Navigation – Plan du site

Texte intégral

La composition de l’Odyssée

1Ce séminaire a repris le problème de la composition de l’Odyssée. Après avoir fait le point sur la critique homérique et analysé les apports essentiels fournis par les études qui se sont intéressées aux codes narratifs mis en œuvre par les traditions de poésie orale, ont été discutés des éléments du poème que la critique a souvent eu tendance à considérer comme superficiellement rattaché à l’ensemble : l’Orestie (rapport entre chants XI et XXIV), les récits de l’intrusion d’Ulysse à Troie faits par Hélène et Ménélas au chant IV, la reconnaissance retardée d’Ulysse par Pénélope. L’étude de ces textes fait apparaître que, loin d’être le signe d’une mise bout à bout de thèmes traditionnels selon une cohérence parfois lâche, les diverses versions proposées sont comme autant d’interprétations possibles au moyen duquel le poème se fabrique, dans un travail continu de réflexivité. Le séminaire reprendra à partir de février 2003.

2Responsable : Philippe Rousseau.

La comédie d’Aristophane : lecture des Thesmophories

3Cette comédie, qui se livre à une satire vigoureuse d’Euripide, est particulièrement intéressante pour tenter de comprendre le rapport qu’entretenaient les différents genres dramatiques et de mieux cerner en quoi consiste le comique. Toutefois, plutôt que de partir de problèmes généraux, nous avons préféré revenir à la matière du texte. Le séminaire s’organise comme un chantier de lecture, nécessaire pour comprendre l’argumentation déployée dans les Thesmophories et pour mettre en évidence les ressorts du comique.

4Réunissant des étudiants de maîtrise, des doctorants, mais aussi des enseignants chercheurs et chercheurs qui travaillent sur différents aspects de la poésie grecque et de la philosophie antique, le séminaire a donc permis de mettre en commun diverses expériences de lecture, ce qui s’est révélé particulièrement utile pour repérer les diverses formes de discours (poésie archaïque, épique, iambique, élégiaque, et discours philosophique) exploitées par Aristophane et la manière dont elles le sont. Le but est aussi de comprendre comment Euripide peut à son tour, dans une tragédie comme les Bacchantes, proposer une parodie des Thesmophories. Ces questions, loin de pouvoir être isolées, sont complémentaires et permettront peut-être de revenir sur les classifications habituelles des genres.

5Le séminaire reprendra en 2002-2003 et permettra de préparer le XIVe colloque international CorHaLi, qui aura lieu à Lille des 12 au 14 juin 2003 : « La tragédie d’Aristophane ».

6Nous poursuivrons notre lecture des Thesmophories, mais aborderons aussi les passages des Grenouilles où la satire d’Euripide est particulièrement significative, et étudierons enfin quelques passages des Nuées qui mettent en scène Socrate. L’objectif est de voir si l’on peut établir une analogie entre la parodie d’Euripide et celle de Socrate: est-on face à deux types de pastiche très différents visant deux aspects importants mais totalement distincts de la vie culturelle de la cité ? Ou la démarche d’Aristophane a-t-elle la même finalité et, dans ce cas, un objectif moins «politique» (la critique d’un genre concurrent, d’une philosophie dangereuse) qu’esthétique (que nous appellerons pour l’instant, faute de mieux, l’élaboration du comique) ?

7Responsables : Fabienne Blaise et Rossella Saetta-Cottone.

Leucippe et Démocrite

8Un séminaire mensuel de doctorants a été consacré à la discussion de quelques grands problèmes relatifs à l’atomisme de Leucippe et de Démocrite. Il s’agissait de mettre à l’épreuve des thèses existantes, qu’elles aient une importance historique pour les travaux lillois (H. Wismann), ou qu’elles aient renouvelé la recherche ces dernières années (P.M. Morel). Quatre grandes questions ont été abordées: 1) Qu’est-ce qu’un atome ; 2) La théorie de la connaissance ; 3) La nature de l’étiologie démocritéenne ; 4) Le statut de l’éthique et des fragments éthiques. Vanessa Kucinska, dont la thèse de doctorat porte sur les principes de la connaissance et la connaissance des principes dans l’ancien atomisme, a assuré deux présentations, l’une consacrée au problème de la connaissance, l’autre à une reconstruction de l’éthique de Démocrite.

9Responsable : André Laks.

La transmission matérielle et intellectuelle de la philosophie ancienne

10Ce séminaire bimensuel, qui a eu lieu d’Octobre 2001 à Février 2002, a cette année encore été consacré à la philosophie présocratique. Après l’introduction générale de l’année passée, nous nous sommes concentrés sur Empédocle. Les séances ont été construites autour de l’évaluation critique des nouvelles données papyrologiques publiées en 1999 par A. Martin et O. Primavesi, sur la base et dans le prolongement de notes publiées ou en cours de publication (voir «Publications»). Il a donné lieu, au mois de mars, à une séance extraordinaire où, devant un public élargi, J. Bollack a présenté le dernier état de sa réflexion sur les Catharmes et a pris position sur les nouveaux fragments.

11Responsable : André Laks.

12Séminaire à l’ENS rue d’Ulm.

Séminaire Lille-Cambridge 2001/2002.

13Le séminaire a porté sur le livre X des Confessions de saint Augustin, et plus particulièrement sur la première partie, qui traite de la mémoire. Il préparait deux journées d’études organisées les 4 et 5 mai 2002 à Lille (la septième rencontre depuis la création de ce séminaire en 1996). Dans les neufs premiers livres, Augustin raconte ce qu’il a été. Dans le livre X, qui constitue un nouveau départ, il se propose de confesser ce qu’il est. La recherche de son vrai moi part d’une certitude première: Augustin aime Dieu. Mais aimer Dieu, c’est aimer quoi? Est alors mise en mouvement une recherche qui conduit Augustin à s’élever jusqu’à Dieu en dépassant les puissances inférieures que sont la vie et la sensation. L’introspection phénoménologique, qui coïncide avec la remontée vers Dieu, le mène ainsi jusqu’aux «vastes palais de la mémoire». La présence universelle de la notion de bonheur en celle-ci (du souvenir du bonheur vrai) prouve la présence de Dieu à la fois dans la mémoire et au-dessus d’elle.

14Au cours des séances de travail préparatoires à la rencontre se sont dégagés plusieurs problèmes et centres d’intérêt :

15– Les Confessions, récit autobiographique ? Le problème du « sujet » et le sens du mot « confessions ».

16– L’usage augustinien des apories et du scepticisme en général pour mieux en arriver à la certitude de l’existence de Dieu.

17– La progression dans le livre X et son statut de traité philosophique.

18– Raisonnement et expérience (transformation de soi).

19– Le rapport des Confessions avec le De trinitate.

20– Mémoire et structure de la réflexivité chez Augustin.

21– Exégèse de soi et exégèse des Écritures (« ego sum qui memini », Conf. 16,25.5 et « ego sum qui sum », Exode 3, 14). En quoi peut-on parler d’un travail d’application sur soi des Écritures ?

22– L’articulation entre la première partie du livre X, consacrée à la mémoire et la seconde partie, consacrée aux tentations.

23– La triade: aimer, se souvenir, comprendre.

Programme de la rencontre 2002

24– Max Weinstein : « Confession and Memory (Conf. X, 1, 1-4, 6) ».

25– Claire Louguet : « La mémoire de l’oubli (16, 24-25) ».

26– Luca Castagnoli : « Recollection and Inquiry Paradox (10, 17-11, 18; 18, 27-19, 28) ».

27– Jean-Pierre de Giorgio : « La notitia du bonheur (21,30-23,34) ».

28– Alexander Long : « Learning God: the transition from philosophy of mind to tentation (26, 37-30, 42) ».

29– Alain Lernould : « Conversion, habitude et crainte. La vérité peut-elle faire peur ? ».

30Liste des participants : (pour Lille) Georges Bolierakis, Elisa Bozzelli, Sylvana Chrysakopoulou, Jean-Pierre de Giorgio, Vanessa Kucinska, Jean-Louis Labarrière, André Laks, Alain Lernould, Claire Louguet, Létitia Mouze, Chiara Palu, Cécile Wartelle; (pour Cambridge) Mantas Adomenas, Dominic Bailey, Luca Castagnoli, Nick Denyer, Alice van Harten, Alexander Long, Christopher Martin, Patricia Kurd, Malcolm Schofield, Robert Wardy, Max Weinstein.

Puissance, mouvement, acte.

31Ce séminaire, programmé pour plusieurs années, qui se déroule en alternance à Paris et à Lille, est centré sur l’étude des trois concepts aristotéliciens dans leurs aspects physiques, métaphysiques, logiques et éthiques. Au cours de l’année universitaire 2001-2002, nous avons principalement étudié les usages du terme dunamis, d’une part dans les diverses littératures spécialisées voisines de la philosophie (rhétorique, médecine, mathématiques) et chez Platon.

Programme 2001-2002

32– Luc Brisson (CNRS) : « La dunamis dans le Sophiste, 247d – 249d ».

33– D. Lefebvre (E.N.S.) : « Le sens de dunamis et son usage dans les clauses restrictives ».

34– Alain Petit (Clermont-Ferrand) : « Philolaos: la dunamis du nombre ».

35– Marie-Paule Duminil : « La dunamis chez Hippocrate ».

36– Marie-Pierre Noël (Montpellier) : « Dunamis et logos chez Gorgias ».

37– Luc-André Dorion (Montréal) : « ‘Vivre en accord avec sa dunamis’ dans les Mémorables ».

38– Francesco Fronterotta : « La dunamis dans le Sophiste, à nouveau ».

39– Karine Tordo-Rombaut.

40– Jean Lallot : « Dunamis et dunamei chez Apollonius Dyscole ».

41– Monique Dixsaut : « Agir, pâtir, différencier: les dimensions platoniciennes de la dunamis ».

42– Bernard Vitrac   «La dunamis mathématique chez Platon ».

43Séminaire commun à l’E.N.S. Ulm (D. Lefebvre), à l’Université Paris-I (A.Jaulin, P.-M. Morel) et à l’Université de Lille-III (Michel Crubellier).

Science et Philosophie au Moyen Âge

44Ce cycle de conférences organisé à l’UFR de Philosophie a étudié le rapport de la philosophie à la science au Moyen Âge, à partir de problèmes spécifiques, de sorte que les problèmes de l’unité et de la cohérence de la réflexion scientifique médiévale soient abordés non pas abstraitement, mais comme « saisis sur le fait », concrètement. Ceci est d’autant plus nécessaire que telle ou telle question particulière (le statut du corps mort du Christ entre la Passion et la Résurrection; la réflexion sur le concept de vitesse ou le problème de l’infini) se trouve, à chaque fois, au croisement d’une interrogation, philosophique, logique, mathématique et souvent théologique. Au centre de ce cycle de conférences se situe le problème de la méthode, selon une double direction de recherche: la réflexion sur le discours sur la nature et l’interrogation sur l’être de la nature. Le processus d’élaboration d’une méthode scientifique engage en fait une vaste entreprise de réflexion sur les dispositifs linguistiques et logiques qui sont à même d’établir un «discours sur la nature»: comment fonder un langage conceptuel ? Quels sont les critères logiques de la vérité des énoncés scientifiques ? Ces dispositifs sont-ils applicables à la théologie ? Mais la réflexion sur le « discours naturel » amène à reprendre et à reformuler des questions anciennes comme: le mouvement est-il une réalité séparée du corps mobile ? L’espace est-il une réalité distincte du corps, dont il est la limite, est-ce la dernière partie d’un corps contenant ou est-ce ce corps contenant lui-même ? Comment définir l’infini ? Y a-t-il plusieurs formes d’infini, de même qu’il y a plusieurs formes de la puissance ? Jusqu’à quel point l’infini est-il impossible ? Notre objectif principal est de souligner l’importance, souvent négligée, de la réflexion sur la science au Moyen Âge, et d’éclaircir ses liens à la réflexion proprement philosophique. Pour ce faire, nous avons conçu cet ensemble de conférences comme un cycle introductif, qui ne demande pas au public une connaissance préalable de la pensée médiévale.

45Responsables : Jean Celeyrette et Fosca Mariani Zini.

Programme

46– Gérard Simon (Lille 3) : « Y a-t-il une science médiévale ? ».

47– Jean-Luc Solère (CNRS, Paris, Université de Louvain) : « L’œil était-il dans la tombe ? Entre philosophie et théologie, le statut du corps mort du Christ ».

48– Jean Celeyrette (Lille 3) : « ‘Velocitas’: parle-t-on de vitesse au Moyen Âge ? ».

49– Edmond Mazet (Lille 3) : « Les problématiques de l’infini ».

50– Sabine Rommevaux (CNRS, UMR 8519 Lille) : « À propos de la denominatio d’un rapport au XIIIe et au XIVe siècles ? »

51– Joël Biard (Université de Tours) : « Logique, sémantique et ontologie au XIVe siècle : Ockham et Buridan ».

52– Irène Rosier-Catach (CNRS, Paris) : « Les conceptions linguistiques et sémiotiques de Roger Bacon ».

53– Fosca Mariani Zini (Lille 3) : « Soigner après la peste : médecine et philosophie entre Moyen Âge et Humanisme ».

Séminaire d’Histoire des Mathématiques : Antiquité, Moyen Age, Renaissance.

54Le séminaire a pour objet l’histoire des sciences mathématiques au sens ancien du terme. Les mathématiques incluent donc, dans cette perspective, non seulement l’arithmétique, la géométrie et l’algèbre, mais aussi l’astronomie, la musique ou l’optique, etc. Nous nous situons avant la mise en place des nouveaux calculs différentiel et intégral et avant l’utilisation systématique des notations symboliques de l’époque moderne. Il s’agira donc, pour l’essentiel, de mathématiques rédigées en langue naturelle, souvent transmises sous forme manuscrite, avec tous les problèmes que cela soulève.

55Une des thématiques principales du séminaire sera l’étude de la transmission, de la réception et de la transformation des Éléments d’Euclide, de l’Antiquité à la Renaissance, avec un accent particulier mis sur la période médiévale, arabe et latine, trop souvent négligée. Les questions abordées seront mathématiques, épistémologiques, philologiques, historiques ou historiographiques.

56D’autres enquêtes comparatistes, concernant les mathématiques d’aires non européennes, ou thématiques feront l’objet de certaines séances du séminaire, voire de journées d’études dont l’objectif et l’audience seront, de fait, plus larges.

57Responsables : Sabine Rommevaux (UMR « Savoirs et Textes ») ; Bernard Vitrac (Centre Gernet) ; Ahmed Djebbar (Lille I).

Programme 2002-2003

58Le programme de cette année fait une large place aux Éléments d’Euclide. Plusieurs séances seront consacrées à Christopher Clavius (1538-1612), professeur de mathématiques au Collegio Romano. Son édition des Éléments forme une somme, dont l’importance est loin d’être négligeable non seulement pour l’histoire de l’enseignement des mathématiques, mais tout autant pour l’histoire du texte des Éléments. Ensuite, une journée d’étude consacrée au livre V, dont l’objet est la célèbre théorie des proportions, nous permettra d’aborder certains problèmes posés par son contenu même, par sa transmission aux mondes arabe et latin et sa réception – les trois aspects étant souvent liés.

59Par ailleurs, deux séances seront consacrées, d’une part aux preuves alternatives que l’on peut trouver dans les manuscrits grecs puis arabes et latins des Éléments, d’autre part aux livres XIV et XV, non euclidiens, qui posent des problèmes spécifiques de transmission textuelle. Un exposé sera consacré à la réception de la géométrie euclidienne dans un manuscrit andalou du XIe siècle. Nous aborderons aussi d’autres aspects des mathématiques de langue arabe, en particulier la géométrie de l’arpentage et l’algèbre à partir d’un manuscrit andalou du Xe siècle. Et nous nous plongerons dans une aire culturelle non européenne, celle de la Chine, en nous interrogeant sur les liens entre astronomie et mathématiques.

60Enfin, lors de deux journées d’étude, nous aborderons un des thèmes les plus débattus au Moyen Âge, celui du continu. Nous examinerons les problèmes soulevés non seulement dans la tradition aristotélicienne de la philosophie naturelle, mais aussi du point de vue des mathématiques et de la théologie.

61Jeudi 10 octobre 2002, 14h-16h

62– Sabine Rommevaux (CNRS, Lille) : Présentation générale du commentaire de Clavius au livre V des Éléments.

63Jeudi 14 novembre 2002, 14h-16h

64– Sabine Rommevaux (CNRS, Lille) : « La théorie des médiétés dans l’Arithmétique de Jordanus, le commentaire de Clavius aux Éléments, et l’Algèbre de Clavius ».

65Samedi 7 décembre, 10h-17h: Journée d’étude sur le livre V des Éléments d’Euclide

66– Bernard Vitrac (CNRS, Paris) : « Quelques scholies grecques sur les définitions du livre V ».

67– Ahmed Djebbar (Université Lille I) : « Les définitions du livre V dans la tradition arabe d’Ishaq Thabit ».

68– Fabio Acerbi (Université de Rome) : « La généralité mathématique dans le livre V des Éléments : les données de la tradition arabo-latine ».

69– Sabine Rommevaux (CNRS, Lille) : « La définition de la similitude des rapports dans le commentaire de Clavius au livre V des Éléments ».

70Jeudi 9 janvier, 14h-16h

71– Bernard Vitrac (CNRS, Paris) : « Les preuves alternatives dans les Éléments d’Euclide ».

72Jeudi 6 février, 14h-16h

73– Jean-Claude Martzloff (CNRS, Paris) : «L’apport de l’astronomie mathématique à l’histoire des mathématiques: le cas de la Chine ».

74Jeudi 13 mars, 14h-16h

75– Youcef Guergour (Université d’Alger) : « La géométrie euclidienne dans un traité andalou du XIe siècle ».

76Vendredi 4 avril, 14h – Samedi 5 avril, 17h: Journées d’étude sur le continu.

77– Waschkies (Université de Kiel) : « Interactions between mathematics, astronomy and philosophy in the time of Eudoxus and Aristotle ».

78– Bernard Vitrac (CNRS, Paris) : « Les arguments mathématiques contre l’atomisme en Grèce ancienne ».

79– Paul Bakker (Université de Nimègue) : « Les traités De continuo attribués à Guiral Ot ».

80– Christophe Grellard (Université Paris I) : «Le statut du continu dans le De Indivisibilibus de Nicolas d’Autrécourt ».

81– Joël Biard (Université de Tours) : « Le mouvement des anges et le continu ».

82– Jean Celeyrette (Université Lille III) : « Le continu et les atomistes infinitistes I ».

83– Edmond Mazet (Université Lille III) : « Le continu et les atomistes infinitistes II ».

84– Sabine Rommevaux (CNRS, Lille) : « Le De continuo de Thomas Bradwardine ».

85– Bernard Joly (Université Lille III) : « La conception corpusculariste de la matière dans l’alchimie médiévale ».

86Jeudi 15 mai, 14h-16h

87– Ahmed Djebbar (Université Lille I)  « Géométrie d’arpentage et procédures algébriques dans un manuscrit andalou du Xe siècle ».

88Jeudi 12 juin, 14h-16h

89– Bernard Vitrac (CNRS, Paris) : « Les livres XIV et XV des Éléments ».

90Pour tout renseignement contacter: Sabine Rommevaux, UMR 8519 « Savoirs et Textes », Maison de la recherche, Université Lille III, BP 149, 59653 Villeneuve d’Ascq cedex (rommevaux@univ-lille3.fr) ; Bernard Vitrac, Centre Gernet, UMR 8567, 10 rue Monsieur le Prince, 75006 Paris (gernet@ehess.fr) ; Ahmed Djebbar, Département de Mathématiques, Université de Lille I, 59655 Villeneuve d’Ascq cedex (ahmed.djebbar@wanadoo.fr) .

Conférences-débats « Histoire de l’astronomie »

91Il s’agit de présenter à des non-spécialistes les grandes étapes et les débats qui ont jalonné l’histoire de la représentation du Ciel par les hommes, des philosophies antiques à nos conceptions modernes.

92Responsable: Bernard Maitte.

93Lieu: USTL Culture

94Public: étudiants, professeurs de l’enseignement secondaire.

Programme automne 2001

95Mardi 30 octobre :  «L’astronomie antique et chaldéenne ».

96Avec James Ritter (Université de Paris VIII), et Edmond Mazet (Université de Lille 3, UMR 8519 Savoirs et Textes).

97Mardi 13 novembre:

98« L’astronomie arabe et médiévale ». Avec Ahmed Djebbar (USTL), Jean-Claude Pecker (professeur honoraire au collège de France, Membre de l’Institut) et Robert Gergondey (USTL).

99Mardi 27 novembre:

100« L’astronomie à la Renaissance ». Avec Jean-Pierre Legoff (IUFM de Basse-Normandie et IREM de Basse-Normandie), Jean-Pierre Verdet, astronome et Philippe Louguet, architecte, urbaniste.

101Mardi 4 décembre:

102« L’astronomie classique de Descartes à Laplace ». Avec Fabien Chareix (USTL), et François de Gandt (Lille III).

103Mardi 18 décembre:

104« L’astronomie aujourd’hui ». Avec André Brahic (Directeur de l’équipe Gamma-Gravitation, centre d’études de Saclay).

Cartésianismes (I). L’héritage du système cartésien

105Que devient le système de Descartes dans l’histoire de son immédiate succession  Peut-on identifier clairement ce qu’il est convenu d’appeler le « cartésianisme » à travers la réception plus ou moins heureuse du texte cartésien au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles ? Il se pourrait bien que le terme même de cartésianisme n’ait qu’un sens rétrospectif et ne désigne qu’une catégorie sans objet tant sont multiples les usages du système cartésien, c’est-à-dire des thèmes sans lesquels la dogmatique cartésienne ne peut prétendre à l’unité d’un système.

106Le séminaire s’est tenu en alternance à Lille 3 (Maison de la Recherche) et à l’Institut Universitaire de France, 103 Bd Saint-Michel, à Paris.

107Séminaire organisé par Fabien Chareix (Lille 1-UMR « Savoirs et textes » et CCHSE) et Emmanuel Bury (UVSQ-IUF).

Programme 2001-2002

108– Stéphane Vandamme (CNRS Centre Koyré) : « La fabrique de Descartes ».

109– André Charrak (Paris I) : « La théorie de la substance et les fondements de la physique cartésienne ».

110– Michel Fichant (Paris IV) : « L’idée de système dans la physique de Leibniz ».

111– Emmanuel Bury (UVSQ-IUF) : « L’ombre de Descartes  les méandres d’une réception inaboutie (1650-1720) ».

112– Alan Gabbey (Barnard-Columbia) : « Les vérités éternelles chez Spinoza ».

113– Gianfranco Mormino (Milan) : « La crise de la notion d’antypia aux XVII et XVIIIe siècles ».

114– Frédéric de Buzon (Paris XII) : « La doxa cartésienne dans les positions anticartésiennes de Leibniz ».

Les grands débats scientifiques initiés au XIXe siècle

115Ce séminaire a pour buts de présenter, de mettre en perspective et en débats des grands thèmes qui amenèrent un renouvellement de la pensée scientifique au XXe siècle. Les contextes scientifiques et philosophiques de leur émergence au XIXe siècle sont particulièrement travaillés.

116Responsable: Bernard Maitte.

117Séminaire 2001-2002 du Centre Commun d’Histoire des Sciences et d’épistémologie de Lille I, UMR 8519 Savoirs et Textes.

Programme

118– Fabien Chareix : « Auguste Comte et le scientisme ordinaire ».

119– Bernard Maitte : « Le problème de l’éther ».

120– Gilles Denis : « Pasteur, les microbes et la maladie ».

121– Rudolf Bkouche : « La notion d’espace de Riemann à Einstein et Weyl ».

122– Robert Locqueneux : « La querelle de l’atomisme ».

123– Patrick Matagne : « La fondation de l’écologie ».

124– Bernadette Bensaude-Vincent : « Les éléments chimiques et leur classification ».

125– Bernard Pourprix: « Cultures et traditions nationales en physique au XIXe siècle ».

126– Robert Gergondey: «Les invariants et la géométrie».

Atelier d’Épistémologie des Sciences Biologiques

127Organisé par Jean Gayon (Univ. Paris 1), Ch. Galperin (UMR « Savoirs et textes »), l’Institut Pasteur, La Fondation Mérieux et le Max-Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte, sur l’initiative de la Société d’Histoire et d’Épistémologie des Sciences de la Vie (SHESVIE).

128Atelier 2002 : « La Dynamique des disciplines Biologiques: Classification, Embryologie, Génétique ».

129Institut Pasteur, 25-18 Rue du Dr Roux, Paris, 75015, 26 et 27 nov. 2002.

130Les disciplines scientifiques se transforment très rapidement dans les sciences biologiques: hommes de sciences, historiens, épistémologues jettent un regard critique sur ces transformations et ces créations.

La Clavis Scripturae Sacrae de Matthias Flacius Illyricus (1567) : de l’exégèse luthérienne à l’histoire de l’herméneutique.

131Ce séminaire se déroule sur trois ans (2000-2003) les 2e et 4e lundis de chaque mois, de 16h-18h. à l’E.P.H.É. (Ve Section: Sciences religieuses), 45-47, rue des Écoles – 75005 Paris – Sorbonne, Esc. E, 1er étage.

132La Clavis Scripturae Sacrae de Matthias Flacius Illyricus (1520-1575) passe généralement pour la première grande codification de l’exégèse luthérienne après la mort de Luther; elle est en outre considérée comme une étape importante dans l’histoire moderne de l’herméneutique, entendue comme science des règles de l’interprétation. C’est sous ce double aspect que le texte sera étudié, au croisement de plusieurs histoires: histoire religieuse, histoire de la rhétorique et de l’herméneutique, histoire de la philosophie.

133Largement inconnue dans le domaine français, la Clavis s’est pourtant imposée comme un manuel de référence dans le monde luthérien: parue d’abord en 1567, elle connut sept rééditions jusqu’en 1719. Le fait est d’autant plus remarquable que son auteur n’a pas joui de la même faveur: d’abord professeur d’hébreu à Wittenberg, puis chef de file des luthériens de la plus stricte obédience, Flacius fut rapidement compté comme hérétique en raison d’une fidélité au Réformateur poussée jusqu’à l’obsession. La Clavis se ressent des débats menés autour de l’hérésie « flacienne », en particulier sur la doctrine du péché originel. Sa théorie de l’interprétation de la Bible repose toutefois pour l’essentiel sur deux intuitions de Luther auxquelles elle a contribué à donner leur forme canonique: le choix de la distinction entre Loi et Évangile comme distinction fondamentale, « clé » de toute l’Écriture, et l’affirmation de la clarté de la Bible, qui rend superflu le recours à la tradition de l’Église en matière d’interprétation. Ce sont ces deux propositions fondamentales de l’exégèse luthérienne qu’il faudra d’abord étudier dans leur formulation précise, en les replaçant dans leur contexte, qui est non seulement celui des controverses internes au luthéranisme, mais aussi celui d’une réponse aux décisions théologiques du Concile de Trente.

134Les dimensions de la Clavis imposent des choix, qui devront cependant permettre de circuler dans l’ensemble de l’œuvre. On choisira donc de lire et de traduire de façon suivie, en vue d’une publication, le premier traité (sur sept) de la seconde partie, De ratione cognoscendi sacras literas. L’énumération qui y est faite des causes de la difficulté de la Bible, de ses « remèdes » et des « règles pour la connaissance de l’Écriture sainte, tirées d’elle-même », devra cependant être complétée par les remarques des autres traités sur la rhétorique et le style de la Bible, ainsi que sur les règles de la dispute exégétique.

135Le présent travail sur la Clavis se conçoit également comme une réflexion sur l’histoire et l’historiographie de l’herméneutique, à partir des auteurs et des textes qui, dans la tradition allemande, de Dilthey à Gadamer, ont réservé à ce texte une place particulière.

136Avec Flacius, on se propose d’examiner un certain de nombre de questions devenues classiques sur la périodisation de l’histoire de l’herméneutique : la distinction entre herméneutiques « ancienne » et « moderne », les origines bibliques et confessionnelles d’un courant philosophique qui a profondément marqué la modernité.

137Coordination : Philippe Büttgen (CNRS Villejuif) et Denis Thouard (CNRS Lille)

La philosophie au sens large

138Groupe de travail animé par Pierre Macherey.

139Les exposés sont disponibles sur le site web de l’UMR (http://www.univ-lille3.fr/​set). Les textes de l’année 2000-2001, y compris ceux concernant « L’homme ravagé » (Zola, Le docteur Pascal, Panizza, Le concile d’amour), qui n’ont pu être présentés en fin d’année, peuvent également être consultés sur ce site.

Programme 2001-2002

140– 24 octobre : « Im Anfang war die Tat – L’homme productif: La deuxième thèse sur Feuerbach » (Pierre Macherey).

141– 31 octobre : « Im Anfang war die Tat – L’homme productif» (suite) : Feuerbach, Principes de la philosophie de l’avenir » (P. M.).

142– 7 novembre : « Les formes en philosophie: l’exemple de la forme dialogue. Étude comparée de son emploi par Descartes et Leibniz » (F. Cossutta).

143– 14 novembre : « La réflexivité des mathématiques: Gödel et Cavaillès » (P. Cassou-Noguès).

144– 21 novembre : « Im Anfang war die Tat – L’homme productif (suite) : Cieskowski, Prolégomènes à l’historiosophie, B. Bauer, La trompette du jugement dernier » (P. M.).

145– 28 novembre : «Im Anfang war die Tat – L’homme productif (suite) : M. Hess, La triarchie européenne » (P. M.).

146– 5 décembre : Phénoménologie et sociologie (sous la direction de J. Benoist et B. Karsenti): présentation de F. Keck, en présence de B. Karsenti.

147– 12 décembre : « Foucault, Herméneutique du sujet » (S. Legrand).

148– 19 décembre : « Althusser et le jeune Marx » (P. M.).

149– 9 janvier : « Im Anfang war die Tat – L’homme productif. Marx, lettres à Ruge, 1843 » (P. M.).

150– 16 janvier : « Im Anfang war die Tat – L’homme productif: Marx, La question juive I » (P. M.).

151– 23 janvier : « Im Anfang war die Tat – L’homme productif: Marx, La question juive IIa ». Suivi d’une « Note complémentaire sur l’homme atomisé de la société civile » (P. M.).

152– 30 janvier : « Im Anfang war die Tat – L’homme productif: Marx, La question juive IIb » (P. M.).

153– 13 février : « Ce que c’est, pour moi, la philosophie »: le point de vue de Jean Celeyrette.

154– 20 février : « Le potlatch de Mauss à Bataille » (S. Bloc).

155– 27 février : « Im Anfang war die Tat – L’homme productif: Marx, Introduction à la critique de la philosophie du droit de Hegel a » (P. M.).

156– 6 mars : « Im Anfang war die Tat – L’homme productif: Marx, Introduction à la critique de la philosophie du droit de Hegel b » (P. M.).

157– 13 mars : « J. Bollack, Poésie contre poésie : Celan et la littérature »: présentation par P. Judet de La Combe.

158– 20 mars : « La Fontaine et Spinoza » (J. P. Babin).

159– 27 mars : « Le style des philosophes » (A. Lhomme).

160– 17 avril : « Ce que c’est, pour moi, la philosophie »: le point de vue de Bernard Joly.

161– 24 avril : « Foucault croise Marx » (Philippe Asiai).

162– 15 mai : « Im Anfang war die Tat – L’homme productif (suite) : Engels, « Critique de la Nationalökonomie’ (1844) (1) » (P. M.).

163– 22 mai : « Im Anfang war die Tat – L’homme productif (suite) : Engels, « Critique de la Nationalökonomie » (1844) (2)» (P. M.).

164– 9 mai : « En marge d’un livre possible : lectures incidentes » (Pierre Macherey).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Séminaires », Methodos [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2004, consulté le 24 mai 2017. URL : http://methodos.revues.org/120 ; DOI : 10.4000/methodos.120

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org