Navigation – Plan du site
Travaux

Colloques et journées d’études

Texte intégral

Philosophie et Évolution

1Université de Lille 3 (Maison de la Recherche), 25 octobre 2001.

2Organisé par l’UMR « Savoirs et textes » et la Société Française d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences de la Vie.

3Responsable : Charles Galperin.

4Les travaux, souvent remarquables, sont nombreux sur l’histoire, les discussions, les corrections qui mettent en jeu la pensée évolutionniste et plus spécialement la pensée darwinienne. L’étude épistémologique de l’évolution est d’autant plus animée que son domaine s’élargit. Nous assistons aujourd’hui à une unification en cours, de la paléontologie, de la biologie du développement, de la génétique du développement et de l’évolution. Par ailleurs, l’évolution se présente sous des jours inattendus: la conservation des systèmes géniques de la mouche à l’homme, la résurgence nouvelle d’un «plan d’organisation» de l’animal, sont des exemples qui suggèrent des synthèses renouvelées. Le but de cette journée était de montrer le lien profond entre la philosophie du vivant et l’évolution. Ce lien a existé par le passé. Les nouvelles constructions évolutionnistes appellent un regard philosophique qui, à son tour, interrogerait l’élaboration proprement scientifique.

Programme

5– Bertrand Saint-Sernin (Université de Paris IV-Sorbonne) : « La critique du coup d’état dans la pensée biologique d’A.A. Cournot ».

6– Jacques Bouveresse (Collège de France) : « De l’analogie à l’explication : Boltzmann interprète de Maxwell ».

7– Frédéric Worms (Université de Lille 3) : « Y a-t-il un double sens de la vie ? Évolution et création au-delà de l’Évolution créatrice ? ».

8– Jean Gayon (Université de Paris I) : « La philosophie de la biologie chez E. Mayr ».

9– Denis Duboule (Université de Genève) : « Vers l’essai d’une synthèse de l’évolution aujourd’hui ».

10– Jean-Pierre Changeux (Collège de France) : « L’évolution vue par un neuro-biologiste ».

La philologie humaniste : Art de lire, art de penser

11Université de Lille 3 (Maison de la Recherche), 26-27 avril 2002.

12Colloque organisé par Fosca Mariani Zini.

13Au lieu de considérer le Moyen Âge et la Renaissance comme deux époques philosophiques nettement opposées, le récent renouveau des études d’histoire de la philosophie en a relevé les continuités, tout en cherchant à déterminer les authentiques césures. On est aujourd’hui plus accoutumé à étudier dans la continuité la période qui va du XIIe à la fin du XVIe siècle, caractérisée par l’entrée, dans l’Occident latin, de l’œuvre intégrale d’Aristote, et par le renouvellement des modalités de lecture, d’enseignement et d’interprétation des textes philosophiques qui en a résulté. C’est précisément ici que se situe un des moments de rupture le plus décisif entre le Moyen Âge et la Renaissance : la lecture médiévale n’est pas philologique, l’humaniste l’est, et l’est pour la première fois dans l’Occident latin.

14Par conséquent, l’un des traits saillants de l’humanisme réside dans la lente mais progressive mise au point d’une méthode de lecture philologique, à partir d’une réflexion renouvelée sur le statut des textes du passé. Le manuscrit devient l’objet d’étude privilégié. On s’aperçoit que les œuvres de la tradition, littéraire ou philosophique, ne sont pas des entités éternelles, fixées une fois pour toutes, mais le résultat d’une transmission riche en malentendus, manipulations, erreurs volontaires et involontaires.

15Ainsi la première conséquence de la philologie humaniste est-elle de revendiquer le statut historique du texte, et de souligner que la lecture est un dispositif de la constitution du texte, et non seulement de sa réception. Restituer la lettre d’un texte est le résultat d’un ensemble de procédures interprétatives qui ne peuvent que se poser la question du sens de l’œuvre. La notion de «conjecture» ou de «divination» assume une importance spécifique: toute intervention du philologue est conjecturale, provisoire, soumise au jugement critique.

16La philologie promeut dès lors l’étude de la philosophie comme histoire des traditions de pensée et non comme la lutte pour la vérité entre des positions définies pour l’éternité. Cela implique que la philologie, comme discipline critique et historique, est incompatible avec tout projet de fondation métaphysique. Là où cet accord est subrepticement établi, par exemple bien plus tard par G. B. Vico, on peut aisément démontrer qu’il n’y a pas véritablement de philologie. Ainsi la philologie devient-elle progressivement un puissant dispositif critique de remise en question de toute prétention dogmatique, qu’il s’agisse de la vérité d’un énoncé ou de l’authenticité d’une formule.

17L’intention du colloque était donc de s’interroger sur le statut et les conséquences de la philologie humaniste dans la conception des modalités de lecture et de réflexion sur les textes du passé, en particulier dans le domaine de la philosophie.

Programme:

18– Thomas Ricklin (Université de Neuchâtel) : « Un pivot de la critique : Roger Bacon et les exemples des philosophes ».

19– Frank La Brasca (Université de Tours) : « Castigationes plinianae : de Pétrarque à Beroaldo ».

20– Jill Kraye (Warburg Institute, Londres) : « Les origines du commentaire philologique de l’Ethique à Nicomaque: Denys Lambin, Marc-Antoine Muret et Pier Vettori ».

21– Pierre-François Moreau (ENS, Lyon) : « Spinoza et l’héritage de la philologie ».

22– Hélène Parenty (INSA, Lyon) : « De l’insolite à l’analogue: la méthode philologique de I. Casaubon ».

23– Pierre Lardet (IRHT, Paris) : « De la philosophie de la langue (J.C. Scaliger) aux dictionnaires étymologiques (Martini, Voetius) : l’art des relectures sélectives ».

24– Fosca Mariani Zini (Université de Lille 3, UMR 8519) : « La philologie de Poliziano ».

Lire, traduire, mettre en scène. Avec Jean Bollack, autour de la tragédie

25Rencontre organisée par Pierre Judet de La Combe, avec le concours du Théâtre des Bernardines (Marseille), de l’UMR « Savoirs et textes » (Lille) et de la Maison des Sciences de l’Homme (Paris), les 27-28 avril 2002 (Centre Thomas More, Couvent de la Tourette, L’Arbresle).

26Pour traduire, il faut comprendre, et pour comprendre, il faut accepter, d’abord, de ne rien comprendre et de laisser longtemps la lettre d’un texte à l’opacité qui le préserve des clichés et des attentes convenues. Cela vaut aussi bien pour des écritures « difficiles », comme celles d’Eschyle ou de Sophocle, que pour un auteur réputé moins dense comme Euripide. Mais que reste-t-il de ce long travail d’interprétation quand on se risque à écrire une traduction, et que reste-t-il de la recherche du sens et des mots quand on met en scène et quand on joue ? Le corps, l’espace, la durée des gestes, des phrases, et surtout des blancs qui les séparent imposent-ils une loi étrangère au texte, ou le prolongent-ils ? Il y a là des intelligences, des métiers dont les écarts obligent à redéfinir ce qu’on entend aujourd’hui par œuvre et par événement théâtral. Depuis plusieurs années, et grâce à l’impulsion donnée par les traductions de Jean et Mayotte Bollack, la tragédie grecque, enfin sortie de ses lectures conventionnelles, est redevenue texte, et non plus simple mythe plus ou moins profond et susceptible de toutes les réappropriations. Elle est un vrai lieu d’expérimentation pour le théâtre. Les journées se sont proposé de comparer les approches actuelles du répertoire (tragédie grecque, Shakespeare, Racine).

Programme.

27– Évelyne Ertel : « e Groupe de Théâtre de la Sorbonne et la tradition de l’Antique en France ».

28– Heinz Wismann  « Pratique du théâtre et concepts ».

29– Intervention de Patrick Llored.

30– Dominique Serron : « Entre Iphigénie et Le Conte d’Hiver ».

31– Jean Bollack : « Du texte à l’actualisation scénique ».

32– Martina Treu : « Dramaturgie de l’Orestie, avec Elio De Capitani ».

33– Intervention de Philippe Vincent: Projet d’une Orestie.

34– Collège de Théâtre des Bernardines (Mireille Guerre, Suzanne Joubert, Alain Béhar) : « Autour d’une Médée d’après Sénèque ».

35– Andrea Rustichelli : « Quelques idées sur la traduction ».

36– Discussion animée par Heinz Wismann : « Que traduit-on ? » Interventions de Mayotte Bollack, Myrto Gondicas, Pierre Judet de La Combe

37– Camilla Saraceni : « L’Hélène d’Euripide, étape vers un spectacle total ».

38– André Wilms : « Avant la mise en scène des Bacchantes d’Euripide ».

La philosophie renaissante : la reconnaissance d’une dette

39Université de Lille 3, Maison de la Recherche (13 mai 2002).

40Responsable : Fosca Mariani Zini

41Peut-on créditer la Renaissance d’une philosophie originale ? L’historiographie traditionnelle a longtemps considéré la Renaissance comme une époque essentiellement littéraire ou artistique, rétive à l’élaboration conceptuelle, dépourvue d’une philosophie propre. Si philosophie il y eut, il s’agirait, au pire, d’une lourde dépendance à l’égard de la rhétorique, au mieux, d’une reprise et d’une contamination des traditions philosophiques, notamment du platonisme. Toutefois, après la Seconde Guerre Mondiale, maints chercheurs ont revendiqué la « dignité » philosophique de l’humanisme, en soulignant une nette césure avec l’univers médiéval, se traduisant en particulier par la centralité cosmologique et ontologique de l’homme, et par la primauté de l’action mondaine, politique et morale, sur la contemplation ad altiora. La Renaissance a été alors interprétée, dans le sillage de E. Cassirer ou de E. Garin, comme une philosophie « héroïque », porteuse d’un projet in nuce d’émancipation, clairement développé par l’Aufklärung. Cependant, cette lecture est aujourd’hui largement remise en question: ne s’agit-il pas là d’un « mythe » historiographique, ou tout au moins d’un aspect isolé ? Mais alors y a-t-il une philosophie de la Renaissance ? Quelle est son unité, et son originalité ?

42Notre journée d’étude a tenté, sans prétendre évidemment y répondre définitivement et exhaustivement, de s’interroger sur la philosophie de la Renaissance à partir du point de vue de « la dette » ou des multiples « dettes ». Il s’agit, en effet, de reconnaître la légitimité de la philosophie renaissante, et non simplement d’une littérature ou d’une rhétorique.

Programme

43– Emmanuel Faye (Université de Paris X) : « Métaphysique et philosophie de l’homme à la Renaissance ».

44– Jill Kraye (Warburg Institute, London) : « L’éthique antique et le christianisme du XIVe siècle au XVIIe siècle: le cas du stoïcisme ».

45– Joël Biard (Université de Tours) : « La philosophie naturelle à la Renaissance ».

46– Luce Giard (CNRS, Paris/Université de San Diego) : « Le débat padouan sur la certitude des mathématiques (1540-1560) ».

47– David Lines (Université de Munich) : « L’Éthique à Nicomaque à la Renaissance: contextes, approches, interprétations ».

48– Fosca Mariani Zini (Université de Lille 3, UMR Savoirs et textes) : « La réforme humaniste de l’argumentation ».

Le concept de preuve et les développements contemporains de la logique

49Université de Lille 3 (Maison de la Recherche), 24 et 25 mai 2002.

50Responsables : Fabienne Blaise, Pierre Cassou-Noguès, Shahid Rahman, Denis Thouard.

51Dans le cadre du projet interdisciplinaire sur « La preuve » présenté par l’U.M.R. 8519 « Savoirs et textes » au titre du champ thématique « Théories, Pratiques, Méthodologies » de l’Institut International Érasme (M.S.H Nord Pas-de-Calais), a été organisé un premier colloque plus particulièrement consacré à la logique.

Programme:

52– Shahid Rahman (Lille 3/UMR « Savoirs et textes ») : « Présentation ».

53– Göran Sundholm (Université de Leyde) : « Propositional logic and epistemology: on the dangers of a current misidentification ».

54– Jacques Dubucs (Paris I/CNRS UMR 8590) : « Prouver les choses comme il faut ».

55– Stephen Read (University of St. Andrews) : « Logical consequence as truth-preservation ».

56– Diderik Batens (Université de Gand) : « Dynamic goal-directed proofs as criteria for final derivability in adaptive logics ».

57– Jean-Jacques Szczeciniarz (Bordeaux III) et Jean Sallantin (CNRS) : « La preuve en situation ».

58– Lucien Vinciguerra (Lille 3/UMR « Savoirs et textes ») : « Georges Boole : la ‘présence visible des signes’ et la preuve ».

59– Jean-Michel Salanskis (Paris-X Nanterre) : « Preuve et légitimité ».

60– Gabriel Sandu (Université d’Helsinki) : « La logique IF et les fondements des mathématiques ».

61– Helge Rückert (Université de Saarbrück) : « What’s wrong with modal logic ? On the subjunctive mood and rigid designation ».

16e Symposium Aristotelicum

62Lille (École Supérieure de Commerce), 20-24 août 2002.

63Colloque organisé par Michel Crubellier, André Laks, Cécile Wartelle.

64Le premier Symposium Aristotelicum a été organisé à Oxford en 1957, à l’initiative d’I. Düring et G.E.L. Owen. Il s’agit d’un colloque international fermé, limité à une trentaine de participants invités pour leur compétence dans le domaine des études aristotéliciennes, mais comprenant désormais un nombre substantiel de jeunes chercheurs. Depuis 1969, les rencontres sont consacrées à l’étude d’une œuvre particulière, et depuis 1993 la règle est de la lire et de la discuter dans son intégralité, chaque passage étant attribué à l’un des conférenciers. Une demi-journée est consacrée à chaque communication, dont le texte a circulé plusieurs mois avant parmi l’ensemble des participants. La majeure partie du temps est donc consacrée à la discussion.

65Le symposium de Lille était le second à être organisé en France (le précédent, organisé par Pierre Aubenque, a eu lieu à Cerisy en 1972). Il s’est consacré au livre B de la Métaphysique, qui présente et expose un certain nombre de problèmes préliminaires à l’élaboration d’une science fondatrice, la « science des premiers principes et des premières causes », sous la forme d’apories. Ce livre célèbre n’a pas connu de traitement fondamental récent.

Programme:

66– M. Frede (Keble College) :« Introduction générale ».

67– M. Crubellier (Lille) : « Apories 1 et 2 ».

68– F. de Haas (Nimègue)  « Apories 3, 4 et 5 ».

69– E. Berti (Padoue) : « Apories 6 et 7 ».

70– S. Broadie (Saint Andrews) : « Aporie 8 ».

71– Ch. Wildberg (Princeton) : « Apories 9 et 10 ».

72– A. Code (Berkeley) : « Aporie 11 ».

73– I. Mueller (Chicago) : « Aporie 12 ».

74– S. Menn (Mc Gill, Montréal) : « Aporie 13-14 ».

75– A. Laks (Lille) : « L’introduction aux apories ».

76Participants : K. Algra (Utrecht), M. Burnyeat (All Souls College, Oxford), D. Charles (Oriel College, Oxford), U. Coope (University College, Londres), J. Cooper (Princeton), P. Fait (Florence), A. Falcon (Padoue), A.Jaulin (Paris 1), S. Keley (Los Angeles), D. Lefebvre (ENS Ulm, Paris), G.E.R. Lloyd (Darwin College, Cambridge), H. Lorens (Corpus Christi College, Oxford), J. Mansfeld (Utrecht), M. Mignucci (Bologne), C. Natali (Venise), P. Pellegrin (CNRS, Paris), M. Rashed (CNRS, Paris), C. Rossitto (Padoue), D. Sedley (Christ’s College, Cambridge), G. Striker (Harvard), J.Warren (Corpus Christi College, Oxford).

Aristote au XIXe siècle

77Université de Lille 3 (Maison de la Recherche), 26-28 septembre 2002.

78Colloque organisé par Denis Thouard, avec la collaboration d’André Laks, Michel Crubellier, Myriam Hecquet.

Programme:

79– Myriam Hecquet (Lille) : « Le texte de la Métaphysiqu ».

80– Michel Crubellier (Lille) : « Les éditeurs de la Métaphysique au XIXe siècle ».

81– A. Petit (Clermont-Ferrand) : « Aristote et l’Idéalisme allemand ».

82Répondant R. Sharples (Londres).

83– D. Thouard (Lille) : « De Schleiermacher à Trendelenburg: le contexte philosophique et polémique de l’édition de l’Académie de Berlin ».

84– J.F. Courtine (Paris) : « La question des catégories I: le débat entre Trendelenburg et Bonitz ».

85Répondant: E. Berti.

86– D. Münch (TU Berlin) : « La réforme de l’ontologie d’Aristote par Brentano et ses conséquences ».

87Répondant: S. Poggi.

88– C. Majolino (Paris) : « La question des catégories II: de l’ontologie à la grammaire et retour : les catégories selon Trendelenburg, Lotze et Marty ».

89– L. Albertazzi (Trente) : « La psychophysique de l’âme: Aristote, Brentano et Meinong ».

90Répondant: A. Laks.

91– F. Volpi (Padoue) : « Aristote, Brentano, Heidegger ».

92– W. Miskiewicz (Paris) : « Aristote de Prague à Vienne (Bolzano, Zimmermann, Twardoski) ».

93– Jan Wolenski (Cracovie) : « La réception d’Aristote en Pologne autour de 1900 ».

Paléontologie et Développement

94Institut Jacques-Monod (C.N.R.S.), Univ. Paris 6 et Paris 7, Campus Jussieu, 17 oct. 2002.

95Co-organisateurs : Charles Galperin (UMR « Savoirs et textes »), Armand de Ricqlès (Collège de France), Jean-Antoine Lepesant (Institut Jacques-Monod), Jean Deutsch (Univ. Paris 6).

96Nous allons vers une synthèse nouvelle des sciences biologiques comme en témoigne le champ « évolution–développement » constitué récemment. La paléontologie prend part à cet effort d’unification. Quel est son nouvel apport sur l’origine des vertébrés, sur le développement en général ?

Vie et pouvoir chez Foucault

97Université de Lille 3, 13 décembre 2002.

98Organisateurs: Frédéric Keck et Frédéric Worms.

99Cette journée de discussion rassemble des chercheurs en philosophie et en sciences humaines dont le travail croise ou utilise la notion de biopouvoir chez Michel Foucault. Cette notion fait souvent l’objet de références dans le débat intellectuel contemporain dans des sens très différents (Negri, Agamben), mais nous avons pensé qu’il serait bon de préciser quel sens cette notion prend pour nos travaux. Nous voudrions élargir le champ de la notion de biopouvoir en posant plus généralement le problème des rapports entre «vie et pouvoir» chez Foucault, ce qui nous amènerait à nous poser trois questions :

100– En quoi la notion de biopouvoir, l’entrée de la vie dans le régime de pouvoir, invite-t-elle à considérer plus généralement les rapports entre vie et pouvoir ?

101– En quoi le phénomène de la vie et les savoirs dont il est l’objet entrent-ils dans des régimes de pouvoir qui en transforment les configurations ?

102– En quoi la question du pouvoir est-elle rejouée lorsqu’elle prend en compte le phénomène de la vie dans sa normativité propre ?

103Cette journée doit amener à lier entre eux différents domaines qui se croisent dans l’œuvre de Foucault –la médecine, la littérature, la biologie, les sciences humaines, le droit, l’éthique...– en rapport avec le concept de biopouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Colloques et journées d’études », Methodos [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2004, consulté le 23 mai 2017. URL : http://methodos.revues.org/121 ; DOI : 10.4000/methodos.121

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org