Navigation – Plan du site

9 | 2009
L'autre Husserl

Sous la direction de Claudio Majolino

L’un des traits caractéristiques de la réception de la phénoménologie husserlienne en France est sans doute la présence de ce que l’on pourrait appeler l’ « herméneutique du dépassement ». Dès son introduction autour des années vingt, les premiers interprètes qui en ont repris les concepts opératoires (Levinas, Sartre, Merleau-Ponty) ont cru devoir, par un seul et même geste, reconnaître leur dette à l’égard de Husserl et avouer la nécessité de le dépasser. Husserl, novateur malgré lui, aurait en effet « entrevu », « pressenti », « opéré des percées », sans jamais être véritablement à la hauteur de la « radicalité » de ses découvertes. Depuis, le débat autour de la phénoménologie a été profondément conditionné par une telle décision, qui, au fil des décennies, s’est cristallisée dans les deux paradigmes dominants du « dépassement de la phénoménologie », identifiant les limites de la phénoménologie de Husserl avec les limites de la phénoménologie elle-même, et du « dépassement de Husserl », aboutissant à un véritable florilège de « phénoménologies post-husserliennes ». En bref, trop positiviste pour les uns, d’un idéalisme gênant pour les autres, compromis par la métaphysique de la présence ou le mythe de l’intériorité, Husserl ne saurait donc être relu qu’à partir de ses limites. En 2000, le philosophe américain Donn Welton publiait un livre au titre fortement provocateur : The Other Husserl. Ce livre avait l’ambition déclarée de s’opposer à ce qu’il appelait « l’interprétation standard de la phénoménologie husserlienne », interprétation partagée aussi bien par nombre de philosophes analytiques que par les post-phénoménologies d’inspiration heideggerienne. Les articles recueillis dans ce numéro de Methodos, bien que partant de points de vue différents, s’inscrivent dans une telle démarche. Il s’agit de textes, traduits de l’anglais et de l’allemand, dont le but est de présenter aux lecteurs francophones des analyses de l’œuvre de Husserl, destinées à en montrer les ressources et le potentiel de reconfiguration problématique qui lui est propre. Certains de ces articles sont des inédits, d’autres de véritables classiques, qui ont marqué, en Allemagne ou aux Etats-Unis, le débat autour des concepts fondamentaux de la phénoménologie. Les questions classiques du temps, de l’imagination, de l’interface entre ontologie et logique, de l’essence, de la donation, jusqu’à la notion même de transcendantal – autant de thèmes analysés dans ce volume d’une manière immanente, c’est-à-dire de la façon dont Husserl les rend pensables, autrement. Tout « dépassement » éventuel se fera uniquement à ce prix.

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org