Navigation – Plan du site

Texte intégral

Congrès d’histoire des sciences et des techniques

1Université de Lille III (Maison de la Recherche), 24-26 mai 2001.

2Le premier congrès d’histoire des sciences et des techniques en France, organisé conjointement par la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques et l’UMR « Savoirs et Textes », s’est tenu à la Maison de la Recherche de l’Université de Lille III du 24 au 26 mai 2001.

3L’idée d’organiser un tel congrès était venue du constat d’un décalage entre l’importance des travaux d’histoire des sciences et des techniques en France aujourd’hui, notamment dans les centres de recherche du CNRS et des universités, et la situation toujours problématique de l’enseignement de l’histoire des sciences dans les établissements d’enseignement secondaire et supérieur. Il s’agissait donc d’offrir à la communauté des historiens français des sciences et des techniques un moment et un lieu où ils puissent se rencontrer et manifester publiquement la vitalité et la diversité de leurs recherches.

4Pendant trois jours, près de trois cents chercheurs ont participé aux ateliers de sept sessions :

5–enseignement de l’histoire des sciences et des techniques ;

6–histoire des techniques, des cultures matérielles et des industries ;

7–histoire des sciences du vivant et de leur environnement ;

8–histoire de la physique, de la chimie et des sciences de l’univers ;

9–les matériaux de l’histoire ;

10–histoire des mathématiques, de la logique et de l’informatique ;

11–histoire des acteurs, des réseaux et des institutions.

12Dans chacune de ces sessions, les communications présentées ont permis de prendre la mesure des avancées de la recherche dans les différents domaines, en situant les travaux français dans le cadre des recherches et problématiques internationales. Elles ont aussi offert un échantillon des méthodes mises en œuvre et des résultats originaux obtenus par de jeunes chercheurs dont les productions renouvellent souvent de manière radicale les perspectives traditionnelles dans les différents champs de l’histoire des sciences et des techniques.

13Sept séances plénières ont permis à l’ensemble des participants de dépasser les bornes de leur spécialité et de tisser des liens fructueux entre des domaines de recherche qui jusque-là se méconnaissaient. Elles ont aussi permis de présenter une image très positive des développements de la discipline en France devant les représentants invités des sociétés d’histoire des sciences de plusieurs pays européens.

14Les actes de ce congrès seront prochainement publiés par la SFHST-CDHT, 5 rue du Vertbois, 75141 Paris Cedex 03.

Le fou, le primitif, le mystique, l’enfant. Entre sciences humaines, littérature et philosophie en France (1930-1940)

15Université de Lille III (Maison de la Recherche), samedi 12 mai 2001.

16Le but de cette demi-journée, organisée par Isabelle Kalinowski, Frédérick Keck, Stéphane Legrand et Philippe Sabot, était de s’interroger sur l’usage conjoint de quatre catégories dans la France des années 1930-1940 : le fou, le primitif, le mystique, l’enfant, à partir de leur critique dans les années 1950, par exemple chez Lévi-Strauss, qui nous les a rendues désuètes. À travers l’examen des usages (subversifs, empiriques, idéologiques, ...) de ces catégories, on a tenté de comprendre ce qu’elles ont pu permettre de penser dans leur conjonction, un objet impossible ou un sol primordial.

17On a questionné aussi la notion d’expérience à laquelle ces catégories sont souvent liées, expérience paradoxale dont on a analysé les différents modes de construction. Cette réflexion collective, à l’articulation des sciences humaines, de la littérature et de la philosophie, a été aussi une occasion de débattre des problèmes rencontrés dans la lecture de textes de natures très diverses et appartenant à un passé proche.

Programme

18–Isabelle Kalinowski : « Le fou, le primitif, le mystique, l’enfant : de la Revue philosophique aux revues littéraires d’avant-garde des années 1930, un renversement de catégories ».

19–Philippe Sabot   « Les surréalistes et l’art nègre ».

20–Frédéric Keck : « Mentalité primitive et expérience mystique chez Lévy-Bruhl, Bergson et Bataille ».

21Stéphane Legrand : « ‘Le dressage des dégénérés’, portraits du malade mental en criminel, en animal, en sauvage, en enfant et en visionnaire dans la psychopathologie du XIXe siècle (1857/1907) ».

Migrations conceptuelles

22Université de Lille III, 23 octobre 2001.

23Responsable : Laurent Fedi.

24La philosophie est riche de concepts migrateurs. Des concepts comme ceux d’organisme, de structure, de fonction, de révolution témoignent de déplacements transdisciplinaires qu’il est difficile de ne pas considérer comme problématiques, étant donné qu’ils n’obéissent manifestement à aucun protocole clairement définissable. Il n’est pas sûr d’autre part que la métaphorisation que l’on évoque parfois pour délimiter ce phénomène vienne à bout de l’explication. N’a-t-on pas plutôt affaire à une forme de nomadisme, si l’on peut se permettre une autre métaphore ? Quoi qu’il en soit, la somme de malentendus que les migrations de concepts ont pu susciter laisse entrevoir l’existence d’une zone de confusion au sein de la philosophie, ou sur ses marges –en ces lieux où elle côtoie les mathématiques, la physique, la biologie, et au contact des sciences humaines. À l’origine de ce colloque, il y a la conviction que la philosophie doit effectuer un retour sur elle-même, non à des fins d’autocélébration, mais dans la perspective d’un regard critique porté sur ses propres modes de discours.

Programme

Théories et méthodes

25–Jean-Michel Salanskis (Paris X) : « Migrations conceptuelles ou connivences idéelles ? »

26La lecture intelligente des documents de l’esprit conduit naturellement à faire l’hypothèse de migrations conceptuelles. Observant qu’un terme dans sa littéralité passe d’un champ à l’autre, et qu’une partie au moins du contenu notionnel associé se maintient d’un usage à un autre, il paraît normal de juger que quelque concept a fait le voyage du premier domaine jusque dans le second. Pourtant, cette formulation ne va pas de soi, pour deux raisons évidentes :

27a) Il n’est pas innocent et si facilement justifiable jusqu’au bout, bien que ce soit sans doute, en même temps, irrépressible voire nécessaire, d’user de la métaphore géographique pour décrire et qualifier les spécialisations de l’esprit. Mais il faudrait pourtant qu’il y ait une topologie des régions de l’esprit pour qu’il y ait «vraiment» voyage possible des concepts.

28b) Le passage lui-même d’un usage à un autre semble dépendre d’une causalité d’influence. Cette causalité peut-elle être envisagée comme une véritable causalité ? Si oui, est-elle d’un type tel que l’idée d’un déplacement (continu ?) du concept soit tenable? Ou opère-t-elle plutôt dans un registre complètement hétérogène, dans une sorte de sous-sol anthropologique et temporel, en telle sorte que le concept atterrit de façon instantanée en un autre lieu sans avoir transité à la surface de l’espace des formations spirituelles ?

29Ma propre expérience de quelques cas –où une notion est pensée à la fois dans plusieurs champs, au fil d’une période repérable– m’invite plutôt à faire l’hypothèse d’une connivence idéelle propre à certaines périodes de l’esprit, à certaines configurations historiales. Cette connivence rend plausible que le même mot soit utilisé par les adeptes de savoirs ou genres différents pour faire valoir des contenus apparentés, sans que nous ayons à proprement parler à concevoir une migration. Dans cette conférence, on exploite un ou plusieurs des trois exemples suivants : la figure temporelle du continu dans le moment 1900; le concept d’actualisation dans la seconde moitié du XXe siècle; le slogan « constructiviste » du XXe siècle.

30–Laurent Fedi (UMR 8519) : « De la conceptuologie à la problématologie ».

31On s’efforce de voir dans les migrations conceptuelles des transferts en eux-mêmes significatifs. On tente d’établir que ces transferts témoignent de glissements de problématique liés à différents contextes de pensée. Le moyen le plus sûr d’accéder au sens de ces glissements est peut-être de renvoyer le concept à l’usage qui, à chaque reprise, le stabilise provisoirement, lui conférant une portée et une valeur explicative déterminées. On est ainsi renvoyé à une question de fond, celle de savoir à quels usages se prêtent les concepts en philosophie. Or cette question, à bien y regarder, nous oriente vers le rapport que la philosophie entretient à l’égard des problèmes. Une histoire des théories trop linéaire, où les doctrines se succéderaient à la surface de leurs discours, suivant le tracé simple de leurs arêtes maximales, risquerait de faire oublier ce qui motive, en amont, l’acte de philosopher. Affirmons-le brièvement : chaque philosophie répond à des questionnements qui n’ont de sens qu’à l’intérieur d’une séquence historique, sociale et culturelle donnée. Le propre de la philosophie est de s’approprier ces questionnements selon une dynamique précise qui consiste dans une problématisation singulière opérant des agencements inédits à partir de déplacements conceptuels. La conceptuologie appelle donc une problématologie.

32Pour ressaisir les glissements de sens du concept dans leur signification essentielle, il faut restituer chaque concept dans les agencements spéciaux correspondant à chacun de ses usages, mais aussi remonter aux problèmes que ces agencements permettent, chacun, de résoudre, étant entendu qu’ils existent principalement pour remplir cette fonction résolutive. Et les problèmes exigent à leur tour d’être rapportés à la séquence qui leur donne sens et acuité. On tente d’en faire la démonstration à partir de deux exemples, celui de l’inconscient et celui du fétichisme, le premier étant intéressant pour son évolution intradisciplinaire et le second pour ses usages transdisciplinaires. On appellera problématologie l’étude qui s’occupe de la relation qui s’établit entre les concepts et les séquences et qui passe par les problématisations, celles-ci étant comprises au sens d’un acte d’appropriation et de mise en forme ou d’énonciation de problèmes que la philosophie a pour tâche essentielle de poser. On tentera de jeter les bases d’une telle problématologie, en soulignant le parallèle qui peut être établi entre cette discipline et les démarches de l’archéologie, au sens premier de l’archéologie de terrain.

Science et philosophie. Parcours migratoires

33–Étienne Bimbenet (Paris I) : « La création continuée du concept de forme dans l’œuvre de Merleau-Ponty ».

34Avant d’être un concept puissamment opératoire dans le champ de la philosophie merleau-pontienne, la « forme » est une notion empruntée à la psychologie expérimentale de l’École de Berlin. Dira-t-on alors que la philosophie de Merleau-Ponty hérite passivement d’une certaine psychologie, et qu’une telle pensée ne doit son originalité qu’aux seules innovations du travail scientifique ? L’espace philosophique ouvert par Merleau-Ponty s’appuie en réalité sur une étonnante économie d’emprunts et d’appropriations qui fait, paradoxalement, l’originalité de ses concepts.

35À tous égards fondateur dans l’œuvre de Merleau-Ponty, le concept de forme en fournit une remarquable illustration. Depuis son emprunt à la « Gestalt » des psychologues de l’École de Berlin, sa révision à travers l’« Aufbau » de la biologie de Kurt Goldstein, et jusqu’à son détournement dans le diacritique de la linguistique saussurienne, on peut dire en effet que la forme n’a cessé de nouer l’unité dynamique d’un sens inédit. C’est ce travail de création continuée dont nous voulons suivre ici le fil, en considérant par conséquent que pour Merleau-Ponty l’emprunt et l’originalité ne font pas alternative : la puissance d’innovation de cette pensée se mesure exactement à sa disponibilité à l’égard du travail scientifique.

36–Pierre Cassou-Noguès (CNRS, UMR 8519) : « L’auto-mate spirituel ».

37Le concept d’automate a été l’objet de plusieurs déplacements : de la mécanique à la métaphysique, avec Spinoza et Leibniz; de la mécanique à la logique et à la philosophie de l’esprit depuis Turing et von Neumann. Le but de l’exposé est d’étudier comment, depuis les années 30, le concept d’automate s’est déplacé de la mécanique à la logique, puis de la logique à la philosophie de l’esprit et, dès lors, dans quelle mesure il donne sens à cet oxymoron : « automate spirituel ».

38–Philippe Buttgen (CNRS).

39–François de Callataÿ (EHESS, Cabinet des Médailles de Bruxelles).

Journées d’étude sur « La réception des Éléments d’Euclide au Moyen Âge et à la Renaissance »

40Université de Lille III, 14-16 mars 2002.

41Dans le prolongement des travaux du séminaire d’histoire des mathématiques, et afin de les élargir, deux journées d’étude seront organisées par Sabine Rommevaux (CNRS, UMR 8519). Sont déjà prévus les exposés suivants :

42–Sonia Brentjes (Berlin) : « Ms Mumbai, Mulla Firuz R. I. 6 : (a copy of) the oldest known variant of an Arabic version of Euclid’s Elements ? ».

43–Tony Levy (CNRS) : « Les Éléments d’Euclide au Moyen Âge : le témoignage des textes hébraïques ».

44–Mohammed Abattouy (Fès, Berlin) : « Une relation mathématique dans le royaume de la mécanique : le rapport inverse ou ‘nisba mutakafi’a’ dans la tradition arabe ».

45–Bijan Vahabzadeh (Genève) : « Le commentaire d’an-Nayrizi sur les définitions du cinquième livre des Éléments ».

46–Anne Petrov (Paris) : « Les cinq dernières leçons mathématiques d’Isaac Barrow sur la théorie des proportions ».

47–Jean-Luc Solère (CNRS) : « L’ordre axiomatique comme modèle d’écriture philosophique dans l’Antiquité et au Moyen Âge ».

48–Max Lejbovicz (CNRS)  « L’Euclide scolaire médiéval ».

49–Jean-Marie Nicolle (Rouen) : « L’enseignement d’Euclide au XIVe siècle : le manuel de géométrie de Jean de Murs, De arte mesurandi ».

50–Bernard Vitrac (CNRS), avec la participation d’Ahmed Djebbar (Paris) : « Quelques exemples de scholies en relation avec l’histoire du texte des Éléments d’Euclide ».

51–Édouard Mehl (Strasbourg) : « Les enjeux interprétatifs de la scolie de la proposition 18 du livre XIII jusqu’à Kepler et Descartes ».

52–Jean Celeyrette et Edmond Mazet (Lille) : « L’étude du mouvement « tanquam penes causam » et « tanquam penes effectus » dans les Ques-tions sur la Physique d’Oresme et le Tractatus proportionum d’Albert de Saxe ».

53–Joël Biard (Tours) et Sabine Rommevaux (Lille) : « Les questions de Blaise de Parme sur le Tractatus de proportionibus de Bradwardine ».

Aristote au XIXe Siècle

54Lille (Maison de la Recherche), 26-28 septembre 2002.

55Le colloque, organisé par l’UMR « Savoirs et textes » (Denis Thouard, avec la collaboration d’André Laks, Michel Crubellier, Myriam Hecquet), durera deux journées et demie, avec un nombre limité d’interventions (deux par demi-journées) dont les textes seront distribués au préalable aux participants, afin de préserver autant de temps que possible pour la discussion. En vue d’une publication prévue et nécessaire en raison de la relative nouveauté du thème, les participants qui n’interviendront pas seront invités à proposer une contribution.

56Alors que la « réception » de Platon au XIXe siècle et les diverses tentatives de réactualisation de sa pensée aussi bien à l’époque de « l’idéalisme allemand » que dans le mouvement « néo-kantien » ont suscité depuis longtemps l’intérêt des historiens de la philosophie, on peut considérer que la réception d’Aristote a été relativement négligée. On a fêté l’événement constitué par la traduction des dialogues de Platon par Schleiermacher, entre 1804 et 1828, mais on a accordé beaucoup moins d’attention à la nouvelle édition du texte de la Métaphysique d’Aristote entreprise par Brandis en 1823, ouvrant la voie au travail de l’Académie des sciences de Berlin, bientôt marqué par les éditions de I. Bekker (1831) et de H. Bonitz (1848). On a pourtant vécu pendant des siècles sur l’Aristote de l’édition aldine comme sur le Platon de Ficin. Mais le sens de ces deux «redécouvertes» était fort différent. Alors que Platon a nourri des reviviscences de l’idéalisme, la lecture d’Aristote a exprimé une diversité d’intérêts : pour la métaphysique, sans doute, mais aussi pour la question des catégories et les lois de la pensée, pour un nouveau rapport de la « philosophie » et des « sciences ». Il conviendrait de revenir attentivement sur cet héritage qui non seulement s’est inséré dans la problématique philosophique de l’époque, mais a directement nourri ses recherches les plus originales. D’une part, Aristote a pu servir de contre-modèle pour sortir de « l’idéalisme allemand », en particulier de Hegel, comme on le voit manifestement chez un auteur comme Trendelenburg. D’autre part, il inspire directement de nouvelles directions de pensée. Il suffit de penser à la logique, de Bolzano à Lukasiewicz, mais aussi au rôle décisif d’Aristote pour Brentano et, à travers lui, à une bonne part de la «philosophie autrichienne» et de la phénoménologie, deux courants déterminants pour la philosophie ultérieure.

57Si le renouveau d’intérêt pour Aristote est très marqué dans les pays de langue allemande, pour des raisons d’ailleurs manifestement différentes en Allemagne et en Autriche, s’il est sensible en Pologne, il sera intéressant de considérer d’autres traditions nationales : en Angleterre, où les travaux philologiques d’importance se font, en France, qui développe un rapport singulier à l’aristotélisme de Ravaisson à Bergson, mais où renaît aussi, comme en Italie, une forme de néo-thomisme qui engage un « néo-aristotélisme », et éventuellement dans d’autres espaces.

58On se propose de revenir sur les conditions philologiques, philosophiques et institutionnelles de la redécouverte du corpus aristotélicien, avec une attention particulière accordée à la Métaphysique et de définir les différents usages de la référence aristotélicienne dans le contexte du post-idéalisme et les ressources qu’ont pu y trouver les nouvelles formes proposées par l’activité philosophique. On accordera une attention toute particulière aux figures de Trendelenburg et de Brentano, non seulement en raison de l’intérêt propre de leur doctrine, mais pour les très nombreux élèves qu’ils eurent, deux générations de philosophes formés à l’aristotélisme.

59•Avec la participation de : J.-F. Courtine (Paris IV), A. Petit (Clermont-Ferrand), R. Pouivet (Rennes I), C. Majolino (CNRS, Paris), D. Münch (Berlin), F. Volpi (Padoue), L. Albertazzi (Trente), J. Wolenski (Cracovie).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Colloques », Methodos [En ligne], 2 | 2002, mis en ligne le 05 avril 2004, consulté le 28 mars 2017. URL : http://methodos.revues.org/102 ; DOI : 10.4000/methodos.102

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • Revues.org