Navigation – Plan du site
Chimie et mécanisme à l'âge classique

La chimie du XVIIe siècle : une question de principes

Rémi Franckowiak

Résumés

Le tournant du XVIIe au XVIIIe siècle est une période décisive pour l’histoire de la chimie qui passe de la reconnaissance institutionnelle à la contestation de son fondement théorique, pour apparaître au final comme la seule partie de la Physique à pouvoir prétendre atteindre la « vérité certaine ». Ce qui se joue alors n’est rien de moins que la redéfinition de ses principes, à savoir son socle de vérités sur lequel s’appuie la science chimique. Cette période est en fait la dernière étape de l’évolution du rapport entre les deux dimensions – théorique et pratique – dans lesquelles se déploie la chimie, qui a vu, par le développement de l’usage des principes dits seconds, l’ensemble des principes chimiques entrainé vers un réalisme empirique, ayant pour effet d’ôter de la chimie toute cohérence théorique. Aussi l’apparition du mécanisme – pas plus celui de Boyle – n’est-il en réalité responsable du bouleversement que connaît la chimie ; elle n’est pas davantage responsable de sa régénération au tout début du XVIIIe siècle. La conscience de la faiblesse théorique de la chimie va devenir pour elle promesse de vigueur théorique sur la base de ce qui représente sa force : l’expérience. À la suite de la perte de ce qui fut certitude, le chimiste devient un être à ré-instruire. Un chimiste tel que Samuel Cottereau Du Clos illustre parfaitement le passage d’une science chimique comme connaissance des principes à une chimie comme science cette fois du vraisemblable.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le tournant du XVIIe au XVIIIe siècle dans la chimie est marqué à son entrée par l’émergence de la philosophie cartésienne réinterprétant les phénomènes chimiques, l’intérêt des cartésiens pour la chimie, le recours des chimistes eux-mêmes à des arguments de type mécaniste1, et la publication du célèbre Sceptical Chymist de 1661 de Robert Boyle qui s’en prend vivement à la chimie des principes ; et, à la sortie, par la définition de la chimie de 1702 de Wilhelm Homberg, présentée à l’Académie Royale des Sciences comme unique partie de la physique, dans son acception la plus générale de science de la nature, susceptible de parvenir par ses principes à « une vérité certaine » à la différence d’une physique spéculative – mécaniste – dont les conclusions sont selon lui pour le moins contestables2. Ces deux moments, espacés d’une quarantaine d’années, bornent une période décisive de l’histoire de la chimie, qui s’ouvre donc sur une chimie très en difficulté, dont le fondement théorique paracelsien est attaqué jusque dans les rangs des chimistes – et ce, seulement peu de temps après la reconnaissance de la chimie comme science à part entière avec la création de la chaire de démonstrateur de chimie au Jardin du Roi en 16483 –, et qui s’achève avec une chimie qui, au tout début du siècle suivant, renaît, et constitue désormais, au sein de l’Académie des Sciences, une classe particulière alors seule en mesure, après la disparition dans l’organisation des savoirs académiques de la classe de Physique4, de développer un discours sur la nature des corps. Ainsi, la chimie apparaît-elle dominante dans les sciences de la nature5, à l’issue d’un changement de siècle synonyme, semble-t-il pour elle, de régénération. Quelle peut en être alors la raison ?

2Une rupture d’ordre sociologique dans le tournant des deux siècles est, il est vrai, assez facilement identifiable. La création de l’Académie Royale des Sciences de Paris en décembre 1666, tout en procurant une reconnaissance institutionnelle à la chimie par son choix d’y faire figurer deux représentants – Samuel Cottereau Du Clos et Claude Bourdelin –, a sans doute permis, pour une part, à la chimie, soumise désormais aux règles en vigueur dans cette Compagnie œuvrant au développement des connaissances scientifiques, de se resituer dans le champ de ces savoirs. La chimie a pu bénéficier d’un lieu et de contraintes dans le mode d’exposition de ses éléments théoriques et pratiques, et dans le choix de ses thèmes de recherche6, propices à un développement lui conférant assurance et reconnaissance. L’Académie a, en effet, fait davantage que recueillir la chimie ; elle l’a plus qu’honorablement accueillie parmi les disciplines classiques, en offrant à Du Clos – un des trois académiciens les mieux rétribués7 – le privilège d’ouvrir par sa communication la toute première assemblée le vendredi 31 décembre 16668. La chimie s’établit donc, elle s’institutionnalise. L’Académie des Sciences devient, dès sa refondation en 1699, le cadre – presque exclusif – dans lequel se fera la chimie française tout au long du XVIIIe siècle. Les chimistes sont alors des hommes dotés d’une autorité scientifique qui leur est déléguée par l’institution officielle et légitime qui les a reconnus et à laquelle ils appartiennent. La chimie du Siècle des Lumières est donc affaire de personnes autorisées, et n’a plus à justifier de son existence, comme auparavant9. Le prix à payer à sa totale reconnaissance académique sera la restriction de l’accès à l’expression – surtout à la publication – à toute personne œuvrant en dehors de l’Académie ; il sera alors beaucoup plus difficile pour un simple apothicaire de faire paraître son « cours de chimie » comme au siècle précédent. Mais ce constat suffit-il pour rendre compte d’une régénération de la chimie ?

3D’autres raisons, indépendantes de la création de l’Académie des Sciences, peuvent être – et ont été – avancées pour rendre compte du changement de statut survenu en chimie. Ce changement a bien souvent été compris comme un changement affectant directement la nature de la chimie, une chimie qui délaisserait les vaines recherches de la transmutation des métaux pour désormais inscrire ses travaux dans le champ de la rationalité, ou encore qui dépasserait le stade d’une pratique artisanale non raisonnée des corps chimiques pour accéder (enfin) à celui d’une expérimentation minutieuse de la matière10. La mécanisation de la philosophie naturelle dans la deuxième moitié du XVIIe siècle est un des arguments majeurs avancé en faveur d’une rupture en chimie aboutissant à l’abandon d’une explication principielle des phénomènes. La chimie reposait jusqu’alors sur une réduction des propriétés des corps à des qualités substantielles portées par des principes – les tria prima paracelsiens – qui les constituent. Boyle est généralement décrit comme l’auteur d’une chimie représentative de cette nouvelle intelligibilité de la nature, et l’expression de « révolution mécaniste » a d’ailleurs été posée à son sujet11 ; le Cours de Chymie de Nicolas Lemery de 1675 est, pour sa part, envisagé comme un exemple français12 de cette révolution. La chimie de Robert Boyle est en outre considérée comme une juste illustration de la méthode baconienne en sciences physiques ; celle de Lemery tenant une position équivalente, par son affirmation d’en exposer clairement les éléments après avoir d’emblée rejeté toute « métaphysique ».

4L’apparition du mécanisme en chimie peut de prime abord apparaître comme pouvant effectivement revêtir certains aspects d’une rupture. Mais ce qui passerait pour une rupture n’en est sans doute pas une, du moins au sens fort ; et ce, pas uniquement parce que les interprétations corpuscularistes des phénomènes, n’attendent pas la fin de la première moitié du XVIIe siècle pour surgir dans la chimie, mais existent depuis au moins la parution de la Summa Perfectionis du pseudo-Geber dans le milieu du XIVe siècle13. L’introduction de considérations mécanistes en chimie, à partir des années 1660, doit être lue comme une expression d’une crise profonde qui s’annonçait dès les premières décennies du siècle, et qui ébranle alors les fondements de la chimie : le socle de vérités sur lequel s’appuyait la science chimique disparaît au moment même de sa reconnaissance comme science à part entière, au point de devoir, pour certains, être réduite au rang de simple corps de pratiques artisanales. L’enjeu sera alors pour elle de redéfinir ses principes. Ce bouleversement secoue certes fortement la chimie, sans pour autant en modifier l’apparence : la chimie française est principielle en 1666, elle le sera encore en 1702. Mais l’évolution du rapport entre les deux dimensions – théorique et pratique – dans lesquelles se déploie la chimie, affecte cette dernière dans sa croyance en ses principes, c’est-à-dire en ses vérités premières, points de départ de toute connaissance chimique. La chimie du XVIIe siècle est en effet principalement une question de principes. Avant la constitution de l’Académie Royale des Sciences, on ne possède pas les vrais principes des corps mixtes sur lesquels se développe le discours chimique, mais on les connaît ; à la suite de sa refondation, on ne les connaît plus mais on en possède de vraisemblables et palpables. L’histoire de la chimie devient alors celle de son progrès dans la connaissance de la composition des corps. Aussi nous proposons-nous ici de mettre en évidence la fin d’une chimie ancrée dans un passé pour elle toujours actuel, qui fait son entrée dans le présent au moment même où elle prend place dans la toute nouvelle Académie Royale des Sciences de Paris, précisément dans le dernier tiers du XVIIe siècle ; pour la première fois l’idée de progrès émerge dans la chimie qui quitte alors – peut-être pour toujours – les rives de la certitude. Nous nous autoriserons au préalable à réenvisager, dans l’histoire de la chimie de cette période, le rôle de Boyle, dont les critiques de la doctrine paracelsienne sont pertinentes – mais pas pour les raisons avancées –, pour faire de lui un chimiste moderne comme les autres face à cette crise de la chimie.

Boyle : ne pas corriger, mais discréditer

5Robert Boyle est sans conteste le personnage majeur des histoires de la chimie du XVIIe siècle rédigées jusqu’à ce jour. Méthode expérimentale, attaque contre la chimie des principes, définition de l’élément chimique, sont dans celles-ci autant d’arguments à mettre au crédit de ce grand homme14. Boyle, lui-même, en son temps, se voyait déjà appartenir à une avant-garde de la « nouvelle science », il souhaitait être reconnu comme « nouveau philosophe », et a en conséquence adopté une rhétorique de la nouveauté pour accentuer une cassure avec ses prédécesseurs ou contemporains qu’il critiquait et desquels il voulait se distinguer. Aussi sélectionnait-il dans ses écrits les influences qu’il acceptait de divulguer pour qu’il n’y ait aucune ambigüité sur sa position, et minimisait-il même certaines de ses sources importantes15. Pourtant seule une cassure ou une discontinuité superficielle est palpable, qui débuterait avec l’apparition des travaux de Boyle, due à la fois à une image qu’il voulait de son vivant donner de lui, et à travers les travaux historiographiques qui ont suivi et développé cette image. L’ouvrage qui a grandement contribué à forger une telle réputation à Boyle est bien entendu son Sceptical Chymist de 1661 qui prend singulièrement à partie les chimistes vulgaires, en particulier les auteurs français de cours de chimie paracelsienne. L’œuvre de Boyle est toutefois revisitée avec profit depuis une vingtaine d’années, permettant, entre autres choses importantes, de mettre en évidence son formidable intérêt pour une noble « alchimie »16 ; et par-là même de réinscrire son œuvre dans la philosophie naturelle propre à son époque, mais en lui ménageant toujours une place de choix qui n’est pas réellement questionnée. Confrontée à une étude plus fine de la chimie française de la fin du XVIIe siècle, cette interprétation ne prend pourtant pas les allures d’une évidence17.

6Pourquoi les chimistes auraient-ils dû abandonner leur doctrine pour se plier à celle que Boyle leur offrait ? L’importance de Boyle dans l’histoire de la chimie française est-elle vraiment justifiée ; d’autant plus qu’elle semble n’avoir été que peu reconnue par la communauté des chimistes du XVIIIe siècle ? Les chimistes incriminés par Boyle, dans le Sceptical Chymist, n’ont pourtant eu de cesse que de revendiquer le privilège de ne se prononcer qu’après être passés par le travail de laboratoire. Sans doute doit-on admettre, pour une part, un réel échec d’une pratique expérimentale trop inconsistante de la chimie paracelsienne ; mais y voir une victoire des arguments de Boyle, dont certains sont en effet très forts, est un pas que franchit ordinairement l’historiographie, sans se préoccuper de la faiblesse de l’autorité de celui-ci chez les chimistes de la France du XVIIIe siècle. Plus qu’une pauvre postérité, on relève même un refus de le considérer comme un des leurs ; une reconnaissance inconditionnelle en revanche comme « père de la physique moderne »18 lui est accordée par les physiciens, les chimistes considérant pour leur part que leurs prédécesseurs n’ont pas attendu Boyle pour corriger certains aspects de leur pratique, avant d’attribuer volontiers le titre de « père de la chimie moderne » plutôt à un Becher ou à un Stahl19.

7Les critiques du Sceptical Chymist de Boyle concernent précisément, selon Antonio Clericuzio20, la manière d’envisager la chimie comme discipline purement pratique. Les chimistes vulgaires contre lesquels sont dirigées les attaques de Boyle, représentés dans le dialogue de cet ouvrage par la figure, presque muette, de Philoponus (ses interventions dans le Sceptical Chymist se réduisent à une douzaine de lignes21), sont coupables d’avoir dégradé le statut de la chimie en l’abaissant à un vulgaire ensemble de pratiques opératoires et d’applications techniques et/ou en la présentant comme une panchimie22. Cette image du chimiste paracelsien vulgaire – plongé dans la matière – contraste avec celle de ceux se vouant à une pratique plus « philosophique » de la chimie (qu’ils s’inscrivent dans la doctrine de la dyade médiévale Soufre/Mercure ou même dans celle des tria prima23) et demeurant à l’écart des critiques. Boyle préfère réduire ces chimistes vulgaires à de simples manœuvres d’une discipline dont les opérations doivent trouver leur raison dans le cadre de son « hypothèse mécanique » plutôt que par un certain nombre de principes chimiques censés constituer l’ensemble des corps mixtes, et dont la nature soi-disant simple peut être prise à défaut par l’expérience en laboratoire. Les corps ne sont pas composés de trois, ni même de cinq substances élémentaires pour Boyle, mais de groupements de corpuscules en interaction, dont la texture rend compte physiquement des propriétés chimiques des corps ; les effets chimiques visibles ne pouvant provenir que d’un changement d’ordre mécanique24. Il est en effet convenable et fortement utile de structurer les explications physiques suivant des termes familiers à chacun, universellement intelligibles comme la taille, la figure, le mouvement et le repos, desquels dépendent « probablement » les propriétés des corps25. Aussi peut-on envisager une chimie vulgaire détachée des sciences de la nature par Boyle, cantonnée désormais plutôt dans les arts mécaniques, à savoirs les « arts serviles […] tels que ceux que pratiquent les ouvriers qui travaillent […] aux choses qui servent aux nécessitez ou commoditez de la vie, comme les Maçons, les Tailleurs, les Cordonniers […] », suivant la définition de Furetière26. Les chimistes vulgaires feraient alors figure d’ouvriers de la philosophie mécaniste, ils agencent les corpuscules, desserrent leur texture, ils confectionnent des corps. Boyle n’accorderait en effet à leur pratique que deux fonctions : d’abord celle d’illustrer, voire de prouver par l’expérience la philosophie corpusculariste qui jusqu’ici souffrait d’une trop grande spéculation27, ensuite celle d’utilité publique en tant qu’art mécanique28. Boyle déposséderait alors les chimistes vulgaires de tout droit à développer un discours qui leur serait propre sur leurs opérations en les coupant de leur tradition pour servir l’hypothèse mécaniste. « Retirer à ces Artistes [= les chimistes vulgaires] leur confiance excessive en leurs principes et les rendre un peu plus philosophes <dans le rapport> à leur Art »29, est la volonté affichée de Boyle. Jeter le doute sur la chimie paracelsienne est un moyen de la réduire à sa dimension purement pratique30. Aussi Boyle n’est-il pas davantage un défenseur de la chimie expérimentale qu’un opposant à la doctrine paracelsienne sur la base d’une philosophie mécaniste ; son intention est bien de doter la pratique de la chimie de principes philosophiques et d’offrir à la philosophie naturelle un support expérimental, ou encore de créer un intermédiaire « chimico-physique »31 qui n’est plus chimie – car n’en doivent être conservées que les observations et les expériences –, sans être pour autant stricte physique mécaniste.

8Passée la première partie32, l’ouvrage ne justifierait rigoureusement plus son titre ; Carneades, le protagoniste principal du dialogue, n’argumentant plus seulement dans la suite à la stricte manière d’un sceptique. Boyle ne cherche alors pas à distinguer les discours des chimistes ; ces critiques portent sur l’ensemble de ce qu’il appelle les chimistes vulgaires sans discrimination aucune, dont le chimiste vulgaire paradigmatique serait Jean Beguin33. Qui plus est, il ne cherche pas davantage à rappeler la fonction radicalement opératoire de la doctrine des tria prima. Il tend à faire passer les principes chimiques exhibés au laboratoire et manipulés en vue de la préparation de remèdes pharmaceutiques, pour élémentaires et universels, les exposant ainsi à la contradiction de l’expérience qui met en évidence leur hétérogénéité et les différences entre principes de même nom, que Boyle a alors beau jeu de dénoncer. L’« hypothèse chimique »34 – puisque c’est ainsi que ce dernier nomme aussi la chimie paracelsienne – a pourtant développé une doctrine expérimentalement très efficace pour rendre compte de ses opérations. La triade – Mercure/Soufre/Sel –, ou mieux la pentade – Mercure-Esprit/Soufre-Huile/Sel/Eau/Terre –, est une doctrine fondamentalement adaptée à la pratique de laboratoire, dont Boyle ne rend pas la juste fonction afin de mieux en exprimer les difficultés.

9Doctrine de laboratoire, ses principes doivent être opératoires. Depuis la fin du XVIe siècle, se révèle une tendance constante et affirmée des chimistes à matérialiser la matière, et donc les principes, en vue de sa maîtrise totale, tangible et sans médiation. Joseph Du Chesne, le Quercetanus pris à partie par Boyle dans le Sceptical Chymist, a contribué très activement à mettre la matière à la portée du chimiste, en développant en particulier une métaphysique du Sel – qui offre une expression sensible de l’insensible principiel – rendant théoriquement pensable la pratique de la matière35. L’insistance de Boyle sur la confiance à accorder aux témoignages des sens, la « lumière de la nature », n’était donc en rien nouveau pour cette chimie, et ce au moins depuis la période médiévale36. Considéré comme indissociable de la chimie de Paracelse, le travail effectif des corps est hissé au rang de revendication par tous les chimistes du XVIIe siècle. Du Chesne fait « presque voir à l’œil » les trois principes hypostatiques contenus dans le Sel-matière première sensible que Pierre-Jean Fabre identifiera à la matière première d’Aristote ; en ce qui concerne les auteurs de manuels de chimie, pour Guy de la Brosse en 1628, la chimie ne se pratique pas sans se salir les mains, en 1624 De Clave convoque le public intéressé à une démonstration de la composition en cinq principes des corps mixtes contrairement aux doctrines d’Aristote et de Paracelse37, Nicaise Le Febvre, en 1660, se pose fièrement comme « Philosophe sensal », et plus tard, Nicolas Lemery ne voudra considérer que des principes palpables et démontrables ; et tous feront apparaître au laboratoire les principes de leur doctrine. C’est cette tradition du travail expérimental que Boyle veut rapprocher de la philosophie corpusculaire spéculative.

10Néanmoins, ces chimistes n’ont jamais prétendu isoler et manipuler les vrais et premiers principes des corps38, ceux-là même qui sont effectivement homogènes et universels, et donc inaccessibles dans leur état de pureté absolue. Tout en soutenant ses accusations, Boyle semble à un moment de son discours le reconnaître39. L’analogie est, en effet, pour lui également, manifeste entre les corps obtenus par l’analyse chimique et les principes de même nom avancés par la théorie des chimistes, qu’il est toutefois préférable de nommer « prima mista » ou « mista primaria »40, ou « secundary principals, or mixts of peculiar sort »41. Mais Boyle exige des preuves visibles de la présence des vrais principes dans ceux qu’obtiennent les chimistes, et desquels ils tirent leur nom. Leur discours pourrait être raisonnable, si soit Carneades, soit Eleutherius (un personnage du dialogue du Sceptical Chymist), soit les chimistes eux-mêmes avaient vu la Nature prendre du pur Sel, du pur Soufre et du pur Mercure principes, pour constituer chaque sorte de corps mixte42. De toute évidence, Boyle n’accorde pas jusqu’au bout à la doctrine chimique le statut d’« hypothèse », et réclame de voir ce qui en théorie ne peut être vu hors de toute union mixtive. Aussi assimiler les principes chimiques aux produits issus de la dernière résolution par le feu des mixtes lui paraît-il hautement critiquable : ces substances mises en évidence par les chimistes ne sont pas identiques d’un mixte à un autre, et sont reconnues de manière arbitraire par la prédominance des qualités qui sont censées leur être associées. Or la critique n’est pas neuve en chimie ; en dehors de ceux de Van Helmont, des arguments similaires sont proférés entre auteurs de manuels de chimie – peut-être pas, il est vrai, de manière aussi radicale ni systématique. Il a été, par exemple, refusé à l’Esprit (ou Mercure) le statut de principe ; les substances tirées des mixtes traditionnellement reconnues comme Esprits principiels deviennent pour Le Febvre des Sels ouverts. Des mises au point ont également été régulièrement effectuées par les chimistes, qui reconnaissent une certaine confusion dans la nomenclature chimique, comme au sujet de l’esprit de vin qui ne peut être Esprit pour De Clave mais Huile (ou Soufre)43.

11Boyle ne fait donc pas justice à la doctrine chimique paracelsienne qu’il ne souhaite en réalité pas corriger, mais remplacer par sa philosophie corpusculaire. S’appuyant pourtant sur un très grand nombre d’expériences, il n’y parviendra jamais ; ce que constate Christian Huygens, dans une lettre de 1692, quelques semaines après le décès de Boyle, qui répond à la déception de Leibniz quant à la stérilité du travail expérimental chimique de l’Anglais dont le discours mécaniste n’a, selon lui, rien d’innovant44 :

« Mr. Boyle est mort, comme vous sçaurez desja sans doute. Il paroit assez etrange qu’il n’ait rien basti sur tant d’experiences dont ses livres sont pleins ; mais la chose est difficile, et je ne l’ay jamais cru capable d’une aussi grande application qu’il faut pour establir des principes vraisemblables. Il a bien fait cependant en contredisant à ceux des Chymistes »45.

12La chimie des vulgaires apothicaires et autres paracelsiens semble donc également insatisfaisante aux yeux de Huygens. On peut toutefois se poser la question de savoir s’il ne fait pas plutôt ici allusion à la chimie d’avant la publication du Sceptical Chymist, au début des années 1660, qu’à celle développée par son confrère de l’Académie des Sciences et voisin46, Du Clos, dont il sera question plus bas ; il accorderait alors à Boyle le mérite de l’avoir dénoncée, et peut-être d’avoir poussé, involontairement, les chimistes à se corriger. Il n’en reste pas moins que pour Huygens, Boyle s’est montré incapable d’« établir des principes vraisemblables », incapable donc d’élaborer un système alternatif rendant parfaitement compte des phénomènes chimiques. Le changement souhaité en chimie viendra de la chimie des principes elle-même. Déjà, dans l’entourage proche de Boyle même, se trouvent des chimistes vulgaires qui annoncent œuvrer à une réforme de la chimie ; en particulier Nicaise Le Febvre.

La volonté de réforme de la chimie vulgaire

13En décembre de l’année même de la sortie du Sceptical Chymist, Nicaise Le Febvre47 est élu Fellow de la Royal Society48, puis membre, à l’intérieur de celle-ci, de la commission de chimie, aux côtés de Boyle ; ce qui fait de lui, le premier Français membre d’une académie savante nationale. Le Febvre, puisque apothicaire chimiste, puisque auteur d’un cours de chimie d’inspiration paracelsienne et helmontienne, semble parfaitement appartenir à la catégorie des chimistes dont parle le texte de Boyle ; d’autant qu’il se décrivait lui-même comme « philosophe sensal », revendiquant une philosophie chimique autorisée par le passage au laboratoire ; l’expression est explicitement reprise par Boyle dans sa dénonciation de la « vantardise » de ceux qui s’attribuent ce titre – « Philosophus Sensatus » :

« Mais comment les Chimistes font apparaître qu’il y a de tels corps primitifs et simples [= leurs Principes] dans ceux dont nous parlons [= les corps composés] […] ? Et s’ils prétendent par la raison prouver ce qu’ils affirment, [alors] que deviennent leurs vantardises assurées que les Chimistes (qui sont appelés par conséquent, après Beguin, Philosophus ou Opifex Sensatus) peuvent convaincre nos yeux, en montrant de manière manifeste dans tout corps mixte ces substances simples que [la raison] leur enseigne être composés ? Et en fait, si les Chimistes ont recours dans ce cas à d’autres preuves que des expériences, comme ils doivent ici brandir le grandiose Argument qui est donné pendant tout ce temps comme démonstration ; alors cela me libère de l’obligation de poursuivre la contestation dans laquelle je me suis engagé à n’examiner que les preuves expérimentales »49.

14Mais en plus de se percevoir comme philosophe de laboratoire, Le Febvre se revendique bel et bien – à l’instar de Boyle – restaurateur de la chimie. Il est vrai que dans son Traicté de la Chymie, il s’adresse principalement aux apothicaires, car son ambition était de promouvoir une nouvelle pharmacie dressée sur le fondement solide de la philosophie chimique ; mais restaurer la chimie ou la pharmacie revient au même pour lui, la « véritable Pharmacie » n’étant autre que la chimie, c’est-à-dire « la véritable clef de la nature »50, « la science de la nature même » au moyen de laquelle on cherche les principes constitutifs des choses naturelles, et découvre « les causes & les sources de leurs générations, de leurs corruptions, & de toutes les altérations auxquelles elles sont sujettes »51. Le Febvre fait le constat d’une dégradation de la pratique pharmaceutique, à laquelle il faut remédier par le biais, sans doute, d’une meilleure maîtrise de la théorie chimique à laquelle il consacre dans son Traité une part étonnamment importante pour un manuel de chimie, mais dont les éléments sont assez classiques, à l’exception des arguments d’influence helmontienne, et du rôle de l’Esprit universel d’une nature solaire particulière52.

15Aussi relève-t-on qu’au moment où sort le Sceptical Chymist, un chimiste vulgaire entre sur une même scène académique que Boyle. La réunion de ces deux chimistes, chacun « moderne » à sa façon, tendu vers un même objectif, aurait pu paraître tout à fait improbable, ou du moins conflictuelle. Boyle aurait pu poursuivre la polémique au sein de la Royal Society, cherchant même à empêcher l’élection – à ses yeux – d’un simple artisan qui n’aurait pas sa place en ce lieu. Le Sceptical Chymist met en effet directement en cause ce qui fonde alors toute la chimie paracelsienne : les principes chimiques. Or, s’attaquer aux principes de la chimie, c’est tenter de liquider ce qui assure la validité de ses productions, ce qui fait qu’elle fournit des vérités parce que justement soutenue par des principes vrais.53 En cela la démarche de Boyle est violente. De son côté, Le Febvre aurait pu se sentir personnellement visé par le propos de l’ouvrage, penser ne rien avoir à partager avec son contradicteur. C’est, pourtant, semble-t-il, dans un bon esprit – peut-être même dans un certain esprit de collaboration – que se retrouvent les deux hommes54. Le Febvre, en intégrant la Royal Society, intègre par ailleurs un lieu où il est connu, et sa chimie reconnue comme tout à fait moderne (en particulier son opération d’augmentation de poids de l’antimoine calciné au soleil, par la fixation sur le métal de l’Esprit universel, lui conférant de la sorte des vertus thérapeutiques). Rappelons seulement qu’un certain nombre de Fellows et Charles II lui-même, ont, dans les années précédant la restauration, rencontré en France Le Febvre (Evelyn, Digby, Moray, Oldenburg,…), qui a été, pour certains, leur maître de chimie. Ce Français, peut-être le premier étranger à être admis au sein de l’institution, passe en 1661 pour un chimiste très expérimenté ; peut-être davantage même que Boyle55. 1661 apparaît donc bien comme une année particulière dans le sens où un chimiste paracelsien vulgaire a tout autant sa place qu’un chimiste sceptique et corpusculariste dans la nouvelle Royal Society. Tout porte à croire que si opposition il y a entre ces deux hommes, celle-ci ne peut être que le fruit d’une lecture apostériorique des événements. L’image d’un Boyle qui aurait détruit les illusions des chimistes pour éclairer la voie que doit désormais emprunter la chimie, et celle d’un Le Febvre, chimiste peut-être plus méritant que les autres mais dont la doctrine ne peut résister aux coups de la critique implacable du premier, ne correspondent visiblement pas à celles que se faisait d’eux la jeune société savante britannique en cette année 1661. Tous deux s’affichent, et sont reçus, en réalité comme modernes, et œuvrent – sans doute différemment (pour l’un par l’élaboration d’une philosophie corpusculaire en lien avec une pratique chimique, pour l’autre par un intérêt renforcé de cette pratique pour la spéculation autour, en particulier, de l’activité d’un agent spirituel, Esprit universel, matière première, feu, lumière solaire, semence, principe radical et fondement de toute chose56) – à la construction d’un savoir chimique rénové.

16Pourtant la modernité de Boyle et de Le Febvre doit être réinscrite dans un contexte de renversement du mouvement de la chimie qui se produit alors, les renvoyant tous deux à une position, pour une part, encore traditionnelle en chimie qui veut que les vérités que celle-ci produit soient garanties par des vérités premières connues et indémontrables directement.

La science chimique, comme connaissance des principes …

17Le choix de revenir sur un moment considéré comme décisif en histoire de la chimie – la publication du célèbre Sceptical Chymist de 1661 de Boyle – en l’associant à un événement exactement contemporain – l’entrée d’un « vulgaire » apothicaire français à la Royal Society –, n’a pas pour objet d’en souligner les différences57, mais l’équivalence dans leur position par rapport à un renversement épistémologique indépendant de l’émergence d’un mécanisme en chimie, qui fonde de nouveaux critères de rationalité sur lesquels va se reconstruire une chimie dont le socle de certitudes est mis à mal. Les événements de 1661 illustrent un moment charnière dans l’histoire de la chimie, où de manière plus ou moins forte Boyle et Le Febvre recherchent, soit quelques fondements expérimentaux à une compréhension trop spéculative qui n’est pas mise en doute des phénomènes naturels, soit au contraire à rappeler le discours spéculatif pour justifier une pratique un peu trop livrée à elle-même ; dans les deux cas un lien renforcé entre théorie et pratique est recherché. La chimie dans ce moment charnière se situe entre une chimie qui repose entièrement sur des vérités assurées à retrouver, et une autre qui se met en quête de vérités inconnues faisant naître en chimie l’idée de progrès, lui conférant, lui ouvrant d’un seul coup, un avenir de perfectionnement de ses connaissances.

18La chimie, de la fin du XVIe siècle aux environs de 1660, repose sur une définition plutôt aristotélicienne de la science, comme connaissance des principes dont on sait qu’ils sont et ce qu’ils sont, mais qu’on ne peut rigoureusement démontrer ; sauf à partir d’une connaissance plus sensible et opérer par induction (on tombe alors dans la dialectique, au sens large, la connaissance du vraisemblable). Du fait même de la nature de la science chimique, les principes (et donc leur démonstration) ne peuvent pas ne pas être en lien avec le monde sensible qu’ils composent et soutiennent, et dont les phénomènes doivent leur être rapportés comme à des causes premières.

19Faire reposer la chimie sur une telle définition aristotélicienne de la science semble aller de soi pour une science chimique qui ne se définit dans les textes de l’époque que par ses principes, et qui ne justifie sa pratique que par la pratique de ses principes ; ce qu’a très bien perçu Boyle. La science chimique du XVIIe siècle est avant tout la science des principes chimiques. On comprend que l’on doive alors considérer tous les chimistes – philosophes et vulgaires – uniquement dans leurs rapports aux principes et au sein d’une seule et même chimie. Les tria prima et les cinq principes sont en fait les mêmes, ne différant que par des exigences différentes de mise en pratique. Aussi peut-on suivre la chimie au XVIIe siècle – non pas suivant des moments de ruptures éclatants réductibles à l’œuvre d’un personnage, ni à l’apparition d’une doctrine bien précise – mais suivant les modes d’appréhension des principes. Ces modes, au nombre de trois, ne se suivent pas strictement dans le temps, et ont donc pu coexister selon les périodes du siècle.

… Avec pratique des vrais principes

20On relève d’abord, la science chimique comme connaissance des principes, avec pratique des vrais principes. On connaît les principes constitutifs des corps – leur nombre et leur nature –, mais on ne peut les démontrer, autrement dit sur le plan de la chimie, on ne peut les atteindre, les montrer. La pratique des vrais principes est en vue de la préparation d’un seul et grand remède, telle la Pierre philosophale ; c’est la chimie par exemple de Joseph Du Chesne et de Pierre-Jean Fabre58. Loin d’être intégralement spéculative, cette chimie orientée vers l’obtention d’un objet qui est en fait une conséquence de la théorie chimique – et non l’inverse –, s’appuie très fortement sur une pratique particulière des principes paracelsiens, dans laquelle le passage au laboratoire représente alors une autre manière d’exprimer une théorie foncièrement vraie59. Elle est une redite de la théorie pour laquelle la vérification n’a aucun sens, ou pour détourner et retourner une expression de Bachelard, l’expérience est ici « un pléonasme de la raison »60.

21Ces trois principes vrais ou premiers appartiennent à la cosmologie paracelsienne. Ils composent l’ensemble des choses naturelles quel que soit leur règne d’appartenance, dans un monde double, dont la partie invisible et intangible sous-tend celle qui est visible et tangible61. Avant tout porteurs de qualités (pour les principales : la volatilité pour le Mercure, l’inflammabilité pour le Soufre, et la corporéité pour le Sel), ces principes actifs expriment toutes les propriétés des substances mixtes matérielles ; mais sans exister réellement en acte dans le corps mixte. Les tria prima y sont présents virtuellement tout en faisant valoir les qualités qui les définissent. Aussi doit-on admettre une pluralité de formes – ou plutôt de forces – dans le mixte, d’où résulte une sorte de tension intérieure, et la forme résultante est une synthèse de fusion ou de domination62. Indémontrables et connus, les principes de la chimie sont inaccessibles de fait au niveau de la pratique chimique ; on sait qu’ils existent et on sait ce qu’ils sont, mais on ne les atteindra jamais directement sous cette forme. Le mode opératoire pour préparer la Pierre philosophale consistera alors, schématiquement, à séparer puis à réunir les principes vrais, impalpables, d’un corps mixte qu’ils composent ; c’est le sens même du mot spagyrie. Ces principes se présentent communément, avant toute séparation totale, suivant quatre modes d’être correspondant aux quatre matrices, aux quatre régions cosmiques, c’est-à-dire aux quatre éléments constituant le décor dans lequel se joue la chimie paracelsienne dès la fin du XVIe siècle. Ainsi dans la partie du monde que nous occupons, toutes les choses naturelles apparaissent à nos sens sous deux formes : l’humide et le sec ; l’Eau et la Terre formant les deux écorces principales qui renferment l’invisible actif, les vrais principes qui sont la nature des corps. En d’autres termes, pour les chimistes paracelsiens, le corps est une matière qui a de la profondeur qualitative, ou encore, il est un ensemble de qualités revêtues d’un voile élémentaire63. Mais une fois retirée l’enveloppe, il reste, pour ainsi dire, son substrat matériel douée de toutes les vertus du corps, qui ne peut toutefois être saisie telle quelle dans notre monde ici-bas64. Le philosophe chimique laisse en réalité à la Nature le soin de mener à bien l’opération spagyrique, après avoir disposé la matière de son choix dans un lieu propice à sa transformation, puis l’avoir soumise à l’action de l’agent naturel, le feu, qu’il doit appliquer à sa juste puissance, et durant un juste laps de temps sans interruption. La pratique des principes vrais – l’« ouverture du mixte » suivie de leur réunion intime – est ainsi une pratique médiate, d’un bout à l’autre presque de l’opération, sans aucune manipulation directe de ces derniers ; une parfaite connaissance de la théorie chimique de la part de l’artiste est pour cela indispensable. Parvenir à l’obtention de la préparation de l’Arcane universel, c’est alors faire la preuve de sa science65.

22La matière est donc pleine de qualités, constituée de principes cachés sous un voile à travers lequel ces derniers s’expriment. Les révéler, c’est, pour Pierre-Jean Fabre en 1636, « mettre à nue toute la Nature ». Le regard du chimiste doit ainsi se porter, dans la difficulté de son travail de laboratoire, vers l’intérieur des corps, à la différence d’autres physiciens (tels les botanistes, mécaniciens, ou anatomistes) qui ont plutôt « le cerveau fait comme un œil » pour reprendre une expression du même Fabre de 165366, qui « ayant laissé la moelle, & noyau de la science (à la façon du vulgaire, lequel ne vise qu’à l’extérieur) ne se veulent occuper qu’autour de l’amertume de l’écorce […] » pour Ostwald Croll en 160967. La pratique de la chimie est alors celle de la résolution des mixtes en leurs principes premiers – que l’on connaît et que l’on retrouve –, ces vérités premières, ces points de départ dans la genèse des corps naturels et de la science chimique, d’où provient la certitude de la chimie toute entière, et de la Pierre philosophale en particulier.

… Avec pratique des principes seconds

23On relève, ensuite, la science chimique comme connaissance des principes, mais cette fois avec pratique des principes seconds. Cette chimie est caractérisée par le genre littéraire, très en vogue au XVIIe siècle en France, des cours de chimie, auquel appartient le traité de Nicaise Le Febvre. On connaît les principes constitutifs des corps – leur nombre et leurs qualités particulières –, mais on va désormais les exhiber sous une forme approchée, grossière, et tout de même satisfaisante – bien qu’impure – pour ce qu’on a à faire : préparer de nombreux petits remèdes. En parallèle avec le premier mode d’appréhension des principes, des chimistes se sont attachés à des phénomènes davantage à leur portée, et ont inscrit leur pratique chimique dans un courant dont la finalité était plus pragmatique, dans une chimie perçue comme « instrument de santé »68. Ces deux façons d’envisager la chimie constituent deux pôles, plutôt que deux moments dans l’histoire de la chimie au XVIIe siècle dans laquelle certains chimistes sont plus exemplaires que d’autres pour les illustrer. Rédiger un cours de chimie ne signifie aucunement que l’on s’oppose radicalement à l’idée d’une transmutation métallique. Bien que puisant dans la même source doctrinale, les auteurs de manuels de chimie affichent seulement des ambitions plus modestes. Laissant aux philosophes chimiques le soin de poursuivre les nobles investigations sur la Pierre philosophale, ils désirent comprendre la nature des mixtes en les anatomisant, et s’attellent à la préparation de remèdes ou composés dont le mode opératoire est clair et reproductible, et pour certains même, diffuser un savoir purement chimique. La matière pour les auteurs de cours de chimie ne résulte plus uniquement d’une exigence de la pensée. Le travail de laboratoire consiste à vérifier l’existence d’un corps, à identifier ses caractéristiques, à maximiser sa préparation, à le purifier par une série d’étapes réfléchies d’opérations. L’échec n’est plus la confirmation de la difficulté de l’entreprise et de la profondeur à laquelle la nature a caché ses secrets. De nouvelles exigences de rationalité scientifiques émergent alors pour les substances communes. Celles-ci sont répertoriées, et sont accompagnées de leur recette. Mettre les mains au charbon pour exhiber les éléments de la théorie représente ici plus qu’ailleurs une manière d’en exhiber la vérité, d’un autre poids que les syllogismes des scolastiques.

24Les principes chimiques connus, manipulés et montrés au laboratoire sont les mêmes que précédemment, mais hétérogènes et enveloppés d’une écorce élémentaire. Ces principes, dits seconds, prochains ou grossiers, portent le nom du principe vrai qui s’y exprime le plus fortement. Aussi les chimistes, que Boyle et Du Clos nommeront « vulgaires », ont-ils recours a une théorie chimique corporifiée, où les trois principes Mercure/Soufre/Sel (également nommés Esprit/Huile/Sel) seront constamment envisagés en même temps que les deux éléments Eau et Terre, façades corporelles de notre monde. Samuel Cottereau Du Clos confirme dans un mémoire de 1666 que ces chimistes n’ont fait que s’inscrire dans la tradition des tria prima :

« Ces trois fameuses matieres pourroient avec quelque droict recevoir la denomination de Principes chez les Hermétiques, puisqu’elles tiennent lieu de Principes en la confection de leur grand Elixir ; Et c’est comme j’ay dict de ces Philosophes Misterieux que les Chimistes vulgaires ont apprins les termes de Mercure, de Sel, et de Soulphre principiants, qu’ils ont appliquez aux trois principales substances corporelles, qu’ils reputent simples et premieres et qu’ils veulent faire passer pour principes des Mixtes naturels, trouvants quelque analogue entre les trois Matiere qui composent le grand arcane des Hermetiques, et ces trois substances energiques qu’ils sçavent separer de quelques Mixtes par une Analyse Imparfaite. Mais les unes et les autres ne sont point de veritables Principes n’estans ny premieres, ny simples. Et cette resolution n’est pas extrême qui les separe les unes des autres, sans passer outre »69.

25L’existence des trois principes et des deux éléments dans la composition de toute substance naturelle avait été exhibée par Joseph Du Chesne dans une opération de distillation du bois vert, dans son Grand Miroir du Monde de 158570 ; l’opération était moins une « démonstration », comme l’auteur le prétendait, qu’une « monstration » par la pratique de laboratoire de la vérité de la théorie. Ces principes et éléments qui donnent prise sur le réel tout en favorisant une pratique plus large de la théorie chimique, bien qu’impurs, demeurent les causes qui ne sont pas à découvrir mais seulement à redécouvrir, auxquelles doivent être rapportées les propriétés des corps mixtes qui en sont composés.

26Se contentant pourtant de reprendre à leur compte la doctrine spéculative principielle, les chimistes vulgaires, du fait même de leur inscription dans un travail moins ambitieux et plus concret, et par souci constant, dans leur opposition à l’hylémorphisme, de démontrer la vérité de l’existence des principes chimiques dans les corps, vont modifier la place traditionnelle des principes dans le rapport entre théorie et pratique en chimie, renvoyant plus que jamais la doctrine principielle à une réalité empirique substantielle. En effet, les principes chimiques sont avant tout différences ; ils sont par leurs qualités ce que les autres ne sont pas, par leur localisation (dans la cosmologie chimique) là où les autres ne sont pas71, et existent donc dans et par la relation aux autres principes de la triade ou de la pentade (ce qui interdit en toute rigueur de les penser isolément, ou par comparaison avec nos éléments chimiques actuels qui existent par eux-mêmes), et dans une moindre mesure aussi par rapport aux principes des autres doctrines. Ces principes différenciés tendent cependant également à devenir dans les manuels de chimie des principes « différenciants » : ils ordonnent la variété des substances naturelles, pour signifier davantage des classes de corps manipulés par le chimiste que des substances principielles ; on identifie les sels, les huiles, les esprits – suivant leurs propriétés attachées en particulier au principe auquel ils empruntent le nom et duquel ils sont censés être majoritairement constitués (sans mise en doute de sa présence dans le mixte) – qui sont autant de principes seconds dont la définition répondrait plutôt à celle des substances indécomposables. Aussi, par la pratique d’analyse « imparfaite » des mixtes – pour reprendre le qualificatif de Du Clos –, les chimistes vulgaires, ne cherchant pas à atteindre les principes ultimes qui constituent les corps (qui demeurent, mais seulement, en arrière plan dans leur discours), mettent l’accent sur des principes premiers d’un point de vue uniquement expérimental, car vraisemblablement indécomposables72, qui ne sont pas pour autant envisagés comme des minima de structure de la matière, mais comme des objets disposés à être engagés dans des opérations chimiques.

27La pratique de ces principes seconds a pour conséquence d’affaiblir la science chimique en tant que « connaissance des principes » – et donc de l’offrir à la critique, par exemple, d’un Boyle –, par sa confrontation de fait, à la suite de l’effacement dans les cours de chimie des principes vrais, à des substances de laboratoire présentées comme principielles mais en vérité assez mal connues. Le premier mode d’appréhension des principes évitait cette difficulté en ne considérant qu’une seule instance de réalité principielle, inaccessible de droit comme de fait. Dans le deuxième mode, les principes chimiques sont différemment appréhendés ; ils sont modifiés, voire construits par l’intervention du chimiste, et accèdent au statut d’objets chimiques par les procédés de laboratoire. À l’extrême, le principe pourrait ici être simplement défini comme étant le résultat d’une technique, ou d’une suite de procédés : le principe Sel correspondrait alors à la substance obtenue après calcination d’un mixte, puis dissolution, filtration et évaporation. Ainsi, à travers la manière d’envisager les principes de la chimie par le chimiste vulgaire, se révèle désormais une dualité toute nouvelle entre un chimiste qui connaît – le philosophe chimique – et des principes à connaître – les principes seconds. Le principe vrai, pour les chimistes vulgaires apparaît sous la forme d’une substance saisissable singulière isolée au laboratoire ; pas plus que chez Aristote, il n’est en fait ici de science du particulier, tout principe second étant seulement une instance d’un des principes premiers. Principe vrai et principe second sont donc couplés à travers une technique qui les révèle l’un à l’autre (le second en tant que presque le premier, et le premier comme presque le second) dans une relation de non-séparabilité. Mais, la « phénoménotechnique », pourrait-on dire, qui se développe, et qui récuse l’indépendance mutuelle de la représentation (le principe second) et de la « chose en soi » (le principe premier), renforce très fortement l’écart qui sépare le phénomène, le principe construit au laboratoire, et le principe vrai, rendu pour le coup vraiment inaccessible. Même si le principe vrai est, en théorie, ce qui transparaît derrière ce qui apparaît73, l’impossibilité d’obtenir le premier tend à ne considérer que le second, jusqu’à rejeter le premier au second plan (concrètement, à n’en parler que dans les quelques pages de discours théorique qui ouvrent les cours de chimie, et jamais plus ensuite). Ainsi, en dernière analyse, le seul principe à retenir dans cette chimie vulgaire est bien le principe grossier. La dialectique de la théorie et de l’expérience, constitutive de la science chimique, et dont l’évolution marque inévitablement le destin des principes paracelsiens, se déplace donc en faveur de la pratique de laboratoire, en prenant appui sur un artefact, production désormais moins rationnelle qu’artisanale, qu’est le principe second que l’on sait différent du principe vrai, mais qui a l’avantage dans cette chimie-instrument de santé, d’être saisissable. Autrement dit, Boyle, par sa critique de l’existence d’un lien d’inférence entre principes premiers et principes seconds, reprocherait avec raison aux chimistes vulgaires de ne plus vraiment savoir ce qui est à la base des corps qu’ils isolent.

28Par leur quête de reconnaissance, par leur tendance à aller à la confrontation avec les autres doctrines, par leur volonté d’afficher leur originalité et de démontrer le bien fondé de leur doctrine par l’utilisation d’un argument puissant qu’ils sont les seuls à maîtriser – celui relevant d’un travail effectif des corps : l’expérience –, les chimistes vulgaires vont eux-mêmes se détacher du socle de vérités qui assurait la vérité du discours sur la production chimique. Le passage du vouloir « faire presque voir à l’œil » les principes de la chimie de Joseph Du Chesne, à l’invitation d’Etienne De Clave à une démonstration publique, à une véritable exhibition de la nature principielle des corps marquerait une coupure avec les principes vrais, et une dérive critiquable pour Boyle des prétentions des chimistes auxquels il reproche justement d’avoir avili la chimie. Nicaise Le Febvre, même s’il cautionne pour une part la démarche des chimistes vulgaires dans laquelle il s’inscrit, s’en dégage également assez nettement pour échapper, jusqu’à un certain point, à ces reproches, en privilégiant dans son Traicté de la Chymie un Esprit universel (dont les trois natures en une seule essence sont les tria prima) et sa version corporelle saline, au détriment des principes seconds. Boyle n’est pas isolé dans sa critique, Huygens, Van Helmont, ou encore Samuel Sorbière ont fait part de leur côté de leur insatisfaction vis-à-vis de cette matérialisation de la théorie paracelsienne ; d’ailleurs ce dernier souhaitait déjà, un an avant la parution du Sceptical Chymist, confisquer la parole aux chimistes :

« Certes, Monsieur, autant que je les [les chimistes] admire, tandis que je les vois lutter proprement un Alambique, philtrer une liqueur, bastir un Athanor ; autant me déplaisent-ils lors que je les entends discourir sur la matiere de leurs operations. Et cependant ils croyent que tout ce qu’ils font, n’est rien au prix de ce qu’ils disent. Je voudrais qu’ils ne prisent pas cette peine, qu’ils ne se missent pas si fort en frais, et que tandis qu’ils se lavent les mains au sortir de leur travail, ils laissassent escrire ceux qui se sont plus attachés à polir leur discours. Ce seroit aux Galilees, aux Descartes, aux Hobbes, aux Bacons et aux Gassendis, à raisonner sur leur labeur ; et ce seroit à ces bonnes gens d’écouter ce que leur diroient les personnes doctes et judicieuses, qui se sont accoutumées à faire le discernement des choses. Quam scit uterque libens censebo exerceat artem »74.

La chimie, comme science du vraisemblable

29Enfin relève-t-on un troisième mode d’appréhension des principes chimiques, dans une chimie principielle avec, cette fois, méconnaissance assumée des principes : les principes vrais de la chimie existent mais sont à découvrir, tandis que les principes seconds parfaitement démontrables deviennent au mieux les plus petites unions mixtives de la matière, des « prima mista » pour reprendre l’expression de Boyle. La science chimique qui fait en 1666 son entrée dans la toute nouvelle Académie Royale des Sciences de Paris est – alors sapée à la base après la disparition de son fondement de certitudes – contrainte de muer en science comme connaissance du vraisemblable, pour assurer la continuité de toute la chimie dans un cadre de remise en cause des principes chimiques ; y compris le maintien de discussions sur l’alkahest, le fameux dissolvant universel, ou encore les transmutations de substances, mais désormais inscrites dans une nouvelle intelligibilité de la nature.

30Samuel Cottereau Du Clos intègre l’Académie au moment où la chimie paracelsienne s’impose comme science incontournable en physique et tend à inverser le rapport de subordination à la médecine. Les enseignements de chimie se multiplient, les manuels s’y rapportant se vendent bien, la chimie s’enseigne au Jardin du Roi depuis 1648, l’iatrochimie s’impose face au galénisme, la faculté de médecine de Paris lève en 1666 son interdiction posée cent ans plus tôt de prescrire des remèdes métalliques à usage interne, et la chimie est maintenant gratifiée d’une reconnaissance académique. Mais cette victoire sonne paradoxalement aussi sa perte par la mise en évidence de son extrême fragilité théorique. Les deux premiers mémoires lus par Du Clos à l’Académie pointent précisément le problème majeur de la chimie : les principes chimiques. La chimie, hormis la noble, depuis quelques années n’existe plus, pourrait-on dire, si ce n’est sous la forme d’un ensemble de pratiques. Ses principes – Mercure/Soufre/Sel ou Esprit/Huile/Sel/Terre/Eau – représentaient sa force lorsqu’ils s’opposaient justement à ceux de l’hylémorphisme et de la médecine galénique. Une fois établie et dominante, ses principes – les seconds – sont alors évalués pour eux-mêmes et non plus par rapport à d’autres ; comme le montre le propos de Carneades dans le Sceptical Chymist qui dit avoir « drawnthe Chymist Doctrine out of the Dark and Smookie Laboratories, and both brought it into the open light, and shewn the weakness of the Proofs »75. Isolés, à découvert, les principes paracelsiens ne sont plus ceux forgés à l’origine pour une pensée chimique révolutionnaire, construite pour la confrontation, développée dans l’opposition, se posant comme un avenir de perfectionnement relatif de la connaissance de la nature, et de la médecine. C’est dans un certain sens, la fin du paracelsisme. C’est sur une chimie qui a acquis son autonomie, alors que ses principes tiraient leur force de la comparaison, de la discorde avec d’autres qui en masquaient les défauts, que Boyle, à la suite de Van Helmont, peut relever les importantes difficultés dans lesquelles le discours des chimistes vulgaires s’enlise : la chimie s’appuie sur des principes inconsistants76, l’ancienne critique d’un feu77 qui, loin d’être résolutif, proposait ses propres productions à l’analyse, porte maintenant ; et l’on comprend que la chimie n’ait plus qu’à s’offrir comme savoir-faire expérimental pour Boyle. Le cas extrême dans cette prise de conscience de la perte des principes sera, en 1667, le Cours de Chymie de Pierre Thibault qui fera totalement l’économie de la partie théorique. On peut également relever, dans la chimie française des années 1660 et 1670, une grande diversité théorique ; le vide théorique laissé par la disparition des certitudes de la chimie principielle a favorisé l’adoption de nombreuses théories de différentes obédiences : atomiste, helmontienne, dualiste acido-alkaline78, mécaniste, en plus de la paracelsienne, et les variantes de toutes celles-là. Les chimistes, tous modernes, quels qu’ils soient, ont un point commun, celui de valoriser alors l’expérience, en lui reconnaissant la capacité d’entraîner la conviction.

31C’est dans ce contexte que, le 31 décembre 1666, pour la première séance ouvrant les travaux de la classe de Physique de l’Académie, Samuel Cottereau Du Clos79 lit sa première communication. Il lui avait été demandé de prononcer un discours sur les corps mixtes, pour peut-être répondre aux exigences d’utilité des savoirs scientifiques posées par l’institution80. Celui-ci, trouvant le thème beaucoup trop vaste, et sans doute peu pertinent, fait le choix de traiter plutôt du fondement des mixtes, à savoir des principes :

« […] C’est premierement des Principes qu’il faut avoir la connoissance, pour juger de ce qui resulte de leur melange, de leurs qualitez, de leurs actions, et passions »81.

32L’analyse chimique, qu’il juge imparfaite, a conduit les chimistes vulgaires à prendre pour « principes et premières pièces constituantes » des mixtes naturels les Esprit, Huile, Sel, Phlegme et Terre, alors que ces substances sont toutes résolubles en d’autres plus simples, avant de l’être plus radicalement en Eau qui est, « apparemment », dit-il, la matière première82. L’Eau, un Esprit altératif et une Âme vivifiante ou Archée seraient pour lui les trois principes des corps mixtes ; mais cela demande « démonstrations ». Ne connaissant donc pas vraiment la véritable composition des mixtes, il nous faut pour Du Clos trouver les moyens de parvenir à leur exacte et extrême résolution. « Un des plus renommés des chimistes modernes », Van Helmont, « s’est vanté, rappelle Du Clos, de la connoissance d’un moyen fort expeditif de resoudre les corps mixtes en leurs principes »83 : l’alkahest, qu’on ne possède pas encore84. Face à des principes vrais au statut hypothétique, pour lors encore non expérimentalement mis en évidence, Du Clos conclut son mémoire par cette phrase :

« L’examen de toutes ces choses nous pourra exercer assez long temps, et nous aurons sur cela beaucoup d’observations, et d’experiences à faire […] »,

33avant de poser une vingtaine de questions formant une sorte de programme de démonstrations de son hypothèse au sujet de principes constitutifs des mixtes naturels qu’il convient de « rechercher, discuter et savoir » même s’il est possible de les connaître par leur résolution au moyen des artifices de la chimie ; si le feu en est un moyen sûr et suffisant ; si l’alkahest n’est pas plus propre à résoudre parfaitement les mixtes ; s’il est possible de connaître par la lecture de Paracelse et de Van Helmont les propriétés, la matière, la préparation et l’usage de l’alkahest ; si les Mercure, Soufre et Sel sont simples et primitifs, ou alors composés de corps plus élémentaires tels que l’eau, la terre, l’air, le feu ; si l’eau n’est pas la dernière des parties visibles des mixtes en leur extrême résolution, et si elle ne change pas pour donner les diverses formes des mixtes sous l’effet d’autres principes ; si oui, combien sont-ils ? ; si l’Archée est le principe de vie, etc.

34Le discours prononcé par Du Clos à l’Académie des Sciences tranche sensiblement par rapport à celui des chimistes précédents beaucoup plus assurés dans leur discours, qu’ils soient hermétiques ou vulgaires : la théorie n’est plus vraie a priori mais nécessite confirmation, soutien positif de la part de l’expérience. Cette exigence de conformité avec les travaux expérimentaux dans l’exposition des principes des mixtes est la solution pour supprimer le doute ontologique entourant les principes de la chimie créé par la pratique des principes seconds. Le sensible sera seul à même de fournir un soutien dans l’identification de la nature principielle des corps, sans pour autant tomber dans l’écueil des chimistes vulgaires. Proposant une mise en cohérence plus forte qu’elle n’existait de la théorie avec la pratique dans la recherche des vrais principes des corps mixtes, Du Clos tente de refonder la chimie ; avec l’ambition, il est vrai, de retrouver dans les faits les principes annoncés, pour l’instant encore spéculatifs. Le mode d’exposition par Du Clos de la théorie passe désormais par un renvoi systématique à l’expérience ; seul salut possible pour maintenir la crédibilité de la chimie, au risque de devoir, au vu d’expériences futures, modifier les principes85.

35Du Clos, dans la réalisation de sa « chimie moderne », pourrait avoir parfaitement entendu le constat de Boyle sur l’état de la chimie, sans suivre pour autant la mesure radicale qui s’imposait pour ce dernier86. Même s’il ne semble pas reconnaître en Boyle une réelle autorité en chimie, il n’en reste pas moins qu’entre décembre 1666 et janvier 1669, il consacre près de la moitié de la trentaine de ses communications lues devant ses pairs de l’Académie à certains de ses écrits, ne faisant qu’une seule allusion au Chymista Scepticus87, attestant de la sorte sa lecture de l’ouvrage. C’est désormais au tour de Du Clos d’endosser le rôle du sceptique pour juger la chimie de Boyle, par rapport à son écart à l’expérience, sans remettre en cause les capacités d’expérimentateur de celui-ci. Les Tentamina Chimica (la traduction latine de 1667 des Certain Physiological Essays de 1661 de Boyle, en particulier les opérations de réintégrations du salpêtre qui représentent, selon la suite du titre, « Some Specimens of an Attempt to make Chymical Experiments useful to illustrate the Notions of the Corpuscular Philosophy », présentent à ses yeux le défaut majeur de ne pas s’appuyer sur une réelle connaissance des substances chimiques, d’être sans fondement expérimental, de n’être, en d’autres termes, pas prouvée. Ainsi, Boyle n’assigne pas la cause du tumulte de l’effervescence « que peut estre il n’a pû trouver dans la figure et disposition des particules »88, juge-t-il. Boyle « n’a peut estre pas trouvée si facile à établir par les expériences chimiques [sa doctrine atomique ou corpusculaire] comme il se l’estoit proposé »89. « Mais quels arguments en peut on tirer, pour favoriser la doctrine corpusculaire, qui soient recevables & convainquants ? »90, s’interroge-t-il en 1669. Du Clos réclame des preuves tangibles, « manifestes », « apparentes », pour être « raisonnables » et « convaincantes ». Sans cela, l’explication suivant la disposition des particules ne peut-être dans ces conditions qu’« imaginaire ». À plusieurs reprises, Du Clos donne son « avis » appuyé par des expériences réalisées devant ses pairs, et pour certaines réclamées par la Compagnie. Sans cela : « Qui peut sçavoir si ces différences viennent du changement de tisseure des particules, qu’on ne peut voir »91, demande-t-il. Le renversement est éclatant : Boyle devient le chimiste vulgaire et Du Clos, le chimiste sceptique. Boyle n’est en fait pas le seul à faire les frais de cette nouvelle exigence en chimie ; dans une communication lue deux ans plus tôt, en avril 1667, lors de l’examen du livre sur les eaux minérales d’un certain Le Givre92 dont les conclusions paraissent à Du Clos hâtives et sans doute fautives, il constate :

« […] Voilà toujours l’auteur dans les suppositions, et le lecteur sans preuve, qui le satisfasse […] ; toutes les expériences et observations que cet auteur a rapportées ne prouvent rien de ce qu’il prétend […] ».

36Jugé par Du Clos, Boyle le sera également par un chimiste comme François Saint André qui promeut quant à lui une doctrine dualiste acido-alkaline de principes figurés. Dans son ouvrage, Entretiens sur l’acide et l’alkali de 1677, construit explicitement en référence à la doctrine de Boyle, un des deux personnages du dialogue prévient qu’il n’est plus asservi par aucune autorité, comme plus aucun des chimistes modernes d’ailleurs ne l’est vers 166093. Eubule, c’est son nom, poursuit en affirmant que :

« Il faut en effet douter de beaucoup de choses, mais il y en a dont nos sens nous convainquent entièrement, & dont nous avons une connaissance si claire, que nous pouvons en établir des principes, qui nous servent à découvrir d’autres veritez. […] [Grâce au] secours de la Chymie que nous avons aujourd’hui, qui nous découvre des principes sensibles qui ont esté inconnus jusques à présent »94.

37Pour Du Clos également, dans sa Dissertation sur les principes des mixtes naturels de 1677, les sens nous permettent d’accéder à une connaissance des choses ; mais cette connaissance ne porte que sur la partie corporelle passive des substances – dont il rend compte par des explications de type mécaniste –, sans permettre d’atteindre directement la connaissance de la partie incorporelle active95 :

« Le sens apercevant la chose sensible, connoît bien qu’elle est […]. Ce que les sens nous annoncent des Mixtes […] est évident. Ils nous apprennent l’existence de ces Mixtes, & quelques modifications de leur Etre ». Mais les sens « ne nous font pas connaître toutes les causes » des phénomènes naturels qui ne peuvent se faire sans mouvement, et qui sont sous-tendus par d’autres principes cette fois « actifs & capables de mouvoir […]. La supposition de ces Principes est bonne & vraie ; mais leur détermination n’est pas facile à l’Entendement, qui les peut considérer diversement » 96.

38Aussi Du Clos se propose-t-il d’établir la cause vraisemblable des mouvements naturels dans les matières corporelles, qu’il attribue à un principe intermédiaire mi-chimique, mi mécanique. Ce principe actif est l’Esprit igné, c’est le feu solaire « qui paraît à nos yeux par sa lumière, & qui se fait sentir par la chaleur que son mouvement excite dans les corps » pour altérer et générer les mixtes97. Cet esprit, qui est en fait le moyen d’action dont se sert la Nature, principe directeur, vrai moteur incorporel et informatif, est ce qui offre également aux mixtes naturels une activité extracorporelle et une identité chimique (symbole et qualités). Mais là encore, tout cela ne représente à ce stade, pour Du Clos, que des « conjectures » qu’il espère assez bien fondées ; il les « suppose <seulement> comme vraisemblables »98.

39Ainsi avec Du Clos les principes chimiques deviennent-ils objet et non plus sujet de la science chimique. Auparavant, vrais et premiers – mais insaisissables –, ils représentaient les prémisses indiscutées à toute démonstration de la chimie. Donner la cause d’un phénomène était alors simplement l’expliquer à partir de ces points de départ de la connaissance chimique ; méthode à laquelle reste trop attaché Boyle aux yeux de Du Clos et de Saint André (même si eux-mêmes placent ailleurs leurs vérités premières). Désormais, la « claire » connaissance des choses ne peut provenir que du sensible qui définit une vérité indiscutable en chimie. Aussi l’enjeu est-il bien ici, à partir du milieu des années 1660, la définition de la chimie en tant que science comme aptitude à démontrer les causes des phénomènes chimiques. La question ne se pose pas pour Boyle qui subordonne la pratique chimique à la philosophie corpusculaire qu’il a développée. En revanche, pour Du Clos, la chimie a à proposer, sur ce principe, sa propre intelligibilité de la nature, c’est-à-dire sans disqualification d’emblée de la matière99.

40C’est donc en s’appuyant sur du « palpable et démontable » 100 que les chimistes modernes français (y compris Le Febvre)101 vont reconnaître aux tria prima uniquement le statut de premiers produits et non de principes. Et puisque nous avons quitté les rives de la certitude en chimie, les doctrines chimiques désormais avancées le sont en tant qu’« hypothèses », en tant que propositions « vraisemblables » – deux expressions qui surgissent alors dans le discours des chimistes –, non pas pour justifier un discours sur le mode de la fiction, mais sous couvert de l’autorité expérimentale ; le vraisemblable paraît vrai parce que soutenu par l’expérience et participe ainsi de la persuasion du bien fondé d’une proposition. Aussi le fameux terme « métaphysique » employé dans son Cours de Chymie de 1675 par Nicolas Lemery102 pour définir l’Esprit universel, signifie-t-il simplement « méta-expérimental », qui va au-delà de l’expérience posée comme principal pôle de référence du savoir chimique, mais en aucun cas une condamnation pour non existence absolue. La perte des principes vrais pour la chimie a conduit à contenir les théories chimiques proposées dans les bornes des phénomènes expérimentaux – ce qui correspond à l’achèvement d’un processus de mise en valeur par un travail de laboratoire de la théorie en chimie, amorcé depuis le début du XVIIe siècle – ; à l’image de Wilhelm Homberg qui pourra chercher en 1702 la « vérité certaine » dans des substances chimiques principielles indécomposables, incontestables car concrètes, renversant totalement les rôles entre physique et chimie, faisant de la première une science ésotérique à la différence de la seconde103.

Conclusion

41Dans la seconde partie des années 1660, la chimie connaît un bouleversement consécutif à aucune découverte, n’étant attribuable à l’émergence d’aucun nouveau système, mais à une modification dans son rapport à la connaissance des choses du monde physique, laissant pourtant intact le cadre dans lequel elle prenait place. Ce changement a moins bénéficié de l’impulsion de la création de l’Académie Royale des Sciences, que de la présence en son sein de Du Clos, duquel elle attend sans doute davantage de son investissement dans le développement des connaissances appliquées de la chimie, que sur le plan de la théorie. Sur demande de la Compagnie, Du Clos a activement collaboré à deux grands projets académiques : l’analyse des eaux minérales du royaume, et celle des plantes (et de parties animales) pour laquelle son confrère chimiste, Claude Bourdelin, a opéré durant 33 ans des centaines de distillations, mettant constamment en évidence les mêmes cinq principes et éléments dans des proportions variables suivant les corps, ne faisant que redécouvrir ce qu’il savait déjà. L’entrée de Dodart à l’Académie, un différend avec Perrault (au sujet de la circulation de la sève, et de son innovation dans l’analyse des végétaux au moyen de menstrues acides), son âge, et sa foi protestante, feront que Du Clos sera écarté de ses projets104, puis désavoué par l’institution qui refusera de lui délivrer l’imprimatur pour son livre sur la nature spéculative des principes chimiques105. Toujours est-il que Samuel Cottereau Du Clos est, à notre connaissance, le premier à pratiquer une chimie sans principes clairs ni distincts, à manipuler des substances dont la nature est pour le moins incertaine ; il pose, tout en recevant l’héritage paracelsien, et sans jamais remettre en doute la vocation scientifique de la chimie, la question de la nature des principes chimiques, autrement dit celle d’une intelligibilité de la Nature à reconstruire. Le rythme des séances, le format des communications, la possibilité de présenter des résultats de travaux en cours de réalisation, la confrontation immédiate à un auditoire exigeant mais auquel ne participe qu’un seul chimiste, ont certainement établi une manière nouvelle de travailler en chimie, propice à une refondation de cette science à la suite de la disqualification de ses vérités premières. Du Clos semble avoir ainsi saisi l’occasion de dérouler son programme de recherche préparé sans doute avant même la première séance.

42La pratique des principes seconds a entraîné un déplacement des principes vers un réalisme empirique ; la chimie française se mettant elle-même en difficulté par la nécessité de justifier la nature principielle de substances extrêmement variées, sans pour autant avoir été directement mise en danger par l’émergence de la philosophie cartésienne, ou plus généralement mécaniste, qui se serait étendue aux phénomènes chimiques, encouragée par la faiblesse de la chimie à en rendre compte de manière satisfaisante. La volonté d’asseoir la supériorité de la pensée chimique sur les autres doctrines, de faire voir à l’œil, de dévoiler aux sens les vrais principes des corps, eut pour conséquence inattendue de la vider de son fondement théorique. Le Sceptical Chymist – non pas suivant son réel contenu mais suivant le message qu’il délivre, c’est-à-dire la fin de la chimie – a bien pu sonner pour Du Clos comme le nécessaire réveil de la chimie, l’entraînant dans une véritable conversion rationnelle. À la suite de la perte de ce qui fut certitude, le chimiste se révèle comme un être à ré-instruire. Il apprend par la même occasion à supposer : l’hypothèse se substitue à la vérité. La reconnaissance de l’inachèvement de la chimie devient promesse d’avenir pour Du Clos, la conscience de sa faiblesse théorique, promesse de vigueur théorique sur la base de ce qui forme sa force : l’expérience106. D’une certaine manière, la chimie vient de rompre son dernier lien avec la pensée scolastique. L’importance de la connaissance des principes était jusqu’alors primordiale dans sa constitution en tant que science, et dans sa distinction d’avec les prétentions des charlatans, c’est-à-dire de ces pseudo-chimistes sans science. Non seulement cette connaissance devait précéder la connaissance des conclusions d’opérations chimiques, mais elle devait être plus exacte, plus certaine. Parce qu’elle partait de vérités, la chimie se composait de vérités ; certitudes d’où provenaient sa certitude dans l’explication des phénomènes. Les principes, tout comme les prémisses selon Aristote pour la science, étaient la cause de la science chimique ; aussi fallait-il avoir de ces principes « une science et une conviction plus profondes »107. Désormais, le renversement est d’importance, c’est cette méconnaissance des principes qui constitue la science chimique, la certitude reposant uniquement sur l’existence des substances exhibées au laboratoire.

43En 1661, la chimie « flottait », ou plutôt dérivait sans ancrage théorique bien établi au gré de différents courants théoriques, libérée bien malgré elle du main stream qui lui imprimait en fait un mouvement circulaire autour d’un centre de vérités maintenant disparu. Pour éviter qu’elle ne coule, Du Clos proposera de la maintenir à flot par une bouée de vérités de faits expérimentaux incontestables accompagnés de propositions théoriques dont le champ des possibles est par là-même restreint. La chimie rejette un passé, qui était encore jusqu’alors son présent, et se dote ainsi d’un avenir par définition à définir. La chimie doit assumer son présent, et, poussée par la nécessité, doit littéralement avancer. Et toute la chimie du siècle suivant se lira comme une science « en marche » (Fourcroy, an III108), on fera état de « ses progrès » (Mongin, 1704109), son histoire sera celle « de son progrès » (Macquer, 1766110), et Venel (1753111), plaçant la chimie dans un mouvement de la connaissance, marquera ainsi pour sa part l’émergence de la « chimie moderne » qu’il pratique avec Becher, soit sa Physica Subterranea de 1669, et revendiquera, dans l’état actuel de sa discipline, le droit de travailler dans le « vague » et l’« approximation ».

Haut de page

Notes

1 Voir la quatrième partie des Principes de la Philosophie naturelle de Descartes ; Bernard Joly, « Descartes et la chimie », in Bernard Bourgeois et Jacques Havet (éds.) L'esprit cartésien actes du XXVIe congrès de l'Association des sociétés de philosophie de langue française, Paris, Vrin, 2000, pp. 216-221 ; Luc Peterschmitt, « The Cartesians and Chemistry: Cordemoy, Rohault, Régis », in Lawrence M. Principe, Chymists and Chymistry, Sagamore Beach, Watson Publishing International LLC, 2007, pp. 193-202 ; Antonio Clericuzio, Principles and Corpuscles. A Study of Atomism and Chemistry in the Seventeenth Century, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2000.
2 Voir Rémi Franckowiak, Luc Peterschmitt, « La chimie de Homberg : une vérité certaine dans une physique contestable », Early Science and Medicine, 10/1 (2005), pp. 65-90. On peut citer également le titre significatif de l’ouvrage de Mongin de 1704, Le Chimiste Physicien. Où l’on montre que les Principes naturels de tous les Corps sont veritablement ceux que l’on découvre par la Chimie. […].
3 Voir Jean-Paul Contant, L’enseignement de la chimie au Jardin Royal des Plantes de Paris, Cahors, Imprimerie A. Coueslant, 1952 ; Rio C. Howard, « Guy de la Brosse and the Jardin des Plantes in Paris », The analytic Spirit. Essays in the history of science, Ithaca/New-York, Cornell University Press, Woolf editor, 1981, pp. 195-224.
4 La classe de Physique sera de nouveau créée en 1785 à l’Académie royale des Sciences, sous la direction de Lavoisier.
5 Cette domination revendiquée par la chimie est d’ailleurs clairement visible dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert à partir du Tome III de 1753 ; voir Rémi Franckowiak, « La chimie dans l’Encyclopédie : une branche tour à tour dépréciée, réévaluée et autonome », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, n° 40-41, 2006, pp. 59-70.
6 Pour un exposé de la pratique académique des sciences de la nature dans l’ancienne Académie, voir Alice Stroup, A Company of Scientists: Botany, Patronage, and Community at the Seventeenth-Century Parisian Royal Academy of Sciences. Berkeley, University of California Press, 1990.
7 Alice Stroup, « Censure ou querelles scientifiques: l’affaire Duclos (1675-1685) », in C. Demeulenaere-Douyère, and E. Brian (éds.), Règlement, usages et science dans la France de l’absolutisme ; à l’occasion du troisième centenaire du règlement instituant l'Académie royale des sciences, 26 janvier 1699, Paris : Editions Tec & Doc, 2002, p. 441.
8 Voir Samuel Cottereau Du Clos, « Project d’exercitations physiques », 31/12/1666, Procès Verbaux de séances de l’Académie royale des Sciences (PV ARdS), registre t. 1, f. 1r et suiv. Une assemblée eut en réalité lieu le 22 décembre, mais pour fixer certains points d’organisation des séances et de la vie de la Compagnie.
9 Presque toutes les préfaces de manuels de chimie du XVIIe siècle étaient en partie consacrées à la justification de la chimie, en mettant en particulier en avant son utilité sur le plan médical.
10 Une lecture par trop récurrente de l’histoire de la chimie situe les effets qui se feront sentir de ce changement avec la chimie de Lavoisier, à la fin du XVIIIe siècle. Il est inutile de rappeler ici le contresens fondamental sur lequel se fonde la distinction entre alchimie et chimie, entre deux disciplines – l’une suivant chronologiquement l’autre – que l’on veut partagées par l’irruption d’un moment révolutionnaire, variable suivant les sensibilités nationales et centré sur un personnage (Paracelse, Boyle, Lemery, Stahl, Lomonossov ou Lavoisier, …), apportant à la première la rationalité qui lui faisait défaut pour devenir la seconde. L’alchimie est simplement le nom, hérité des Arabes, que portait la science chimique à un moment donné, sans caractère discriminant quant à une supposée irrationalité à l’œuvre. Voir Bernard Joly, La rationalité de l’alchimie au XVIIe siècle, avec le texte latin, la traduction et le commentaire du Manuscriptum ad Fridericum de Pierre-Jean Fabre, Vrin, Paris, 1992 ; du même auteur, « La rationalité de l’hermétisme », in Methodos, 3 (2003), Figures de l'irrationnel. http://methodos.revues.org/document106.html ; et Lawrence M. Principe, Robert Boyle and the Alchemical Quest, Princeton, Princeton University Press, 1998, pp. 8-10. Sur la synonymie des mots « alchimie » et « chimie » au XVIIe siècle, voir William Newman, Lawrence Principe, « Alchemy vs. Chemistry : The Etymological Origins of a Historiography of Alchemy », Early Science and Medicine, 3 (1998), pp. 32-65. Ces deux derniers auteurs utilisent toutefois dans leurs ouvrages, le terme de « Chymistry » (Chymie) pour nommer la pratique chimique du XVIIe siècle au début du XVIIIe incluant une recherche de la Pierre philosophale ou un travail de chrysopée, pour éviter tout jugement de valeur portant sur les mots chimie et alchimie. La pratique chimique du XVIIe siècle s’en trouve peut-être réhabilitée, mais le problème du passage entre chymie et chimie demeure. Nous emploierons simplement, en ce qui nous concerne, le mot « chimie », étant assuré que l’on comprendra sans l’aide d’artifice orthographique qu’il ne s’agit dans ce présent travail ni de chimie actuelle ni d’ésotérisme, mais d’investigations sur la matière vieilles de plusieurs siècles.
11 Par William Eaton, Boyle on Fire : the mechanical revolution in scientific explanation, London, Continuum studies in British Philosophy, 2005.
12 Voir entre autres Sarah Carvallo, « Chimie et scepticisme : Héritage et ruptures d’une science. Analyse du Chimiste Sceptique, 1661, Robert Boyle », Revue d’Histoire des Sciences, 55/4 (2002), p. 480, et l’ouvrage classique d’Hélène Metzger ( Les Doctrines Chimiques en France du début du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle, (1923), Paris, Blanchard, rééd. 1969, §5) qui présente le renversement de la pensée paracelsienne par la chimie mécaniste de N. Lemery.
13 Comme l’a montré William R. Newman, Gehennical Fire. The Lives of George Starkey, an American Alchemist in the Scientific Revolution, Cambridge, Harvard University Press, 1994, pp. 92-114 ; et Atoms and Alchemy. Chemistry & the experimental Origins of the scientific Revolution, Chicago, The University of Chicago Press, 2006, pp. 23-44.
14 Le nombre d’ouvrages qui expose une telle image de Boyle étant bien entendu trop important, nous n’en citerons qu’un seul, extrêmement intéressant, qui se propose de présenter la chimie du XVIIe à travers principalement deux personnages, tous deux anglo-saxons, dont l’un est bien entendu Boyle et l’autre, George Stakey, alias Philalèthe, qui a travaillé pour le premier : William R. Newman, Lawrence M. Principe, Alchemy tried in the fire. Starkey, Boyle, and the Fate of Helmontian Chymistry, Chicago, The University of Chicago Press, 2002.
15 Voir Newman, Principe, ib., pp. 31-33. Starkey ferait ainsi partie de ces « illettrés » desquels Boyle a reçu quelques éléments de chimie, comme indiqué dans la préface de son Sceptical Chymist.
16 Entre autres Michael Hunter (éd.), Robert Boyle reconsidered, Cambridge, Cambridge University Press, 1994 ; Principe, op. cit. in n. 10 ; Clericuzio, op. cit. in n. 1, §4 ; Charles Ramond, Myriam Dennehy (éds.), La philosophie naturelle de Robert Boyle, Paris, Vrin, à paraître début 2008.
17 Stroup affirme (op. cit. in n. 6, p. 214) que l’influence de Boyle au sein de l’ancienne Académie Royale des Sciences a été nulle. Antonio Clericuzio (« Carneades and the Chemists: A Study of The Sceptical Chymist and its Impact on Seventeenth-Century Chemistry », in Hunter (ed.), op. cit. in n. 16, pp. 84-85) ne relève explicitement pour sa part que le Cours de Chymie de Nicolas Lemery comme ouvrage français d’influence boyléenne.
18 Jean Le Rond d’Alembert, « Cartésianisme », in D. Diderot, J.L.R. D’Alembert (éds.), Encyclopédie, Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, 1752, t. II, p. 717a.
19 Clericuzio (op. cit. in n. 1, pp. 104-105) relève lui-aussi la reconnaissance par les savants du XVIIIe siècle d’un Boyle plutôt physicien que chimiste, qui aurait été favorisée par une interprétation strictement mécaniste de sa pensée sur la matière par Leibniz dans le but de servir son opposition à Newton. L’autorité de Boyle dans la chimie n’est en effet pas, à notre connaissance, revendiquée dans les deux premiers tiers du XVIIIe siècle en France. Boyle fait certes partie du Discours historique sur l’origine & les progrez de la Chymie qui précède le Nouveau Cours de Chymie suivant les principes de Newton & de Sthall de 1723 attribué sans doute à tort à Senac. Mais il y apparaît de manière anecdotique, à la différence d’un Van Helmont, d’un Becher, d’un Kunckel ; on ne sait trop ce qui justifie d’ailleurs sa place dans cette histoire parce qu’à l’instar de Paracelse, Tachenius, Glauber, il a « donné de la vogue aux compositions qui paroissent les plus suspectes » (pp. xxxix-xl), si ce n’est peut-être son application à vouloir être « conduit par l’expérience » (p. lxvij), son désir de justifier la chimie de Van Helmont (pp. lxvj et xxiij), sa caution d’homme hors « de tout soupçon » donnée à un témoignage sur la réalisation d’un Elixir qui change l’argent en or (pp. xxj-xxij). Toutefois, le lecteur est renvoyé « aux livres de Boile, les ouvrages de ce grand homme méritent seuls le nom de Physique » (p. xlvj). Mais voilà que son nom est associé à la Physique dans ce discours historique sur la chimie qui affirme pourtant la puissance expérimentale de tout temps de la chimie sur la physique, et dont le contenu est en total désaccord avec celui du Sceptical Chymist ; l’auteur du Discours écrit : « Les chimistes par l’action du feu ont réduit toutes les substances à l’eau, à la terre, à l’esprit, au souphre, au sel. Il n’est pas de corps, si on excepte l’or & l’argent, qui ne donne ces matières. On a fait de ces principes la base de la Chymie ; plusieurs Philosophes les ont rejettez : mais je ne sçais s’ils leur ont substitué quelque chose de plus solide. Les Chymistes ont toûjours cet avantage qu’ils ne reçoivent que ce que leur apprend l’expérience » (p. xxxvj). D’ailleurs, poursuit-il, « La Physique doit à la Chimie une partie de ses découvertes » (p. xlvj). « […] On l’a regarde [la chimie] comme un art sans art où l’on ne voyoit jamais de point fixe pour se conduire : enfin on a tenté d’y porter les lumières de la Physique [=physique mécaniste], mais avec peu de succès. […] La Chymie est une science expérimentale, on risque de voir toutes ses opinions démenties par l’expérience […] » (p. liij). Par ailleurs, au milieu du XVIIIe siècle, le regard porté sur le travail chimique de Boyle est très sévère. Diderot écrit dans son Introduction à la Chymie (Denis Diderot, Introduction à la chymie, manuscrit inédit de Diderot publié avec notice sur les cours de Rouelle et tarif des produits chimiques en 1758 par M. Charles Henry, Paris, 1887, pp. 61-62) que : « [Boyle] prétendoit dérober le secret de la nature par la chymie et se glorifioit d’être philosophe par le feu, comme van Helmont, à qui Boyle refusoit ce titre. Mais M. Rouelle pense qu’il méritoit moins, aiant été plus physicien que chimiste. Il a beaucoup écrit sur l’élasticité de l’air, sur le vuide, sur la forme spirale des molécules de l’air que Becher, avant les newtoniens, a tourné en ridicule. Becher se plaint à lui-même, dans une épitre dédicatoire qu’il lui adresse, de ce qu’il a perdu un tems considérable pour du vent et qu’il auroit mieux emploié aux expériences chymiques. Celles qu’il nous a laissées sont toutes fort exactes, bien détaillées et faciles à répéter ; mais les conséquences qu’il en tire ne sont pas toujours bien déduites et les explications fondées sur sa physique corpusculaire ne sont pas recevable en chymie. La réfutation qu’il en tire des erreurs répandues parmi le peuple des chymistes n’étoit pas nécessaire, puisqu’elles avoient été apperçues et bannies avant lui par les chymistes éclairés […] ». Le sentiment que les chimistes anciens n’ont pas attendu Boyle pour corriger certains éléments de leur pratique est une évidence aussi pour Venel. Boyle, dont il raille, dans deux articles de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (« Ens » (t. 5) et « Jaspe » (t. 8)), la crédulité, lui qui se voulait pyrrhonien, passe à ses yeux pour un physicien satisfait de son mécanisme qui jetait un regard hautain sur la pratique des chimistes. Venel est reconnaissant à Libavius (mort en 1616) – si on oublie la grande obscurité de son discours – « d'avoir rectifié la doctrine des trois principes ; d'avoir même reconnu & rejetté toutes ces erreurs, ces taches de la doctrine chimique que Boyle attaqua d’un ton si victorieux soixante ans après » (dans « Chymie », t. 3, p. 432b). Boyle est donc pour Venel en retard sur les critiques des chimistes sur leur propre discipline ; Venel poursuit un peu plus bas en pointant particulièrement la compréhension défectueuse des principes des chimistes par Boyle : « Le célebre physicien Robert Boyle, contemporain & ami de Becker, est ordinairement compté parmi les Chimistes ; & il a effectivement beaucoup écrit sur la Chimie : mais il est trop exactement physicien corpusculaire-méchanicien, ou physicien proprement dit, tel que nous l’avons mis en contraste avec le chimiste au commencement de cet article, pour qu’il ait pû travailler utilement pour la doctrine chimique, dont on peut dire qu'il a entrepris la réforme sans être muni des connoissances suffisantes pour exécuter ce dessein, & même sans avoir assez d’érudition chimique pour savoir ce que c’étoit exactement que cette doctrine qu’il se propose de rectifier. En effet Boyle paroît avoir connu que le peuple des Chimistes ; car il a combattu des principes que les bons chimistes ne prenoient point du tout dans le sens dans lequel il les considere ; & il a, par une suite de cette mauvaise acception, ou refuté des erreurs qui n'existoient point chez les vrais maîtres de l’art, ou attaqué des dogmes que quelques ancêtres de ces savans avoient réellement établis, mais que des chimistes postérieurs, tels que Libavius, Rolfinck, Vanhelmont, Rubaeus, Billich, & plusieurs autres, entre lesquels nous n'oublierons pas de compter notre Palissy, avoient réfuté avant lui ; ensorte qu’elle n’a fait qu’étendre les réfutations bien ou mal fondées de ces auteurs, & les appuyer quelquefois d’expériences précieuses en soi, mais presque toûjours mal appliquées, & fournissant constamment à l'auteur des conséquences très-précaires & très-mal déduites » (ib., t. 3, p. 435b). D’autres citations tout aussi éclairantes de Venel à l’encontre de Boyle pourraient être données. La centaine d’articles de l’Encyclopédie où Boyle est cité est loin de donner l’image d’un grand chimiste ; pour la moitié il est convoqué comme physicien, voire comme le « père de la Physique moderne » pour d’Alembert dans son article « cartésianisme », pour le reste, il l’est uniquement pour une observation, une expérience réalisées ou un témoignage rapporté. Ces références à Boyle dans l’Encyclopédie proviennent pour la majeure partie de passages traduits de la Cyclopaedia de Chambers.
20 Clericuzio, op. cit. in n. 1, p. 82.
21 Principe, op. cit. in n. 10, 36-37.
22 C’est sans aucun doute contre leur doctrine que le Sceptical Chymist a été rédigé, qui, comme le précise Principe (ib., p. 61) s’intitulait dans sa version manuscrite qui a circulé au préalable, « Reflexions on the Experiments Vulgarly Alledged to Evince the 4 Peripatetique Elements, or the 3 Chymicall Principles of Mixt Bodies », où les aspects concernant les problèmes rhétorique et méthodologique sont parfaitement absents. Principe (ib., pp. 58-62) a montré également que la cible générale du Sceptical Chymist est la classe de chimistes formée des apothicaires iatrochimiques, des auteurs de cours de chimie et des adeptes de la cosmologie paracelsienne, opposée à celle des « philosophes chimiques », les vrais chimistes vraisemblablement pour Boyle ; l’appendice de 1680 du Sceptical Chymist (The Producibleness of Chemical Principles) va d’ailleurs dans le sens d’une accentuation de la distinction entre opérateurs de la chimie et chrysopoètes. Boyle s’inscrit parfaitement dans cette tradition alchimique qui refuse de placer sur le même plan les philosophes chimiques instruits des secrets de la nature et les simples commerçants, artisans et autres ouvriers spécialisés qui pratiquent sans maîtrise des principes vrais de l’art.
23 Sur les deux différences majeures présentées entre les doctrines relevant de la dyade et de la triade (ou de la pentade), voir Principe, ib., pp. 38-39.
24 Principe, ib., p. 208.
25 Voir Andrew Pyle, « Boyle on Science and the Mechanical Philosophy: A Reply to Chalmers », in Studies in the History and Philosophy of Science, 33 (2002), pp. 178-181 et 186.
26 Antoine Furetière, « Arts », in Dictionnaire Universel, 1690.
27 Voir Robert Boyle, « Some Specimens of an Attempt to make Chymical Experiments useful to illustrate the Notions of the Corpuscular Philosophy » dans ses Certain Physiological Essays, 1661. Philippe Hamou note par ailleurs (« Descartes, Newton et l’intelligibilité de la nature », in Pierre Wagner (dir.), Les philosophes et la science, Paris, Gallimard-folios essais, 2002, pp. 146-147) que la vacation entre autres de Boyle pour la science expérimentale repose certainement sur l’ambition « d’exhiber une preuve ‘expérimentale’ de l’action de l’esprit dans la nature […] ».
28 Dans Some Considerations of the Usefulnesse of Naturall Philosophy (1663), Robert Boyle, écrit que “the great variety of new Remedies, wherewith the Laboratories of Chymists have furnished the shops of Apothecaries’ may convince everybody of the usefulness of ‘chymistry’ » (M. Hunter and E.B. Davis (eds.), The works of Robert Boyle, London, Pickering and Chatto, 1999-2000, vol. 3, p. 405).
29 Comme le rapporte Principe (op. cit. in n. 10, p. 47). Boyle déclare avoir rédigé le Sceptical Chymist « […] to take those Artists off ther excessive Confidence in their principles and to make them a little more Philosoph(ical) with their Art » (in Michael Hunter, Robert Boyle by Himself and his Friends, London, William Pickering, 1994, p. 29).
30 Cf. Clericuzio, op. cit. in n. 17, p. 81.
31 Voir ib., p. 89.
32 Comme le souligne Clericuzio, ib., p. 80.
33 Boyle a en effet tendance à présenter les chimistes vulgaires comme formant un bloc homogène et unis plus ou moins autour de la figure de Jean Beguin (auteur du premier cours de chimie français en 1612). Le cas du Sucre de Saturne, ce composé d’esprit de vinaigre et de chaux de plomb, est éclairant à ce sujet. Boyle (The Sceptical Chymist, London, 1661, pp. 229-231) rapporte fidèlement l’expérience de Beguin (Elemens de Chymie, éd. 1624, Livre II – et non I, comme indiqué dans le Sceptical Chymist, §4), qu’il suppose avoir été suivi sans critique par tous les autres auteurs de cours de chimie. Or, dans son Cours de Chimie publié en 1646, De Clave (§13 du Livre 4, « De l’Esprit ardent de Saturne », pp. 151-152) s’autorise justement à critiquer Beguin, à corriger son expérience, à contredire la nature principielle de l’Huile tirée du Sucre de Saturne, et à en apporter la démonstration expérimentale, et ce sans doute très tôt dès le début des années 1620, au moment où aurait été rédigé son cours. De la même manière, Boyle (ib., pp. 226-227, et p. 231) condamne, à partir sans doute de la lecture du manuel de Beguin (ib., Livre II, § XX, « Esprit de vin tartarisé »), le comportement des chimistes dans leur ensemble qui n’auraient pas remarqué le dégagement d’eau dans une opération sur l’esprit de vin ; Beguin était en effet d’avis que l’Eau élémentaire se séparait plutôt de l’Huile par distillation que de l’Esprit avant l’intervention du Sel. Mais, De Clave (ib., Livre II, §24, « Du vin, & eau de vie ») pratique cette même opération dans la préparation de sa panacée afin d’ôter l’Eau élémentaire de l’Esprit de vin pour le purifier (tout comme d’ailleurs Joseph Du Chesne avant Beguin) ; cette dernière substance est, soit dit en passant, un Mercure et non un Soufre pour De Clave, et donc encore moins le vrai Soufre du vin comme il le serait suivant le texte de Boyle pour tous les chimistes vulgaires. Nous pourrions citer encore un exemple (Boyle, ib., p. 249) dans lequel Boyle prête sans preuve aux chimistes une pensée qu’il généralise comme suit : « je suis encore enclin à penser que la plupart des chimistes, etc. ».
34 Boyle, ib., p. 306.
35 Voir Rémi Franckowiak, Le développement des théories du Sel dans la chimie française de la fin du XVIe siècle à celle du XVIIIe, thèse de doctorat soutenue à l’Université de Lille III le 20 décembre 2002, partie I, § 2.
36 Comme le précise également John T. Young, Faith, Medical Alchemy and Natural Philosophy : Johann Moriaen, Reformed Intelligencer, and the Hartlib Circle, Aldershot, Ashgate, 1998, p. 185.
37 Sur cet événement, voir Bernard Joly, « Les références à la philosophie antique dans les débats sur l’alchimie au début du XVIIe siècle », in Didier Kahn et Sylvain Matton (éds.), Alchimie : art, histoire et mythes, Paris-Milan, S.E.H.A. – Archè, 1995, pp. 671-690 ; sur l’innovation en philosophie naturelle de la pratique du laboratoire, voir du même auteur, « Qu’est-ce qu’un laboratoire alchimique ? », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, n° 40 (1992), pp. 87-98.
38 Voir par exemple le discours sur les principes chimiques de Jean Beguin (op. cit. in n. 33, Livre I, § 2, p. 35), qui ne doivent pas être considérés comme chimiquement homogènes : « Il faut toutesfois noter qu’aucun des susdicts principes n’est si seul, & simple, qu’il ne tienne quelque peu des autres. Car le Mercure contient une substance sulphurée & une saline. Le Souphre une substance saline, & une mercurielle, & le Sel une substance sulphurée & une mercurielle ». De la même manière, Guy de la Brosse (« Traicté general de la Chimie, contenant son ordre & ses parties, monstrant qu’elle est science, qu’elle a des Principes & Maximes comme les autres sciences ; & que mettant la main à l’œuvre elle est un Art tres-excellent, enseignant le moyen de connoistre les qualitez, facultez & vertus des Plantes », troisième livre de De la Nature, vertu, et utilité des Plantes, Paris, 1628, pp. 289-444) distingue les principes « simples » ou « premiers », indifférents à former toute chose et qui sont mêlés d’aucun autre, et les « mélangés » ou « seconds », ou encore « prochains ». Ils participent de la nature des uns et des autres, le plus ou le moins permet de les différencier, mais leur champ d’activité soit s’étend sur l’ensemble des trois règnes de la Nature, soit est spécifiquement destiné à la confection de l’un d’entre eux, contrairement à la présentation de Boyle de principes chimiques universellement présents. Seul, au XVIIe siècle, Etienne De Clave (Nouvelle Lumière Philosophique, (1641), Fayard, 2000, « Chapitre 7. Des elemens et du nombre d’iceux », p. 51) peut être touché par le reproche d’élémentarisation et d’universalisation des principes. De Clave prétend explicitement réduire les principes des corps mixtes à des éléments non seulement indifférents d’un mixte à un autre, mais isolables toujours identiques à eux-mêmes, grâce en particulier au moyen de la fermentation présentée comme « la vraye clef » pour accéder au « Cabinet de la sage Nature ». Toutefois, le feu n’est plus pour De Clave l’instrument par excellence de l’anatomisation des mixtes – contrairement à la présentation que donne Boyle des chimistes, de ces artistes qui usent et abusent de l’usage résolutif du feu –, puisque les liqueurs acides, dont la puissance naturelle est à associer à celle résolutive du feu, représentent pour lui des auxiliaires indispensables à une résolution fine des corps (Voir Rémi Franckowiak, « Le Cours de Chimie d’Etienne de Clave », Corpus, n°39, 2001, p. 79). Samuel Du Clos soutiendra lui aussi l’usage de menstrues dans les analyses végétales.
39 Voir Boyle, op. cit. in n. 33, pp. 235-246, en particulier : « I know that the chief of these Chymists represent, that though the Distinct Substances into which they divide mixt bodies by Fire, are not pure and Homogeneous; yet since the four Elements into which the Aristotelians pretend to resolve the like bodies by the same Agent, are not simple neither, as themselves acknowledge, ’tis as allowable for the Chymists to the one Principles, as for the Peripateticks to call the other Elements; since in both cases the Imposition of the name is ground only upon the Predominancy of that Element whose name is ascrib’d to it. Nor shall I deny, that this Argument of the Chymists is no ill one against the Aristotelians. But what Answer can it prove to me, who you know am disputing against the Aristotelians Elements, as the Chymicall Principles, and must not look upon any body as a true Principle or Element, but as yet compounded, which is not perfectly Homogeneous, but is further Resoluble into any number of Distinct Substances how small soever. And as for the Chymists calling a body Salt, or Sulphur, or Mercury, upon pretence that the Principle of the same name is predominant in it, That it self is an Acknowledgement of what I contend for; namely that these productions of the Fire, are yet compounded bodies. And yet whilst this is granted, it is affirm’d, but not prov’d, that the reputed Salt, or Sulphur, or Mercury, consists mainly of one body that deserves the name of a principle of the same Denomination. For how do Chymists make it appear that there are any such primitive and simple bodies in those we are speaking of […]? ».
40 Ib., p. 215.
41 Ib., p. 273.
42 Le raisonnement opposé avait pourtant été développé par Annibal Barlet : « Par le mot de résolution est marqué nostre possibilité ; car les choses estants produictes en nostre absence, ou sans nous, il a fallu necessairement les destruire, pour connoistre leur structure ou composition » (Abrégé des choses plus nécessaires. Du vray et méthodique cours de la physique résolutive vulgairement dicte chymie, extrait de la ″Théotechnie ergocosmique, c'est-à-dire l'art de Dieu en l'ouvrage de l'Univers (sans doute publié au tout début des années 1650, mais avant 1653), pp. 23-24).
43 Voir Franckowiak, op. cit. in n. 35, partie II, §4.
44 Christiaan Huygens, Œuvres complètes de Christiaan Huygens, publiées par la Société hollandaise des sciences, t. 10, Correspondances 1691-1695, Martinus Nijhoff, La Haye, 1905. Lettre 2727 du 8 Janvier 1692 de Leibniz à Huygens (pp. 228-229) : « Je m’étonnerois si M. Boyle qui a tant de belles experiences, ne seroit arrivé à quelque theorie sur la Chymie, apres y avoir tant medité. Cependant dans ses livres et pour toutes consequences qu’il tire de ses observations, il ne conclut que ce que nous sçavons sçavoir, que tout se fait mecaniquement. Il est peut-estre trop reservé. Les hommes excellens nous doivent laisser jusqu’à leur conjectures, et ils ont tort, s’ils ne veuillent donner que des verités certaines ».
45 Ib., Lettre 2732 du 4 Février 1692 de Huygens à Leibniz (p. 239). La suite de la réponse quant à la nécessité de faire état de ses conjectures : « Je suis de vostre avis en ce que vous souhaitez jusqu’aux conjectures des hommes excellens en ces matieres de Physique. Mais je crois qu’ils nuisent beaucoup, lors qu’ils veulent faire passer leurs conjectures pour des veritez, comme a fait Mr. des Cartes, parce que ils empeschent leurs sectateurs de chercher rien de meilleur ». Réponse de Leibniz à Huygens du 19 Février 1692 (pp. 262-263) : « Vous avés raison, Monsieur, de dire que des Cartes a parlé d’un ton trop decisif de l’arrangement des parties de la matiere. Cependant ce seroit dommage si nous n’avions pas son système. Ainsi je voudrois que Mons. Boyle nous eut laissé ses conjectures. Mais c’est encor plus dommage que ses plus curieuses experiences le plus souvent ne sont raportées qu’a demy. […] Il est vray que le Chancelier Bacon sçavoit quelque chose de l’art de faire les experiences et de s’en servir ; mais ce que vous dites de feu Mr. Boyle, est encor veritable à son egard, qu’il n’estoit pas capable d’une assez grande application pour pousser les consequences autant qu’il faut ». Dans le même esprit, l’auteur du « Discours historique » du Nouveau cours de Chymie de 1723 (op. cit. in n. 20, p. 2) écrit : « [Boyle] a moins travaillé à jetter les fondemens de la véritable Chymie, qu’à détruire les erreurs qu’on y avoit répandu […] ».
46 Huygens et Du Clos logeaient tous deux dans le bâtiment de la bibliothèque du Roi, rue Vivienne ; voir Stroup, op. cit. in n. 7, p. 441.
47 Sur Nicaise Le Febvre, voir Metzger, op. cit. in n. 12, pp. 62-82 ; et Antonio Clericuzio, « Teaching Chemistry and Chemical Textbooks in France. From Beguin to Lemery », in Science & Education, 15 (2006) : pp. 345-346. Alexandre Savérien (Histoire des philosophes modernes, avec leur portrait ou allégorie, Paris, 1769, t. 7, p. 39), présente Le Febvre comme le « second chimiste moderne » après Paracelse ; et du Monstier (Cours de chymie, pour servir d'introduction à cette science, par Nicolas (sic) Le Fèvre,... 5e édition, revue, corrigée et augmentée d'un grand nombre d'opérations, publié par Lenglet-Dufresnoy, 1751, pp. xv-xvi), le présente dans sa préface comme tout le contraire d’un chimiste vulgaire : « Il ne faut pas regarder le Fevre comme un chimiste vulgaire, on doit le considérer comme un Philosophe naturaliste, qui ne se contente pas seulement d’extraire des mixtes en simple praticien, ce qui peut servir à la Pharmacie & à la Médecine. Il va plus loin, & pénétre même jusques dans la nature des êtres, dont il sçait développer toutes les propriétés par un raisonnement juste & solide. C’est ce qui le distingue de tous ceux qui ont embrassé la même profession. On peut dire qu’on lui a l’obligation d’avoir un des premiers, réformé, rectifié & mis dans un meilleur ordre toute la Pharmacie […] ».
48 Il en est même un des 98 « Original Fellows », puisqu’il inscrit son nom sur les registres de la Société le 11 décembre 1661, avant que celle-ci ne se dote d’une charte la plaçant officiellement sous patronage royal en 1663 et ne prenne son nom actuel ; voir Michael Hunter, The Royal Society and its fellows, 1660-1700: the morphology of an early scientific institution, Chalfont St. Giles, Bucks, British Society for the History of Science, 1982.
49 Boyle, op. cit. in n. 33, pp. 236-237 : « For how do Chemists make it appear that there are any such primitive and simple bodies, in those we are speaking of […]? And if they pretend by Reason to evince what they affirm, what becomes of their confidents boasts, that the Chemists (whom they therefore, after Beguinus, call a Philosophus or Opifex Sensatus) can convince our Eyes, by manifestly shewing in any mixt body those simple substances he teaches them to be compos’d of? And indeed, for the Chemists to have recourse in this case to other proofs then Experiments, as it is to wave the grand Argument that has all this while been given out for a demonstrative One; so it releases me from the obligation to prosecute a Dispute wherein I am not engag’d to Examine any but Experimentall proofs ».
50 Nicaise Le Febvre, Traicté de Chymie, 1660, p. 4.
51 Ib., p. 1. Le Febvre, dans son avant-propos, distingue en fait trois formes de chimie : d’une chimie totalement contemplative à une chimie totalement pratique, laquelle est, suivant la dédicace à Vallot de cet ouvrage, la chimie réduite en pratique.
52 Sur ce point, voir Sylvain Matton, « Une source inavouée du Traicté de la Chymie de Nicaise Le Febvre : L’Abrégé des secrets chymiques de Pierre-Jean Fabre », Chrysopœia, Paris et Milan, S.E.H.A. – Archè, 5, 1992-1996, pp. 721-731.
53 Cela apparaît clairement dans la citation suivante de Jean Beguin (op. cit. in n. 33, Livre I, § 2, p. 25) : « Le Chymiste doit proceder en tous ses examens, theories, & operations par ces trois principes [Mercure, Soufre et Sel] autrement ses cognoisssances, & artifices seroient sans fondement, & hors de ses principes ».
54 Voir, ainsi que pour le développement qui suit, Rémi Franckowiak, « Monsieur Lefebure, un chimiste vulgaire à la Royal Society », à paraître dans les actes du Colloque international « Franco-British Interactions in Science since the seventeenth-century » d’Oxford de mars 2006. Hamou, op. cit. in n. 27, p. 144, rappelle par ailleurs que la restauration toute récente de la monarchie impose au sein de la Royal Society un comportement marqué de retenue.
55 Boyle n’aurait que très peu pratiqué la chimie jusqu’à la fin des années 1660 ; voir Newman, Principe, op. cit. in n. 14, pp. 15-30.
56 Chez Le Febvre, il est dans l’ordre des choses que tout tende à son « premier principe par une circulation continuelle qui se fait par la nature, qui corporifie pour spiritualiser, & qui spiritualise pour corporifier » (Le Febvre, op. cit. in n. 50, p. 23). Cette circulation spirituelle se fait aussi entre deux corps suivant une attraction de sympathie réciproque ; voir Franckowiak, op. cit. in n. 35, partie 2, § 5.
57 Le Sceptical Chymist n’a, semble-t-il, pas été reçu en son temps comme une nouveauté, mais comme un commentaire de la pensée de Van Helmont ; voir Newman et Principe, op. cit. in n. 14, p. 274.
58 Sur la chimie de Du Chesne, voir Hiroshi Hiraï, Le concept de semences dans les théories de la matière à la Renaissance. De Marsile Ficin à Pierre Gassendi, Turnhout, Brepols, 2004, partie III, §3 ; et Rémi Franckowiak, « Le Sel de Joseph Du Chesne : premier moteur de la Nature », in Actes du Congrès d’Histoire des Sciences et des Techniques de Poitiers de 2004, Cahiers d’Histoire et de Philosophie des Sciences, n° hors-série, 2006, pp. 79-92 ; sur celle de Fabre, voir Joly, op. cit. in n. 10.
59 Joly, op. cit. in n. 37, pp. 87-98.
60 La formule de Gaston Bachelard (Le rationalisme appliqué, PUF, Paris, (1949), 2004, p. 38) est en fait : « La science n’est pas le pléonasme de l’expérience ».
61 Alexandre Koyré, Paracelse, Editions Allia, pp. 28-30 ; Massimo Bianchi, « The Visible and the Invisible. From Alchemy to Paracelsus », in P. Rattansi and A. Clericuzio, Alchemy and Chemistry in the 16th and 17th centuries, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1994, pp.17-50.
62 Koyré, ib., p. 67.
63 Pour Barlet (op. cit. in n. 42, p. 22), les différentes substances sont des « essences […] resserées dans un corps ».
64 Une solution serait qu’elle se présente dans une expression développée de sa nature saline, de son principe Sel, pour lui assurer une certaine consistance, sans être pour autant bridée dans sa puissance de génération et de conservation. Sur cette métaphysique chimique du Sel qui se développe alors fortement en France ; voir Franckowiak, op. cit. in n. 35.
65 Voir Joly, op. cit. in n. 10. De ce point de vue, la maîtrise du processus de fabrication de la Pierre n’est qu’un signe de cette maîtrise. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle ceux qui prétendent utiliser cette connaissance du processus à des fins pratiques, c’est-à-dire transmuter effectivement les métaux, peuvent être considérés comme des charlatans.
66 Cette expression pourrait également s’appliquer aux philosophes mécanistes dont la pensée est fortement marquée par un paradigme visuel ; voir Hamou, op. cit. in n. 27, p. 152.
67 Ostwal Croll, La Chymie Royale (1609), trad. 1624, p. 5.
68 La chimie paracelsienne est une chimie faite pour être expérimentée. Elle se présentait, dès le départ, chez Paracelse comme instrument de santé, inscrite comme troisième pilier de sa médecine, pour rester jusqu’à la fin du XVIIe siècle subordonnée à la production de remèdes pharmaceutiques.
69 Du Clos, PV ARdS, 31 décembre 1666, f. 5.
70 Voir Bernard Joly, « La chimie contre Aristote. La distillation du bois et la doctrine des cinq éléments au XVIIe siècle en France », in M. Bougard (ed.), Alchemy, Chemistry and Pharmacy : Proceedings of the XXth International Congress of History of Science (Liège, 1997), Turnhout, Brepols, 2002, pp. 67-75.
71 Le Sel au centre de la Terre, le Mercure dans la partie du cosmos la plus éthérée, le Soufre entre les deux, et cet ordre peut être conservé au sein du mixte avec un Soufre qui est le lien entre le Sel et le Mercure.
72 La nature indécomposable des principes seconds pourra être mise en doute (entre autres par Boyle), mais a été avancée en toute bonne foi par les chimistes.
73 Pour reprendre librement une nouvelle fois une formule de Bachelard (La phénoménotechnique « renforce ce qui transparaît derrière ce qui apparaît », Le Nouvel Esprit Scientifique, Paris, Vrin, 1934).
74 Samuel Sorbière, Relations, Lettres et Discours de Mr Sorbière sur diverses matières curieuses, Paris, Roberet de Ninville, 1660, pp. 167-168 (lettre du 13 juillet 1660).
75 Boyle, op. cit. in n. 33, ff. 5r-5v : « [Carneades had] drawnthe Chymist Doctrine out of the Dark and Smookie Laboratories, and both brought it into the open light, and shewn the weakness of the Proofs, that have hitherto been wont to be brought for it, either Judicious Men shall henceforth be allowed calmy and after due information to disbelieve it, or those abler Chymists, that are zealous for the reputation of it, will be oblig’d to speak plainer then hitherto has been done, and maintain it by better Experiments and Arguments then Those Carneades hath examin’d ».
76 La fin de la lutte l’a projetée d’un seul coup face à elle-même, autrement dit sa théorie face à sa pratique.
77 Au sujet de la distillation fractionnée des principes de Du Chesne, Bacon écrit en 1620 que la chose est trompeuse « parce qu’on s’imagine n’avoir fait que séparer plusieurs natures, comme si elles avaient été déjà présentes auparavant dans le composé, alors qu’elles sont nouvellement introduites et apposées par le feu et la chaleur » (aphorisme 7, livre II, Novum Organum ; cité par Bernard Joly, « Francis Bacon réformateur de l'alchimie », in Revue philosophique de la France et de l’étranger, 2003/1, p. 36. De même, Jean Beguin (op. cit. in n. 33, 2e éd. de 1624, pp. 8-10) se fait l’écho de critiques à l’endroit des remèdes chimiques qui auraient acquis par le feu – loin de les en dépouiller – une dangereuse vertu caustique.
78 Dans les années 1660, Otto Tachenius popularise la doctrine de Sylvius en développant son dualisme acido-alkalin dans ses Hippocrates Chymicus (1666) et Antiquissimae Hippocraticae Mediciniae Clavis (1668).
79 Sur Du Clos, voir Doru Todericiu, « Sur la vraie biographie de Samuel Duclos (Du Clos) Cotreau », Revue d’histoire des sciences, 1974, 27/1, pp. 64-67 ; Stroup, op. cit. in n. 7, pp. 445.
80 Voir Stroup (op. cit. in n. 6) sur l’orientation utilitariste de la science de l’Académie.
81 Du Clos, « Project d’exercitations physiques », 31/12/1666, PV ARdS, t. 1, p. 1.
82 Tout comme pour Jan Baptista Van Helmont (Ortus medicinae …, Amsterdam, 1648), « Tria prima chymicorum principia », n° 52, p. 407. On peut voir également Allen Debus, « Fire Analysis and the Elements in the Sixteenth and Seventeenth Centuries », Annals of Science, 23 (1967), pp. 127-147 ; et Newman, Principe, op. cit. in n. 14, pp. 84-90.
83 Du Clos, « De la recherche des principes des mixtes naturels », 31/12/1666, PV ARdS, t. 1, p. 6.
84 L’alkahest est à ce titre véritablement ici l’instrument – conceptuel aussi bien que concret – par excellence propre à la chimie, dont l’action est incompréhensible mécaniquement. Son intérêt réside dans la promesse qu’il offre d’atteindre la connaissance des vrais principes des corps par leur résolution qui n’est pas simple discontinuation du corporel, et la possibilité de préparer des remèdes puissants par une conservation des qualités du mixte résout. Voir les mémoires de Du Clos sur l’alkahest. Sur l’alkahest, voir Bernard Joly, « L’alkahest, dissolvant universel ou quand la théorie rend pensable une pratique impossible », Revue d’histoire des sciences, 49/2-3 (1996), pp. 305-344 ; sur son emploi médical, voir Paolo A. Porto, « ‘’Summus atque felicissimus salium’’ : The Medical Relevance of the Liquor alkahest », Bulletin of History of Medicine, 76 (2002), pp. 1-29.
85 Du Clos a tenu plusieurs positions théoriques : Il a 68 ans lorsqu’il intègre l’Académie, et sans doute sa participation à une édition des œuvres de Paracelse (Opera omnia medico-chemico-chirurgica..., 2 vol., Genève, 1658 ; cf. Stroup, op. cit. in n. 7, pp. 441-442) témoigne-t-elle chez lui d’une période paracelsienne, avant d’apparaître en 1666 pour une part helmontien, et en 1677 « platonicien » selon son expression. En 1723, l’auteur du Discours historique qui précède le Nouveau cours de Chymie (op. cit. in n. 19, p. liij), note pour sa part que « […] La chymie est une science expérimentale, on risque de voir toutes ses opinions démenties par l’expérience […] ».
86 Pour le développement qui suit, voir Rémi Franckowiak, « Du Clos, un chimiste post-Sceptical Chemist », in Ramond, Dennehy, op. cit. in n. 16.
87 La traduction latine de 1662 du Sceptical Chymist. Du Clos, PV ARdS, 18 Août 1669, t. 4, f. 144v.
88 Ib., 05/01/1669, 4v.
89 Ib., 19/01/1669, 14r.
90 Du Clos, PV ARdS, t. 5, vol. 1, 12/01/1669, f. 9r.
91 Ib., 26/01/1669, ff. 24v-25r.
92 Du Clos, « Examen du livre des Eaux Minerales du Sieur Le Givre », PV ARdS, t. 1, 12/03/1667, pp. 57-70.
93 À l’instar de Le Febvre qui ne se reconnaît comme maîtres que des contemporains ou presque contemporains tels que Van Helmont, Glauber, Schroeder et Zwelfer.
94 François de Saint André, Entretiens sur l’acide et l’alkali, Avec un examen de quelques reflexions de M. Boyle sur ces principes. & une réponse à une lettre de M. Saunier Docteur en Medecine, touchant la nature de ces deux Sels, seconde édition, revue et augmentée, Paris, 1687, pp. 4-5.
95 Sur le partage chez Du Clos entre explication légale – suivant les lois du mouvement – et explication causale – suivant les principes chimiques – des phénomènes naturels correspondant à deux instances de réalité, voir Rémi Franckowiak, « Du Clos and the Mechanization of Chemical Philosophy », in Dan Garber, Sophie Roux (eds.), The Mechanization of Natural Philosophy, Springer-Verlag, coll. Boston Studies of Science, à paraître en 2008.
96 Samuel Cottereau Du Clos, Dissertation sur les principes des corps mixtes (1677), Amsterdam, 1685, pp. 1-2.
97 Ib., p. 7.
98 Ib., p. 24.
99 Ainsi pour Du Clos, la cause des couleurs que le salpêtre contracte au feu « n’est pas fort bien expliquée par la nouvelle disposition des particules. Elle pourroit estre mieux attribuée à l’exaltation d’un soulphre contenu en cette matiere ou contracté par le charbon » (PV ARdS, 05/01/1669, 5r) ; « Mr Boyle n’avoit pas trouvé la solution de cette question dans la Philosophie corpusculaire ; mais elle est facile et prompte en celle des chimistes qui reconnoissent que la Terre a beaucoup de Symbole [=affinité attractive] avec les Soulphres […] » (ib., 12/01/1669, 7r-7v). Il est à remarquer que Du Clos ne rejette pas complètement dans son discours les considérations de type mécaniste ; il les réserve aux phénomènes chimiques faisant participer les qualités premières reconnues par le mécanisme.
100 Expression du Cours de Chymie de Nicolas Lemery de 1675, mais aussi de Saint André (op. cit. in n. 94, pp. 53-54) : « vos principes me paroissent tres-palpables ».
101 Du Clos, Saint André (ib., pp. 10-11), et aussi Homberg.
102 Lemery, op. cit. in n. 100, préface, p. 1.
103 Voir Franckowiak, Peterschmitt, op. cit. in n. 2. On notera que la connaissance de la « vérité certaine » est aussi l’objectif de Du Clos (op. cit. in n. 96, p. 1).
104 Voir Alice Stroup, op. cit. in n. 7, pp. 445.
105 Son ouvrage sera publié plus tard à Amsterdam ; Du Clos, op. cit. in n. 96.
106 C’est dans ce sens entre autres que la pratique rigoureuse de la chimie installe selon Venel, suivant son article « Chymie » du tome 3 de 1753 de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, le chimiste dans des théories « vagues & d’approximation » (p. 416a).
107 Aristote, Analytiques seconds, I 2, 72a ; cf. J.M. Le Blond, Logique et méthode chez Aristote. Etude sur la recherche des principes dans la physique aristotélicienne, Paris, Vrin, (1939), 4e éd. 1996, chapitre 3. Les chimistes rompent corrélativement avec un autre élément de la pensée aristotélicienne qu’ils revendiquaient tout au long du siècle, celui envisageant les éléments issus de la dernière résolution des corps comme étant également les premiers.
108 Antoine-François Fourcroy (Philosophie chimique, an III, avertissement, p. 3) : « A mesure qu’une science fait des progrès, à mesure qu’elle acquiert des méthodes pour perfectionner sa marche, les vérités générales s’y multiplient : telle est aujourd’hui la chimie. Les principes de cette science ne sont créés que depuis quelques années, et déjà elle est riche en corollaire ou en résultats généraux qui en renferment tout l’ensemble ».
109 Mongin, op. cit. in n. 2, 3e p. de la préface : « Parmi tant de progrez que les Sciences ont faits, la Chimie est une de celles qui n’a pas le moins fleuri ».
110 Pierre-Joseph Macquer, Dictionnaire de Chimie, 1766, t. 1, p. iij : « Discours préliminaire, sur l’origine et les progrès de la Chymie. L’histoire des Sciences est en même tems celle des travaux, des succès & des écarts de ceux qui les ont cultivées ; elle indique les obstacles qu’ils ont eus à surmonter, & les fausses routes dans lesquelles ils se sont égarés. […] Notre objet est de mettre sous les yeux les différens états par lesquels cette Science a passé, les révolutions qu’elle a éprouvées, les circonstances qui ont favorisé ou retardé ses progrès […] ». « Si l’expérience qui n’est point dirigée par la théorie est toujours un tâtonement aveugle, la théorie sans l’expérience n’est jamais qu’un coup d’œil trompeur & mal assuré. Aussi est il certain que les plus importantes découvertes que l’on ait faites dans la Chymie, ne sont dûes qu’à la réunion de ces deux grands secours » (p. xxv). Précisons par ailleurs que l’élément principiel n’est plus chez Macquer qu’un élément envisagé dans sa participitation à la composition d’un mixte, et n’est élément que jusqu’à preuve du contraire ; voir article « Elemens » (ib., t. 1, p. 399) : « Il est très possible que ces substances, quoique reputées simples, ne le soient pas, qu’elles soient même très composées, & qu’elles résultent de plusieurs autres substances plus simples ».
111 Venel, op. cit. in n. 19.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Franckowiak, « La chimie du XVIIe siècle : une question de principes », Methodos [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 11 avril 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://methodos.revues.org/1823 ; DOI : 10.4000/methodos.1823

Haut de page

Auteur

Rémi Franckowiak

UMR 8163 STL, CNRS – Universités de Lille 1 et de Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org