Navigation – Plan du site
Chimie et mécanisme à l'âge classique

L’Académie des « chimiques » et des « mécaniques » : l’évolution de la chimie dans la pensée de Huygens

Fabien Chareix

Résumés

Quels furent les relations de Christiaan Huygens avec les chimistes qu'il eut l'occasion de fréquenter pendant son séjour parisien? A l'examen, elles furent moins distantes que ne le laissent supposer les quelques déclarations fracassantes qui parsèment sa correspondance. Néanmoins, il est difficile d'affirmer qu'il y eut, entre Huygens et la pensée chimique en général, une sympathie qui aurait pu aller au-delà des rencontres individuelles.

Haut de page

Texte intégral

1On peut dire, sans trop se hasarder, que rien dans la formation académique du jeune Christiaan Huygens ne le prédisposait à se satisfaire des travaux chimiques. Mathématicien, physicien théoricien qui conservait de Descartes une critique radicale des notions mal définies, et pour tout dire un rationalisme intransigeant, notre savant batave se montre cependant très attiré, dans les années qui précèdent son installation à Paris, mais surtout dans les premières années de son activité académicienne, par le contenu expérimental des recherches chimiques. Tout en professant ici et là un souverain mépris pour l’ésotérisme qui entoure les travaux de certains de ses confrères médecins et chimistes, il apparaît néanmoins que l’étude des processus par lesquels on parvient à analyser la matière ne sont pas restés sans écho dans l’œuvre de celui qui, tout en s’en défiant, plaçait l’expérience au fondement même de toute science de la nature. Le mépris envers les chimistes, parfaitement attesté tout au long de la carrière scientifique de Huygens, transparaît dans certains de ses jugements sur Boyle. Il peut ainsi avouer, dans une lettre de 1692 à Leibniz :

  • 1 Huygens à Leibniz, 4 février 1692, O.C. X, p. 239 (Œuvres complètes de Christiaan Huygens, La Haye, (...)

« Mr. Boyle est mort, comme vous saurez déjà sans doute. Il paraît assez étrange qu'il n'ait rien bâti sur tant d'expériences dont ses livres sont pleins ; mais la chose est difficile, et je ne l'ai jamais cru capable d'une aussi grande application qu'il faut pour établir des principes vraisemblables. Il a bien fait cependant en contredisant à ceux des Chymistes1 ».

2C’est bien le sens de l’expérience foisonnante, impérieuse en un sens, qui, dans l’esprit de Huygens, fait des expériences chimiques, quoique menées en dépit des principes et donc sans vrai fondement, une méthode acceptable – lorsqu’elle est critique envers ses propres préceptes  et temporaire sans doute, vers une détermination objective des propriétés des corps – puisqu’il faut admettre que certaines propriétés ne peuvent être réduites à de simples différences modales, comme c’est le cas chez Descartes, tant elles présentent des singularités.

Les affinités chimiques de Christiaan Huygens

  • 2 Lettre de Moray à Huygens du 31 juillet 1664, O.C. IV, p. 95.
  • 3  Histoire de l'Académie …, p. 21.
  • 4  Lettre de Moray à Huygens du 27 mars 1665, O.C. IV, p. 287.

3Mais à quelle chimie Huygens professe-t-il de s’intéresser ? Tout ce que Moray peut lui apprendre de neuf dans l’analyse des transformations de la matière semble à Huygens un objet assez constant de réflexion. Ainsi trouve-t-on dans cette correspondance une allusion à l’expérience menée par Jonhattan Goddard sur la calcination de l'antimoine2. Expérience qui sera présentée parmi les premières par Du Clos dans les premiers mois de 16673, expérience qui, comme celle de Goddard, met en évidence une augmentation du poids. Dans les mêmes années, Moray excite la curiosité de son correspondant par le récit d’une expérience de Hooke mettant en œuvre de la poudre de coquille d'huître4 qui, mélangée à l'eau, produit une semblable génération spontanée, mais d'air seulement, expérience dont il ne songe pas à donner d'explication, mais dont il voit une application immédiate : augmenter les temps d'immersion en fournissant un surcroît d'air. Huygens songe deux ans plus tard à ce phénomène, alors qu’il doit proposer à l’Académie toutes sortes de programmes d’étude. Il veut le tester  

  • 5 Lettre à Lodewijk du 20 mai 1667, OC VI, p. 130.

« Je vous remercie de la pierre mouvante. Elle sera exhibée demain en notre assemblée, et vous saurez ce qu’on en aura dit, et raisonné ; qui peut-être ne vous rendra pas plus savant que vous n’êtes. Il y a d’autres matières qui produisent de l’air quand on y verse dessus certaines liqueurs acides, comme la poudre de corail et de caille d’huître. C’est pourquoi il faudrait savoir où naissent ces pierres, pour voir si elles ont quelque chose de commun avec celles que je viens de nommer5. »

  • 6 Voir la Lettre de Oldenburg à Huygens du 17 septembre 1661, OC III, p. 332.
  • 7  Lettre à Moray du 30 décembre 1661, OC III, p. 439.

4On note cependant la retenue ironique et la circonspection qui accompagne le jugement de Huygens. Dans sa correspondance ultérieure avec Oldenburg il n'est pas rare qu'il rencontre des expériences touchant à la chimie des plantes. A l'Académie il a eu l'occasion d'assister aux expériences de chimie minérale de Du Clos et il s'est formé aux techniques qui s'associent à la chimie des métaux. Mais nous remarquons surtout, à la lecture des Œuvres que les seules rencontres précises entre Huygens et la chimie entendue comme méthode se font à travers les recommandations de lecture d'Oldenburg et portent sur les ouvrages qui critiquent la pratique chimique ordinaire à partir d'une compréhension mécaniste6. Après avoir reçu le livre de Boyle, Chymista Scepticus vel Dubia et Paradoxa Chymico Physica au terme de plusieurs mois de promesses et d'envois infructueux de la part de Robert Moray, Huygens se décide à évoquer le type de chimie qui lui semble compatible avec ses propres méthodes en philosophie naturelle7.

  • 8 Lettre de Hooke à Boyle du 20 juillet 1663, OC IV, p. 381-382.

5La chimie dont il se sent sans doute le plus proche est celle des gaz puisque c'est un thème constant de sa correspondance avec Moray, qui l’informe des travaux londoniens de Boyle sur le ressort de l’air et sur le vide créé artificiellement, un véritable foyer d’observations que Huygens utilisera pour ses propres études du phénomène de la respiration chez les animaux et dans les plantes. Mais on aurait tort de penser que le rapport de Huygens à la chimie s’arrête à l’intersection de cette discipline avec ses intérêts propres. Robert Hooke rapporte que Huygens, lors d'une séance à l'été 1663 au Gresham College, a pratiqué à la suite de Nicolas Lefèvre, chimiste au Jardin du Roi et directeur du laboratoire chimique de Saint James à Londres, une expérience portant sur l'extinction du tartre (volatilization or salt tartar)8. Lefèvre est l'une des connexions possibles de Huygens avec la tradition d'étude chimique des déterminants physiologiques et phyto-physiologiques des corps naturels. Il aura à travailler étroitement avec l'un de ses illustres représentants par la suite en la personne de Denis Dodart.

  • 9 Comme le fait P. Petit au même mois de juillet 1663, lui demandant d'acquérir pour lui à Londres un (...)

6Huygens, quoique par ailleurs fort peu disert lorsqu'on lui signale une publication chimique9 sera sensible aux interactions de la chimie et de la médecine, tant chez Perrault de qui il suit les dissections très tôt aux séances de l'assemblée de physique, que chez Dodart, plus tard venu à l'Académie, et dont Huygens possède et mentionne souvent les livres. Dodart est en effet le représentant en France d'une botanique impulsée par Guy de la Brosse dans les années 1630. La méthode chimique, en ce domaine, s'oppose à l'étude simplement descriptive des corps, y ajoute une analyse dynamique des processus fonctionnels qui se produisent dans un organisme, et requiert l'instauration d'un point de vue « philosophique », c’est-à-dire essentiellement critique, selon les termes mêmes de Perrault en 1667 à propos de la distinction entre une botanique "seulement" botanique et une botanique "philosophique". C’est précisément cette distinction que Huygens tente, dans les mêmes années, de retrouver dans l’élucidation des principes de la mécanique. Il n’est pas déraisonnable de penser que c’est par ce biais que les idées chimiques ont pu faire leur chemin, dans une certaine mesure seulement. Les relations cordiales que Huygens entretient avec des académiciens qui n’ont par ailleurs que peu de rapports immédiats avec ses propres centres d’intérêt tendent à prouver que, tout comme il apprécie chez Boyle une pratique expérimentale consciente de ses limites, il se plaît à fréquenter et à lire un Dodart qui place le résultat concret de l’observation avant toute spéculation sur les vraies vertus des végétaux.

  • 10 Sous son influence les premiers cours de chimie en France auront lieu au Jardin du roi, spécifiquem (...)
  • 11  cf. Rio Howard, "Guy de La Brosse : Botanique et chimie au début de la révolution scientifique", R (...)

7L'originalité de Guy de La Brosse et de la tradition qui s’inspire de lui, réside en effet dans l'importance qu'il accorde à la chimie dans son application en botanique comme en médecine10. Selon lui, suivant la doctrine de Paracelse dont il se fait le témoin, tous les corps peuvent être réduits à trois principes, le sel, le soufre et le mercure, et à deux éléments, l'eau et la terre. Dans l'analyse chimique il voit la possibilité de rendre compte de la spécificité des plantes et d'en découvrir les véritables vertus. Avant que la science aboutisse à ce résultat il reconnaît la faillite de toute élaboration d'une philosophie systématique en botanique mais accorde à l'homme la possibilité d'acquérir des connaissances utiles sans que soit nécessairement posée la question des causes finales11.

  • 12 Honoré Fabri (vers 1607-1688), jésuite, professeur de philosophie au Collège de la Trinité à Lyon p (...)
  • 13 "Potentia vegetativa est qua corpus aliquod nutritur, & crescit per intus susceptionem, adolescit, (...)
  • 14  Ainsi que toute celle qui descend en droite ligne de celle qui est visé par la critique de la phys (...)

8D’une manière assez frappante, par ses effets de parallélisme, Huygens ne montre aucun intérêt, c’est peu dire pour l'œuvre chimique d'Honoré Fabri12. Le Tractatus duo quorum prior est de plantis et de generatione animalium, posterior de homine, qui n'est pas uniquement consacrée à la nature des plantes mais aussi à celle des animaux et de l'homme, est publié en 1666, mais ne trouve pas grâce aux yeux de notre académicien. D’une part le traité s'ouvre sur des définitions13 fondées sur le prédicat de l'existence d'une force vitale ou vertu végétative qui anime les plantes. Ce qui est, il faut bien l’avouer, commencer par un principe vicié qui serait antérieur à toute observation. Les nombreuses propositions et scholies développées ensuite sur la forme, les parties, l'activité, les propriétés des végétaux, déclinent à nouveau ce style que Huygens rejette. Mais Fabri est par ailleurs une vieille connaissance de l’astronome Huygens, puisqu’il avait vainement, mais violemment, critiqué le Systema saturnium lors de sa publication. Les raisons pour lesquelles Huygens ne goûte pas cette chimie14 ne relèvent sans doute pas seulement d’une critique du principe vital érigé en fondement explicatif unique, mais peuvent trouver leur origine dans ces autres domaines où le Jésuite s’évertuait à préserver une forme de légitimité aux principes généraux de la physique aristotélicienne.

  • 15 Kenelm Digby (1603-1665), un des premiers membres de la Royal Society, cf. Dictionary of scientific (...)
  • 16  "le suc (...) qui de la racine a passé par plusieurs parties de différentes natures qui sont en la (...)
  • 17  cf. Jacques Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française du XVIIIe siècle, Paris, 1963, (...)

9Un nombre significatif de références au Discours sur la végétation des plantes, traduction d'un discours prononcé par Kenelm Digby15 à la Société royale de Londres, se rencontrent chez Huygens. C’est pour le coup une fibre mécaniste qui fait vibrer l’intérêt de Huygens : la nutrition des plantes se fait selon Digby par un suc distribué dans les différentes parties. Selon lui le suc nutritif progresse sous l'action de la chaleur, du soleil ou de la plante elle-même, qui le pousse "du centre vers la circonférence", se condense en rencontrant l'air froid, formant ainsi un bouton qui devient un nouveau rameau16. En insistant ainsi sur les circonstances extérieures de la croissance des plantes, la chaleur et l'humidité, il montre que cette croissance n'est soumise à aucune prédétermination interne17. L'ouvrage se distingue ensuite des précédents en faisant le rapide compte rendu de quelques expériences, avant de s'attacher à la palingénèse ou résurrection des plantes.

  • 18 Nehemiah Grew (1641-1712), médecin membre de la Royal Society, cf. Dictionary of scientific biograp (...)
  • 19  Plusieurs ouvrages de Nehemiah Grew ont été publiés en Angleterre avant 1675 :The anatomy of Veget (...)

10La véritable rupture dans ce discours sur les plantes, permise par l'utilisation du microscope, est concrétisée par la publication en 1675 en France, de l'Anatomie des plantes de Nehemiah Grew18, très peu de temps après la première édition anglaise parue à Londres en 167219. Son traducteur Le Vasseur souligne dans la préface la parenté de cet ouvrage avec les travaux de l'Académie des sciences qui portent sur l'intérieur des végétaux, et cela avant la publication des Mémoires pour servir à l'histoire des plantes de Denis Dodart. Il n’est pas étonnant de constater que l’instrumentation de l’observation des corps vivants, à laquelle Huygens a contribué directement dans les années 1670, participe d’une conception de la science qu’il admet sans réserve.

Entre physique et mathématiques : les programmes de Christiaan Huygens à l’Académie royale des sciences

  • 20 Tels que Auzout et Huygens lui-même.

11Le lien le plus évident entre Huygens et la pratique de la chimie doit être trouvé au sein de sa période académicienne. Si la bibliothèque et la correspondance de Huygens révèlent, comme on vient de le voir, des affinités intellectuelles peu surprenantes, c’est à partir de 1666 que l’influence des méthodes chimiques sur la philosophie naturelle de Huygens, si vraiment il s’en trouve quelqu’une, peut être évaluée. L'Académie royale des sciences ne s'est évidemment pas fondée autour du seul programme de Christiaan Huygens. Ce dernier a dû composer avec une orientation marquée par l'expérimentalisme et l'influence de la Royal Society, dont plusieurs fellows20 vont être membres fondateurs de l'Académie parisienne.

12La correspondance de Huygens montre peu d'intérêt public pour la chimie avant 1666 et si on y regarde bien, il se trouve parfois une critique à peine voilée du travail des chimistes, curiosité jugée aussi vaine que celle des astrologues, dans sa correspondance privée. Ainsi cette lettre du 6 août 1666 à Philippe Doublet :

  • 21 OC VI, p. 73.

« Je n’ay pas encore leu les voiages de Monsieur de Monconis, ma curiositè ayant estè diminuee par le raport de quelques uns qui m’ont dit que c’est un ouurage fort mal digerè, et ou il y a quantitè de choses de peu d’importance, l’autheur ayant eu de curiositez vaines en plusieurs choses comme l’astrologie, alchimie &c. Mais puis que vous dites y avoir pris de la satisfaction j’ay envie de veoir ce que c’est21. »

13Les Editeurs présentent cinq textes de programmes dans le volume XIX des Œuvres Complètes, en considérant que celui qui apparaît dans la correspondance entre Huygens et Colbert, et dont nous avons une minute à Leiden, est contemporain ou postérieur à celui qui porte sur l'astronomie, la lumière et sur quelques problème de physique générale (terre, air, feu, leurs propriétés, force centrifuge, acoustique, choc des corps ...). Or le texte envoyé à Colbert ne peut être qu'antérieur à tous les autres, puisque sur tous les points il est corrigé par Huygens. Il mentionne timidement le choc des corps en incipit, cette mention étant absente de la minute de Leiden. Le programme noté 1 par les Editeurs, est d'emblée plus complet sur ce point. Le texte envoyé à Colbert est timide, aussi, sur la question des sciences naturelles. Le texte numéroté 5 par les Editeurs est lui aussi bien plus développé.

  • 22 Texte n°1, OC VI, 95-96.
  • 23  A Paris 1666, OC XIX, 256-257.
  • 24  Ibid., inséré entre les pages du 2.

14On dispose donc d'un groupe de textes qui donnent un aperçu dynamique de la façon dont Huygens a envisagé la nature du travail savant en assemblée. C'est une originalité de la réflexion de Huygens que d'avoir tiré d'une copie initiale de commande22 une véritable réflexion sur la division des parties de la physique. Les dates de composition de ces programmes seraient, à ce qu’il semble : avant le milieu de 1666 pour le premier et sans doute, dans la forme plus huguenienne des n°223 et 2 bis24, aux premiers mois de 1667. Huygens ne s’investit pleinement dans la définition d’un programme qu’après l’installation effective de l’Académie.

  • 25 OC XIX, p. 264-267.

15Le troisième texte est relatif à l'astronomie : il s'agit en fait d'une défense et illustration de l'astronomie de table et de position, par l'examen rapide de son histoire. L'astronomie, qui échappe à la définition que l'on donne de la physique, met en jeu la géométrie et l'instrumentation. C'est une bonne indication : Huygens entend développer les techniques de mesure du temps par les horloges, ainsi que l'instrumentation optique. La conjonction de meilleures tables, d'une meilleure géométrie, d'une optique maîtrisée et de bonnes horloges laisse à Huygens les meilleurs espoirs de parvenir à une astronomie plus utile. L'astronomie n'est par ailleurs étudiée par l'assemblée que dans la mesure où, comme l'annonce le texte n°425, elle "s'applique a la matiere et produit des effects utiles".

  • 26 OC XIX, p. 265.
  • 27  OC XIX, p. 269-271.
  • 28  Le n°5 est sans nul doute la réponse donnée par Huygens à Perrault.

16Fait remarquable : Huygens semble s'opposer à l'idée d'un calendrier fixe pour toutes les matières. Ainsi lorsqu'il faudra examiner quelque découverte théorique, qui ne se commande pas, et ne se « rencontrent que par hazard26 », Huygens préconise l'assouplissement des règles. Ce sont les inventions pratiques qui doivent être le lot quotidien de l'assemblée. Le texte n°527 précise la notion de "physique", plus convenablement que ne le fait le texte n°1, et de façon moins empirique que ne le donne Perrault dans son propre programme de janvier28. Pour tenter de déceler une évolution, qui serait la marque d’une inflexion donnée par la rencontre effective des assemblées de géométrie et de physique, i.e. des sciences relevant des mathématiques et des sciences de la nature, il faut tenter de comparer les directions esquissées, en général, par ces programmes.

  • 29 Tous ces programmes pourraient fort bien avoir été conçus collectivement, cette question est indéci (...)

17Le premier texte précède sans contestation la fondation de l’Académie. Entre les Œuvres Complètes VI et les manuscrits, on ne constate pas de changements décisifs, si ce n’est tout de même le sentiment, d’après le manuscrit, d’un texte de commande, rédigé un peu hâtivement, pour une assemblée à laquelle il n’est pas destiné. Le texte, ayant pour titre « Pour l’assemblée de physique », semble au final une somme de généralités dont on peut même se demander si elles portent la marque unique de Huygens29. La tirade finale sur la relative inutilité de certaines recherches en physique proprement dite va directement contre le programme de Perrault, donné en janvier 1667. Le texte définitif, noté "IV" par les Editeurs, sera lu en séance avec ceux de Du Clos et de Perrault ; nul doute que cette séance fut agitée, tant Huygens semble peu enclin à définir très précisément le champ des observations qui ne relèvent pas des mathématiques mixtes.

  • 30 Christiaan Huygens. Una biografia intelettuale, Milano : F. Angeli, 1985
  • 31  CH 31, “Physica Varia”, fol. 27 r-v.
  • 32  OC XIX, p. 268.
  • 33  Résistance des matériaux, structure des cristaux ellipsoïdaux, théorie de la lumière.

18Le texte que nous notons 2bis (printemps 1667, deux versions) est conforme aux travaux individuels menés à cette époque par Huygens : astronomie et mécanique semblent déterminer les grandes orientations des expériences faites à grand frais. Les Editeurs des Œuvres se montrent embarrassés lorsqu'il faut donner une date au programme du texte 1, envoyé par Huygens à Colbert, qui se trouve reproduit dans les OC VI, pp. 95-96. Les commentateurs sont eux-mêmes parfois troublés par le contenu de ce texte, comme l'est Alfonsina d'Elia30, qui constate que, s'il est question d'observation, de mesure, de chimie et de dissection, rien n'est dit de la quantification par des outils mathématiques, des méthodes de mesure, de l'astronomie, de la mécanique ou de l'instrumentation scientifique (l’A. pense aux horloges). A. d'Elia envisage tout simplement ce texte dans la perspective de l'état de la science huguenienne en 1666. Si l'on met à part la question des règles du choc, rajoutée dans le document conservé à la BNF dans les papiers de Colbert, mais absente de la minute conservée dans les manuscrits de Leiden31 et seulement partiellement reproduite par les Editeurs32, il n'est effectivement pas question de considérer ce programme princeps de Huygens comme l'expression unilatérale de ses propres recherches. Peu de commentateurs ont noté qu'il s'agit, comme cela est dit plus haut, d'un programme destiné à l'assemblée de physique, c'est-à-dire à la partie de l'Académie à laquelle Huygens, selon les dispositions consignées dans les registres de l'Académie des sciences, ne fait pas explicitement partie, bien qu’il soit contraint d’y faire acte de présence. Perrault donnera par ailleurs en janvier 1667 le programme spécifiquement consacré aux travaux de physique, qui sont – faut-il le rappeler – des travaux relatifs à la zoologie, la botanique, la médecine, la chimie   i.e. l'ensemble des disciplines qui regardent traditionnellement l'histoire naturelle. Huygens est en situation décalée par rapport à l’assemblée dont il rédige un programme global, alors que la spécialisation des tâches impliquerait qu’il n’imprime sa marque qu’au programme de l’assemblée de géométrie. Dans quelle circonstances exactes Huygens s’est-il plié à cet exercice ? Nul ne le sait. L'étude du manuscrit de Leiden, qui est la source, l'exemplaire de Colbert n'étant manifestement que la copie, ne permet pas de trancher quant à la date exacte de rédaction. Tout au plus peut-on dire que le feuillet se trouve au milieu de brouillons de date et de thèmes33 très divers. Ces papiers, collectés par les Editeurs, sont les brouillons de Huygens assemblés autour de ce que Huygens considérait comme relevant de la "physicque". Le manuscrit témoigne en effet d'une opposition sémantique assez marquée entre ce que Huygens fait entrer dans cette discipline et la division imposée par Chapelain et Colbert, division qui sépare simplement les sciences mathématiques pures et mixtes, dont relève l'astronomie, et l'histoire naturelle au sens large que la tradition française établie depuis près de 40 années, au moment de l'institution de l'Académie, relie directement à la chimie en ce qui concerne la recherche des opérations et modifications par lesquelles se produit l'accroissement de la matière (animée ou pas).

19Appartient donc à la physique le vaste domaine de la recherche expérimentale qui a pour objet l'ensemble des phénomènes considérés en nature, par opposition à la mécanique pure et théorique (comme le sont les expériences sur le pendule destinées à mesurer la force centrifuge). Le nom de Bacon est destiné essentiellement à valider l'idée que Huygens se fait d'une physique expérimentale qui ne se limite pas à l'étude du vivant et de la transformation des matériaux, comme le programme de Perrault le montrera.

20Qu'est-ce que la "physique" selon Huygens ? On ne peut le savoir qu'en comparant l'ensemble des programmes rédigés dans cette période par ses soins. Il ressort néanmoins d'un examen rapide que l'ensemble des disciplines, quel que soit leur degré de formalisation, ont un objet qui doit être pris dans l'un des cinq grands règnes posés par Huygens : éléments, végétaux, minéraux, animaux, corps célestes, auxquels s'ajoutent les "effects généraux" qui forment le lien entre toutes les parties de la nature (gravité, magnétisme, électricité) : ils participent à tous sans se réduire à aucun, et supposent que soient trouvées des causes mécaniques. L'astronomie, en tant que science distincte de la spéculation sur la matière des corps célestes, est une partie des mathématiques où l'on a égard à la mesure et à l'observation, non pas des êtres (ce qui nous ferait passer dans la physique) mais des positions successives. Les mathématiques quant à elles ne sont affaire d'assemblée que dans la mesure où, mixtes et utiles à l'usage dans certaines de leurs parties, elles permettent d'améliorer la théorie des machines, la théorie musicale ou toute autre construction intellectuelle qui requerrait ses opérations fondamentales.

21Le champ d'étude consacré à la physiologie végétale ou animale, qui comprend la médecine est en effet, dans le texte n°1 de Huygens, réduit à une portion congrue qui ne reflète pas le recrutement équilibré des premiers académiciens : les registres de physique de l'Académie posent très clairement une distinction entre deux types de travaux académiques, tout en affirmant leur liaison, ainsi que la nécessité pour chaque Académicien d'assister à toutes les séances :

« Ce 22 de decembre 1666. Il a esté arresté dans la compagnie I°. Qu'elle s'assemblera deux fois la semaine, le mercredy et le samedy, 2°. Que l'un de ces deux jours, scavoir le mercredy, on traittera des Mathematiques; le samedy on travaillera a la Physique. 3° comme il y a grande liaison entre ces sciences, on a jugé que la compagnie ne se partage point, et que tous se trouvent a l'assemblee les mesmes jours ».

22Chimie et astronomie sont pensées conjointement comme étant les disciplines pour lesquelles il se fait le plus grand nombre de découvertes mais qui, étant assujetties à l'observation, doivent aussi être examinées de plus près. Mais au moment même où Perrault fixe les règles de fonctionnement de l'Académie, Huygens exprime toujours un scepticisme sarcastique envers ses collègues chimistes, du moins envers certains, dont nous savons que Perrault n'est pas. Ainsi cette lettre du 14 janvier 1667 à Lodewijk :

  • 34 OC VI, p. 99.

« Mon Pere ne m’a rien racontè touchant cette platine d’or, c’est pourquoy s’il y a quelque vraisemblance dans l’histoire je souhaiterois que vous m’en fissiez scavoir les circonstances, a fin de la debiter parmy nos Chymistes, dont il y en a qui croient en la pierre philosophale, et d’autres point34. »

  • 35 Histoire de l'Académie depuis son établissement en 1666. Paris, 1733. 11 vol.

23Le programme esquissé dans l'Histoire de l'Académie des sciences35 de Fontenelle témoigne d'une orientation notablement mécaniste, définie dans des termes qui sont très proches de ceux que Huygens utilisa pour qualifier ses propres recherches sur le choc des corps. C'est aussi de la même façon que la Royal Society semble percevoir la composition de l'Académie parisienne, mécanique et chimie étant bien évidemment pensées sous le double registre de « l'observation et de la réduction des qualités sensibles :

  • 36 Lettre de Oldenburg à Boyle du 18 juin 1666, OC VI, p. 50.

« Auzout was then elected into the Society, nemine contradicente (…). The same, I find by my last from Paris, is nominated for one of those choice persons, that are to constitute their academy; some of the rest, that are pitched upon, being Monsieur Roberval, Monsieur Carcavy, Monsieur Frenicle, Monsieur Picard, Monsieur Huygens, all very able men, appointed to meet and to consider of the best way of framing a philosophical Society and the best method of carrying on its designs. I perceive, they will chieftly pursue mechanical and chemical experiments, they having already in their eye a coople of good chemists, and some able mechanicks, that shall work by their directions. On fera faire (saith my author) tout ce qu’il faudra pour travailler utilement. On a desia commencé de s’assembler pour faire quelques reglemens. C’est un beau et grand dessein qui ne peut estre qu’utile et glorieux, a la France. He adds, on pourroit faire aussi quelque chose en Denmark, parce qu’il s’y trouve des sujets capables et tres intelligens. Indeed, they have some there, that are very learned men, as Erasmus Bartholin the mathematician, Thomas Bartholin the physician, and Steno the anatomist36. »

  • 37 Histoire de l’Académie royale des sciences. 1666 à 1698, Paris, Panckouke, 1772, p. 12
  • 38  OC VI, 50-51.
  • 39  Cf Journal de voyage à Paris et à Londres, 1660-1661, in Brugmans, op. cit., pp. 128-129. La socié (...)
  • 40  La composition de l’Académie après décembre 1666 est la suivante : Géométrie : Auzout, Buot, Carca (...)
  • 41  On consultera sur cette question Christiane Demeulenaere-Douyère, Éric Brian (sous la direction de (...)
  • 42  La lettre de Oldenburg citée plus haut date de juin et reprend les termes de ce programme.
  • 43  Un échange de lettres a lieu dès 1689, année de la publication du livre de Daniel Huet, où Huygens (...)
  • 44  Texte 3, OC XIX, 258-263, Astronomie, tables, horloges. [Pièce numérotée II].

24Entre juin et décembre 1666 se déploient des séances de travail qui correspondent à la mise en place du programme astronomique (observation éclipses de lune le 16 juin, de soleil le 2 juillet37). Cette activité, consignée pour partie dans des monographies, dont celle écrite semble-t-il par Huygens au sujet des observations faites depuis la Bibliothèque du Roi, l'est en outre par la lettre d'Oldenburg à Boyle que nous venons de mentionner38, la composition de l'Académie, réduite au noyau formé par Auzout39, Roberval, Carcavy, Frenicle, Picard et Huygens40 incitant, comme l’écrit Oldenburg, à considérer que les orientations de l’Académie sont en cours d’élaboration, chacun étant consulté à propos de la structuration des travaux de recherche41. On peut émettre l'hypothèse suivante : le programme qui est chronologiquement le premier n'a pu être rédigé qu'à un moment où Huygens n'avait qu'une connaissance imprécise de la composition définitive et du fonctionnement de l'Académie. Soit peu de temps après son arrivée, en avril 166642. Il serait inconcevable qu'en effet notre "mathématicien" se mêle d'imposer une conception de la physique que ses co-pensionnés ne partagent pas. Huygens rédige en effet, sans doute au début de l'année 1667, peu après l'installation définitive de l'Académie,  le 22 décembre 1666, une série de programmes bien plus adéquats, dans lesquels il précise les distinctions qui doivent être faites entre les parties mathématiques et physiques de l'assemblée. Il y avance une conception de l'organisation des savoirs qui est inédite chez lui, et dont certains éléments sont absolument de circonstance. En particulier ce qu'il dit de la connaissance du corps animal est inspiré en droite ligne de la médecine cartésienne, dont il a pu avoir connaissance soit par son père, soit par Clerselier, soit par Cureau de La Chambre. Or cette conception d'une connaissance mécaniste des corps qui rende raison, par figures et mouvement, de l'ensemble des parties du corps, sera très explicitement récusée par Huygens bien plus tard, lorsqu’il s’affirmera bien plus proche de la Censura cartesiana de Huet43 que de certains aspects rigoristes du mécanisme cartésien. Les programmes dans lesquels nous voyons Huygens s'investir vraiment dans la définition du travail académique sont donc ceux du début de l'année 1667. Les Editeurs prennent acte de la mention de l'Observatoire en construction pour dater l'un au moins de ces textes, tous recueillis dans les Chartæ Astronomicæ, du printemps 1667. Rien n'empêche cependant de considérer que ces pièces sont antérieures, et qu'elles participent de l'implication immédiate de Huygens dans la définition des limites de toute recherche collective. La suite des programmes attribués à Huygens présente moins de difficultés interprétatives. Le contenu du troisième programme44 est redoublé, mais pas à l'identique, comme s'il s'agissait d'une part du texte de la conférence et d'autre part de la prise de notes par le Secrétaire. On note, entre autres différences, que le texte pris en note est moins sensible aux possibles applications des sciences pures que ne l'est le programme de Huygens.

  • 45 Texte 4, Mathématiques, OC XIX, 264, Chartæ Astronomicæ, Codex Hugeniorum 28A, fol. 115. [Pièce num (...)

25C’est dans le quatrième programme45, selon notre reconstruction, que Huygens entend plus nettement développer le rapport entre mathématiques pures et mathématiques relevant de la scientia media :

« Parmy les diverses parties des Mathematiques celles qui doivent donner plus d'occupations a nostre assemblee sont a mon avis celles qui ne consistent pas dans la seule theorie, mais qui s'appliquent a la matiere et produisent des effets utiles. Non pas que la geometrie pure et l'arithmetique manquent de beautez qui au contraire y sont tres grandes, mais parce que de telles speculations ne sont pas une affaire d'assemblee, et ne servent au plus qu'a instruire ceux qui la composent, sans s'estendre plus avant. »

  • 46 OC XIX, p. 268 : (...) ayant par la faveur et par la liberalitè du Roy moyen d'executer des choses (...)

26La géométrie pure est une spéculation de nature privée et solitaire, elle n'engage aucun des moyens et instruments requis pour l'astronomie ou pour les observations propres aux sciences de la nature. L'argument est sensiblement le même que celui qui figurera dans l'introduction à l'Histoire de l’Académie des Sciences de Fontenelle. Huygens rappelle que cet effet est l'un des principaux motifs de l'institution d'un tel établissement est la pratique d’observations dont seule la puissance étatique est capable de financer le coût46. Vient le programme d’histoire naturelle, immédiatement relativisé par son statut d’opinion, Huygens n’y exprimant tout au plus que « [son] avis » :

  • 47 Texte 5, Physique OC XIX, 269, Chartæ mechanicæ, fol 102 et 102. [Pièce numérotée V].

« Dans l'Histoire naturelle on se doit proposer a mon avis ces deux fins, l'une d'apprendre a connoistre tous les estres de physique et les effects naturels qui sont découverts et averez jusqu'a present, tant pour la curiositè que pour en tirer toute l'utilitè possible. (...) L'autre qu'on s'y doit proposer est la connoissance des causes qui consiste en une parfaite intelligence de la conformation de tous les corps physiques et des causes qu'on en observe. Dont l'utilitè seroit infinie quand quelque jour on en sera venu a bout. Donnant moien aux hommes d'emploier utilement les choses creees, avec certitude des effects qu'elles produiront47. »

  • 48 Huygens détaille par la suite la nécessité de tenir six portefeuilles divisés en autant de chapitre (...)

27L’ « utilité » est un motif qui domine l’idée que Huygens se fait de l’Académie, bien loin de n’être qu’un lieu de spéculation, elle doit selon ses vœux devenir un lieu de maîtrise concrète des effets en nature. La chimie n’y concourt pas moins que l’étude de l’équilibre des liqueurs, mais, il faut aussi l’avouer, elle n’y contribue pas plus, ni mieux. Huygens ajoute, en insistant sur la connaissance de la « conformation » des corps, une vue classificatoire qui est sans équivalent dans l’ensemble de ses écrits. De fait, il semble que cet effort représente le dernier mot de Huygens, et sans doute le plus tardif, sur la question de la nature de la « physique », qui, tout comme en 1666, est placée par Huygens sous la dépendance de la « Methode de Bacon ». Il faut dire d’une part combien il entend réfugier ou circonscrire cette méthode dans l’espace ingénieux et protéiforme de la physique, sans qu’il soit jamais question de l’étendre à toutes les parties des sciences de la nature, dont la rigoureuse théorie pure du mouvement fait partie. On pourrait même se demander, du coup, si dans l’esprit de Huygens, la mention permanente de Bacon dans le domaine de la physique, de l’observation et de l’ « inductio », n’est pas une manière de nier sa pertinence dans le champ de la géométrisation de la nature. Et d’autre part, il convient de noter que la classification proposée ne saurait se présenter comme la première étape, amendable, d’une taxinomie naturelle, mais bien comme un simple relevé ordonné des tâches à accomplir par l’assemblée pour l’établissement harmonieux d’un programme intellectuel48 (voir en annexe le tableau « Vue classificatoire de Huygens sur la physique »).

28Encore une fois, il n’y a pas lieu de voir ici une thèse relative à l’organisation d’un savoir qui retrouverait les articulations mêmes de la nature, mais une division du travail de recherche qui a trait à la diversité des outils intellectuels bien plus qu’à celle des objets qui tombent sous leur compétence.

Conclusion : une rencontre inaboutie

  • 49 Nous renvoyons à notre article : "Vaincre la houle, les horloges marines de Christiaan Huygens" in (...)
  • 50  En 1675, on trouve une mention de Du Clos pour son Traité sur les Observation des eaux minérales d (...)
  • 51  On compte parmi les livres de Huygens après 1670, les titres suivants : Moïse Charras, Pharmacopée (...)
  • 52  Voir aussi Halleux Robert et alii, Les publications de l’Académie des sciences de Paris (1666-1793 (...)
  • 53  C’est le cas par exemple en 1678, OC XXII, p. 256, Registres, t. VIII, f. 183 : Huygens et Duclos (...)

29Il n'est pas possible d'affirmer, en prenant en compte les documents disponibles pour la période de 1664 à 1667, que Huygens modifie sensiblement la structure de son activité savante. Les réunions, auxquelles il assiste deux fois par semaine, lui pèsent. Conçue par Chapelain comme une assemblée destinée à promouvoir un idéal de recherche collective, débarrassée de l'esprit de système qui anime alors, dans les cercles pré-académiques, un physicien cartésien comme Rohault, la forme restreinte de l'Académie royale ne peut satisfaire entièrement Huygens, dont le milieu est sans doute celui de la République des Lettres tout entière. Néanmoins, la formation de l'Académie n'est pas sans conséquences sur la façon dont Huygens oriente, dès 1666, ses propres travaux. De nombreux domaines, touchant à la physique appliquée, nécessitent un financement royal constant : c'est le cas de l'invention des horloges marines destinées à déterminer les longitudes en mer49. Quelles suites donner à cette rencontre entre un théoricien pur, très impliqué dans l'institution de la technique et des protocoles d'observation mais très méfiant envers une discipline qu'il nomme tantôt "alchimie", lorsqu’il la moque, tantôt "chymie" lorsqu’elle évoque des contenus précis ? Plus libre, par la suite, à l’égard de l’Académie, et cela jusqu’au retour précipité qui suit la mort de Colbert et la révocation de l’Edit de Nantes, Huygens maintient son goût pour les expériences curieuses que la chimie sait construire autour des propriétés des minéraux et des végétaux50, mais l’apport des méthodes chimiques n’a pas modifié sa manière de concevoir la méthode expérimentale51. La médecine ne semble avoir d’intérêt pour lui que dans quelques mentions des travaux mécanistes de Sténon, mais il y a quantitativement peu de chimie médicale dans les références, déjà fort clairsemées, de sa correspondance. Enfin, lorsque l’on trouve une trace de collaboration entre Huygens et un chimiste dans les Registres de l’Académie52, c’est en général autour d’une expérience qui comporte autant d’enjeux mécaniques que d’observations chimiques proprement dites53. D’une manière générale, l’opposition dessinée par Oldenburg entre mécaniques et chimiques, soufflée à lui par une lettre-programme de Huygens lui-même, demeure la qualification la plus adéquate pour penser les rapports que le savant eut, tout au long de sa vie, avec les méthodes chimiques. La bonne chimie, mécaniste, critique et sceptique, n’était sans doute, du moins telle qu’il pouvait en avoir eu connaissance, que trop peu répandue.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Huygens à Leibniz, 4 février 1692, O.C. X, p. 239 (Œuvres complètes de Christiaan Huygens, La Haye, Société hollandaise des sciences – Martinus Nijhoff, 1888-1950, 22 vol., notées "OC n° de vol., pagination").

2 Lettre de Moray à Huygens du 31 juillet 1664, O.C. IV, p. 95.

3  Histoire de l'Académie …, p. 21.

4  Lettre de Moray à Huygens du 27 mars 1665, O.C. IV, p. 287.

5 Lettre à Lodewijk du 20 mai 1667, OC VI, p. 130.

6 Voir la Lettre de Oldenburg à Huygens du 17 septembre 1661, OC III, p. 332.

7  Lettre à Moray du 30 décembre 1661, OC III, p. 439.

8 Lettre de Hooke à Boyle du 20 juillet 1663, OC IV, p. 381-382.

9 Comme le fait P. Petit au même mois de juillet 1663, lui demandant d'acquérir pour lui à Londres un exemplaire du Lexicon Chymicum de William Johnson, Lettre de Pierre Petit à Huygens du 15 juillet 1663, OC IV, p. 377.

10 Sous son influence les premiers cours de chimie en France auront lieu au Jardin du roi, spécifiquement créé par l'édit de 1635.

11  cf. Rio Howard, "Guy de La Brosse : Botanique et chimie au début de la révolution scientifique", Revue d'histoire des sciences, t. 31, oct. 1978, p. 308.

12 Honoré Fabri (vers 1607-1688), jésuite, professeur de philosophie au Collège de la Trinité à Lyon puis Grand Pénitencier à Rome. cf. Sommervogel, op. cit., t. 3, col. 514.

13 "Potentia vegetativa est qua corpus aliquod nutritur, & crescit per intus susceptionem, adolescit, &c.(...) Ad nutritivam pertinet virtus, qua succus alimentitius sugitur, percolatur, distribuitur, concrescit. Ad propagativam pertinet fructificatio, plantatio, satio, insitio, germinatio.." Tractatus duo, Paris, 1666, p. 2.

14  Ainsi que toute celle qui descend en droite ligne de celle qui est visé par la critique de la physique aristotélicienne qu'on retrouve dans L’Abrégé des secrets chymiques de Pierre-Jean Fabre (1588-1658) ; voir Bernard Joly, La rationalité de l'alchimie au XVIIe siècle, Paris Vrin, 2002.

15 Kenelm Digby (1603-1665), un des premiers membres de la Royal Society, cf. Dictionary of scientific biography, t. 4, pp. 95-96 et Petersson, Sir Kenelm Digby, Londres, 1956, pp. 294-301.

16  "le suc (...) qui de la racine a passé par plusieurs parties de différentes natures qui sont en la plante, & qui de plus s'est acquis une parfaite dépuration & concoction, tant par la chaleur interne que par la chaleur du Soleil, ce suc, dis-je, ayant acquis cette difference de pureté, concoction & sublimation, se fixe, enfin, en une espece de certaine teinture extraite de toute la plante" Discours sur la vegetation des plantes, Paris, 1667, p. 39.

17  cf. Jacques Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française du XVIIIe siècle, Paris, 1963, p. 133.

18 Nehemiah Grew (1641-1712), médecin membre de la Royal Society, cf. Dictionary of scientific biography , t. 5, pp. 534-536 et Agnès Arber, "Tercentenary of Nehemiah Grew 1641-1712", Nature, 147, 1941, pp. 630-632 ; "Nehemiah Grew and Marcello Malpighi : an essay in comparison", Isis, 34, 1942-1943, pp. 7-16.

19  Plusieurs ouvrages de Nehemiah Grew ont été publiés en Angleterre avant 1675 :The anatomy of Vegetables begun, Londres, 1672, An idea of a Phytological History Propounded. Together With a Continuation of the Anatomy of Vegetables, Londres, 1673, The comparative anatomy of Trunks, Londres, 1675. Le titre de la traduction française, Anatomie des plantes, a semble-t-il inspiré celui de l'édition anglaise de 1682, Anatomy of plants.

20 Tels que Auzout et Huygens lui-même.

21 OC VI, p. 73.

22 Texte n°1, OC VI, 95-96.

23  A Paris 1666, OC XIX, 256-257.

24  Ibid., inséré entre les pages du 2.

25 OC XIX, p. 264-267.

26 OC XIX, p. 265.

27  OC XIX, p. 269-271.

28  Le n°5 est sans nul doute la réponse donnée par Huygens à Perrault.

29 Tous ces programmes pourraient fort bien avoir été conçus collectivement, cette question est indécidable.

30 Christiaan Huygens. Una biografia intelettuale, Milano : F. Angeli, 1985

31  CH 31, “Physica Varia”, fol. 27 r-v.

32  OC XIX, p. 268.

33  Résistance des matériaux, structure des cristaux ellipsoïdaux, théorie de la lumière.

34 OC VI, p. 99.

35 Histoire de l'Académie depuis son établissement en 1666. Paris, 1733. 11 vol.

36 Lettre de Oldenburg à Boyle du 18 juin 1666, OC VI, p. 50.

37 Histoire de l’Académie royale des sciences. 1666 à 1698, Paris, Panckouke, 1772, p. 12

38  OC VI, 50-51.

39  Cf Journal de voyage à Paris et à Londres, 1660-1661, in Brugmans, op. cit., pp. 128-129. La société savante formée autour de Montmort comprenait les futurs académiciens : Auzout (mort 1691), Frenicle (mort 1675), Des Argues (1593-1662), Pequet (mort 1674), Rohaut (1620-1675), Thevenot (1620-1692).

40  La composition de l’Académie après décembre 1666 est la suivante : Géométrie : Auzout, Buot, Carcavi, Frenicle, Huygens, Picard (début 1667), Roberval (Mersenne, 1602-1675) / Physique : Claude Bourdelin (chimiste, né en 1621 à Villefranche, meurt le 15 octobre 1699 à Paris, auteur de milliers d'expériences sur des plantes et des eaux minérales), Cureau de la Chambre (médecin), Samuel Cottereau Du Clos (chimiste, meurt à Paris en 1715, est médecin de Louis XIV, se retire chez les Capucins en 1685), Gayant (anatomiste), Marchant (botaniste), Claude Perrault (médecin), Pecquet (anatomiste, nommé au printemps 1667 et lui aussi ancien du cercle Montmort) / Elèves : La Voye, Niquet, Couplet, Pivert, Richer, De la Voye.

41  On consultera sur cette question Christiane Demeulenaere-Douyère, Éric Brian (sous la direction de), Histoire et mémoire de l’Académie des sciences. Guide de recherches, Londres-Paris-New-York, Tec et Doc Lavoisier, 1996.

42  La lettre de Oldenburg citée plus haut date de juin et reprend les termes de ce programme.

43  Un échange de lettres a lieu dès 1689, année de la publication du livre de Daniel Huet, où Huygens voit une source d’inspiration : « Huetij Censuram legi cum primum prodijt ab ipso Authore mihi missam, in qua non pauca mihi probari memini, sed aliqua notavi quibus responderi posset”, in Lettre de Huygens à Meier du 16 novembre 1691, OC X, p. 195. De Huet, Huygens conserve aussi le de Concordia Rationis et Fidei, Paris, 1690, où la critique de Descartes est aussi virulente.

44  Texte 3, OC XIX, 258-263, Astronomie, tables, horloges. [Pièce numérotée II].

45 Texte 4, Mathématiques, OC XIX, 264, Chartæ Astronomicæ, Codex Hugeniorum 28A, fol. 115. [Pièce numérotée III].

46 OC XIX, p. 268 : (...) ayant par la faveur et par la liberalitè du Roy moyen d'executer des choses qui ne le pourroit [sic] estre par des particuliers, il est a propos de s'arrester principalement a celles là pour bien emploier ce bel avantage, et produire des effets qu'on ne peut attendre d'ailleurs."

47 Texte 5, Physique OC XIX, 269, Chartæ mechanicæ, fol 102 et 102. [Pièce numérotée V].

48 Huygens détaille par la suite la nécessité de tenir six portefeuilles divisés en autant de chapitres qu’il s’en trouve dans son tableau.

49 Nous renvoyons à notre article : "Vaincre la houle, les horloges marines de Christiaan Huygens" in Vincent Jullien (Ed.), Le calcul des longitudes, Rennes, PUR, 2002, pp. 169-202.

50  En 1675, on trouve une mention de Du Clos pour son Traité sur les Observation des eaux minérales de plusieurs provinces, OC VII, p. 528, Huygens, dans la même lettre, le livre de Dodart, Mémoire pour servir à l'Histoire des plantes, qui est qualifié par Oldenburg en tant que « livre de vostre academie touchant l'Analyse Chimique des plantes", OC VII, p. 550.

51  On compte parmi les livres de Huygens après 1670, les titres suivants : Moïse Charras, Pharmacopée royale Galénique et Chymique, Paris 1676, Chist. Love Morley, Collectanea Chymica Leidensis, Lugd. Bat., 1684. C’est étrangement peu. De Boyle par exemple, Huygens ne conservera que les ouvrages consacrés à la question de l’air. Il y a pour tout dire très peu de livres chimiques dans l’inventaire après décès de la bibliothèque de Huygens (OC XXII, Catalogus Librorum, 1695), alors que les échanges au sein de l’Académie et les envois relevés dans la Correspondance auraient plutôt indiqué l’existence d’un nombre non négligeable de ces ouvrages dans sa bibliothèque parisienne.

52  Voir aussi Halleux Robert et alii, Les publications de l’Académie des sciences de Paris (1666-1793), Turnhout, Brépols, 2001, 2 tomes.

53  C’est le cas par exemple en 1678, OC XXII, p. 256, Registres, t. VIII, f. 183 : Huygens et Duclos expérimentent l'imperméabilité du cuir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Chareix, « L’Académie des « chimiques » et des « mécaniques » : l’évolution de la chimie dans la pensée de Huygens », Methodos [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://methodos.revues.org/1343 ; DOI : 10.4000/methodos.1343

Haut de page

Auteur

Fabien Chareix

Université de Paris IV/CNRS-UMR 5037http://www.epistemologie.net/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org