Navigation – Plan du site
Chimie et mécanisme à l'âge classique

Chimie et mécanisme dans la nouvelle Académie royale des sciences : les débats entre Louis Lémery et Etienne-François Geoffroy

Bernard Joly

Résumés

Au début du XVIIIe siècle, une querelle éclate entre deux chimistes français à propos de la fabrication artificielle du fer. C’est en fait un conflit entre une interprétation mécaniste des processus chimiques et une approche plus traditionnelle, soupçonnée d’emprunter ses thèses à l’alchimie, mais qui sera pourtant à l’origine de la table des affinités qui sera adoptée par tous les chimistes jusqu’au début du XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1On affirme souvent que l’histoire de la chimie aurait été marquée, à la fin du XVIIe siècle, par un événement majeur : la prise de contrôle par la philosophie mécaniste d’un domaine du savoir jusque là occupé par une chimie encore dominée par la pensée alchimique. A une chimie des principes, qui rend compte des propriétés des corps en invoquant des qualités substantielles (le Soufre confère l’inflammabilité, le Mercure la fusibilité, le Sel la friabilité) aurait succédé une chimie corpusculaire qui explique les opérations chimiques en invoquant la taille, la figure et le mouvement des particules dont les corps sont constitués. On retrouverait ainsi dans la chimie de cette époque un mouvement analogue à celui qui s’était produit un peu plus tôt dans le champ de la physique. C’est donc, en quelque sorte, une chimie d’inspiration cartésienne qui se serait alors mise en place en Angleterre et en France.

2On invoque alors, à l’appui de cette thèse, les travaux de Robert Boyle et de Nicolas Lémery qui auraient, sous l’influence mêlée des idées de Gassendi et de Descartes, inauguré à la fin du XVIIe siècle cette nouvelle conception de la chimie dont on retrouverait les effets au début du XVIIIe chez les premiers membres de la classe de chimie à l’Académie royale des sciences rénovée en 1699, en particulier chez Wilhelm Homberg, Louis Lémery (le fils de Nicolas) et Etienne-François Geoffroy. Je laisserai ici de côté le rôle de Gassendi, infiniment plus complexe que ce que l’on avait pu penser ces dernières années1. Hiro Hiraï a en effet montré récemment que sa chimie, loin de se réduire à une sorte d’application de l’atomisme épicurien, était en fait directement inspirée de celle de Petrus Severinus, un disciple danois de Paracelse dont l’Idea medicinae continue à être lue pendant tout le XVIIe siècle2. Il faudra par contre nous arrêter plus longuement sur le cas de Descartes et examiner le rôle que ses idées ont pu jouer dans le développement de la chimie à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle : dans quelle mesure est-il légitime de considérer Robert Boyle et Nicolas Lémery, ainsi que ceux qui s’inspireraient ensuite de leurs idées, comme des chimistes cartésiens ?

3Je commencerai par rappeler rapidement les acquis de recherches antérieures qui montrent que la philosophie de Descartes abolit la chimie plutôt qu’elle ne la transforme et que, dans ces conditions, Boyle et Nicolas Lémery, dans la mesure où ils veulent être chimistes, ne sont pas cartésiens. J’en viendrai alors à l’examen détaillé des positions respectives de deux chimistes dont les travaux dominent leur discipline à l’Académie royale des sciences au début du XVIIIe siècle, Louis Lémery et Etienne-François Geoffroy3, en analysant plus particulièrement la querelle qui les opposa à propos de la production artificielle des métaux : les vifs débats dont l’Histoire et les Mémoires de l’Académie se font l’écho montrent en effet la complexité d’une situation où les positions des uns et des autres ne se laissent ramener ni à une opposition entre partisans du mécanisme et adeptes d’une chimie traditionnelle, ni à un conflit entre cartésiens et newtoniens.

Y a-t-il une chimie cartésienne ?

4Fontenelle a joué dans toutes ces questions un rôle décisif, dans la mesure où il ne se contentait pas de rapporter les débats : il y intervenait en apportant son point de vue, mais aussi, de manière plus insidieuse, en modifiant et en radicalisant les positions des uns et des autres dans les résumés qu’il rédigeait pour l’Histoire de l’Académie en tant que secrétaire de l’institution rénovée. C’est ce que montre un texte tardif, mais qui renvoie précisément aux débuts de l’époque qui nous intéresse ici. Dans un volume de l’Histoire de l’Académie Royale des Sciences paru en 1733, Fontenelle rapporte une querelle qui s’était développée en 1669 entre le chimiste français Samuel Cottereau du Clos et Robert Boyle. Ce dernier avait en effet publié en 1661 un ouvrage, Certain physiological Essays4, dans lequel il défendait les principes d’une philosophie mécaniste. Fontenelle rend compte de la querelle en ces termes :

« [Boyle] avait entrepris de rendre raison de tous les phénomènes chimiques par la philosophie corpusculaire, c’est-à-dire, par les seuls mouvements & les seules configurations des petits corps. M. du Clos, grand chimiste, aussi bien que M. Boyle, mais ayant peut-être un tour d’esprit plus chimiste, ne trouvait pas qu’il fût nécessaire, ni même possible, de réduire cette science à des principes aussi clairs que les figures & les mouvements, & il s’accommodait sans peine d’une certaine obscurité spécieuse qui s’y est assez établie. » 5

5Fontenelle développe ensuite la célèbre opposition entre « l’esprit de la chimie » et « l’esprit de la physique » qui a été souvent commentée. Remarquons simplement ici que Fontenelle effectue, d’une manière qui peut sembler abusive, une double opération. D’une part il identifie le corpuscularisme au mécanisme cartésien, c'est-à-dire à l’idée selon laquelle l’explication de tous les phénomènes naturels doit se « réduire » à l’invocation de relations mécaniques entre les « petits corps » ; il n’y a donc que deux variables : la configuration de ces petits corps (leur taille et leur figure) et leur mouvement. D’autre part il fait de cette position celle de Boyle.

6Pourtant, comme l’a remarqué Antonio Clericuzio, l’examen du texte de Boyle montre qu’il n’en est rien6. Certes, Boyle affirme que les effets que nous observons dans la nature résultent des diverses tailles, formes, mouvements et concrétions d’atomes. Ce sont là les causes générales de toutes choses. Mais il n’en résulte pas qu’il soit possible de rendre compte de tel ou tel phénomène en invoquant la figure, la taille et le mouvement des corpuscules dont la concrétion constitue la structure des différents corps chimiques. Boyle s’en prend alors explicitement aux « Epicuriens et Cartésiens » qui prétendent établir un lien direct entre les phénomènes observés et les propriétés mécaniques des atomes. Comme le remarque Cléricuzio : « les conclusions de Boyle sont explicitement anti-réductionistes. »7

7Les travaux de Boyle sur l’analyse et la « rédintégration » du salpêtre, développés dans l’un des opuscules que regroupent Certain physiological essays8, montrent bien quelles sont les limites de sa référence au mécanisme. Boyle expose la suite des opérations par lesquelles il divise le salpêtre en esprit acide et sel alcali puis le recompose à partir des deux substances que la distillation avait permis de séparer, la réversibilité des opérations constituant la preuve que la composition du salpêtre, alors considéré comme une substance hétérogène, est bien connue. Or, pour rendre compte de ces opérations, Boyle n’invoque pas tant le mouvement et la forme des corpuscules  que les qualités chimiques des diverses substances qui ont la propriété de dissoudre, de précipiter ou de fixer. Bref, pour Boyle, l’explication chimique garde son autonomie et ne peut être réduite à une explication mécanique qui sans doute la sous-tend mais ne peut jamais être explicitée en tant que telle.

8Comme l’a montré Pierre Macherey, c’est précisément ce que lui reprochera Spinoza, dans une polémique célèbre dont Oldenburg, secrétaire de la Royal Society, se fit le messager : la question de l’homogénéité ou de l’hétérogénéité du salpêtre ne peut pas être tranchée par l’expérience, contrairement à ce que semble croire Boyle, puisque cette dernière ne nous donne pas véritablement accès à la structure de la matière au niveau corpusculaire9. A l’époque où il polémique avec Boyle, Spinoza est en train d’étudier les Principes de la philosophie de Descartes en vue du commentaire inachevé qu’il en fit paraître en 166310. Comme je l’ai montré par ailleurs11, c’est dans la quatrième partie de cet ouvrage que Descartes traite principalement des objets et des opérations de la chimie, sans pour autant constituer une « chimie cartésienne », dont on constate d’ailleurs l’absence dans le célèbre « arbre de la philosophie » de la Lettre-préface de l’édition française des Principes de la philosophie. Descartes, en effet, propose de rendre compte des propriétés des substances chimiques en invoquant la configuration des « petites parties » dont elles sont formées ; quant aux opérations de la chimie, on peut faire l’hypothèse qu’elles résultent de la manière dont ces petites parties entrent en contact les unes avec les autres dans le mouvement incessant dont elles sont agitées par les flux de la matière subtile. Mais c’est là le résultat d’un travail de la pensée, et non pas des observations et expériences faites au laboratoire.

9De ce fait, les « principes de la chymie » ne méritent plus ce nom, puisque le sel, le soufre et le mercure ne sont que « trois sortes de corps » se distinguant les uns des autres par leur configuration (respectivement lames pointues, branches flexibles, figures unies et glissantes)12. Il n’existe donc pas, aux yeux de Descartes, d’explication des phénomènes naturels qui soit spécifique à la chimie. On le voit, la position de Boyle ne correspond guère sur ce point  à celle de Descartes13 et on peut penser que c’est Fontenelle qui a construit le mythe d’un Boyle dont la chimie serait cartésienne. En fait, comme l’ont montré plusieurs travaux récents, la chimie de Boyle se rattachait plutôt, quoique de manière critique, à une tradition chimique dans laquelle était présente, dès le Moyen Âge, une approche corpusculariste14.

10De la même manière, il est abusif de nommer cartésienne la chimie de Nicolas Lémery15. Le Cours de chymie qu’il publia en 1675 vient à la suite d’une longue série de « cours de chimie » qui constituent une caractéristique de la chimie française pendant tout le XVIIe siècle16. Il s’agit d’ouvrages à destination des apothicaires, listes de recettes qui s’appuient le plus souvent sur une théorie principielle à cinq termes : Soufre, Mercure, Sel, Eau, Terre. Nicolas Lémery reprend ces recettes et cette théorie qu’il expose tout en la tenant à distance. La nouveauté, et ce qui donnera à son ouvrage un attrait que n’avaient pas ceux de ses prédécesseurs, c’est qu’il surajoute une interprétation mécaniste des opérations de la chimie. On connaît bien ces passages où Lémery explique l’interaction d’un acide et d’un alkali en invoquant les pointes du premier et les pores du second :

« Si vous mêlez par exemple un esprit acide avec un sel de tartre, ou avec quelqu’autre alkali, les pointes de l’acide s’embarrassent  de telle sorte dans les pores du sel, que si par la distillation vous voulez séparer l’esprit acide comme il était auparavant, vous n’y parviendrez jamais, il aura perdu presque toute sa force, parce que ses pointes étant brisées dans l’effort qu’elles auront fait, n’auront pu conserver la figure aussi pénétrante qu’elles avaient. »17

11Cela n’est guère cartésien. D’abord, on ne trouve aucune trace dans l’œuvre de Descartes de cette théorie qui fut développée par un médecin de Caen, François de Saint-André, dans les Entretiens sur l’acide et l’alcali qu’il publia à Paris en 1672. Reprenant les travaux de Van Helmont et de Tachenius sur les acides, il considérait que les trois principes paracelsiens des chimistes sont en réalité composés de deux autres, le sel acide et le sel acre ou alkali :

« Le sel acide est un corps simple, de figure aiguë, qui fermente avec les alkalis et qui constitue l’essence de tous les mixtes. Le sel acre est un corps simple, troué, qui fermente avec les acides et qui fait la précipitation du vitriol de mars dans l’eau. »18

12Mais il faut aussi remarquer que Nicolas Lémery, à la suite de Saint-André, voit dans la configuration mécanique des substances la cause immédiate des opérations chimiques. Pour Descartes au contraire, quelles que soient les hypothèses que l’on peut développer sur la configuration des différents corps chimiques, le travail de laboratoire ne donne jamais accès à la connaissance de la structure fondamentale de la matière, qui échappe aux sens et qui se déduit des propriétés générales de la substance étendue, telles qu’elles ont été présentées dans la seconde partie des Principes de la philosophie. La nouvelle doctrine des principes chimiques que Lémery va populariser semble alors très éloignée de cette « physique métaphysique »19 que, de Huygens à Voltaire, on a souvent appelé le « roman cartésien ».

La chimie mécaniste de Louis Lémery

13C’est à la lumière de ces mises au point que nous pouvons désormais examiner les travaux des chimistes français à l’Académie royale des sciences dans les premières années du XVIIIe siècle. C’est Louis Lémery, le fils de Nicolas, qui passe habituellement pour le plus illustre représentant d’une nouvelle chimie d’inspiration cartésienne. Nous allons voir, en examinant sa théorie du feu, que s’il s’agit bien d’une explication mécaniste, elle est cependant très éloignée des idées de Descartes.

14Louis Lémery (1677-1743), qui avait obtenu son titre de docteur en médecine en 1698, entra à l’Académie des sciences avec le titre d’élève en 1700, puis d’associé en 1712 et de pensionnaire en 1715. Il devint titulaire de la chaire de chimie au Jardin royal des plantes en 1730. C’est le 13 novembre 1709 qu’il présenta ses « Conjectures et réflexions sur la matière du feu ou de la lumière »20. Le titre même de la communication montre bien que Louis Lémery ne défend pas une conception cartésienne, puisque l’idée d’une matière du feu, qui pourrait s’identifier à celle de la lumière, est tout à fait étrangère à la pensée de Descartes, pour qui le feu n’est pas une matière, mais la forme que prennent les corps lorsque certains mouvements particuliers de la matière du premier élément (la matière subtile) entraînent dans son sillage des fragments des parties plus grossières de la matière du corps en combustion :

« Toutes les petites parties des corps terrestres, de quelque grosseur ou figures qu’elles soient, prennent la forme du feu, lors qu’elles sont séparées l’une de l’autre, & tellement environnées de la matière du premier élément, qu’elles doivent suivre son cours. »21.

15Au contraire, Louis Lémery refuse explicitement de réduire le feu à n’être que l’effet d’un mouvement rapide des parties de la matière :

« (…) la matière du feu doit être regardée comme un fluide d’une certaine nature & qui a des propriétés particulières qui le distinguent de tout autre fluide. Je consens que ces propriétés dépendent de la rapidité avec laquelle toutes les parties de ce fluide se meuvent ; mais je crois aussi que la figure de chacune de ces parties doit nécessairement entrer en ligne de compte. »22

16Le feu n’est donc pas une forme, mais une matière qui circule librement et à très grande vitesse entre toutes les parties des corps. C’est en raison de la relative grossièreté de ses parties que le feu, devant forcer le passage, détruit en les disloquant les corps qu’il traverse.

17Louis Lémery veut résoudre l’un des problèmes les plus irritants de la chimie de cette époque : l’augmentation du poids d’un métal lorsqu’on le calcine alors que, par analogie avec la combustion du bois, on pourrait penser que les cendres métalliques seront plus légères que le métal dont elles proviennent23. On sait que, par la suite, Lavoisier résoudra cette difficulté en rejetant la théorie du phlogistique et en mettant en évidence le rôle de l’oxygène. La solution de Louis Lémery consiste à considérer que le feu est constitué de parties qui augmentent le poids des corps en s’insinuant dans leurs pores où elles demeurent enfermées sans changer de nature. Cependant, deux cas doivent être distingués. Si c’est dans des corps métalliques que la matière du feu s’est engagée, elle s’y trouve emprisonnée sans pouvoir forcer « les portes de sa prison » : la contraction des pores de la matière métallique retient les parties du feu avec une force telle que seule une nouvelle exposition au feu (« un feu de fusion ») pourra les libérer en dilatant à nouveau les pores du métal qui s’étaient refermés comme un piège sur les parties du feu24. Par contre, s’il s’agit de « corps pierreux ou salins », dont la structure est moins solide que celle des métaux, « l’eau suffit pour ouvrir extérieurement à la matière du feu des issues libres » car elle en sépare les parties et les réduit en une « poussière très fine » qui y restera en suspension25.

18S’il y a quelque chose de cartésien dans cette théorie mécaniste, c’est bien son caractère romanesque et invérifiable. Mais en voulant faire du feu un corps Louis Lémery reste attaché à une conception substantialiste des phénomènes ignés dont Descartes s’affranchissait par la radicalité de son mécanisme. Louis Lémery ne peut franchir ce pas, car ce serait renoncer à l’une des convictions sans lesquelles il n’est point de chimie à son époque : il faut que le feu soit une matière pour une doctrine qui a besoin d’invoquer la présence d’une substance ignée pour expliquer l’ensemble des phénomène de combustion et de calcination. Descartes, qui détestait les chimistes de son temps, n’était pas arrêté par de telles considérations, bien au contraire : en faisant disparaître la chimie dans le jeu des explications mécanistes, il se débarrassait d’adversaires encombrants qui, à l’instar de Gassendi, auraient voulu faire de l’analyse chimique le modèle de toute pensée philosophique26.

La querelle de la formation du fer

19Louis Lémery avait eu une première occasion de mettre à l’épreuve ses conceptions mécanistes dans la querelle qui l’opposa de 1705 à 1708 à son collègue Etienne-François Geoffroy (1672-1731)27. Ce dernier, membre de l’Académie comme élève-chimiste dès 1699, deviendra pensionnaire en 1716. Professeur de médecine au Collège royal en 1709, titulaire de la chaire de chimie au Jardin royal des plantes en 1712, il sera nommé doyen de la faculté de médecine de Paris en 1726. Il était « fellow » de la Royal Society depuis 169828. Dans un mémoire présenté devant l’Académie le 12 novembre 170429, reprenant une thèse sur la composition du soufre présentée par Homberg l’année précédente30, Geoffroy proposait d’« imiter la nature », c'est-à-dire de fabriquer du soufre en utilisant des substances semblables à celles que l’on avait obtenues par l’analyse chimique de ce produit (un sel acide, une substance bitumeuse supposée contenir le Soufre principe et un alkali terreux, avec des traces de métaux). Il supposait alors que l’on pourrait, de la même manière, fabriquer artificiellement des métaux, et en particulier du fer, à partir de ses composants, supposés être des bitumes, du sel vitriolique et une terre. Il évoquait alors « le procédé de Becker », c'est-à-dire la recette rapportée en 1671 par le chimiste allemand Johann-Joachim Becher dans un supplément de sa célèbre Physica subterranea, en vue de confirmer par des expériences le bien-fondé de sa théorie de la génération naturelle des métaux, qui faisait intervenir trois sortes de terres plutôt que les trois principes paracelsiens31. Becher écrivait alors :

« A partir du limon commun, comme celui d’où se cuisent les briques, et de n’importe quelle substance grasse, animale ou végétale, par exemple l’huile de lin, sans aucune autre matière, on produit en quantité assez importante un vrai et authentique métal, du fer par exemple ou un autre, en l’espace de quatre heures, par une manipulation très simple, une action naturelle, un art d’accoucher. »32

20Geoffroy terminait son mémoire de 1704 en promettant de se livrer à de nombreuses expériences pour confirmer cette hypothèse. Il publia en effet un an plus tard un nouveau mémoire intitulé « Problème de chimie. Trouver des cendres qui ne contiennent aucunes parcelles de fer »33. Il y faisait part de son étonnement : ayant voulu, par précaution, utiliser une terre exempte de toute trace métallique, il avait cru pouvoir se procurer une telle substance en calcinant du bois ; mais il avait constaté, par le moyen d’une lame aimantée, que toute cendre de bois contient un peu de fer. Geoffroy garde cependant devant cette observation une prudence qui le conduit à ne pas émettre d’hypothèses sur la raison de la présence de ce fer. Lorsqu’il rend compte de ce mémoire dans l’Histoire, Fontenelle  insiste sur la prudence méthodologique qu’impose une observation aussi curieuse : « ne point précipiter les systèmes est une des grandes difficultés de la philosophie. »34 Il introduit cependant une hypothèse qu’il rejette immédiatement, mais qui se trouvera ensuite au cœur des débats et qui deviendra la thèse de Lémery : ne pourrait-on pas supposer que les parcelles de fer soient remontées avec la sève dans le bois dont on fait des cendres ?

21Wilhelm Homberg, dont les travaux sur les principes de la chimie étaient à l’origine des observations et hypothèses de Geoffroy, revient sur la question dans son mémoire du 8 mai 1706 : « Observations sur le fer au verre ardent »35. Sans le nommer, il confirme les observations de Geoffroy (« le hasard nous a découvert que dans toutes les cendres il se trouve une poudre noirâtre qui est un vrai fer »), ce qui le conduit à reconnaître comme évident que « dans l’incinération de toute matière végétale il se compose du fer », mais aussi à admettre que le fer « pourrait fort bien être » composé de terre, de sel fixe et de l’huile provenant du végétal brûlé36. Pourtant, quelques semaines plus tard, dans la « Suite de l’article trois des Essais de chimie »37, Homberg reviendra à sa conception initiale de la composition des métaux, qui insiste sur le rôle du mercure et du soufre, conformément à la tradition alchimique38.

22Nous nous trouvons alors en présence d’une situation étonnante. Comme le remarque Fontenelle39, Homberg et Geoffroy utilisent un appareil moderne, en l’occurrence le miroir ardent de grande taille que le duc d’Orléans avait  fait installer au Palais Royal de Paris : la chaleur nécessaire aux opérations est obtenue par concentration des rayons du Soleil, sans que l’on puisse soupçonner la présence d’autres matières que celles sur lesquelles on travaille. Mais le fond théorique sur lequel ils s’appuient provient de la tradition alchimique du XVIIe siècle, telle qu’elle est encore à l’œuvre dans les travaux de Becher, et qui implique la possibilité de la transmutation des métaux. Louis Lémery, au contraire, prétend développer une chimie nouvelle, purement mécaniste, en rupture avec une tradition qu’il ne manque pas de critiquer. Pourtant, c’est à cette tradition contestée qu’il emprunte les procédés de la calcination et de la distillation qu’il utilise pour critiquer les hypothèses de Geoffroy.

23Louis Lémery intervient pour la première fois sur la question de la composition du fer le 14 avril 1706. Comme l’indique fort bien le titre du mémoire, intitulé « Diverses expériences et observations chimiques et physiques sur le fer et sur l’aimant »40, Lémery entend montrer, en se basant sur de nombreuses expériences qu’il rapporte en détail, que la chimie ne saurait à elle seule rendre compte des propriétés du fer. Ce métal est en effet composé d’une matière terreuse et d’une matière huileuse (il ne contient donc ni mercure, ni sel, ni acide), deux substances dont l’étude doit être soigneusement distinguée : c’est à la physique qu’il appartient d’étudier la matière terreuse, en développant une théorie des propriétés magnétiques du fer qui s’appuie sur le rôle des pores de cette matière dans la circulation de la matière magnétique, tandis que les expériences chimiques concernent plutôt la matière huileuse, qui intéresse la médecine dans la mesure où c’est elle qui est responsable des effets salutaires du fer dans le traitement de diverses maladies. Quant aux acides, loin d’appartenir à la composition du fer, ils constituent un agent extérieur dont l’action mécanique détermine le degré d’aimantation du fer. Les acides jouent en fait un double rôle. Lorsqu’ils s’associent aux parties huileuses du fer, ils forment des vitriols (ce que nous appelons des sulfates de fer) qui bouchent les pores du métal et empêchent la circulation de la matière magnétique : alors l’aimant ne l’attire plus. Mais si un feu violent chasse la partie huileuse unie aux acides, alors les pores de la partie terreuse laissent librement circuler la matière aimantée et le fer devient lui-même un aimant.

24Il n’est pas question des théories de Geoffroy dans ce premier mémoire où Lémery, deux ans avant son mémoire sur le feu, développe la conception poreuse de la matière qu’il a héritée de son père. On voit bien comment la représentation de la matière comme substance poreuse devient, au-delà de son application initiale à l’action des acides sur les alkalis, le fondement de toute interprétation mécaniste des opérations chimiques, permettant de faire l’économie du recours aux propriétés substantielles des principes chimiques qu’invoquent encore Homberg et Geoffroy. Mais surtout, Louis Lémery met en place dans ce mémoire les arguments qui lui permettront ensuite de réfuter son collègue. Il faut se souvenir, en effet, que c’est par l’action de la lame aimantée que l’on repérait la présence du fer, et a contrario son absence. En affirmant que le fer peut exister sous une forme qui le rend insensible à l’attraction de l’aimant, Lémery rend possible l’hypothèse d’une présence cachée du fer qui jouera un rôle important dans la suite de la polémique.

25C’est dans son mémoire du 13 novembre 1706, intitulé « Que les plantes contiennent réellement du fer, et que le métal entre nécessairement dans leur composition naturelle »41, que Lémery entreprend de réfuter explicitement la théorie de Geoffroy. Il lui faut alors tenir compte des observations que son père Nicolas avait présentées, le 10 juillet de la même année, sur l’analyse chimique du miel42 : le miel calciné contient une substance qui est attirée par l’aimant. Nicolas Lémery ne peut croire que du fer provenant de la terre puisse se retrouver dans de telles cendres après être remonté dans les fleurs de la plante puis avoir subi une double transformation dans le corps de l’abeille et par le feu ; il ne croit pas non plus que la combustion d’une substance puisse produire du fer : pour lui, le feu est un instrument d’analyse et non pas de synthèse. Il préfère donc supposer que d’autres matières que le fer peuvent être attirées par l’aimant.

26Contre toute évidence, son fils choisit la première hypothèse, qu’il défend en s’appuyant sur les expériences de « végétation chimique », c'est-à-dire de cristallisations qui se produisent lorsque l’on jette de l’huile de tartre (carbonate de potassium) sur une solution acide de fer (limaille de fer dissoute dans l’esprit de nitre). Il décrit ainsi l’opération :

« … il s’est fait une fermentation médiocre pendant laquelle la liqueur s’est fort gonflée : je l’ai laissée reposer, & peu de temps après il s’est formé aux parois du vaisseau quantité de petits branchages fort distincts, qui s’élevant toujours de la liqueur sans qu’il y eût de fermentation apparente dans cette liqueur, & augmentant continuellement ont bientôt gagné le haut du vaisseau, & sont même retombés au dehors en si grande quantité qu’ils couvraient la surface interne & externe du vaisseau. On pourrait donner le nom d’arbre de fer ou de Mars à cette espèce de végétation Chimique. »43

27Une gravure jointe à la fin du mémoire (p. 418) donne de cette expérience une image spectaculaire : comme on peut le voir ci-dessous, c’est une véritable forêt en miniature qui semble s’être développée sur les parois internes de la coupe et sur ses bords44.

28On voit donc que le fer peut s’élever malgré l’action de la pesanteur, à la condition toutefois d’être transformé en vitriol, c'est-à-dire dissout dans un acide qui est ici de l’esprit de nitre (acide nitrique) :

« Le fer dissous par les acides peut être aisément réduit en des particules assez petites & d’une assez grande légèreté pour pouvoir pénétrer les tuyaux les plus petits & les plus élevés des plantes. »45

29Il n’y a donc plus de raison de douter que le fer que l’on retrouve dans les cendres ne soit celui qui avait été transformé en vitriol dans les tiges de la plante ; perdant son acide sous l’effet du feu, le vitriol restitue le fer qui était présent dans la terre dont la plante se nourrit. On peut même supposer, ajoute Lémery avec audace, que c’est le fer qui, « par tout le mouvement & par toutes les figures dont il est susceptible », est la cause principale de la végétation des plantes. Ainsi le mécanisme vient au secours, non seulement de la chimie, mais aussi de la botanique.

30Lémery pousse son avantage sur Geoffroy dans son mémoire du 8 janvier 1707 intitulé « Expériences nouvelles sur les huiles, et sur quelques autres matières où l’on ne s’était point encore avisé de chercher du fer »46. Il commence par présenter la thèse de son adversaire sous forme d’une objection qu’il s’agit de réfuter : « M. Geoffroy a trouvé le secret de faire du fer artificiel, non seulement avec l’huile de lin & l’argile, mais encore avec les huiles de vitriol & de térébenthine mêlées ensemble et poussées par un grand feu »47. Le propos est ironique, comme le montre l’allusion aux secrets dont étaient censés s’entourer les alchimistes du siècle précédent. La réponse se veut sans appel : « les matières dont M. Geoffroy se sert, & qu’il mêle ensemble pour la production de son fer artificiel, sont toutes soupçonnées, & à juste titre de contenir réellement du fer. »48  Lémery procède alors par expérience et par raisonnement. Reprenant chacune des matières que Geoffroy a utilisées, il affirme d’abord que l’analyse chimique met en évidence la présence du fer qu’elles contiennent toutes :

« On voit par toutes les expériences qui viennent d’être rapportées que chacune des matières dont s’est servi monsieur Geoffroy, prises séparément, & analysées de la manière du monde la plus simple, donnent du fer, & qu’ainsi ce n’est point le mélange de l’huile de lin avec l’argile, & de l’huile de térébenthine avec un acide vitriolique qui produit du fer, comme le prétend M. Geoffroy. »49

31Ce que confirme le raisonnement : il n’y a pas de différence entre l’opération par laquelle on retire du vitriol le fer qu’il contient réellement et celle par laquelle Geoffroy prétend avoir produit du fer à partir des cendres de la plante50. En effet :

« l’un & l’autre fer se tirent de la même manière de ces deux matières, c'est-à-dire par la voie de l’analyse, qui ne me parait pas produire autre chose dans l’un et l’autre cas, que de dégager & de désunir les parties les unes des autres »51.

32Pour Louis Lémery, il n’existe rien, dans les opérations de la chimie, qui ressemblerait à ce que nous appelons une synthèse : les diverses substances chimiques se rapprochent pour constituer des assemblages au sein desquelles elles ne perdent ni leur identité, ni leurs propriétés. Tout au plus peuvent-elles être cachées par la structure nouvelle qui s’est mise en place. Le vitriol n’est pas un corps nouveau, mais une simple juxtaposition de fer et d’acide, qui s’effectue de telle sorte que le fer semble caché dans la solution acide. Dans ces conditions, l’analyse n’est rien d’autre que la séparation des corps précédemment réunis : le fer ne peut apparaître, grâce à l’action mécanique du feu, que dans la mesure où il était déjà présent dans le vitriol ou dans la plante.

Les principes de la chimie contre le mécanisme

33Louis Lémery parlera bientôt de la « mécanique » des opérations de la chimie. Il utilise deux fois ce terme dans un mémoire du 12 novembre 1707 consacré à la fabrication des encres vitrioliques 52. Il y dit tout d’abord que « c’est le fer contenu dans le vitriol qui en se revivifiant donne la noirceur aux ancres (sic) vitrioliques ; reste à savoir par quelle mécanique se fait cette revivification ». L’explication en est simple : la noix de galle, que l’on utilise pour fabriquer de telles encres en la mélangeant avec le vitriol, est un « absorbant » qui emprisonne dans ses pores l’esprit acide du vitriol, libérant ainsi le fer qui s’y trouvait caché et qui peut alors donner à l’encre sa couleur noire. C’est, poursuit Lémery, par la même « mécanique » que le verjus, qui est un acide, efface les tâches d’encre sur le linge en absorbant le fer responsable de cette couleur53.

34On retrouve l’expression à trois reprises dans la dernière attaque de Lémery contre Geoffroy, le 5 décembre 170854. La « mécanique » du mélange du vitriol avec la noix de galle dont il avait été question un an plus tôt est alors invoquée pour expliquer que le fer se cache souvent dans le vitriol « plus facilement que M. Geoffroy ne se l’imagine »55. Lémery peut alors, sur le même modèle, évoquer la « mécanique » par laquelle « l’acide vitriolique monte dans les plantes »56 pour défendre sa thèse : à l’intérieur du vitriol qu’il forme avec l’acide vitriolique le fer, dont  la présence passe alors inaperçue, peut bien monter dans les tiges de la plante et réapparaître après la combustion de cette dernière, à la faveur de l’action mécanique de l’huile de lin. Il présente ainsi la « mécanique » par laquelle se fait cette « recomposition prétendue du fer » :

« le fer réduit en une poudre rouge par une longue calcination n’est point une pure terre, comme l’assure M. Geoffroy, mais un véritable fer caché par les acides qui s’y sont incorporés ; on voit clairement qu’en mêlant cette poudre rouge avec de l’huile de lin, il ne recompose pas du fer, puisque ce métal n’a point été détruit, & qu’il est encore réellement existant dans cette poudre rouge. Que produit donc l’huile de lin en cette occasion ? Elle sert à dégager plus vite le fer des acides qui s’y étaient incorporés & à le faire reparaître plus promptement sous sa forme naturelle. »57

35Le même modèle poreux permet d’expliquer pourquoi le fer caché dans le vitriol ou le fer calciné en une poudre rouge ne sont pas attirés par l’aimant, donnant ainsi l’illusion que le fer a disparu. Dans l’un et l’autre cas, les pores du fer sont bouchés, soit par l’acide vitriolique, soit par les « acides du bois ou du charbon », ce qui empêche la circulation de la matière magnétique58.

36Contre cette conception mécanique, Geoffroy développe une argumentation tout entière inspirée par une chimie des principes, selon laquelle la dissolution d’un corps constitue une véritable destruction de ce corps par séparation de ses principes constitutifs, et non pas un simple camouflage de ses propriétés du fait de la pénétration de ses pores par une autre substance. D’ailleurs, ajoute-t-il, on ne voit  pas comment le fer, dont les principes sont aisément séparés par la seule action de l’eau, ne serait pas, à plus forte raison, détruit par les sucs et liqueurs de la plante. Il n’y a donc plus de fer dans les cendres végétales et l’huile de lin, loin de limiter son action à faire réapparaître un fer caché en nettoyant les pores du métal, est bien l’agent dont les principes contribuent à sa fabrication. C’est ce qu’il expose dès le 21 mai 1707 dans son mémoire intitulé « Eclaircissements sur la production artificielle du fer, & sur la composition des autres métaux »59, en développant une conception de la production artificielle du fer qui s’applique aussi aux autres métaux. Ainsi, écrit-il :

« J’espère (…) faire voir (…) qu’on peut non seulement produire du fer, mais encore tous les autres métaux, les composer ou les décomposer, en réunissant ou en séparant les principes dont ils sont formés. »60

37Tous les métaux, et donc l’or et l’argent… Fontenelle et Lémery ne manqueront pas de faire remarquer que Geoffroy entend redonner force aux espérances transmutatoires. On y reviendra bientôt. Constatons pour le moment que Geoffroy justifie son entreprise en se fondant sur une théorie générale des principes chimiques qui concerne tous les minéraux :

« Je passe aux preuves sur lesquelles je fonde mes conjectures concernant la production des métaux, & je vais montrer que les principes des végétaux & ceux des minéraux sont essentiellement les mêmes, & que l’on peut promptement & sans beaucoup de travail décomposer les minéraux en séparant leurs principes, & les recomposer en substituant des principes tirés des végétaux en la place de ceux qu’on en a enlevés. »61

38Ce qui est ainsi proposé est un programme de recherche qui s’enracine dans les enseignements traditionnels de la chimie, telle que les paracelsiens du XVIIe siècle la définissaient en tant que « spagyrie », art de l’extraction et du rassemblement, si l’on admet une étymologie peut-être fantaisiste62. C’est également à une tradition qui s’est consolidée tout au long du XVIIe siècle que Geoffroy emprunte l’idée d’une identité fondamentale entre les principes chimiques du règne végétal et du règne minéral, sur laquelle se fonde toute la pharmacologie d’inspiration paracelsienne. Cependant, comme l’ont remarqué Frederic Holmes63 et Ursula Klein64, Geoffroy, à la suite de Homberg, explicite ce que la tradition chimique du XVIIe siècle ne faisait que suggérer en affirmant que la composition permet de reconstituer la substance naturelle qui avait été préalablement décomposée65. Nous sommes ainsi en présence d’une véritable stratégie de l’établissement de la preuve, semblable à celle qui sera bientôt déployée par Stahl à propos du phlogistique et que Kant mettra à l’honneur à la fin du XVIIIe siècle dans la célèbre préface de la seconde édition de la Critique de la raison pure, y voyant la manifestation de ce qu’il appelle « la méthode expérimentale » :

« (…) quand Stahl transforma des métaux en chaux et celle-ci à son tour en métal, en leur retirant quelque chose, puis en le restituant (…) »66

39La réversibilité des opérations est le signe de la véracité de la théorie, dans la mesure où la reconstitution artificielle du produit naturel à partir des ingrédients préalablement séparés est considérée comme une « preuve »  du bien fondé de la théorie et, de manière plus générale, de la maîtrise et de la compréhension par le chimiste des véritables opérations de la nature.

40Quelques observations élémentaires permettent tout d’abord à Geoffroy de montrer que « les sels des plantes ne diffèrent point essentiellement des sels des minéraux. »67 Par exemple, le vinaigre distillé, qui doit être placé dans la classe des acides, dissout le cuivre en formant des cristaux identiques à ceux du vitriol bleu (sulfate de cuivre) que forme une dissolution de cuivre dans l’esprit de vitriol. Le même « sel » est donc obtenu à partir d’une substance d’origine végétale (le vinaigre) ou minérale (l’esprit de vitriol, notre acide sulfurique). Mais ce sont surtout les soufres qui retiennent son attention, dans la mesure où ils sont supposés constituer un composant essentiel de tous les métaux. S’appuyant sur les conclusions de son mémoire de 1704 sur la composition du soufre et le soufre principe, Geoffroy affirme que les métaux sont des composés de ce soufre principe, d’un sel vitriolique et d’une terre vitrifiable.

41Ici est mise en œuvre la preuve par la réversibilité des opérations : la calcination du fer produit une cendre qui se vitrifie et qui peut à son tour être transformée en fer par la calcination de cette cendre avec un matière inflammable, telle que l’huile de lin : « dans cette opération la terre du fer reprend le principe sulfureux qu’elle avait perdu. »68  L’huile de lin en effet, comme l’a montré son analyse69, est elle-même composée d’un esprit acide, d’une terre et du principe sulfureux qu’elle apporte à la reconstitution du métal : un principe inflammable d’origine végétale vient ainsi remplacer, dans la composition du fer, le principe inflammable d’origine minérale qu’il contenait avant sa calcination. Il suffit alors à Geoffroy de montrer que cette opération ne diffère pas de celle du « procédé de Becker » qu’il rapportait en 1704 et qu’il rappelle au début de son mémoire de 170770. Dans l’expérience à laquelle s’était livré le chimiste allemand, l’argile jouait le rôle de la cendre métallique qui n’est qu’une terre. La recette de fabrication artificielle du fer n’est donc qu’une variante de l’opération par laquelle des cendres reprennent « la forme métallique qu’ils avaient perdue. »71 Dans les deux cas, c’est l’adjonction d’une substance inflammable, et par là l’apport du soufre principe à une matière terreuse qui permet la reconstitution du métal.

42Trois remarques s’imposent alors. Tout d’abord, on peut constater que les protagonistes de cette querelle n’évoquent pas les conséquences pratiques de l’hypothèse de Geoffroy. La fabrication artificielle du fer n’est jamais considérée par ce dernier comme un moyen d’obtenir le métal plus facilement que par les opérations traditionnelles de la préparation des métaux à partir de leurs minerais. Affirmer que « la production artificielle du fer est non seulement possible, mais très réelle »72, c’est revendiquer une maîtrise technique sur la nature qui n’est pas destinée à déployer ses effets dans un processus de production, mais plutôt à manifester une connaissance approfondie de la véritable nature des métaux, dont on peut alors affirmer à la fois qu’ils sont réellement composés « du soufre principe, d’un sel vitriolique & d’une terre vitrifiable », que les substances qui les composent « ne diffèrent point essentiellement de celles qui composent les végétaux » et que la différence entre les métaux vient du degré de liaison entre le principe sulfureux et les autres principes.73

43On observera ensuite que cette opération de restitution du fer à partir de ses cendres correspond exactement  à celle que Kant évoquait et par laquelle Stahl justifiait l’existence et le rôle du phlogistique dans la composition des métaux. D’ailleurs Geoffroy, treize ans plus tard, indiquera lui-même dans ses « Eclaircissements sur la table insérée dans les mémoires de 1718 concernant les rapports observés entre les différentes substances » de 1720 que le soufre principe, qu’il nomme alors « Principe huileux », correspond à ce que Stahl appelle « Principe phlogistique »74. Comme je l’ai montré par ailleurs, il ne fait pas de doute qu’il existait à cette époque des échanges entre les chimistes français de l’Académie et les chimistes allemands réunis autour de Stahl à Halle75. Nous sommes ainsi amenés à remarquer une étroite solidarité entre les deux concepts de soufre principe (ou principe huileux) et de phlogistique, au point que l’on peut supposer que les développements théoriques qui leur sont attachés à cette époque résultent d’un jeu d’influence réciproque lié à des échanges entre Geoffroy et Stahl dont ne nous connaissons pas les modalités et les vecteurs. Mais on peut aussi observer dès maintenant que c’est Geoffroy, et non pas Lémery, qui se trouve ainsi associé à la mise en œuvre de l’un des concepts qui vont marquer toute la chimie du XVIIIe siècle.

« Défendre l’alchimie contre les injures publiques »

44On remarquera enfin que Geoffroy ne limite pas le champ de sa théorie aux quatre métaux que l’on nomme imparfaits (le fer, le cuivre, le plomb et l’étain) en raison de la facilité avec laquelle on peut les détruire en séparant leurs principes. L’or et l’argent, quoique résistant à la violence du feu, possèdent cependant un principe d’inflammabilité, comme le montre la calcination par le feu du Soleil :

« Il y a dans l’or, de même que dans les métaux imparfaits, une terre capable de vitrification qui en fait la base. Nous le voyons par le verre qui nous reste après la calcination de l’or au feu du Soleil ; & il y a lieu de croire que la plus grande partie de ce qui s’en exhale en fumée pendant cette calcination, est le principe sulfureux mêlé avec des sels. »76

45C’est bien sûr aux expériences menées avec la lentille géante du Palais Royal que se réfère ici Geoffroy. Quelques mois plus tôt, Homberg avait présenté un mémoire sur ce sujet77. Répondant aux objections d’un « philosophe hollandais », il expliquait que la matière vitrifiée qui résultait de la calcination provenait du mélange de la terre et d’une partie du soufre composant le métal, tandis que la partie volatile, c'est-à-dire son mercure, s’évaporait sous forme de fumée. Geoffroy n’approuvait pas la théorie de son aîné sur la formation des métaux, comme il l’indique brièvement à la fin de son mémoire de 1707, en reconnaissant que son propre point de vue était « fort opposé à l’idée que l’on s’était faite jusqu’ici de la formation des métaux dont on regarde le mercure comme la base »78. Geoffroy est donc moins proche que son aîné de la conception traditionnelle qui faisait du Mercure et du Soufre les deux principes de la composition des métaux. Mais surtout, il va progressivement adopter une attitude plus prudente en ce qui concerne la possibilité d’une fabrication artificielle de l’or et de l’argent, comme le montrent les résultats qu’il présente deux ans plus tard, le 8 mai 1709, dans un mémoire que l’on pourrait considérer comme sa dernière réponse aux attaques de Lémery, et qui est intitulé « Expériences sur les métaux faites avec le verre ardent du Palais Royal »79.

46Geoffroy y présente les détails des analyses qu’il a faites avec cet instrument sur les quatre métaux imparfaits que sont le fer, le cuivre, l’étain et le plomb. Les résultats, parfaitement concordants, confirment tout à fait les hypothèses précédentes : dans tous les cas, on observe que ces métaux sont composés d’un soufre métallique, qui est toujours le même et qui ne diffère pas de l’huile que l’on trouve chez les animaux et les végétaux, ainsi que d’une base qui est propre à chacun, matière qui se vitrifie différemment selon le métal considéré. La théorie de Geoffroy, fondée sur l’existence de principes constitutifs des corps, semble ainsi d’autant mieux confirmée qu’elle fait l’économie de toute référence à une nature poreuse des métaux : les objections de Lémery sont balayées parce qu’elles s’appuient sur une hypothèse qui apparaît désormais inutile, réduisant sans nécessité les phénomènes chimiques à des opérations mécaniques.

47On peut s’étonner, dans ces conditions, que Geoffroy ne pousse pas plus loin son avantage, et renonce à parler de l’or et de l’argent : « Comme leur analyse m’a paru beaucoup plus difficile, je me suis réservé d’y travailler lorsque j’aurai approfondi autant qu’il me sera possible, la nature & la composition des autres. »80 L’argument est déconcertant, puisque les pages qui suivent constituent précisément cet approfondissement souhaité, ce qui conduit à penser que c’est n’est pas seulement en raison de difficultés techniques, mais aussi pour échapper au dénigrement de ses adversaires que Geoffroy s’abstient de s’avancer sur un terrain jugé trop dangereux. En effet, dans la dernière attaque qu’il avait développée contre lui en 1708, dans le mémoire intitulé « Nouvel éclaircissement sur la prétendue production artificielle du fer, publiée par Becher, & soutenue par M. Geoffroy » que nous avons examiné plus haut, Lémery espérait sans doute disqualifier son collègue en dévoilant l’origine de ses idées. Il signalait en effet que Geoffroy s’était inspiré des écrits de Becher, « Médecin Chimiste, & connu pour tel par plusieurs écrits donnés au public, voulant ranimer le courage de ceux qui travaillent à la métallification, & défendre l’Alchimie contre les injures publiques »81. Fontenelle, résumant dans l’Histoire de l’Académie le mémoire de Lémery, pouvait conclure de manière ironique : « Il n’est pas encore temps de concevoir l’agréable espérance de la production artificielle des métaux. » 82 C’est à cette époque, semble-t-il, que le mot « alchimie » cesse d’être considéré comme synonyme de « chimie »83. Il est alors utilisé, non pas pour désigner des pratiques ésotériques qui s’opposeraient à la science, mais plus simplement pour nommer la chimie du siècle précédent, supposée périmée du fait des avancées d’une conception mécaniste de la chimie. Aux yeux de Lémery et de Fontenelle, Geoffroy est donc un homme du passé.

48En remettant à plus tard ses conclusions concernant la production de l’or et de l’argent, Geoffroy espérait sans doute échapper à une telle critique. Mais il semble bien qu’il ait commencé à douter, à cette époque, de la possibilité de séparer les principes constitutifs de l’argent et de l’or, et par conséquent d’effectuer l’opération inverse, prenant ainsi au sérieux les objections que Homberg entendait repousser deux ans plus tôt, en 1707 : il n’est pas certain que la substance vitrifiée que l’on obtient en exposant l’or aux rayons du miroir ardent constitue la base terreuse du métal précieux. Certes Geoffroy ne doute pas que l’or, comme les autres métaux, soit composé du soufre principe et d’une base qui lui est spécifique, mais il ne croit plus que ces deux principes puissent être séparés par l’analyse chimique. C’est, me semble-t-il, ce que montrent deux de ses communications ultérieures.

49Geoffroy présenta devant l’Académie, le 15 mars 1713, une communication intitulée « Des teintures des métaux & principalement des teintures d’or » qui ne fut pas publiée dans les mémoires de l’Académie84. Dans ce texte, dont le titre reprend une expression éminemment alchimique puisque la « teinture des métaux » désignait souvent la pierre philosophale, Geoffroy critique la notion traditionnelle de teinture d’or, ou or potable, selon laquelle il serait possible d’isoler un « soufre fixe » qui posséderait en lui les propriétés essentielles du métal, puis de le rendre liquide pour en faciliter l’ingestion. Il doute de l’utilité médicinale de l’or, auquel il ne reconnaît pas d’autre vertu que laxative. Mais surtout, il conteste le principe sur lequel se fond cette opération : certes l’or, comme tous les métaux, contient du soufre, mais cette substance, que le feu rend non pas fixe mais volatil, n’est pas l’or à elle seule et n’en possède donc plus les propriétés :

« Je crois que ce soufre ou cette huile séparée de la terre métallique n’a plus de vertu, ou du moins je la crois destituée de ces grandes propriétés que les Chymistes attribuent à ces soufres fixes des métaux, qui sont de pouvoir transmuer les métaux imparfaits en parfaits, de préserver nôtre sang et nos humeurs de toute corruption, et de ranimer et de soutenir notre nature »85.

50Par contre, poursuit Geoffroy, il est possible d’étendre le métal et de rendre ses parties plus subtiles. Il présente alors diverses recettes, notamment proposées par Homberg et Stahl, de dissolution de l’or dans diverses substances, opérations qui se distinguent fondamentalement de celles qu’imaginaient les anciens « chymistes » :

« Les principes du métal ne sont point désunis ni séparés dans ces teintures. Le métal y est seulement divisé en parties très petites et assez fines pour pouvoir flotter imperceptiblement dans l’esprit de vin. »86

51La recette de Stahl, à base d’hepar sulphuris, mélange de sel de tartre et de soufre, sera également présentée neuf ans plus tard dans le célèbre mémoire du 15 avril 1722 intitulé « Des supercheries concernant la pierre philosophale »87. On ne peut aborder ici la difficile question de savoir quelle signification donner à ce mémoire, dont on sait qu’il reprenait en grande partie l’Examen fucorum pseudo-chymicorum (Francfort, 1617) dans lequel l’alchimiste Michael Maier voulait défendre la véritable alchimie contre les imposteurs88. Il s’agissait alors de présenter les habiles manipulations par lesquelles des fraudeurs introduisent subrepticement l’or qu’il prétendent fabriquer, tandis que d’autres utilisent des recettes chimiques qui donnent à certains métaux l’apparence de l’or. Mais la fin du mémoire, s’éloignant du texte de Maier, aborde une autre question : non plus celle de la fabrication de l’or, mais de sa décomposition. Après avoir résumé son mémoire précédent sur les teintures, Geoffroy rapporte les résultats d’une expertise dont il fut chargé à ce sujet, avec Réaumur et Louis Lémery. C’est alors qu’est évoqué l’hepar sulphuris, qui dissout si bien l’or tout entier que c’est à tort que l’on croirait que la terre fixe qui subsiste est la « terre première » de l’or : il ne s’agit que d’une cendre issue du tartre calciné89. Les tentatives pour opérer l’analyse de l’or sont alors clairement rejetées, avec la transmutation des métaux, du côté de l’imposture.

Conclusions

52Il n’appartient pas à l’historien des sciences de se faire juge des querelles du passé. Néanmoins, on ne peut éviter de relever la fortune des doctrines concurrentes, de distinguer celles qui disparaissent de l’horizon d’un siècle de celles qui nourrissent pendant plusieurs décennies les travaux des savants. De ce point de vue, il faut bien constater que la conception mécaniste de la chimie que défendra encore Lémery pendant quelques années n’a pas résisté au dilemme dans lequel Fontenelle l’enfermait : ou bien rester chimie en conservant les obscurités propres à cette discipline, ou bien rejoindre la clarté de la science moderne en fusionnant avec la physique. C’est bien de la chimie que veut faire Lémery, comme le montre clairement le long titre d’une communication du 24 mars 1711 : « Mémoire sur les précipitations chimiques ; ou l’on examine par occasion la dissolution de l’or & de l’argent, la nature particulière des esprits acides, & la manière dont l’esprit de nitre agit sur celui de sel dans la formation de l’eau régale ordinaire. »90 Lémery y décrit de nombreuses sortes de précipitations, en insistant sur celles que l’on peut faire des métaux dissous dans divers acides par les différents sels alkalis, rassemblant ainsi des données qui seront exploitées onze ans plus tard par Geoffroy pour construire sa table des affinités. Mais surtout, il propose de « faire concevoir la mécanique »91 de ces opérations en supposant que les acides sont « des corps solides, longs, & pointus par les deux bouts (…), de même grosseur & de même figure (dans tout l’univers) » qui viennent se ficher dans les pores au diamètre plus ou moins grand des autres corps92. La force avec laquelle ils pénètrent dans les pores d’un alkali peut les amener à se détacher du métal dans les pores duquel s’était introduit leur autre extrémité.

53Fontenelle n’est pas satisfait par ces explications qui cherchent à éclaircir « une mécanique assez obscure »93. Car « on ne peut trop ramener la Chimie à l’exacte Physique, & l’empêcher d’avoir ses idées à part, ou plutôt des mystères incompréhensibles »94. Les efforts de Lémery pour « répandre la clarté de la philosophie moderne » (pour Fontenelle, il s’agit, bien entendu, de la pensée cartésienne) ne sont pas suffisants, car « il ne l’a fait que chimiquement ». Il faut donc expliquer la chimie par une science qui lui est supérieure et à laquelle elle doit se soumettre, en l’occurrence l’hydrostatique, étude de l’équilibre des corps dans les fluides où ils nagent. La force qui pousse l’acide et l’alkali l’un vers l’autre n’est autre que la matière subtile : « les acides & les alkalis doivent être conçus assez petits pour être portés dans des torrents de matière subtile qui excluent l’air, & où ils se choquent les uns les autres avec beaucoup d’impétuosité. »95 Les opérations de la chimie sont alors expliquées dans un cadre théorique qui est celui de la quatrième partie des Principes de la philosophie de Descartes, mais ce sont des explications qui relèvent de la physique, et non plus de la chimie.

54Lémery ne l’entend pas ainsi et poursuit dans les années suivantes la présentation de ce que Fontenelle et lui-même appellent « un système »96. Il veut faire entrer le mécanisme dans la chimie et non pas, comme Fontenelle, faire disparaître la chimie en l’intégrant dans le mécanisme de la physique. Loin que la chimie doive se soumettre à la physique, elle peut en approfondir les résultats, par exemple en ne se contentant pas « de ce que la physique enseigne sur la cause générale des couleurs », en ce qui concerne les différentes préparations où se trouve du mercure97. C’est implicitement à l’Optique de Newton, dont Geoffroy avait lu des extraits devant l’Académie en 1706 et 1707, que s’en prend ainsi Lémery, en affirmant que ce sont les plus ou moins grandes quantités de parties de feu présentes dans les pores de la matière qui sont la cause des différentes couleurs. En 1716, il revient sur la question des suspensions et précipitations pour montrer, nouveaux exemples à l’appui, que la « mécanique » de ces opérations chimiques est très différente de celle de l’hydrostatique.98 Bien plus tard, en 1734, c’est encore au nom de sa conception mécaniste qu’il s’oppose à la table des affinités que Geoffroy, mort en 1731, avait fait paraître en 171899. Dans un mémoire sur le sublimé corrosif100, il déplore en effet que l’on ait introduit en chimie « le système des attractions qui, à dire vrai, est moins une explication qu’un aveu ou une déclaration formelle de l’impossibilité où l’on croit être de rendre une raison claire et satisfaisante des effets dont il s’agit »101. Comme l’a fait remarquer Rémi Franckowiak102, il ne s’agit pas pour Lémery de contester la réalité des opérations chimiques décrites par Geoffroy mais plutôt de s’opposer à la théorie sur laquelle il s’appuie : le système mécanique est « plus vrai » que celui des affinités103.

55Pourtant, on le sait bien, c’est la doctrine des affinités qui, avec celle du phlogistique, structurera les travaux de la chimie pendant tout le XVIIIe siècle, tandis que le système mécanique disparaîtra avec son auteur en 1743. Il en sera de même, pourrait-on observer, des thèses de Geoffroy sur la production artificielle du fer. Mais ces dernières s’enracinaient dans une tradition chimique qui, en centrant son attention sur les phénomènes réels et non pas sur les interprétations romanesques de la pensée mécaniste, offrait aux chimistes du XVIIIe siècle les moyens de progresser.

Haut de page

Bibliographie

Annexe : liste des mémoires mentionnés

1702

Janvier-février, Homberg, « Essais de chimie »

1703

18 avril, Homberg, « Essai de l’analyse du soufre commun »

1704

12 novembre, Geoffroy, « Manière de recomposer le souffre commun par la réunion de ses principes, et d’en composer de nouveau par le mélange de semblables substances, avec quelques conjectures sur la composition des métaux »

1705

22 avril, Homberg, « Suite des essais de chimie. Article trois : du soufre principe »

Décembre, Geoffroy, « Problème de chimie. Trouver des cendres qui ne contiennent aucune parcelle de fer »

1706

14 avril, Lémery, « Diverses expériences et observations chimiques et physiques sur le fer et sur l’aimant »

8 mai, Homberg, « Observations sur le fer au verre ardent »

30 juin, Homberg, « Suite de l’article troisième des Essais de chimie »

10 juillet, Nicolas Lémery, « Du miel et de son analyse chimique »

13 novembre, Lémery, « Que les plantes contiennent réellement du fer, et que le métal entre nécessairement dans leur composition naturelle »

1707

8 janvier, Lémery, « Expériences nouvelles sur les huiles et sur quelques autres matières où l’on ne s’était point encore avisé de chercher du fer »

16 février, Homberg, « Eclaircissements touchant la vitrification de l’or au verre ardent »

21 mai, Geoffroy, « Eclaircissements sur la production artificielle du Fer et sur la composition des autres Métaux »

12 novembre, Lémery, « Eclaircissement sur la composition des différentes espèces de vitriols naturels, et explication Physique et sensible de la manière dont se forment les ancres (sic) vitrioliques »

1708

5 décembre, Lémery, « Nouvel éclaircissement sur la prétendue production artificielle du Fer, publiée par Becher et soutenue par M. Geoffroy »

1709

Mars, Homberg, « Suite des essais de chimie. Art. IV du Mercure »

8 mai, Geoffroy, « Expériences sur les métaux faites avec le verre ardent du Palais Royal »

13 novembre, Lémery, « Conjectures et réflexions sur la matière du Feu ou de la Lumière »

1711

24 mars, Lémery, « Mémoire sur les précipitations chimiques ; où l’on examine par occasion la dissolution de l’Or et de l’Argent, la nature particulière des esprits acides, et la manière dont l’esprit de nitre agit sur celui de Sel dans la formation de l’Eau régale ordinaire »

1712

6 avril, Lémery, « Conjectures sur les couleurs différentes des précipités de Mercure »

1713

15 mars, Geoffroy, « Des teintures des métaux & principalement des teintures d’or »

1716

27 juin, Lémery, « Explication mécanique de quelques différences assez curieuses qui résultent de la dissolution de différents Sels dans l’Eau commune » (M 254)

1718

27 août, Geoffroy, « Table des différents rapports observés en chimie entre différentes substances »

1720

23 mars, Geoffroy, « Eclaircissements sur la table insérée dans les mémoires de 1718 concernant les rapports observés entre les différentes substances »

1722

15 avril, Geoffroy, « Des supercheries concernant la pierre philosophale »

1734

26 mai, Lémery, « Sur le sublimé corrosif et à cette occasion sur un article de l’Histoire de l’Académie Royale des sciences de l’année 1699, où il s’agit de ce sublimé »

Haut de page

Notes

1 Voir Olivier René Bloch, La philosophie de Gassendi : nominalisme, matérialisme et métaphysique, La Haye, Nijhoff, 1971.
2 Petrus Severinus (Peder Sørensen), Idea medicinae philosophicae, Bâle, 1571. Voir Hiro Hiraï, Le concept de semence dans les théories de la matière à la Renaissance de Marsile Ficin à Pierre Gassendi, Turnhout, Brepols, 2005.
3 Je laisserai de côté le cas de Wilhelm Homberg, dont traite ici même Lawrence Principe sous le titre : « Wilhelm Homberg et la chimie de la lumière ». Voir également les travaux dont il donne les références dans la note deux de son article. Chaque fois qu’il est question, dans les lignes qui suivent, des travaux de Homberg sur le soufre principe et de son usage du miroir ardent, le lecteur est invité à se reporter à l’article de Principe.
4 Certain physiological essays, in The Works of Robert Boyle, edited by Michael Hunter and Edwards B. Davis, vol. II, Londres, Pickering & Chatto, 1999, pp. 3-203.
5 Fontenelle, Histoire de l’Académie Royale des Sciences, depuis 1686 jusqu’à son renouvellement en 1699, Paris, 1733, t. II, pp. 79-80. Je modernise l’orthographe des citations de l’Histoire et des Mémoires de l’ARS.
6 Antonio Clericuzio, « A redefinition of Boyle’s chemistry and corpuscular philosophy », Annals of science, 47/6 (1990), pp. 561.589 ; Elements, principles and corpuscules. A study of atomism and chemistry in the seventeenth century, Dordrecht, Kluwer academic publishers, 2000, en particulier le chapitre IV : « Boyle’s corpuscular philosophy ».
7 Elements, principles and corpuscules, p. 139.
8 A physico-chemical essay containing an experiment with some considerations touching the different parts and redintegration of salt-petre, in The works of Robert Boyle (op. cit. in note 4), pp. 93-113.
9 Pierre Macherey, « Spinoza, lecteur et critique de Boyle », Revue du Nord, tome LXXVII (1995), pp. 733-774.
10 Les principes de la philosophie de Descartes, que Spinoza fait paraître en 1663 s’arrêtent au début du commentaire de la troisième partie des Principes de la philosophie, alors que les questions se rapportant aux opérations de la chimie sont abordées par Descartes dans la quatrième partie de son ouvrage.
11 Bernard Joly, « Descartes et la chimie », in Bernard Bourgeois et Jacques Havet (éds.) L'esprit cartésien, actes du XXVIe congrès de l'Association des sociétés de philosophie de langue française, 30 août-3 septembre 1996, Paris, Vrin, 2000, pp. 216-221.
12 Principes de la philosophie, quatrième partie, § 63. Œuvres de Descartes publiées par Adam et Tannery, Paris, Vrin, 1989, vol. IX-2, p. 235 (ouvrage désormais cité AT suivi du numéro de volume et de la page).
13 Voir Bernard Joly, « Le cartésianisme de Boyle du point de vue de la chimie », à paraître dans les Actes du colloque international La philosophie naturelle de Boyle organisé à l’université de Bordeaux 3 du 10 au 12 mars 2005 par Charles Ramon et Myriam Dennehy, Paris, Vrin, 2008.
14 Outre les travaux de Clericuzio cités dans la note 5, voir Antonio Clericuzio, « From Van Helmont to Boyle : a study of the transmission of helmontian chemical and medical theories in seventeenth-century England », British Journal for the history of science, 26 (1993), pp. 303-354 ; William Newman, « The alchemical sources of Robert Boyle’s corpuscular philosophy », Annals of science 53 (1996), pp. 567-585 ; William Newman et Lawrence Principe, Alchemy tried in the fire. Starkey, Boyle and the fate of helmontian chymistry, Chicago, The university of Chicago press, 2002 ; Lawrence Principe, The aspiring adept. Robert Boyle and his alchemical quest, Princeton, Princeton university press, 1998.
15 Sur Nicolas Lémery, voir Michel Bougard, La chimie de Nicolas Lemery, Turhout, Brepols, 1999.
16 Voir Bernard Joly, « L'édition des Cours de chymie aux XVIIe et XVIIIe siècles : obscurités et lumières d'une nouvelle discipline scientifique », in La diffusion du savoir scientifique : XVIe-XIXe siècle, in Archives et bibliothèques de Belgique, n° 51, Bruxelles, 1996, pp. 57-81.
17 Nicolas Lémery, Cours de chymie, 7e édition,1790, p. 9.
18 François de Saint-André, Entretiens sur l’acide et l’alcali, p. 10 dans l’édition de 1687 qui contient une réponse aux objections que Boyle avait développées à la suite de la première édition. L’ouvrage peut être consulté sur le site internet http://polib.poleuniv-lille-npdc.fr . Voir Marie Boas, « Acid and alkali in seventeenth century chemistry », Archives internationales d’histoire des sciences, n° 34 (1956), pp. 13-28.
19 Voir Daniel Garber, La physique métaphysique de Descartes, Paris, PUF, 1999.
20 Mémoires de l’Académie royale des sciences pour 1709, 1711, pp. 400-417 (ouvrages désormais cités Mémoires, suivi de l’année de présentation du mémoire ; de la même manière, les références aux différentes volumes de l’Histoire de l’Académie royale des sciences seront cités Histoire, suivi de l’année concernée). On trouvera en annexe une liste des mémoires mentionnés dans le présent article.
21 Principes de la philosophie, quatrième partie, article 80, AT IX-2 243. C’est moi qui souligne.
22 Mémoires 1709, pp. 405-406. C’est moi qui souligne.
23 Voir Bernard Joly, « La question de la nature du feu dans la chimie de la première moitié du XVIIIe siècle », Corpus, n° 36, Jean-Jacques Rousseau et la chimie, 1999, pp. 41-63.
24 Mémoires 1709, p. 403.
25 Idem, p. 404.
26 Voir en particulier les cinquièmes objections, de Gassendi, contre les Méditations métaphysiques : AT VII, pp. 276-277.
27 J’ai développé une première analyse de cette controverse dans « Quarrels between Etienne François Geoffroy and Louis Lémery at the Académie royale des sciences in the early eighteenth century : mecanism and alchemy », in Lawrence Principe (ed.)  Chymists and chymistry. Studies in the history of alchemy and early modern chemistry, Philadelphie/Sagamore Beach (USA), Chemical Heritage Foundation/Science History Publications, 2007.
28 Voir à ce sujet Bernard Joly, « Etienne-François Geoffroy, a French chemist between England and Germany », à paraître dans les actes de The 6th international conference on the history of chemistry, Neighbours and territories, the evolving identity of chemistry, Leuven, 28 août-1er septembre 2007.
29 Geoffroy, « Manière de recomposer le souffre commun par la réunion de ses principes, et d’en composer de nouveau par le mélange de semblables substances, avec quelques conjectures sur la composition des métaux », Mémoires, 1704, pp. 278-286.
30 Homberg, « Essai de l’analyse du soufre commun », Mémoires, 1703, pp. 31-40.
31 Experimentum chymicum novum quo artificialis et instantanea metallorum generatio et transmutatio ad oculum demonstratur. D’abord publié séparément en 1671 à Francfort, ce supplément fut intégré à la seconde édition de la Physica subterranea (Francfort, 1681). J’utilise l’édition de la Physica subterranea publiée en 1738 à Leipzig par Stahl, avec le Specimen Beccherianum, et reproduite par la BNF dans Gallica.
32 Physica subterranea, p. 281 : « Ex limo communi, eo sc. unde lateres coquuntur, & quavis pinguetudine ; animali etiam & vegetabili, ex. gr. oleo lini, sine ullis aliis materiis, quatuor horarum spatio, manipulatione simplicissima, operante natura, obstetricante arte, verum & genuinum metallum, ferrum puta vel aliud, in sat notabili quantitate produci. ».
33 Mémoires, 1705, pp. 362-363. A la différence des autres, ce mémoire n’est pas daté. Mais sa situation dans l’ouvrage montre qu’il fut présenté entre le 5 décembre et le 19 décembre.
34 Histoire 1705, p. 65.
35 Mémoires, 1706, pp. 158-165.
36 Idem, p. 160.
37 Mémoires, 1706, pp. 260-272. Il s’agit d’un mémoire du 30 juin 1706, faisant suite aux parties précédentes des Essais de chimie présentés en 1702 et 1705.
38 Voir l’article de Lawrence Principe dans ce même numéro.
39 Histoire, 1706, pp. 32-33 : « M. Lemery le fils, & M. Homberg l’ont étudié [le fer] tous deux, l’un par la chimie ordinaire, l’autre par la nouvelle chimie, dont le seul fourneau est le miroir ardent du Palais Royal. »
40 Mémoires, 1706, pp. 119-135.
41 Mémoires, 1706, pp. 411-418.
42 Nicolas Lémery, « Du miel et de son analyse chimique », Mémoires, 1706, pp.272-282.
43 Mémoires, 1706, p. 414-415.
44 On songe à l’arbre philosophique que décrit Philalethes (en réalité George Starkey) dans The Marrow of Alchemy (Londres, 1654). Lawrence Principe a pu le reproduire dans un laboratoire contemporain, comme le montre une photographie dans son article « Apparatus and reproducibility in alchemy », in Frederic L. Holmes and Trevor L. Levere (eds.) Instruments and experimentation in the history of chemistry, Cambridge (Ma)/London, The MIT Press, 2000, p. 69. La photographie est reprise dans William R. Newman and Lawrence M. Principe, Alchemy tried in the fire, Chicago/London, The University of Chicago Press, 2002, p. 185.
45 Mémoires, 1706, p. 416.
46 Mémoires, 1707, pp. 5-11.
47 Idem, p. 5.
48 Idem, p. 6.
49 Idem, pp. 9-10.
50 Dans le contexte de ces développements, le vitriol désigne une solution de fer dans de l’huile de vitriol (notre acide sulfurique), ce qui pourrait approximativement correspondre à ce nous appelons aujourd'hui du sulfate de fer.
51 Idem, p. 10.
52 « Eclaircissement sur la composition des différentes espèces de vitriols naturels & explication physique & sensible de la manière dont se forment les Ancres (sic) vitrioliques », Mémoires, 1707, pp. 538-549.
53 Idem, p. 542-543. C’est moi qui souligne.
54 « Nouvel éclaircissement sur la prétendue production artificielle du fer, publiée par Becher, & soutenue par M. Geoffroy », Mémoires, 1708, pp. 376-402.
55 Idem, p. 388.
56 Idem, p. 394.
57 Idem, p. 400.
58 Idem, p. 395 (« les pores de leur fer ne sont pas assez libres & assez ouverts pour admettre la matière magnétique ») et 396-397 (« C’est un fer véritable (…) dans les pores duquel les acides du bois ou du charbon se sont incorporés, & ont bouché par là l’entrée à la matière magnétique. »)
59 Mémoires, 1707, pp. 176-188.
60 Idem, p. 176-177.
61 Idem, p. 180.
62 Le terme aurait été forgé par Paracelse à partir des deux verbes grecs Span et Agerein qui signifient en effet extraire ou séparer et rassembler.
63 Frederic Holmes, « The communal context for Etienne-François Geoffroy’s “Table des rapports” », Science in context, 9/3 (1996), pp. 289-311.
64 Ursula Klein, « Origin of the concept of chemical compound », Science in context, 723 (1994), pp. 163-204 ; « E.F. Geoffroy’s Table of differents ‘Rapports’ observed between differents chemical substances — A reinterpretation », Ambix, vol. XLII/2 (1995), pp. 79-100 ; « The chemical workshop tradition and the experimental practice: discontinuities within continuities », Science in context, 9/3 (1996), pp. 251-287.
65 Holmes et Klein débattent de la question de savoir si l’idée de composition chimique, que l’on retrouvera au cœur de la table des affinités de Geoffroy, doit être rattachée aux travaux de laboratoire des chimistes et apothicaires du XVIIe siècle. Quelle qu’ait pu être l’influence des « cours de chymie » qui ont fleuri à cette époque en France, on voit ici que la doctrine de la réversibilité des opérations se déploie chez Geoffroy à partir des travaux sur le soufre et sur la composition des métaux que lui-même et ses collègues de l’Académie effectuent en ce début de XVIIIe siècle.
66 Je cite la traduction d’Alain Renaut, Paris, Garnier-Flammarion, 2001, p. 76.
67 Mémoires, 1707, p. 181.
68 Idem, p. 184. Il s’agit bien sûr de l’opération qui sera appelée oxydo-réduction à partir du moment où, Lavoisier ayant découvert le rôle de l’oxygène dans ce processus, l’hypothèse du phlogistique deviendra inutile.
69 Idem, p. 179.
70 Idem, p. 177.
71 Idem, p. 187.
72 Idem, p. 188.
73 Idem, p. 187.
74 Mémoires, 1720, p. 29.
75 Bernard Joly, « Etienne-François Geoffroy, a French chemist  between England and Germany », communication citée en note 28.
76 Mémoires, 1707, p. 186.
77 Mémoires, 16 février 1707, « Eclaircissements touchant la vitrification de l’or au verre ardent », pp. 40-48.
78 Mémoires, 1707, p. 188. Homberg rappelait de son côté, dans le mémoire de février 1707, « qu’un métal parfait comme est l’or, est composé principalement de deux matières, savoir de mercure ou de vif-argent, & de souffre métallique » (Mémoires, 1707, p. 71), rappelant alors les conclusions de son second mémoire sur le soufre principe.
79 Mémoires, pp. 162-176.
80 Idem, p. 162. Il s’oppose ainsi à Homberg qui, dans la suite de son Essai de chimie en 1706 , déclarait que « la production artificielle [des autres métaux] serait d’autant plus difficile que celle de l’or & de l’argent, que la composition des uns est plus simple que celle des autres. » (Mémoires, 1706, p. 268).
81 Mémoires, 1708, p. 377.
82 Histoire, 1708, p. 65. Dès 1704, Fontenelle, en rendant compte du premier mémoire de Geoffroy sur le sujet, établissait le lien avec les recherches traditionnelles concernant la transmutation : « Si la composition de ce métal était une fois bien sûrement développée, apparemment ce serait un degré pour passer à celle des autres métaux. La chymie ne se peut rien proposer de plus grand ni de plus difficile que de les connaître jusque dans leurs principes ; & peut-être après cela ce fameux objet de tant de recherches inutiles, cesserait-il  d’être chimérique. » Histoire, 1704, p. 39.
83 Sur l’identité des deux termes, voir Bernard Joly, « A propos d’une prétendue distinction entre la chimie et l’alchimie au XVIIe siècle : questions d’histoire et de méthode », Revue d’histoire des sciences, tome 60-61 (2007), Sciences, textes et contextes, en hommage à Gérard Simon, pp. 167-183. Je rappelle dans cet article les travaux antérieurs sur cette question, notamment ceux de William Newman et de Lawrence Principe.
84 Fontenelle, dans l’Histoire de 1713 (pp. 27-28) présente un bref résumé de cette communication. Le texte, qui se trouve dans les archives de l’Académie Royale des sciences (tome 32, fol. 82r-90r), a été publié par Christian Fabre dans un mémoire de DEA soutenu à l’université de Lille 3 en 1994 sous le titre Etienne-François Geoffroy entre chimie et alchimie : tentative de démarcation.
85 Archives de l’ARS, tome 32, fol. 85v-86r.
86 Idem, fol. 90r.
87 Mémoires, 1722, pp. 61-70.
88 Sur cet ouvrage, réédité et commenté dans le cadre d’une thèse soutenue en 1991 à l’université de Munich par Wolfgang Beck, voir notamment Ulrich Neumann, « Michel Maier (1569-1622) philosophe et médecin », in J.‑C. Margolin et S. Matton (éd.) Alchimie et philosophie à la renaissance, Paris, Vrin, 1993, pp. 307-326.
89 Mémoires, 1722, p. 68-69.
90 Mémoires, 1711, pp. 56-79.
91 Idem, p. 66.
92 Idem, p. 71.
93 Histoire, 1711, p. 33.
94 Idem, p. 31.
95 Idem, p. 34.
96 Histoire, 1712, p. 42 ; Mémoires, 1712, p. 53.
97 C’est l’objet de ses « Conjectures sur les couleurs différentes des précipités de Mercure », Mémoires, 1712, pp. 51-69.
98 « Explication mécanique de quelques différences assez curieuses qui résultent de la dissolution de différents sels dans l’eau commune. », Mémoires, 1716, pp. 154-172. Fontenelle ne commente pas cet article dans l’Histoire.
99 « Table des différents rapports observés en chimie entre différentes substances », Mémoires, 1718, pp. 202-212. Sur les modalités de l’opposition de Lémery à la table des affinités de Geoffroy, voir Rémi Franckowiak, Le développement des théories du sel dans la chimie française de la fin du XVIe à celle du XVIIIe siècle, thèse soutenue à l’université de Lille 3 en décembre 2002, pp. 375-399.
100 « Sur le sublimé corrosif et à cette occasion sur un article de l’Histoire de l’Académie Royale des sciences de l’année 1699, où il s’agit de ce sublimé », Mémoires, 1734, pp. 259-294.
101 Idem, p. 261.
102 Rémi Franckowiak, Le développement des théories du sel, o. c. in note 99, p. 396.
103 Idem, p. 262. Lorsqu’il remarque « qu’une grande partie des faits qu’annonce ce système (des affinités) se trouve vérifié par l’expérience & conforme à ceux d’une autre système plus mécanique et plus vrai », Lémery semble avoir l’intuition de ce que l’épistémologie du XXe siècle appellera la sous-détermination de la théorie par l’expérience.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://methodos.revues.org/docannexe/image/1403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Joly, « Chimie et mécanisme dans la nouvelle Académie royale des sciences : les débats entre Louis Lémery et Etienne-François Geoffroy », Methodos [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 26 mars 2008, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://methodos.revues.org/1403 ; DOI : 10.4000/methodos.1403

Haut de page

Auteur

Bernard Joly

UMR 8163 « Savoirs, Textes, Langage », CNRS, Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo Lille 3 - Sciences humaines et sociales
  • Revues.org