un objet, pleinement présente au sein de l’objectivité de la pensée, accomplie ou établie en tant qu’expérience vécue. Au milieu se trouve l’analytique formelle proprement dite, où l’unité est plus que la simple unité du sens, impliquant ainsi des structures de compatibilité et de compossibilité, traçant le potentiel pour l’émergence de la vérité, et pourtant encore indifférente à son émergence véritable. Cela nous permet de préciser ultérieurement en quel sens la logique formelle peut servir comme point de départ à la problématique transcendantale : dans l’apophantique formelle et, par extension, dans l’ontologie formelle, la donation montre plus que la « simple » unité de sens capturée par la grammaire formelle, mais elle est aussi moins que la force « vraie » de l’évidence ou de l’intuition claire.

36Je voudrais suggérer que l’apparente résistance de Husserl vis-à-vis d’une approche purement syntaxique des structures théorético-formelles dépend de tout cela. Si les définitions, comprises d’une manière syntaxique ou opératoire, ne sont que des constructions purement « grammaticales », alors on passe à côté de ce qui est propre au sens du « formel » à l’œuvre dans la logique mathématique. Car il ne suffit pas de comprendre les « formes » produites par celle-ci comme de simples formations issues d’un ensemble de règles qui gouvernent la génération de suites de « sens », soient-ils symboliques ou d’autre genre. D’un autre côté, même si l’analyse prend comme point de départ la « distinction », et que celle-ci ne se limite pas à ce qui peut être exprimé en termes d’ensemble de suites de symboles gouvernées par des règles, cela ne signifie pas pour autant qu’elle commence avec une espèce d’objet-telos qui serait d’une manière ou d’une autre indissociable du jugement. L’analyse ne commence pas avec l’évidence ou la vérité au sens propre, mais avec une drôle d’objectivation de l’évidence propre à la manifestation de l’objet, et traitée comme un objet proprement logique. Il s’agit, pour ainsi dire, de la manifestation de l’objet sans l’objet, et, en un sens, sans même que sa manifestation soit une réalisation véritable de l’évidence objective elle-même. L’analyse intentionnelle de l’analytique pure porte ainsi sur une espèce d’« évidence d’évidence », ou peut-être, sur ce qu’on pourrait appeler une « validité de validité » : cette validité tout à fait particulière dans laquelle la validité est elle-même validée à titre d’unité distinctive de sens. En outre, cette place bizarrement ambiguë qui est celle de la validité dans l’analytique formelle implique que l’évidence de la distinction – en dépit du fait qu’elle soit inférieure àcellede l’évidence – ne peut pas être entièrement distincte de l’évidence en tant que telle. Elle doit plutôt être reconnue comme quelque chose qui lui appartient d’une manière essentielle : la distinction nous dit quelque chose d’essentiel au sujet de la clarté, tout comme la grammaire nous dit quelque chose d’essentiel à propos de la distinction.

  • 20 Ce qui, ironiquement, le rend peut être plus proche de Frege qu’on ne peut l’imaginer, y compris (...)

37Il en résulte, je crois, que la position de Husserl au sein du débat sur la logique et les mathématiques ne le conduit exclusivement ni vers une approche de théorie de la preuve [proof-theoretic], ni vers une sémantique formelle. Cela est dû en partie au fait que, pour Husserl, le problème de la logique n’ait jamais été centré sur la création et la justification des calculs logiques, mais soit toujours resté celui de la clarification des concepts logiques fondamentaux20. Selon cette perspective, la validité ou même à un niveau plus basique, la définition au mieux ne peuvent être « capturées » que partiellement par une approche opératoire, mais il n’en va pas autrement pour les approches sémantiques : l’une et l’autre risquent de limiter la portée de la logique en refusant d’admettre une continuité avec l’« extra-logique » donnée par une robuste et solide « description » de l’objectivité. Husserl s’écarte ainsi aussi bien des systèmes issus de la théorie de la preuve que de ceux issus de la théorie des modèles ; son but est d’étendre la portée de ce qui est « logique » en essayant de clarifier les limites du thème de l’objectivité.

38Cette idée de l’extension du thème de l’objectivité nous amène à une question qui touche directement à notre problème initial du fil conducteur menant à la logique transcendantale : que nous apprend la distinction – envisagée comme une certaine modalité de l’évidence proprement logique – au sujet de l’évidence en tant que telle ?

39Tout d’abord, nous devons comprendre ce que la distinction nous cache. Dans l’analytique pure, le rôle de la forme du jugement est fixé indépendamment de la fonction qu’il joue au sein de l’unité intentionnelle dont il n’est qu’un « moment » – et en ce sens il s’agit d’une espèce de réduction. L’analytique réduit l’évidence et la vérité à la sphère de la pure catégorialité. Pourtant cette réduction n’est pas une séparation : le mouvement de l’unité fonctionnelle originelle est toujours là (en tant que mouvement intentionnel dirigé vers « ce qui est signifié » en tant que donné), bien qu’implicite et non thématique. En un sens, l’analytique pure suit les mouvances de la vérité sans s’y engager, elle suit le mouvement téléologique de celle-ci sans le réaliser, en laissant l’évidence en suspens, dans un halo de forme analytique.

  • 21 LFT,op. cit. §§ 79-80.

40Husserl considère cela comme le « présupposé » de la logique, selon lequel tous les jugements peuvent être « amenés à l’adéquation » (autrement dit : ils sont décidables). Au niveau formel, là où l’évidence est laissée en suspens dans sa propre objectivité formelle, ce présupposé prend la forme de ce que Husserl appelle « une croyance catégorielle21 » : la trace, au sein de la catégorialité pure, suspendue, de l’enracinement de toute pensée authentique dans la vérité. En ce sens, l’analytique pure nous montre sous une forme, disons, schématique sa propre réalisation en tant qu’unité d’une vérité donnée – et donc en tant que forme possible qu’un jugement est susceptible de prendre au fil d’une expérience où la chose est « visée de telle manière » parce qu’elle est manifeste, donnée. Mais le sens de ce qu’elle nous montre ainsi, ou de ce que le schéma révèle effectivement, dépend en dernier ressort de la compréhension du rôle de la croyance catégorielle. Et cela est à son tour ancré dans une compréhension encore plus profonde du thème de l’évidence, non en tant que schéma mais en tant qu’évidence intuitivement vécue. Si une telle compréhension fait défaut, la signification du schéma n’est pas meilleure que celle d’une structure grammaticale, et le fait de limiter l’analyse au cadre de l’analytique revient à passer à côté du statut particulier de l’analytique formelle, qui se situe entre la pure grammaire logique et la Wissenschaftslehre pleinement accomplie.

41Husserl explique cela en opposant, dans les pages de LFT, ce qu’il considère comme une formulation orientée subjectivement du principe de non-contradiction (« tout jugement peut être amené à l’évidence : que ce soit dans une adéquation positive ou négative ») à sa contrepartie logico-analytique (« tout jugement est soit vrai soit faux »). Il affirme ainsi que la formulation orientée subjectivement dit plus que la formulation logico-analytique : elle dit plus dans la mesure où elle situe implicitement l’être vrai des jugements dans le déploiement d’une expérience-du-monde grâce à laquelle ce qui est jugé se trouve dans une relation directe avec ce qui juge. L’analytique pure prend du recul par rapport à la logique de cet horizon élargi, sans pour autant rompre véritablement avec celle-ci. Au fond, elle « est » cette logique, en tant que réalisation des horizons latents de l’articulation abstraite qui appartient à l’expérience du monde elle-même. Dès lors, ce que l’évidence analytique nous montre au sujet de l’évidence au sens propre est plutôt son essence pluri-dimensionnelle, c’est-à-dire sa capacité à produire de son propre chef, dans la pensée, un espace approprié pour une véritable rationalité s’auto-articulant [self-articulating rationality].

42Il en découle que la méfiance affichée par Husserl à l’égard de définitions purement opératoires ou de distinctions tranchées entre structures syntaxiques et sémantiques, n’est pas à confondre avec un rejet en bloc de la distinction en elle-même. Bien au contraire, de telles objections, une fois comprises dans le cadre général des réflexions logiques de Husserl, nous conduisent à l’argument suivant : le chemin qui nous mène à la distinction entre sémantique et syntaxique ne saurait clarifier, en aucun sens fondamental, l’essence de la pensée formelle en tant que telle. Autrement dit, ce dont il est question ici est moins le pouvoir relatif de la sémantique ou de la syntaxe en tant qu’instruments pour des procédures formelles que le problème de l’horizon de sens propre dans lequel situer une réflexion sur les principes logiques. L’approche purement syntaxique risque de réduire cet horizon aux limites d’un « jeu », l’approche sémantique de le réduire aux contraintes d’attribution de fonctions de signification aux symboles, alors qu’une logique formelle envisagée sans distinction tranchée entre les deux, laisse au moins ouverte la possibilité d’être considérée au sein de l’horizon élargi de ce qui est signifié par le terme de « monde ».

43Ceci nous ramène au thème du monde, auquel est notamment consacré le second ensemble d’analyses auquel je faisais allusion un peu plus tôt en utilisant l’expression de « logique de la passivité ». Je voudrais soutenir que la logique transcendantale est en réalité une logique de la passivité, mais au sens précis d’une logique-du-monde. Toutefois avant de conclure, je voudrais rappeler que, lorsque Husserl insiste sur l’importance d’une dimension subjective de principes fondamentaux de l’analytique pure (tel le principe de non-contradiction), cela ne menace aucunement l’indépendance relative de l’analytique formelle. Strictement parlant, au niveau de la distinction, nous pouvons considérer la vérité et la fausseté tout simplement comme un schéma binaire, indifférent aux processus réels ou à l’unité de l’expérience par laquelle il serait nécessairement porté à l’« évidence ». La validité et la définition peuvent être traitées comme des sujets essentiellement unilatéraux, étrangers à toute question relative au « jugement » en tant que tel, si bien que toute référence à ce dernier peut disparaître de notre symbolisme (preuve en est la disparition de la barre du jugement de Frege dans la logique moderne quantifiée). La vérité est réduite à ce qui doit être le cas pour que la proposition soit vraie, alors qu’au sens strict, le jugement lui-même n’est ni « vrai » ni « faux » (comme si la vérité pouvait être une caractéristique ou une qualité du jugement en tant que tel). Mais il est tout aussi vrai qu’une telle orientation finit par mener à un paradoxe assez particulier, qui pour Husserl est à la base de l’analytique formelle et qui nous montre également comment la logique formelle peut être un « fil conducteur » pour la réflexion transcendantale : les jugements réduits à de purs complexes formels de sens, manifestés dans l’évidence de la distinction, ne sont ni vrais ni faux par eux-mêmes ; il appartient néanmoins à leur sens en tant que formes logiques d’être vrais ou faux, car la vérité et la fausseté relèvent de ce que Husserl appelle dans ces paragraphes de LFT leur « être en soi » (Ansichsein).

  • 22 Bien que, comme plusieurs commentateurs l’ont fait remarquer (Longuenesse, Wolff), la philosophie (...)

44Cela nous permet à nouveau de mettre en relief un important parallèle avec le chemin kantien menant de la logique formelle à la logique transcendantale. La transition de l’analytique formelle à une logique de la vérité ou Wissenschaftslehre peut être comprise comme une extension fonctionnelle (pour reprendre une phrase d’André de Muralt) qui opère contre le caractère intrinsèquement réducteur de l’analytique formelle. Il en va de même chez Kant, où la possibilité que la logique générale fournisse un fil conducteur pour la logique transcendantale permettait l’ouverture d’une perspective fonctionnelle sur les formes de jugements. Pourtant chez Husserl, le tournant vers des considérations fonctionnelles est provoqué par une ambiguïté philosophique située au cœur du sens de la logique elle-même, ce qui n’était pas le cas chez Kant22. D’un point de vue philosophique, la vérité logique authentique n’a de sens pour Husserl que si la dimension transcendantale du logique qu’elle exprime (c’est-à-dire la logique ou les eidē qui gouvernent a priori les accomplissements intentionnels implicites dans les sédimentations des concepts et des principes logiques) est comprise d’une manière adéquate. Dans les limites de l’analytique formelle, les jugements sont des unités fonctionnelles de sens, étudiées par rapport à leurs « formes » ; en tant que purifiés de tout contenu, ils sont des intentionnalités « adéquates » à une dimension formelle qui est celle de leur « logique » propre – et c’est en ce sens que nous pouvons parler de « validité formelle », et même d’évidence de l’objectivité logique. Pourtant ces unités fonctionnelles expriment encore d’une manière implicite ce qui, afin que la formalisation soit possible, a été vidé et supprimé, mais qui à son tour peut être rétrospectivement considéré comme la source ou l’origine du sens même du « logique ».

45La question de l’origine de la vérité et de la validité, telle qu’elle apparaît dans une réflexion sur la logique, ne consiste pas seulement à remettre les contenus à leur « place ». Il s’agit plutôt de reconnaître le fonctionnement implicite d’un a priori subjectif en tant que complément nécessaire à l’a priori « objectif » exprimé par l’analytique formelle. Tout cela se résume au fond à une question de « forme » : comment peut-on conduire la réflexion jusqu’à ces intentionnalités profondes que les principes fonctionnels de l’analytique formelle “présupposent” ? L’idée est donc d’étendre la perspective sur la vérité en étendant les considérations fonctionnelles au-delà des limites de l’analytique formelle (qui inclut la vérité comme conséquence, la compatibilité logique, l’implication et la validité) jusqu’à atteindre le niveau d’une véritable thématique transcendantale, qui se compose des principes a priori de la constitution subjective des jugements en tant que jugements-en-adéquation, ou en tant que mouvement de la vérité dans la constitution de la donation du donné.

46Mais cette extension fonctionnelle de l’évidence analytique à l’évidence de l’expérience vécue requiert plus que le fil conducteur offert par la passivité de la logique. Ceci était aussi vrai pour Kant : si l’on veut enfin développer la logique transcendantale en tant que telle, le fil conducteur offert par la table des catégories nécessite un complément important. Il a besoin notamment d’une théorie de l’imagination productive et du temps (qui dans La Critique de la raison pure forment l’assise réelle de l’analytique transcendantale). Il n’en va pas autrement chez Husserl, où les indices qui mènent à la question de la subjectivité ne situent pas cette subjectivité à l’intérieur de leur horizon propre de recherche. Cela ne peut être attaint que par la possibilité, non d’une analyse phénoménologique de la passivité de la logique, mais d’une logique de la passivité. Mais ceci sera l’objet d’un prochain travail.

Haut de page

Notes

1 Edmund Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, tr. fr. par S. Bachelard, Paris, PUF, 1965 (dorénavant LFT); Expérience et jugement, tr. fr. par D. Souche-Dagues, Paris, PUF, 1970 (dorénavant EJ ).

2 Sur l’histoire de l’appropriation de Kant par Husserl, notamment par le biais de Natorp, cf. Iso Kern, Husserl und Kant, Den Haag, Nijhoff, 1964. Un trait important de l’évolution de Husserl à cet égard est représenté par une confrontation intensive avec le Néo-Kantisme, à l’image par exemple de textes importants tels que Natur und Geist de 1925. Nous ignorerons, pour plus de clarté, les relations complexes entre Husserl, Kant et le Néo-Kantisme, afin de nous concentrer sur la question de la logique.

3 Immanuel Kant, Critique de la raison pure, tr. fr. par A. Tremesaygues et B. Pacaud, Paris, PUF, 1993.

4 Cf. A79/B104-105. Cf. également Michael Wolff, Die Vollständingkeit der kantischen Urteilstafel. Mit einem Essay über Freges Begriffsschrift, Klostermann, Frankfurt am Main, 1995, qui fait une distinction intéressante entre fonction et forme afin d’aider à la compréhension de l’argument de Kant. Sur la notion de fonction logique chez Kant en général, voir en particulier Béatrice Longuenesse,Kant et le pouvoir de juger: sensibilité et discursivité dans l’Analytique transcendantale de la Critique de la raison pure, Paris, PUF, 1993, ainsi que la deuxième partie de Henry Allison, Kant’s Transcendental Idealism. An Interpretation and Defense, Yale, Yale University Press, 2004.

5 Cf. en particulier la section d’ouverture de la Logique de Jäsche, in Kants Gesammelte Schriften. Akademieausgabe, Bd. IX. Berlin, De Gruyter, 1923.

6 Edmund Husserl, Recherches logiques, t. III, Recherches sur la phénoménologie et la théorie de la connaissance, tr. fr. par H. Elie, A. Kelkel et R. Schérer, Paris, PUF, 1963, §§ 40-52.

7 Cf. LFT, op. cit. §§ 27, p. 82-91. Je m’appuierai notamment sur le traitement de la constitution du jugement prédicatif esquissé dans EU, op. cit. §§ 24, p. 47-57.

8 Et ce rôle est particulièrement significatif dans la révision de la 6eRecherche logique, qui représente une importante préhistoire aux écrits logiques des années 1920 et 1930. Cf. en particulier le texte n° 3 (été 1913) dans Edmund Husserl, Husserliana XX/1. Logische Untersuchungen. Ergänzungsband. Erster Teil, Hrsg. v. Ulrich Melle, Dordercht, Kluwer, 2002.

9 Cf. LFT,op. cit. §§ 3-4.

10 Les états-de-choses (Sachverhalte) ont, cependant, un analogue passif dans ce que Husserl appelle « conditions » de choses, ou Sachlagen, c’est-à-dire les accomplissements de la manifestation qui doivent être présents pour que l’activité de juger puisse établir une base à partir de laquelle constituer la pensée d’un « état-de-choses ». Cf. EU,op. cit. § 59.

11 EU, op. cit. § 47.

12 Cf. Edmund Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie, tr. fr. par P. Ricœur, Paris, Gallimard, 1950 (dorénavant Ideen I), § 13 ; cf. également ment la troisième section de EU.

13 LFT, op. cit., §§ 6-11. C’est le cas quand la logique parvient à échapper à ses tendances « pratiques ». Pour Husserl, la logique a été trop fortement associée à la subjectivité pour qu’elle puisse correctement articuler ses contenus théoriques ; de même, les mathématiques étaient trop proches de l’objectivité pour qu’elles puissent découvrir leurs propres fondements subjectifs. La logique mathématique parvient finalement à une logique comme pure discipline théorique mais en tant qu’achèvement de l’idée de la logique, elle constitue également le point d’une analyse phénoménologique des origines de la pensée mathématique dans la subjectivité.

14 LFT,op. cit. §§ 23-27; cf. Ideen I, op. cit. §§ 10-13.

15 LFT,op. cit. § 52.

16 Ibid., § 64.

17 Ibid., p.100.

18 Ou même quelque chose de plus fort, si on prend en considération le § 11 des Ideen I : ici il ne s’agit aucunement d’une simple question portant sur la sémantique d’une proposition ou d’une expression données. Il s’agit plutôt de la « relatabilité » même des objectivités comme telles, présentées dans un mode apparemment « ontologique ». Il semble que Husserl ne prend ici les expressions logiques ni comme étant simplement soumises à des règles d’introduction et d’élimination, en raison de la présence de certaines constantes et opérateurs logiques (comme dans la théorie de la preuve) ni comme un complexe sémantique susceptible d’être analysé à partir des modèles de sa satisfabilité.

19 Cf. André de Muralt, L’Idée de phénoménologie. L’exemplarisme husserlien, Paris, PUF, 1958, §§ 33-37 ; Suzanne Bachelard, La logique de Husserl, Paris, PUF, 1950, deuxième partie ; ainsi que Dieter Lohmar, Edmund Husserls Formale und Transzendentale Logik, Darmstadt, Wissenschalftiche Buchgesellschaft, 2000, p. 133-150.

20 Ce qui, ironiquement, le rend peut être plus proche de Frege qu’on ne peut l’imaginer, y compris le Frege du Begriffsschrift. Cf. le travail très éclairant de Danielle Macbeth, Frege’s Logic, Harvard, Harvard’s University Press, 2005.

21 LFT,op. cit. §§ 79-80.

22 Bien que, comme plusieurs commentateurs l’ont fait remarquer (Longuenesse, Wolff), la philosophie transcendantale éclaire la logique générale, dans la mesure où elle est une détermination de « ce que c’est que penser » en tant que tel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

James Dodd, « La passivité de la logique », Methodos [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 25 février 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://methodos.revues.org/2140 ; DOI : 10.4000/methodos.2140

Haut de page

Auteur

James Dodd

The New School for Social Research, New York Citydoddj@newschool.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org