Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Husserl : des parcours de lecture

Compte-rendu de : Laurent Joumier, Lire Husserl, Paris, Ellipses, 2007, 149 pages
Aurélien Vilpoux
Référence(s) :

Paris, Ellipses, 2007, 149 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Comment une connaissance objective est-elle possible pour une subjectivité ? Telle pourrait être la question à l’origine de la tentative husserlienne visant à fournir une fondation objective de la connaissance. Telle semble être également la question qui anime, de façon sous-jacente, toute philosophie de la connaissance. La phénoménologie de Husserl a pris tout d’abord la forme d’une Erkenntnistheorie. Autour du sens et de la portée de ce geste, primitif et fondateur, le livre de Laurent Joumier envisage de reconstruire l’ensemble du parcours de Husserl.

2Mettre l’accent sur le rôle de la théorie de la connaissance chez Husserl n’est pas  chose inédite. Néanmoins, ce court volume possède l’indéniable mérite d’avoir abordé cette question sous un angle très original. Sa particularité réside ainsi dans la stratégie heuristique choisie. L’auteur ne se limite pas à présenter les grands moments de la pensée de Husserl. Il fournit également un critère d’intelligibilité, un fil rouge assurant la compréhension d’une perspective que l’on retrouve dans les différentes œuvres du philosophe.

3Comment lire Husserl ? Laurent Joumier, en présentant deux « voies d’accès » à la phénoménologie transcendantale, cherche à fournir une réponse – tâche plutôt ardue lorsqu’on connaît les diverses ruptures et approfondissements théoriques, les tournants philosophiques et les écarts entre le « premier » et « le dernier Husserl ». Loin de suivre une présentation historique de Husserl, l’auteur préfère mettre en valeur l’unité des œuvres, la continuité des problématiques, qui n’ont eu de cesse d’être repensées toujours sous un angle nouveau.

  • 1 Laurent Joumier, Lire Husserl, p. 8, Paris, Ellipses, 2007.

« Tabler sur une continuité et une cohérence, sinon de l’ensemble des positions, du moins du projet philosophique husserlien sera en outre un parti pris de lecture en vue d’aider un lecteur novice (…). Une philosophie est une totalité et ne peut être comprise que comme telle1. »

4Pour qu’une telle cohérence puisse apparaître, il est nécessaire d’opter pour l’angle d’attaque qui soit le plus à même d’englober la diversité des thèmes et des problématiques secondaires et dérivées du corpus husserlien. Celui-ci n’est autre que le versant logique et objectif de la phénoménologie. Cette perspective inclut l’ensemble des descriptions phénoménologiques des vécus de conscience, signifiants et remplissants. La théorie husserlienne de la connaissance, examinée sous cet angle, est donc, pour l’auteur de cet ouvrage, l’approche idéale pour une  découverte de Husserl.

5Preuve en est le nombre important de textes consacrés à la philosophie de la connaissance, élaborant un questionnement sur le sens et le rôle de la logique, sur l’articulation entre apophantique et ontologie formelles. Nous pouvons également prendre exemple des études sur la stratification de la logique et sur ses liens avec la mathesis universalis dans Logique formelle et logique transcendantale. Laurent Joumier s’attelle à replacer la phénoménologie au cœur de cette éternelle confrontation propre à la théorie de la connaissance husserlienne : comment une conscience, entendue comme pure subjectivité, peut-elle atteindre l’idéalité objective d’une signification, d’une loi, d’un théorème ?

6Nous trouvons dès lors deux approches distinctes et complémentaires, les « deux voies » précédemment évoquées. La première suit le cheminement des œuvres introductives : les Idées directrices pour une phénoménologie, la Krisis. La seconde suit la réflexion husserlienne qui mène de la logique à la phénoménologie. Si la première représente un accès de droit à la phénoménologie transcendantale, la seconde y mène de fait. Celle-ci a pour vertu de donner à chacun les moyens de comprendre la légitimité et la finalité de la méthode phénoménologique, sans omettre les outils conceptuels nécessaires à sa pratique. Celle-là retrace le parcours de Husserl lui-même, qui, en partant d’une étude sur le concept de nombre, parvient à analyser l’idée et le rôle de la logique (au sein d’une théorie scientifique). Cette analyse s’ouvre plus largement sur tout un ensemble de réflexions et de descriptions portant sur nos vécus de conscience et de connaissance. Ces deux vastes parties sont, par leur contenu, à la fois indépendantes et interchangeables.

  • 2 Ibid. p. 7.

« Ce sont les deux parcours que nous allons suivre, dans un ordre qui pourrait être tout à fait inversé2. »

7Par la voie introductive, Laurent Joumier retrace l’ensemble des différents processus méthodologiques mis en œuvre pour arriver à l’exercice de la science. Evidemment, expliciter de telles introductions nécessite d’en montrer les ruptures, les approfondissements, et donc le fond, l’originalité de chacune. Par exemple, le lecteur constatera que si les deux œuvres sus-nommées permettent d’emblée le ciblage de la méthode mise en œuvre pour s’acheminer vers une phénoménologie transcendantale, la motivation philosophique propre à la phénoménologie, qui reste implicite et non-thématisée au sein des Idées, deviendra au contraire explicitement thématisée dans la Krisis. Le lecteur découvrira alors les problèmes inaugurés dans les Idées, lesquels seront prolongés et modifiés dans la Krisis. Force est de constater cependant que l’auteur n’aborde d’aucune manière le sens de cette notion, sujette à tant de mauvaises interprétations et pourtant tout à fait centrale dans l’économie de la phénoménologie : celle de l’eidos. La réduction eidétique, cruciale dans la première partie des Idées, disparaît, et la phénoménologie en tant que doctrine éidétique descriptive de la conscience risque de perdre ses assises méthodologiques, comme sa capacité à fonder des sciences « de nouveau type ». Cela, bien sûr, n’obscurcit en rien la présentation claire et concise des Idées. Cette occultation du problème de l’eidos a, d’une certaine manière, l’avantage d’opérer une valorisation des problématiques objectives et du souci de rationalité propre aux Idées et, plus généralement, propre à la phénoménologie transcendantale en tant que telle. Ce choix reste discutable, mais est assurément légitime au vu de l’ouvrage pris dans sa globalité. L’explication de l’intérêt qu’offre une orientation objective aussi bien dans la description de nos vécus de conscience, que pour la phénoménologie en elle-même est à ce titre un très bon exemple de l’orientation rationnelle de la phénoménologie. Elle montre déjà que l’orientation objective de la recherche est toujours animée par un souci de clarification de l’activité de la connaissance.

  • 3 Ibid. p. 10

8A cette voie Husserl « opposera la voie historique, partant d’un “problème historique universel”(Husserliana XXIX, p.399), voie suivie dans la Krisis3. » Dans un premier temps, l’auteur présente la Krisis dans son opposition aux Idées. La Krisis va replacer la phénoménologie dans son contexte historique et scientifique, tout comme dans son rôle et sa finalité au sein de l’existence humaine, du « monde de la vie ». Laurent Joumier rend compte de l’isolement des Idées et du souci husserlien propre à la Krisis : il s’agit d’ancrer la phénoménologie dans l’existence même et ses dimensions multiples.

9La seconde approche est celle qui de facto a amené Husserl à la phénoménologie : le traitement des problématiques spécifiquement mathématiques et logiques. Elle est ainsi directement inscrite au sein d’une réflexion sur la connaissance. Nous arrivons alors pas à pas à cette science qu’est la phénoménologie. Ce deuxième chemin, intitulé « de la logique à la phénoménologie », suit chronologiquement les principales œuvres publiées du vivant de Husserl. Le lecteur peut retracer la genèse du questionnement philosophique qui a amené un mathématicien tel Husserl à une réflexion sur les conditions subjectives de la connaissance des idéalités logiques. L’auteur montre, de cette manière, qu’il est particulièrement efficace, d’un point de vue pédagogique, de s’attaquer aux recherches propres à la logique et à la philosophie de la connaissance, plutôt que de suivre chronologiquement les diverses allées et venues entre des domaines d’investigation phénoménologiques, présentant certes une grande variété de thèmes et de problématiques, mais dont l’unité peut rester complexe à envisager pour un néophyte.

10Le développement historique de ce chemin logico-phénoménologique s’inaugure à partir de cette analyse du dénombrement et de la nature du concept de nombre effectuée dans La Philosophie de l’arithmétique. Cet ouvrage, souvent négligé, encore aujourd’hui considéré comme pré-phénoménologique, apparaît dans ce contexte jouir d’une plus grande importance. Laurent Joumier met en effet l’accent sur l’enjeu philosophique élargi produit par cette analyse de l’origine des concepts fondamentaux de l’arithmétique :

  • 4 Ibid. p. 58.

« Comprendre le sens authentique des concepts ou des procédés que nous utilisons en mettant au jour les opérations subjectives qui les ont produites, telle est pour Husserl, dès 1891, la tâche principale de la philosophie. Mais cette tâche est toujours une tâche critique4. »

11Le leitmotiv philosophique de Husserl est d’emblée mis en avant et continuellement repris et approfondi, notamment dans la sous-partie sur la logique transcendantale. Il y est étudié de près et mis en relief, en dépit du risque de commettre un psychologisme logique.

12A la suite de cette entrée en matière, les Prolégomènes à la logique pure jouent à leur tour un rôle central. Outre le fait qu’il s’agisse d’une réflexion sur l’idée et le rôle de la logique, donc d’une recherche propre à la théorie de la connaissance, cette dernière ne présente pas de lien évident entre La Philosophie de l’arithmétique et les autres Recherches logiques. Le lecteur ne peut réellement en saisir la portée et l’intérêt qu’une fois parvenu à cette dernière partie, intitulée Logique formelle et logique transcendantale. Cependant, comme le conclut Laurent Joumier en citant Husserl, les Prolégomènes aboutissent à un certain état de « malaise logique ». Ce dernier reste résorbable par une compréhension des vécus de connaissance à l’origine des opérations logiques et de la saisie des idéalités objectives :

  • 5 Ibid. p. 65.

« Un abîme est ainsi ouvert entre nos vécus psychiques et les objets logiques en soi, de sorte que la question du “rapport entre la subjectivité du connaître et l’objectivité de la connaissance”, devenue plus énigmatique que jamais, se reposera5. »

13Telle est la tâche à la charge des Recherches logiques.

14L’auteur se consacre également à une présentation de celles-ci,effectuée en cinq temps, à travers lesquelles se distinguent une série de couples thématiques : la première avec la seconde, la troisième avec la quatrième et la cinquième avec la sixième. D’autre part, décrire le passage d’une recherche à une autre nécessite d’établir la continuité des problématiques, malgré la diversité apparente des thèmes abordés. Telle est, à notre avis, la grande réussite de Laurent Joumier, qui, tout en sachant replacer le contexte historico-philosophique des problématiques traitées, n’oublie jamais d’en préciser le cadre théorique interne aux Recherches logiques, sans oublier les différentes prises de positions de Husserl vis-à-vis de ses propres écrits.

  • 6 Ibid. p. 72

15La totalité du mouvement des Recherches logiques forme donc une téléologie. Celle-ci conduit à la question finale de l’origine phénoménologique des significations logiques dans les vécus de conscience. Il n’est guère surprenant que Laurent Joumier se permette d’affirmer que c’est  autour de la quatrième recherche logique que l’ensemble du travail préparatoire effectué dans les recherches précédentes se précise6. De plus, la cinquième recherche finit par avoir un rôle terminologique et préparatoire, certes, important, mais limité. Il s’agirait d’une propédeutique dont la portée ne sera, là encore, pleinement comprise qu’au moment d’aborder la sixième recherche. Ce parti pris est problématique, cela pour plusieurs raisons. Le rôle de la cinquièmerecherche semble en effet plus général. Il y est question de décrire les lois a priori de ce que nous pourrions nommer une « éidétique descriptive de la conscience en général ». Or, cette tâche représente le préalable nécessaire à toute théorie phénoménologique de la connaissance – notamment dans les Recherches logiques – mais sa dimension phénoménologie excède le cadre d’une propédeutique à l’analyse des actes objectivants. Il en va de même de la troisième recherche. Ces deux-cisont assurément fondamentales pour appréhender la tâche gnoséologique deHusserl en 1901, tout en restant indépendantes l’une de l’autre.

  • 7 Ibid. p. 81

16Laurent Joumier a cependant raison sur le fond : dans les Recherches logiques la tâche principale est celle d’une élucidation phénoménologique de la connaissance : « clarifier la connaissance (…) en tant qu’opération subjective7. » L’objectivité de nos connaissances ne fait aucun doute, mais le moment subjectif de leur conceptualisation, de leur saisie, de leur mise en œuvre, demeure toujours et encore une véritable énigme. Finalement, cette réhabilitation de la subjectivité ne s’effectue qu’au sein de cette ultime partie concernant « les lois de la pensée ». Ici, le lecteur comprend que l’on ne peut donner n’importe quelle forme catégoriale à un contenu. Toute conscience qui compare, ordonne, signifie, par conséquent qui entre en rapport avec une idéalité objective par une activité catégoriale ou par une intention de signification, est régie par des lois catégoriales et des lois portant sur la validité de la signification. La boucle est-elle enfin bouclée ? Des Prolégomènes à la Recherche VI l’élucidation phénoménologique de la connaissance est-elle achevée ? Le fossé qui existe entre l’idéalité objective et le moment subjectif de sa conceptualisation est-il comblé ? Laurent Joumier ne fournit pas de réponse précise à cette question, mais laisse clairement comprendre que dans Logique formelle et transcendantale cette élucidation « prendra tout son sens ». Si l’on embrasse une vision téléologique de la phénoménologie, c’est la seule réponse envisageable.

17Introduire cette dernière œuvre, en soulignant les manques et les limites des Recherches logiques et plus spécifiquement des Prolégomènes, inscrit d’emblée l’ouvrage Logique formelle et logique transcendantale dans le champ d’une théorie de la connaissance prolongeant et renouvelant ce questionnement sur le rôle et le sens de la logique, inauguré en 1900. Les Prolégomènes forment ainsi l’arrière plan, la toile de fond explicative, vers laquelle Laurent Joumier renvoie régulièrement le lecteur, afin de comprendre les dernières études logiques de Husserl. Il n’est pas peu dire que ce dernier chapitre est de loin le plus abouti, mais également celui qui représente la seule conclusion possible de ce livre qui, bien qu’introductif, entend parcourir d’une lecture unitaire les écrits de Husserl. L’ensemble des œuvres traversées réapparaît en dernier lieu sous un jour nouveau. L’introduction par la critique envers les sciences et la logique n’est pas sans rappeler celle de la Krisis. Le dépassement du psychologisme auquel invitaient les Prolégomènes s’achève. La critique de l’évidence, brièvement entamée dans le passage des Idées traitant du « principe de tous les principes » arrive à son terme. Dès lors, la voie transcendantale révèle l’ampleur de sa fonction critique. C’est donc à travers une critique transcendantale de la connaissance, dont la finalité est d’amener la logique à sa pleine autojustification et autocompréhension, afin de l’instaurer comme norme de la science, que le lecteur est conduit à redécouvrir la phénoménologie transcendantale elle-même dans son rôle critique, tel que Husserl le conçoit.

18Ce périple au sein de la théorie de la connaissance husserlienne s’achève sur la nécessité d’exercer une critique constante vis-à-vis de la naïveté propre à tout degré de connaissance. Mais cette ultime explication de la philosophie transcendantale ne s’adresse pas tant au phénoménologue qu’au lecteur. Sur « l’idée d’une phénoménologie de la phénoménologie » se conclut cette introduction à l’œuvre de Husserl. Laurent Joumier n’oublie toutefois pas de passer brièvement en revue le reste de l’ensemble du corpus husserlien. Plus qu’une simple introduction, ce livre forme, en quelque sorte, une cartographie de la phénoménologie husserlienne. Son rôle est double : il permet au lecteur néophyte de mieux s’orienter dans les chemins de la phénoménologie husserlienne, mais il permet également au lecteur plus expérimenté d’en reconnaître plus clairement la genèse et l’évolution.

Haut de page

Notes

1 Laurent Joumier, Lire Husserl, p. 8, Paris, Ellipses, 2007.

2 Ibid. p. 7.

3 Ibid. p. 10

4 Ibid. p. 58.

5 Ibid. p. 65.

6 Ibid. p. 72

7 Ibid. p. 81

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Vilpoux, « Husserl : des parcours de lecture », Methodos [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 11 février 2009, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://methodos.revues.org/2127

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org