Navigation – Plan du site
Analyses et interprétations

Idéologie : le mot, l’idée, la chose

Ideology : the word, the idea, the thing
Pierre Macherey

Résumés

L’article examine les conditions dans lesquelles le néologisme « idéologie », entre 1796, date à laquelle il a été forgé par Destutt de Tracy, et 1845, date à laquelle il a été réutilisé par Marx, est passé d’une valeur positive (en tant que science générale des idées) à une valeur connotée négativement (en tant que système social de croyances décalé par rapport à la réalité qu’il évoque).

Haut de page

Texte intégral

1Le but de ce travail est de faire un premier point sur la notion d’idéologie, qui a fort mauvaise presse aujourd’hui, en vertu d’arguments qui ne sont pas tous de même nature, mais ont fini par converger vers la thématique de ce que, conformément à la formule avancée par Daniel Bell, on a appelé la « fin des idéologies », ce qui évoque à la fois le dépérissement de la « chose » idéologie et la dévalorisation de l’idée qu’on lui avait appliquée, dont la légitimité est contestée. On peut admettre qu’en effet, en raison des conditions dans lesquelles il a été formé, « idéologie » n’est pas un très bon concept, et que son usage doit être soumis à une discussion attentive et serrée, comme c’est d’ailleurs le cas de tous les concepts, qu’ils soient bons ou mauvais. D’ailleurs, existe-t-il des concepts qui seraient « tout bons » et ne comporteraient aucun risque de dérive contre laquelle on devrait se prémunir ? On peut raisonnablement en douter, et c’est pourquoi il faut se résigner à travailler en se servant de notions à l’égard desquelles on entretient de façon permanente une certaine méfiance, ce qui préserve de la tentation de les appliquer mécaniquement dans tous les cas, comme si elles étaient porteuses de solutions fournies clés en main, alors que le rôle des concepts dans le travail de la pensée est en réalité tout autre : il est d’assurer, non la permanence de solutions, mais la possibilité de faire surgir de nouvelles questions, et ainsi de problématiser les réalités auxquelles ils se rapportent en les éclairant de leur lumière indirecte et biaisée, ce qui incite à mieux percevoir dans quel sens ils biaisent les contenus auxquels ils se réfèrent, en vue de rectifier le tir, ce qui s’avère indispensable à tous les coups, ou presque. Quels sont donc les problèmes que soulève l’usage de la notion d’idéologie ? De quelles réelles difficultés ces problèmes sont-ils les révélateurs ? Telles sont les interrogations auxquelles on voudrait apporter ici un début de réponse.

2Pour le faire, le mieux est de reprendre la notion d’idéologie à sa source, de manière à mieux circonscrire le champ à l’intérieur duquel elle s’est mise à fonctionner, non dans le ciel des idées pures, où celles-ci sont censées subsister déjà toutes formées, et en conséquence immuables, mais en situation, où elle est apparue en réaction à certaines sollicitations inscrites dans les nécessités d’une époque déterminée, donc en relation avec des enjeux historiques bien précis, qui ont pu ensuite évoluer, ce qui a amené son point d’application à se déplacer et, en conséquence, a obligé à en reformuler les présupposés sur de nouvelles bases. Situer la notion d’idéologie dans son histoire, c’est reconnaître que sa signification a évolué, s’est transformée, en s’adaptant à de nouvelles manières d’aborder la réalité sociale en vue d’en capter des aspects demeurés auparavant inaperçus et qui, sans elle, n’auraient pu être identifiés. Il ne s’agit donc ni d’accorder à la notion d’idéologie une confiance aveugle ni de la condamner en bloc et sans appel, mais d’examiner sous quelles conditions elle a pu et peut être encore en prise sur certains aspects de la vie collective et des formes de « conscience » qui lui correspondent,  qu’elle a contribué à faire, au moins partiellement, connaître.

3Au commencement de cette histoire, on trouve quelque chose sur quoi on peut sans risque faire fond : un mot, le terme « idéologie », d’origine beaucoup plus récente que ne le donnent à entendre ses résonances grecques qui évoquent l’antiquité. Il est rare de pouvoir assigner à un mot que l’usage commun a banalisé une date de naissance précise. C’est pourtant le cas du terme « idéologie », néologisme qui a été pour la première fois prononcé publiquement, et en quelque sorte officialisé, en 1796, très précisément le 20 juin, par Destutt de Tracy, aristocrate rallié aux idéaux de la Révolution qui avait échappé deux ans plus tôt aux massacres de la Terreur, devant la classe des sciences morales et politiques de l’Institut National dont il était membre associé, dans la deuxième partie de son Mémoire sur la faculté de penser, dont la première publication date de 1798 : le terme était alors destiné à nommer la nouvelle « science des idées » que les philosophes de la nouvelle société en gestation proposaient de substituer à l’ancienne métaphysique, condamnée en raison de l’« absolutisme » qui lui était imputé. Cette création verbale a donc eu pour contexte la phase thermidorienne de la Révolution française, moment important de celle-ci où a été fixée et réfléchie l’organisation de ce qui a été ensuite appelé la « société bourgeoise », et où, en particulier, a été, pour la première fois en France, mis en place, avec les Ecoles Centrales de la République, un système d’instruction publique placé sous l’autorité de l’Etat ; ceci constitue un aspect essentiel, voire même la pierre angulaire, de cette organisation, dont un autre aspect a été la prise en charge de la santé publique, biopouvoir avant la lettre, dont s’est spécialement occupé un autre membre important du mouvement « idéologique », le médecin Cabanis. Il n’est pas indifférent que la notion d’idéologie, dont on peut estimer qu’elle était impensable, et en conséquence innommable, sous l’Ancien Régime, ait été directement associée et adaptée à l’entreprise d’une refonte du système politique et social de la France, refonte à laquelle, par le biais de la scolarisation, elle a servi pour une part d’instrument, ce qui a contribué à l’inscrire dans une réalité historique débordant le cadre imparti au seul mouvement des idées et des mots qui servent à les exprimer. Le 20 juin 1796, où le mot « idéologie » a été pour la première fois mis en circulation par ceux qui se sont eux-mêmes nommés officiellement les « Idéologues », a ainsi coïncidé avec le démarrage de ce qu’on peut appeler l’époque, l’âge ou l’ère idéologique, où l’idéologie a eu, au sens fort de l’expression, droit de cité, en produisant des effets de signification directement corrélés à l’instauration d’un nouveau régime de société dans lequel, en même temps que le mot et l’idée, la chose idéologie avait elle-même sa place : on pourrait d’une certaine façon avancer que la société bourgeoise telle qu’elle est issue de la Révolution Française marche à l’idéologie comme les voitures marchent à l’essence. Ceci soulève du même coup la question, qu’on laissera provisoirement de côté, de savoir ce qui, avant que ce type de société ait été installé, tenait lieu d’idéologie, ou plutôt occupait le terrain où est née l’idéologie, au double sens du mot et de la chose : il n’est pas absurde de supposer qu’il ne puisse y avoir d’idéologie que « bourgeoise », au moins en ce sens qu’elle n’a pu apparaître et être identifiée comme telle que du moment où la bourgeoisie a commencé à assumer une position dominante dans l’Etat et la société.

4L’idéologie dans sa forme « scientifique » initiale est inséparable de l’effort en vue d’effectuer concrètement la synthèse entre une philosophie et une pédagogie sur les bases fournies par la réunion d’une grammaire et d’une logique codifiant l’exercice de la pensée, condition pour la mise en place d’un pouvoir intellectuel, idéologique en un sens déjà très moderne, puisqu’il insère la pensée scientifique dans le fonctionnement réel de la société, en rapport avec la représentation d’une société enseignante, dont l’une des fonctions essentielles soit l’élaboration et la diffusion des « idées », idées socialement et philosophiquement correctes ou conformes, dont « l’idéologie », au sens de la nouvelle science des idées destinée à faire pièce à l’ancienne philosophie, était censée fournir le tableau d’ensemble. On peut dire à ce point de vue que l’idéologie est apparue, ou du moins a commencé à être ciblée comme telle du seul fait d’être nommée, au moment où l’école publique, placée sous la surveillance directe de la communauté et de ses appareils, s’est substituée à l’église en vue d’assurer, par le moyen de spécialistes formés à cette intention, un gouvernement des esprits. Les « Idéologues » n’ont donc pas seulement été les praticiens d’une discipline scientifique ayant acquis une place dans le corps des savoirs constitués, à côté d’autres formes de savoirs dont elle avait à partager la rigueur et l’objectivité ; mais, en tant que membres d’une école de pensée et groupe « intellectuel » engagé, constitué en vue d’en incorporer à l’organisation de la société le style propre, celui d’une science à laquelle était attribué un caractère authentiquement républicain, ils étaient déjà, en tant que porteurs du type de conviction collective qui motivait leur prise de parti, des idéologues sans majuscule, au sens que ce mot prendra plus tard, à un moment où la doctrine idéologique, dans la forme particulière que lui avait conférée Destutt de Tracy et ses collègues, sera cataloguée comme périmée et vouée à l’oubli. Ceci suggère que l’idéologie, en son sens premier de « science des idées », a d’emblée assumé une fonction « idéologique », dans la mesure où, au-delà de sa portée strictement cognitive, elle était destinée à devenir un moyen d’inculcation, en vue de transformer, en tant que science révolutionnaire, la société tout entière.  Les Idéologues, en même temps que, sur un plan purement théorique, ils inventaient une « science » qui ne leur a pas survécu, encore qu’il ne soit pas tout à fait absurde d’y voir une préfiguration des démarches de ce qui s’appelle aujourd’hui « philosophie analytique », mettaient donc au point, sur un plan pratique cette fois, une certaine manière d’articuler le jeu des idées au fonctionnement de la société en prêtant à ce jeu une organisation homogène, qui en harmonise les résultats et écarte à l’avance toute possibilité de conflit ou de contradiction. C’est en effet le propre de toute idéologie, sans majuscule, de se concevoir et de se faire recevoir comme universelle et nécessaire, sur le modèle de l’Idéologie avec une majuscule, donc excluant toute alternative à l’ordre qu’elle expose, auquel elle attribue un caractère englobant, qui ne laisse place à aucune contestation, puisqu’il se présente comme étant le plus naturel de tous, celui qui doit s’imposer lorsque les obstacles à sa réalisation, qui ne sont que des accidents de l’histoire humaine, auront été écartés.

5En créant, sous le nom d’idéologie, une science nouvelle, la science des idées, à laquelle était dévolu le rôle de tenir, en tant que science des sciences, ou plutôt en tant que science des méthodes scientifiques, la place autrefois occupée par la philosophie, les Idéologues pensaient ouvrir à celle-ci un champ d’investigation inépuisable, ce qui eût du même coup conféré à leur entreprise, avec le nom sous lequel ils l’avaient enregistrée, un caractère pérenne. En réalité, celle-ci a été des plus éphémères, et l’idéologie sous la forme première que lui conférait l’Idéologie, avec une majuscule, a pris presque aussitôt un sens et une valeur très différents de ceux qu’ils lui avaient attribués : le mot idéologie a très vite cessé d’être le nom propre d’une discipline scientifique de pointe, revendiquant un caractère d’objectivité et d’exactitude, et c’est précisément de ce moment, où a été contestée la capacité de cette discipline à atteindre, comme elle y prétendait, la vérité, qu’elle a fait son entrée dans le langage commun, et a commencé à y exister sous la nouvelle forme de l’idéologie, sans majuscule, qui l’a popularisée, le mot étant ainsi resté en l’absence de la chose qu’il avait d’abord désignée. La transformation du sens du mot idéologie, qui lui a permis de fonctionner et de durer sur de nouvelles bases, a donc résulté de la remise en question de la valeur de connaissance initialement reconnue à l’Idéologie, remise en question qui, au départ, a été moins scientifique que politique, ce qu’autorisait le fait que, déjà, elle jouait simultanément sur ces deux tableaux, en se présentant comme un savoir révolutionnaire, publiquement utile, ayant pour destination de servir à la réorganisation de la société, et donc aussi vouée, par là même, à en épouser les aléas et à subir le contre-choc de ses conflits.

6Cette transformation a coïncidé avec le moment où la forme républicaine relativement ouverte mise en place sous le Directoire, qui, issue d’un précaire compromis, avait aussitôt donné champ libre aux luttes de factions et avait contribué à remettre en selle les forces monarchistes contre-révolutionnaires, a basculé, dans les toutes dernières années du XVIIIe siècle, sous le poids de ses contradictions internes, et a cédé la place au Consulat puis à l’Empire, types de régime autoritaire, où le rôle des assemblées a été réduit au minimum, et où la circulation des idées a été soumise au contrôle strict de la censure, sous prétexte de mettre fin au chaos révolutionnaire tout en préservant la part de l’héritage de la Révolution présentée comme son apport essentiel, comme par exemple la réforme du Code civil, qui apporta en effet un changement irréversible sur le plan des moeurs publiques et privées : un bouleversement dont l’une des conséquences les plus voyantes a été de mettre à feu et à sang durant quinze ans l’Europe entière, et qui a finalement débouché sur une restauration de la Monarchie, sous une forme constitutionnelle, sorte de retour au régime parlementaire, acquis du mouvement révolutionnaire ramené à son esprit initial. Au centre de tout cela, un personnage hors norme, un certain Bonaparte devenu ensuite Napoléon, qui a pris énergiquement en main les affaires de la France, où il a représenté, modèle qui fonctionne aujourd’hui encore, l’homme fort, le visionnaire au regard d’aigle, le recours, le sauveur, seul apte, en usant de la force s’il le faut, à sortir le pays de la crise profonde dans laquelle il s’était enlisé.

7Or Bonaparte, il ne faut pas l’oublier, avait été au départ une sorte de création des Idéologues qui avaient complaisamment favorisé son ascension, en tant que grand ami des savants qu’il avait entraînés dans son expédition d’Egypte, préfiguration, sous une forme avortée en raison de l’opposition anglaise à cette tentative, du colonialisme à la française, entreprise de conquête se réclamant d’une caution humanitaire et scientifique, dont le système sera complètement mis en place à la fin du XIXe siècle. Aux grandes autorités intellectuelles de l’époque, qui avaient consacré toute leur énergie à la réalisation d’un nouvel ordre politique et culturel, Bonaparte, qui avait commencé par être un protégé de Barras, l’homme fort du Directoire, avait semblé être l’oiseau rare, un militaire intelligent et cultivé, réputé loyal et intègre, acquis au progrès des idées et aux idées de progrès, et, dirait-on aujourd’hui, de gauche, apte en conséquence à devenir, en bon serviteur de la raison en marche, et en modérateur des extrêmes, le bras armé du régime républicain, l’épée dont, selon un mot de Sieyès, la Révolution avait le plus grand besoin pour perpétuer ses fragiles acquis : à la fin de l’année 1797, pour sceller la miraculeuse alliance de l’épée et de l’encrier destinée à faire pièce à celle du sabre et du goupillon, ils le firent coopter à l’Institut National, dans la section de mécanique de la classe des sciences, à laquelle le destinaient ses compétences d’artilleur ; flatté dans son orgueil de pouvoir s’entretenir à égalité avec les plus éminentes personnalités scientifiques de l’époque, Bonaparte, qui, entre autres talents, avait celui de soigner son image, s’obligea un temps à suivre les travaux de l’Institut avec assiduité, conscient des bénéfices qu’il pouvait tirer de cet engagement de façade et de parade, dont il se servit en fin politique pour camoufler les projets réels qu’il poursuivait dans l’ombre. Mais, lorsqu’il estima que le moment était venu de réaliser ces projets et s’engagea, le 18 brumaire 1799, dans l’aventure du coup d’état, l’idylle avec les savants, et en particulier avec les Idéologues de la section des sciences morales et politiques de l’Institut National prit fin brutalement : Bonaparte, lancé sur la voie qui devait faire de lui Napoléon tout court, ne vit plus en ses anciens protecteurs que des adversaires potentiels, et les dénonça comme de ténébreux métaphysiciens, engagés dans des recherches fumeuses qui en faisaient des adversaires de tout ordre établi, donc des contestataires professionnels. Son thème d’élection fut alors la dénonciation véhémente et passionnée de l’intellectualisme sous toutes ses formes, assimilé à l’esprit d’insoumission, que l’Idéologie à ses yeux représentait par excellence, dans la mesure où elle assurait la promotion, exorbitante à ses yeux, de l’esprit d’examen. C’est alors qu’« Idéologue », avec puis sans majuscule, est devenu, au prix d’une péjoratisation du terme qui en marquera ensuite en profondeur l’usage, synonyme de manipulateur d’idées, vain et fumeux phraseur, péroreur et philosophailleur, fauteur d’illusion, qui se tient à distance de la réalité et de ses problèmes concrets, auxquels il substitue un jeu stérile de spéculations creuses, sans rapport avec les faits dont il masque, par ses gesticulations verbales, les dures nécessités. Napoléon, qui a aussi exercé son autorité sur le vocabulaire de la langue française, a donc réalisé ce tour de force : destituant l’Idéologie de la suprématie qu’elle avait exercée durant quelques années, il a rendu possible sa réapparition, sur le plan du vocabulaire, sous la forme dépréciative de discours vague et trompeur, dont la vacuité ne peut impressionner que des naïfs, et qu’il faut combattre à tout prix. Comme on le voit, le discours sur la fin des idéologies, c’est-à-dire sur la nécessité d’en finir avec les idéologies, n’est pas apparu d’hier, et il a commencé à être tenu dès que le mot, soustrait au contrôle de ses initiateurs, les éphémères fondateurs de la science des idées, a fait sa réapparition sous sa nouvelle forme péjorative et négative.

8Dans l’idéologie à laquelle, en la requalifiant, il s’en prenait avec une violence sans pareille, Napoléon voyait l’expression d’une faction restreinte de théoriciens qui, sous prétexte qu’ils détenaient certaines compétences particulières dans les domaines dont ils avaient la spécialité, s’arrogeaient le droit d’intervenir, en tant qu’intellectuels universels, sur tous les problèmes de la société en exerçant à leur égard un magistère moral qui les autorisait à prêcher le droit en se payant le luxe de ne pas tenir compte des faits. Lorsque Marx, en 1845, récupérera le mot idéologie, dont il a effectué du même coup l’internationalisation, ce sera dans le cadre de sa lutte contre ceux des hégéliens berlinois de gauche qui, sous la bannière dérisoire de ce qu’il appela par dérision leur « critique critique », ramenaient la lutte politique à un combat d’idées, sans du tout tenir compte du fait que l’avenir de la société se joue en dernière instance sur un autre terrain que celui des idées, donc ailleurs que dans la tête des gens, comme voudraient le faire croire ou le croient eux-mêmes faussement ces idéalistes à tout crin que, une fois démasqués, se révèlent finalement être les idéologues : et on peut considérer qu’à ce point de vue sa démarche se situe encore dans le sillage de la dénonciation de l’idéologie telle que l’avait menée Napoléon, qui s’appuyait sur le postulat selon lequel, pour qu’il y ait de l’idéologie, il faut des idéologues dont elle est l’invention, et que c’est à eux qu’on doit clouer le bec, par exemple en les ridiculisant, en vue de mettre fin aux ravages de l’idéologie dont, l’ayant créée de toutes pièces, ils sont les vrais responsables. Ni Napoléon ni Marx au moment de la rédaction de L’Idéologie allemande ne semblaient concevoir qu’au-delà des « idéologues » ainsi conspués qui donnent forme à son discours l’idéologie puisse exister de manière objective en tant que manifestation de courants sociaux plus larges que ceux représentés par la secte néfaste qu’ils constituent, ce qui les aurait conduits l’un et l’autre à la thèse selon laquelle l’idéologie, au sens de la diffusion de certains courants de pensée, loin d’être un accident de parcours, une faribole sortie de la tête de quelques rêveurs impénitents, est consubstantielle à l’existence de la société, et en représente, en arrière de ses expressions verbales explicites, une fonction essentielle, dont le rôle doit être mesuré en lui-même, c’est-à-dire apprécié pour ce qu’il est en vue d’être éventuellement contrôlé, comme c’est le cas pour toutes les modalités de son fonctionnement normal : tout au contraire, il considéraient que l’idéologie, connotée de manière uniquement dépréciative, représente en soi une anomalie, ce qui justifie qu’elle soit, sinon totalement éliminée de l’ordre de la société, du moins réduite à la portion congrue qu’elle mérite en tant que discours vide, sans prise sur la réalité, et donc pour le moins inutile et même peut-être nocif dans la mesure où il constitue un obstacle à son développement et à la résolution de ses crises, en détournant l’attention des vrais problèmes.

9On voit donc qu’en étendant l’usage de cette notion au prix de sa péjoratisation, qui a conduit de proche en proche à mettre l’accent sur le caractère illusoire de l’idéologie, et à insister dans un esprit de pure polémique sur le rôle joué en cette affaire par ces fauteurs d’illusion que sont les idéologues, Napoléon en a marqué en profondeur la signification, en orientant l’attention sur la considération exclusive de son rôle perturbateur, en tant que lubie superfétatoire dont il convient en conséquence d’exorciser les faux prestiges en en révélant l’inanité. Par là même, la réflexion sur le statut de l’idéologie se trouvait d’une certaine façon bloquée, étant fermée la possibilité de prendre en compte positivement sa fonction sociale réelle, donc de soulever la question cruciale : une société sans idéologie est-elle seulement possible ? Cette interrogation constituera pendant longtemps le point aveugle des théories de l’idéologie, et le jeune Marx, obnubilé par les aspects négatifs de l’idéologie et poursuivi par la soif d’en découdre avec les idéologues fauteurs de son trouble, contournera, au moins momentanément, le problème de fond auquel elle renvoie, ce qui a condamné à l’ambiguïté l’abord des problèmes de l’idéologie dans le cadre de la tradition marxiste : pour que l’idéologie puisse être pensée comme telle, dans sa nécessité propre, il faudra, entre autres, qu’elle cesse d’être considérée comme l’œuvre, c’est-à-dire l’invention factice, des seuls idéologues.

10L’idéologie, destituée de la dimension scientifique de vérité qui lui avait été attribuée au moment où elle avait été pour la première fois nommée en 1796, est donc progressivement devenue quelque chose qui vient en plus, voire même en trop, comme un abusif supplément d’âme dont il vaudrait mieux se débarrasser en vue de revenir à ce que cache son apparence trompeuse : les problèmes réels de la société, qui devraient être appréhendés dans un autre langage que celui de l’idéologie, sur la terre et non dans le ciel où voguent ses pernicieuses fumeroles. Or, pour que l’idéologie en vienne à être ainsi considérée comme l’effet du redoublement fallacieux d’une réalité qui subsiste en dehors d’elle, et devrait très bien pouvoir s’en passer, il a fallu qu’elle soit débarrassée de la caution naturaliste sur laquelle sa notion s’était appuyée au départ, et qu’elle soit considérée comme un produit de l’histoire, du moins d’une certaine histoire, et non comme une expression de la nature. Au point de vue des Idéologues, l’Idéologie, en tant que science des idées, avait affaire à des faits dont les relations régulières étaient soumises à des lois, comme s’agissant de tous les autres phénomènes naturels, et plus particulièrement ceux examinés par l’anthropologie, ce que signifiait exactement la formule provocante de Destutt de Tracy : « L’idéologie est une branche de la zoologie » : et, ceci admis, les principes de l’idéologie étant par définition communs à tous les individus membres de l’espèce humaine, et constituant les garants de l’unité de cette dernière, il n’y avait pas lieu d’introduire dans sa constitution, une fois dégagées les formes naturelles de sa genèse, un principe de variation qui en eût altéré la consistance et la cohérence ; fait de nature, l’idéologie, une fois formée et éduquée, était soustraite à toute perspective d’évolution, de transformation, pour autant que celle-ci l’eût coupée de ses conditions initiales de formation : marque indélébile de la nature humaine dont elle constituait le trait distinctif essentiel, il était difficilement concevable qu’elle fût œuvre de l’homme, sous peine d’en artificialiser le concept, et de le livrer aux aléas d’une élaboration factice, relevant non d’une science nécessaire mais d’une technique arbitraire de fabrication. La péjoratisation de la catégorie d’idéologie, en la déscientifisant, en lui retirant son assise naturelle, et en en faisant une sorte de monstruosité, d’aberration, par définition hors norme, a du même coup rendu possible sa réinscription dans une perspective historique, en l’extrayant du réseau rigide de relations objectives dans lequel elle avait été enfermée au départ, lorsqu’elle était arrimée au phénomène naturel de la sensation : flottant en quelque sorte dans le vide, et livrée à sa propre démesure, l’idéologie, devenue un jeu arbitraire avec des abstractions, acquérait une plasticité, une malléabilité qui la mettaient directement en résonance avec l’esprit du temps, une fugace actualité dont elle épousait les mouvements, en étant toujours l’idéologie du moment, mise au goût du jour et en répétant les incertitudes ; c’est de cette manière que, coupée, en même temps que de ses bases naturelles, des certitudes de la science, l’idéologie est devenue synonyme d’opinion, au sens d’une forme de pensée vaine qui cultive les illusions au détriment de la réalité des choses.

11Pour en revenir à Marx, au moment où il a rédigé avec Engels L’Idéologie allemande, cette rupture entre le point de vue de la nature et celui de l’histoire pouvait paraître cruciale, le propre de l’idéologie étant justement à son point de vue de renaturaliser trompeusement ce qui est en réalité historique, en vue de pérenniser, de manière artificiellement trompeuse, ce qui n’est en fait que transitoire. Mais cette alternative entre les deux positions du tout nature et du tout histoire était-elle indépassable ? Et, pour restituer à la notion d’idéologie une valeur positive au-delà de sa connotation négative, et pour l’insérer à nouveau dans les réseaux de la réalité, ne fallait-il pas justement surmonter cette opposition, et concevoir une histoire qui fût en même temps une nature, et ne se contentât pas de planer au-dessus d’elle comme l’esprit au-dessus des eaux, ce que Marx commencera à comprendre du moment où il mettra réellement en oeuvre le programme du matérialisme historique, dont L’idéologie allemande n’était qu’une toute première esquisse ? Il ne sera plus permis alors, en vue d’historiciser l’idéologie, de la présenter comme la création arbitraire de quelques esprits égarés : mais il faudra la comprendre en tant que production sociale anonyme ayant, au niveau qui est le sien, dans lequel la société tout entière est engagée, sa nécessité ; s’expliquerait ainsi le passage de la théorie de l’idéologie esquissée en 1845 à l’analyse du fétichisme développée ensuite, et dans un esprit tout différent, à la fin de la première section du premier livre du Capital, où il est montré que, tout en gardant un caractère chimérique, le fétichisme, idéologie qui n’est pas une pure invention d’idéologues en folie, et est même, pourrait-on dire idéologie sans sujet qui en soit la cause ou l’auteur, remplit dans la structure économique de la société une fonction réelle, même si cette fonction est celle d’un masque.

12Cependant, de la période où sa signification a été marquée principalement d’une valeur négative, a résulté, pour la notion d’idéologie une conséquence qui ne pourra être ensuite remise en cause d’aucune manière et accompagne tous ses développements futurs. Du moment où l’idéologie a dû renoncer au caractère « scientifique » dont elle avait été créditée à sa naissance, ce qui lui avait conféré une portée universelle, il n’a plus été possible de parler d’elle au singulier, et ceci parce qu’elle a été alors immergée dans un contexte conflictuel qui en fit littéralement exploser les enjeux : au règne sans partage de l’Idéologie succéda la lutte des idéologies, étant devenu impensable qu’aucun discours idéologique pût couvrir en totalité et de façon suivie, sans partage, le champ où ces idéologies prenaient place ; à la rigueur, pouvait être momentanément suscitée l’illusion que l’un de ces types de discours était à juste titre hégémonique, étant cependant exclu que cette hégémonie, d’une part ne soit pas contestée, ne serait-ce qu’en puissance, donc de façon tacite ou déclarée, et d’autre part s’affirme autrement que relativement à d’autres positions idéologiques dont elle contrecarrât l’essor ; d’où la pluralité des idéologies, privées de la perspective d’une recentration sur un pôle unique de validation qui garantît leur réconciliation définitive.

13Du même coup commençaient à être posés, dans un contexte caractérisé par la confusion attachée à tout débat et à la mêlée que celui-ci induit, les problèmes concernant la notion d’idéologie dominante considérée dans son rapport à d’autres idéologies constituées par rapport à elle comme dominées, problèmes qui n’avaient aucune raison d’être soulevés lorsque l’idéologie disposait d’une assise naturelle stable qui en régulait automatiquement les manifestations, ce qui évitait d’inscrire celles-ci dans une structure de domination. Et, en même temps, était aussi posée la question de savoir quel est le lieu réel de ces conflits : est-ce le ciel des idées, la tête des gens, ou le terrain où les hommes travaillent matériellement pour assurer, dans le cadre propre à la division du travail, leur existence, en entretenant entre eux certains rapports très particuliers, dont toute l’histoire atteste qu’ils sont, eux aussi conflictuels ? Comment la lutte des idéologies interfère-t-elle avec la dynamique des rapports sociaux ? En est-elle seulement le reflet passif ? Ou bien y a-t-il, ne serait-ce qu’à travers l’effet d’entraînement qu’elle exerce sur les masses, une action en retour de l’idéologie sur cette dynamique dont elle ne fait pas que transcrire les manifestations dans son langage, sans parvenir à en infléchir les orientations ? Autrement dit, l’idéologie est-elle, selon une conception  qui paraît commune à Napoléon et au jeune Marx, une marque d’impuissance, et alors on ne comprend plus ce qui autorise à en dénoncer la dangerosité, ou bien dispose-t-elle d’une puissance propre, c’est-à-dire, pour reprendre les termes de la onzième thèse sur Feuerbach, a-t-elle la capacité, non seulement d’interpréter le monde, mais aussi de participer à sa transformation, dans des conditions qui n’ont plus rien à voir avec la sérénité de la découverte scientifique ? Et d’ailleurs cette sérénité n’est-elle pas elle-même un leurre, qui fonctionne sur des bases fournies par l’idéologie ? N’y a-t-il pas aussi une idéologie de la science, qui dissimule sous une apparence de systématicité, de régularité et de continuité la virulence des discussions qui en rendent possible la progression, sur une ligne accidentée, imprévisible, ce qui en expose toutes les certitudes à être à tout moment réexaminées et réinterprétées. Si étonnant que cela puisse paraître, il a fallu, pour que ces interrogations puissent être soulevées, que la notion d’idéologie subît l’épreuve de sa péjoratisation, qui, en lui imposant la nécessité de se développer dans un contexte polémique, a conduit à en dénoncer les fausses cohérences, ce qui, en la déstabilisant, a obligé à en penser le fonctionnement sur de nouvelles bases.

14Ce n’est pas tout : la pluralisation de l’idéologie, résultat de sa dénaturalisation, conduisit à prendre en considération, non seulement la différence des positions idéologiques confrontées dans le cadre de leurs luttes, mais la distinction de niveaux ou de plans de l’idéologie, celle-ci revêtant alors les formes diverses, et potentiellement décalées, d’idéologies politique, scientifique, juridique, religieuse, esthétique, etc., dont le réseau plus ou moins cohérent ou disjoint venait compliquer encore un peu plus le jeu des relations idéologiques, en étendant simultanément le champ de leur exercice. Suivant la logique de cette extension, tous les événements de l’histoire humaine tendent à être ramenés sur le terrain de l’idéologie, devenue l’enjeu principal de toutes les transformations sociales en cours : l’idéologie, mais quelle idéologie, et quelle forme de l’idéologie ? On dut alors se demander ce qui, sur le plan propre à l’idéologie, occupait la position dominante, ou encore, en d’autres termes, quelles pouvaient être les bases idéologiques de l’idéologie, auxquelles en fût imputable le développement ? La réponse de Napoléon à cette interrogation fut, on l’a vu, que la cause des idéologies était à chercher du côté des idéologues, cette caste arrogante de savants ou de prétendus savants qui, de leur propre décision, s’étaient placés au-dessus des lois, et formaient en réalité une faction de trublions et d’intrigants, vains perturbateurs du jeu politique et social, qu’il suffisait de faire taire pour que l’ordre extra-idéologique soit rétabli. Or ce schéma simpliste d’explication, qui rapportait le trouble à l’intervention de falsificateurs professionnels, installés tendanciellement dans une position d’insoumis et d’insurgés, s’inspirait d’un fort précédent : il reproduisait le modèle d’interprétation qui, au moment où le débat entre la raison éclairée et les convictions superstitieuses avait atteint un degré d’intensité sans pareil, avait fait présenter la rétrogradation imputée à l’obscurantisme religieux comme étant le résultat une imposture, œuvre de malfaiteurs patentés, experts en bourrage de crâne et techniciens du mensonge, adversaires viscéraux de la vérité, rassemblés dans la funeste corporation du clergé, soucieuse avant tout du maintien de ses privilèges et opposée à tout progrès social qui eût risqué de les remettre en cause. Au fond, Napoléon n’a fait que transposer des prêtres aux idéologistes, dans lesquels il voyait un clergé d’un type nouveau, plus dangereux encore que l’ancien, le slogan : « Ecrasez l’infâme ! », mot d’ordre de la lutte contre les ravages de  l’obscurantisme dont les vrais responsables sont ceux qui trompent consciemment le peuple : de ce point de vue, on peut dire que l’anti-intellectualisme qui a inspiré la péjoratisation de l’idéologie a été un avatar de l’anti-cléricalisme.

15Ceci a eu deux conséquences importantes. D’une part, on comprend sur cette base comment l’idéologie a été essentiellement interprétée d’après le modèle fourni par la religion, celle-ci étant élevée au rang d’idéal-type du mode fallacieux de l’opinion, égarement de l’esprit public qu’il faut s’efforcer de remettre dans le droit chemin en l’expurgeant de ses illusions. D’autre part, l’idéologie étant présentée comme le résultat d’un complot initié par des meneurs malintentionnés, son caractère asocial ou anti-social paraissait établi : elle serait imputable à une petite partie de la collectivité qui, s’étant extraite de son ensemble, s’est retournée contre elle, en vue de faire prévaloir ses intérêts particuliers, et, très concrètement, de prendre le pouvoir, qu’elle exerce alors au détriment de la communauté ; grosso modo, c’est de cette façon que Marx expliquera la genèse de l’Etat, constitué en empire dans un empire, et s’assurant artificiellement une hégémonie qu’il fait jouer contre la société civile, et non à son service. Un cycle se met ainsi en place qui associe dans le cadre d’un raisonnement suivi les idées de mystification, de conspiration et d’oppression : l’idéologie, nébuleuse de pensées erronées, correspond à une captation d’influence qui produit à terme une aliénation collective, l’assujettissement forcé de tous à la volonté de quelques-uns ; ces derniers, s’étant emparés de quelques positions clés qui leur ont permis littéralement de prendre la tête de la société, assiégent alors celle-ci dans sa tête, à l’aide des mauvaises idées qu’ils y ont malignement insufflées, au premier rang desquelles la représentation abusive d’une « tête » de la société, à laquelle il revient d’y occuper la position dominante. L’idéologie se trouve ainsi détachée du corps de la société, qu’elle perturbe, ce à quoi il n’est possible de remédier qu’en l’éliminant, par exemple en la condamnant au silence, donc en lui ôtant tout moyen d’expression. Telle a précisément été la politique suivie par Napoléon à l’égard des idéologues et de leur culte des idées qu’il jugeait abusif : c’est pourquoi, en vue de contrecarrer leur influence, il a préféré, en politique avisé, au nom du principe selon lequel un moindre mal est préférable à un plus grand, redonner une place dans la société française de l’après-révolution aux curés, eux aussi, à leur manière, des idéologues, mais davantage prédisposés en raison de leur formation à la servilité, qu’il estimait en conséquence pouvoir plus facilement contrôler que de prétendus savants égarés par leur orgueil spéculatif, dans lesquels il voyait un danger grave pour l’ordre d’inspiration militaire qu’il essayait de mettre durablement en place.

16En lançant astucieusement contre les idéologues qu’il exécrait, et qu’au fond de lui-même il craignait, un clergé catholique, tenant d’un spiritualisme déclaré et assumé jusque dans ses dernières conséquences, que, lui portant un parfait mépris, il estimait pouvoir aisément tenir en laisse, Napoléon accréditait à sa façon la représentation  de l’idéologie comme une affaire de curés, ayant pour matière une opinion publique constitutionnellement incertaine et malléable, encline à la crédulité, prête à tourner à tout moment du côté où le vent souffle, dépourvue de toute consistance propre et dépendant du jeu d’influences extérieures qui la manipulent à leur gré. C’est pourquoi, nous y revenons, la religion a servi de critère et de test privilégié au rôle dévolu à l’idéologie du moment où, par le biais de sa péjoratisation, elle a fait l’objet d’une ségrégation qui la plaçait à part de l’organisation sociale : Napoléon voulait bien de prêtres prêchant leur doctrine le dimanche, jour réservé, en marge des occupations ordinaires de la vie, au culte du Seigneur, mais il redoutait l’intervention d’intellectuels dévoyés qui se fussent arrogé le droit de pérorer durant les jours ouvrables de la semaine et de remplir en permanence, hors de toute surveillance, le rôle de conscience morale de la société. L’idéologie étant une excroissance, peut-être inévitable, de l’existence communautaire, elle devait être définitivement reléguée dans les marges de la vie sociale auxquelles sa nature idéelle la destine. Et de même, la conscience religieuse n’étant finalement rien d’autre que le discours de consolation dont les gens ont besoin pour supporter les inconvénients du sort, comme par exemple leur condition misérable ou l’obligation dans laquelle ils se trouvent de payer contraints et forcés l’impôt du sang, elle est tolérable sous condition qu’elle reste à sa place, parquée entre les murs de l’église où elle est autorisée à faire résonner ses oraisons et ses chants : dans la secte des idéologues, Napoléon voyait justement un corps de clercs déviants, tentés d’échapper à cette règle, en se délivrant de leur enfermement, et en devenant par exemple, redescendus du ciel sur la terre, les régents d’une instruction publique livrée à leur seule inspiration,  qui délivrât à tous, en application du droit exorbitant qu’ils s’étaient attribué, des leçons de citoyenneté, ce que l’homme fort et le régime qu’il avait installé ne pouvaient tolérer. Au fond, l’idéologie n’était rien d’autre à son point de vue qu’une religion profane, infidèle à sa destination d’origine à laquelle il faut à nouveau l’attacher, en rétablissant nettement la coupure du profane et du sacré.

17Ici, à nouveau, la démarche suivie par Marx à ses débuts recoupe celle de Napoléon, même si c’est en suivant d’autres voies qu’il est arrivé à des conclusions voisines, à défaut d’être parfaitement identiques. Lui aussi a commencé par voir dans l’idéologie l’affaire d’un corps de spécialistes, qui se sont artificiellement autonomisés par rapport à l’ensemble de la société dont ils prétendent, par une sorte de miracle spéculatif, détenir la vérité, alors que, en fait, ils en occultent la réalité, en exploitant le talent formel de manier des idées dont ils ont l’apanage exclusif : c’est pourquoi il a considéré que l’attitude appropriée à leur égard était l’invective ; en conséquence, il a engagé contre l’idéologie en tant que telle une polémique virulente et exaspérée, un pilonnage à certains égards disproportionné, qui rendait extrêmement difficile, voire même impossible d’en faire la théorie, c’est-à-dire de comprendre la sorte de nécessité, sinon de légitimité, à laquelle elle obéissait. Ou plutôt, il ne lui a reconnu qu’une sorte très particulière de nécessité, issue de la logique scissionnelle qui en commande les mécanismes : et c’est ce cheminement de pensée qui l’a amené à estimer que l’idéologie, davantage qu’à la science, à laquelle elle avait été au départ rattachée, s’apparente à la religion : l’idéologie religieuse n’est-elle pas par excellence une idéologie de la séparation, qui revendique la capacité exclusive à occuper un autre terrain que celui où se déroule la vie de tous les jours ? A la religion, l’idéologie emprunte son illusion de transcendance, qui traduit la tendance à sortir du monde, à s’extraire de la réalité des choses en la rapportant à des principes qui n’en sont que la transposition, l’image à la fois renversée et déplacée. En effet, pour penser l’idéologie, telle qu’il l’a alors nommée, en s’attaquant, depuis Paris où il était alors installé, à l’idéologie « allemande », donnant ainsi à penser qu’il y a dans l’idéologie quelque chose de constitutionnellement germanique, en référence à la représentation de l’Allemagne comme patrie de la pure pensée et de ses chimères qui continuait alors à prévaloir, le jeune Marx disposait du modèle d’analyse de la conscience religieuse qui lui venait de Feuerbach, très précisément du grand ouvrage que celui-ci avait consacré en 1841 à L’essence du christianisme (2e éd., 1843), en vue d’élucider les conditions dans lesquelles s’était opéré le partage entre diesseits et jenseits, ici et là-bas, le monde profane et le monde sacré : la conclusion de cette analyse est que ces deux mondes n’en sont en réalité qu’un, partagé entre deux ordres, l’un réel et l’autre imaginaire, dont le second est le produit d’une altération ou d’une déformation du premier, et donc ne dispose que d’une consistance empruntée, au titre d’une forme de réalité dérivée, qui continue à appartenir à la réalité bien qu’elle paraisse se situer hors d’elle.

18Cette interprétation, qui tend à ramener la conscience religieuse du ciel sur la terre en lui restituant un fond humain, anticipe à certains égards sur l’entreprise de la Traumdeutung telle que Freud l’a plus tard menée : en particulier, elle conduit à présenter la conscience religieuse sur le type du rêve qui, tout en prétendant occuper un autre terrain que celui du monde de la veille auquel il fait en quelque sorte concurrence, traduit des désirs et des préoccupations bien réels dont il travestit la manifestation, ce qui leur donne une apparence irréelle. La conscience religieuse, et par suite l’idéologie appréhendée selon le même paradigme, était ainsi renaturalisée, sur la base très particulière offerte par la naturalité du désir, sous la forme d’un désir inassouvi et refoulé auquel elle fournit un mode de réalisation détourné et déformé. L’homo ideologicus, l’homme en proie à la rumination idéologique, est donc un dormeur, qui croit vivre en marge de la réalité, dans un autre monde, alors que ce dernier n’est qu’une émanation de sa vie éveillée,  une fiction qui, sans doute, n’est pas gratuite, dans la mesure où elle est la traduction d’un malaise, d’un manque à être, dont les causes sont à chercher dans la réalité elle-même. C’est grossièrement sur ces bases que, dans ses écrits antérieurs à 1845, Marx, avant même d’en venir à se réapproprier le terme idéologie qu’il a fait passer de la langue française dans la langue allemande, ce qui en a universalisé l’usage, avait entrepris de réfléchir le rapport entre religion et politique sur lequel, dans les années 1842-1843,  s’était centrée son attention. C’est donc de là qu’il faut repartir pour comprendre à partir de quels présupposés s’est opérée, dans un contexte bien précis, la reprise de la notion d’idéologie dans le cadre de l’analyse marxiste, qui en a marqué toutes les exploitations ultérieures, y compris celles allant dans un sens opposé au marxisme.

19Pour conclure cette présentation du processus de péjoratisation de la notion d’idéologie, qui a permis son extension, mentionnons celle qu’en a proposée le marxiste hongrois Karl Mannheim dans son ouvrage Idéologie et Utopie (1929), dont une traduction française intégrale vient, pour la première fois d’être publiée en France (éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2007) : cette démarche consiste, selon les termes de Mannheim, à « observer comment et sous quelles formes la vie intellectuelle à un moment historique donné est en rapport avec les formes politiques et sociales existantes », sous-entendu d’une manière qui en biaise les productions, de telle manière qu’elles cessent d’entretenir un rapport frontal à la vérité objective des choses qu’elles reflètent alors indirectement, sur fond de « fausse conscience », au sens d’une conscience qui n’est pas fausse pour des raisons subjectives particulières mais sur un plan de détermination plus large où c’est la vie sociale tout entière qui est impliquée. Dans la présentation historique qu’il donne du concept d’idéologie, Mannheim insiste, comme nous le venons de le faire, sur le rôle joué par Napoléon, qui, par son initiative propre, a fait entrer le mot idéologie dans le langage courant, dans cette opération de « falsification » de l’idéologie, et par son intermédiaire de l’entreprise même de la connaissance, qui précède et prépare sa reprise ultérieure par Marx. Sa thèse est que, pour que la connaissance soit ainsi destituée, sur un plan général, de son rapport positif à la vérité, il a fallu l’intervention d’un politique, qui a conduit à l’aborder d’un point de vue, non plus théorique, mais pratique. Mannheim soutient en conséquence que le mot idéologie a pris sa signification moderne, qu’il conserve encore en gros aujourd’hui, du moment ou les politiques se sont emparés du problème de la vérité, qui a alors cessé d’être l’apanage des savants, et a perdu sa dimension « scolastique » (terme que Bourdieu utilisera à nouveau dans ce sens) ; à ce moment s’est aussi imposé ce que Mannheim appelle « une ontologie dérivée de l’expérience politique », fondée sur un rapport pragmatique à la réalité des choses. Du même coup s’est ouvert le champ d’une nouvelle connaissance, prenant en compte cette dimension pragmatique de la connaissance : il s’agit, comme l’appelle Mannheim, de la sociologie de la connaissance, ou connaissance de la connaissance comme idéologie, en tant qu’elle est fondée sur un rapport pragmatique, et non purement contemplatif, à la réalité des choses.

20On peut accorder à Mannheim que le problème de l’idéologie a été posé, c’est-à-dire que l’idéologie est elle-même devenue un problème, donc quelque chose qui ne va pas de soi et appelle une critique spécifique, lorsque la démarche de la connaissance et sa valeur de vérité ont été considérées au point de vue de leurs incidences politiques et sociales, et ont cessé d’être mesurées directement par rapport à une réalité objective indépendante de ces incidences et dont elles ne seraient que l’émanation ou le reflet. Mais est alors soulevé un nouveau problème, qui est de savoir quelle est la nature de ces incidences politiques et sociales, et à quel type de pratique elles renvoient : cette pratique est-elle celle qui se rapporte à l’initiative d’un responsable politique isolé, comme Napoléon en fournit l’illustration exemplaire, ou à celle d’un groupe organisé intervenant dans le champ de débat qui donne lieu à la circulation des idées en tant que sujet collectif animé par ses intérêts propres, ou encore à celle de la société en tant que telle, engagée structurellement, donc anonymement, dans une dynamique de production idéologique tendanciellement conflictuelle qui exprime explicitement sous forme de discours ses propres contradictions internes ? La référence à la pragmatique mise en avant par Mannheim ne permet pas de trancher entre ces différentes options. Cependant, elle permet de dégager un aspect essentiel de la notion d’idéologie : l’idéologie, c’est la pensée en tant qu’elle se présente comme pensée de l’autre, que cet autre soit l’adversaire que combat tout individu engagé politiquement, qu’il soit l’autre groupe contre lequel un groupe donné définit et défend ses options propres, ou qu’il soit l’autre au sens plus général de l’altérité que la société inclut dans sa constitution, ce qui interdit de la considérer comme une totalité existant sous une forme homogène, et en conséquence disposant d’emblée à la manière d’une donnée première non susceptible d’être remise en cause de son identité à soi. D’où cette leçon : pour qu’il y ait idéologie, il faut qu’il y ait de l’autre, qu’existe un monde social dans lequel il puisse y avoir de l’autre et une représentation de l’autre en tant que tel, c’est-à-dire que soit reconnu un principe d’altérité qui, venu ou non de l’extérieur, traverse et travaille l’ordre de la pensée, en défait la cohérence et l’unité apparentes, et y introduit ainsi un nouveau point de vue qui est celui de la négativité.

21En contribuant à révéler cet aspect de l’ordre de la pensée que ses théoriciens abstraits avaient systématiquement négligé, la notion d’idéologie, en dépit de ses ambiguïtés, a joué un rôle de révélateur : sans elle, la dimension sociale de la pensée serait sans doute demeurée inaperçue. C’est pourquoi cela a un sens de revenir encore et encore sur cette notion, ne serait-ce que pour en mesurer les équivoques, qui elles-mêmes sont, osons le mot, bien qu’il ait aujourd’hui fort mauvaise presse, les reflets d’une incontournable réalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Macherey, « Idéologie : le mot, l’idée, la chose », Methodos [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 11 avril 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://methodos.revues.org/1843 ; DOI : 10.4000/methodos.1843

Haut de page

Auteur

Pierre Macherey

UMR 8163 « Savoirs textes langage », CNRS-Université de Lille pierre.macherey@univ-lille3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org